René Sauvage
Présentation

Mon caractère est comme mon nom, j'aurais pu prendre une photo d'ours ! Je préfère la lecture à la compagnie...

René Sauvage a noté ces livres

5
Justement, je voulais avoir des nouvelles de vampires ! Et les vôtres sont tout à fait flippantes. Et accessoirement, formidablement bien racontées. En quelques lignes, vous nous transportez dans un univers très particulier, original, inattendu. Qui se renouvelle à chaque récit. Chapeau (et merci !)
Publié le 19 Septembre 2019
5
Oui, hypnotisant, c’est très bien trouvé de la part de Duncan Cartwright. Il y a un rythme très langoureux comme une rivière qui coule doucement. Ce sont des nouvelles, mais plus des petits romans je trouve, car l’objectif n’est pas tant la chute que la manière d’arriver sans se perdre à la fin du roman. Vous avez ce sens pour moi formidable du non dit, de ne pas vous sentir obligée de tout décrire, de laisser l’imagination de celui qui vous lit prolonger l’histoire, la compléter. Ou s’interroger quand au pourquoi ou au comment. Merci de ce trop court moment avec vos mots.
Publié le 01 Septembre 2019
4
Brocantes… vous êtes un artisan, c’est simple, bien fait, gentil, des vraies histoires en quelques pages, qui transportent. Merci pour ce partage, un peu d’un autre temps, qui fait du bien.
Publié le 12 Mai 2019
4
Je partage le commentaire précédent. Très intéressant. Et ambitieux. Dense. Et ce dans une écriture sure, sans effets de manche. D’autant plus que ce n’est pas votre langue maternelle. Bravo et merci d’avoir partagé ici.
Publié le 06 Avril 2019
5
Fracassant. Quel témoignage. Porté par une écriture sûre. Sans effets. Qui colle aux faits. Au présent pour faire de nous lecteurs des témoins invisibles. C’est pour moi émouvant à lire car mon grand-père a écrit pour sa famille ses souvenirs de la grande guerre. Sur 200 pages de canons, la naissance de sa fille qu’il apprend par télégramme ne prend qu’une ligne. Mais votre témoignage est aussi un roman. Henriette est là, tout le temps. Et ça rend votre récit plus fort encore par cette opposition entre l’horreur et l’espoir. Et si vous n’étiez pas là pour témoigner, on pourrait perdre l’illusion que cet optimiste guerrier va pouvoir rentrer un jour à la maison. Bravo pour cette mémoire ravivée.
Publié le 19 Mars 2019

Pages