Actualité
Le 22 aoû 2014

Mr Ebook au Japon : le lecteur en perd sa zénitude…

Apparemment, au pays du soleil levant, on aime la lecture numérique. Sauf qu’on met des baguettes dans les roues des lecteurs… C’est l’histoire des ebook stores qui ferment et des ebook lecteurs qui perdent leur bibliothèque numérique. Sur place, le blogueur Akky Akimoto a fait le point des enjeux sur le site du Japan Times. Décryptage.
Etre un lecteur de numérique et rester zen d des postures complexes à conjuguer au JaponEtre un lecteur de numérique et rester zen : des postures complexes à conjuguer au Japon

Le jeu des fusions rachats met à mal les lecteurs de ebooks et leur bibliothèque numérique. Ils en ont fait les frais à plusieurs reprises. Ils y ont perdu plus d'une fois la totalité de leurs ebooks suite à la fermeture de certaines plateformes.
Et ça a recommencé avec l’annonce de la fermeture début juillet de Yamada e-Book store (filiale de Yamada Denki, plus grosse chaîne de distribution d'appareils électriques). L’annonce a eu raison de la zénitude asiatique car le site déclarait que : 1. les ebooks achetés seraient perdus, 2. il n’y aurait pas de compensation financière, 3. Yamada Denki allait ouvrir un nouvel e-book store. Tollé chez les lecteurs. Excuses et retournement chez Yamada Denki : les sommes dépensées seront transposées en avoir et les utilisateurs de la nouvelle plateforme pourront conserver les achats effectués sur la précédente. Moralité : qui aime les livres numériques, soigne le choix de sa plateforme d’achat.

Amazon, qui s’est taillé une bonne réputation, ramasse la mise… La mésaventure a ravivé le cas de Rakuten Group qui a racheté en 2011 le Canadien Kobo et, dans la foulée, fermé sa plateforme Raboo. Pour les clients, pas de migration des bibliothèques et des avoirs de 40 %. Ils se sont vengés en préférant Kindle. Pourtant, a priori, les japonais préfèreraient les entreprises locales. À condition que l’offre soit aussi fiable…
Et le blogueur Akky Akimoto de sous entendre que rendre caduques les bibliothèques numériques des consommateurs fait le jeu d'Amazon. Ça ne vous étonnera pas qu’on ait fait le même genre de conclusion…

Pour garder sa bibliothèque numérique, la solution à la japonaise, c’est « jisui ». Comprenez « cuisine maison ». C’est à dire faire scanner ses livres papier pour les transposer en numérique. Il y avait une centaine de sociétés spécialistes de ce petit jeu il y a encore quelques années, mais bon nombre ont du fermer leur porte face à la fronde d’associations d’éditeurs et d’auteurs au nom de la violation des droits d’auteurs. En France, la pratique est interdite.

Etre un lecteur de numérique et rester zen sont des postures complexes à conjuguer au Japon. L’exigence du consommateur japonais n’a d’égal que son effet de masse et d’imitation vers ce qui est, ou croit être, la bonne réponse… Après Vuitton, Amazon.

Isabelle de Gueltzl. monBestSeller.
Avec Akky Akimoto sur Japan Times

Suivez les voyages de Mr Ebook autour du monde
Mr Ebook auVietnam : première bibliothèque numérique
Mr Ebook en Russie : le Grand Livre d’Amour
Mr Ebook au Royaume Uni : streaming gratuit sans pub
Mr Ebook aux USA : 29,000 $ de business toutes les 5 minutes !
Mr Ebook en Californie : l’indépendance aurait un bel avenir
Mr Ebook au Canada : polyglotte !
Mr Ebook en Allemagne : fin du couple papier-numérique ?

 

Étonnant que personne n'ai pensé à concevoir une sorte d'aspirateur de contenu permettant de "mettre à l’abri" ses achats sur un support physique bien à soi. Ça existe pour les vidéo et le son en streaming alors ? ? ?
Publié le 26 Août 2014