Auteur
Le 08 déc 2018

Prix Concours monBestSeller : duplicité et transformisme

Il y avait Romain Gary et Emile Ajar pour le Prix GONCOURT, il y a maintenant Jean-Bernard Hamaïde et Alix Cordouan pour le Prix CONCOURS. La célébrité de nos auteurs les obligent à changer d'identité. Lauréat de l'année dernière avec "Le fils du Père Noël", il voulait sans doute tester la probité du Jury avec son nouveau roman "La fille de l'autre" écrit sous un nom d'emprunt Alix Cordouan. Bingo : deux fois victorieux. il est cette année édité par Jacques Binsztok : Éditions Tohubohu.
Alix Cordouan : heureuse à la remise des PrixAlix Cordouan : heureuse à la remise des Prix

Vendredi 7 décembre 2018, 19 h
Au moment où je franchis le seuil du sympathique restaurant " Le bouchon", lieu habituel de la remise des prix de mBS, il y règne déjà une ambiance chaleureuse. 
Je suis invité pour avoir décroché le prix du roman 2017 avec " Le fils du père Noël ".  

Christophe Lucius, attentif et accueillant aux côtés de Dominique, incarnation même de la bienveillance, ouvre les bras aux invités.
On se reconnaît. On échange. On fait honneur au buffet généreux et aux vins de la maison.
Dominique fait ses comptes ; il ne manque qu’Alix Cordouan auteure de  "La fille de l’autre ".

Je ne peux plus reculer, je dois lui avouer que " Le fils du père Noël "  et " La fille de l’autre" ont le même auteur : Alix Cordouan et Jean-Bernard Hamaïde sont une seule et même personne.  
Confusion et rigolade. Ouf ! Dominique a l’air ravi, même s’il me traite de "menteuse".

On va pouvoir passer aux choses sérieuses.
Cette année c’est Dominique qui officie. Rien à dire, son discours efficace et plein d’humour est irréprochable. La pancarte mBS, qui se détache lentement de son support menaçant dangereusement les verres alignés sur le comptoir, n’arrive même pas à le déstabiliser. 

Le temps est venu de décerner les prix. 
La pression monte au point que l’on oublie pour un temps le vin, la charcuterie et les acras de morue.

Martine, Mélissa qui vient de Nouvelle-Zélande, rien que ça, sont distinguées. Et puis, il y a encore Gilles, Jean-François et Alix. Ils seront édités ; c’est la magie de mBS. Les autres n’ont pas démérité et conservent toutes leurs chances d’être remarqués par un éditeur.

20 h 30 : Paris a la gueule de bois. Dans la nuit on s’affaire à barricader les vitrines, demain la capitale reçoit des hôtes "  turbulents "...drôle d’ambiance. Je ne réalise pas encore.

Ça s’est passé le 7 décembre à Paris, en France.
Je remercie tous les commentateurs pour leurs encouragements et leurs pluies d’étoiles ainsi que toutes celles et tous ceux qui ont voté pour moi. Je me dois de distinguer Michel Canal pour ses conseils particulièrement avisés et sa générosité.

Alix Cordouan alias Jean-Bernard Hamaïde.

 

18 CommentairesAjouter un commentaire

Je crois qu'il est inscrit au règlement du prix Goncourt qu'un même auteur ne peut le recevoir qu'une fois d'où la fameuse polémique concernant Romain Gary. Mais je n'ai rien vu de tel pour le prix mBS, donc il n'y a pas de problème à voir le même auteur primé deux ans de suite.
L'utilisation d'un pseudonyme a permis aux lecteurs de découvrir le nouveau roman de @Jean-Bernard Hamaïde sans a priori, ou plutôt ce roman a été reçu comme celui d'une femme et si on relit les commentaires avec cet éclairage, c'est carrément intéressant. Mais tout cela n'enlève aucune qualité au texte.
Moi qui pensais avoir trouvé le pseudo parfait, à la fois discret et élégant, en trois mots, très littérature française, toussatoussa, je suis vexée de ne pas avoir eu l'idée @Alix Cordouan : c'est trop stylé, comme disent les jeunes.

Publié le 14 Décembre 2018
hx

lamish a parfaitement raison, et Mangion : on ne nous dit pas tout, voire rien du tout. Et quand d'aventure on nous dit quelque chose, on nous ment. Et surtout, SURTOUT ! on nous cache que MBS n'est rien d'autre qu'une officine du FSB, ex KGB. Mais que font la DGSE et la DGSI ???

Publié le 14 Décembre 2018

@PhilippeMangion, peut-être @l’équipe mBS s’est-elle fait berner, soit !
Mais pourquoi si connaissant la vérité sur l’auteur, ne l’aurait-elle pas sélectionné pour la deuxième année consécutive ?
"La fille de l’autre" a été publié le 4 mai, distingué "livre le + mBS" le 18 mai (avec 14 commentaires, dont celui de Chris Martelli), nominé au Prix Concours de l’Auteur Indépendant 2018 "interview du 14 juin" dans laquelle on trouve :
"… savons que derrière ce pseudo, se cache un écrivain. Peut-être une disciple d’Emile Ajar ?" ; mais surtout "Vous avez fait une percée remarquable depuis votre récente publication sur monBestSeller. Non seulement dans le hit parade, mais également dans le nombre et la qualité des commentaires..." (40 tout de même).
En admettant que @Jean-Bernard Hamaïde se fût publié sous son vrai patronyme déjà connu, mBS aurait-elle pu s’opposer à l’engouement des lecteurs et ne pas le nominer au motif qu’il l’avait été en 2017, puis lauréat avec le Prix du Roman pour "Le fils du Père Noël" ?
Je trouve sa démarche honnête, dans le but de n’influencer ni mBS, ni les lecteurs, ni ses consoeurs et confrères auteurs qui l’ont plébiscité.
Pour ce qui me concerne, j’ai été heureux d’avoir découvert @Alix Cordouan, d’avoir voté pour "La fille de l’autre", puis d’apprendre que je ne m’étais pas trompé sur le talent de son auteur.

Publié le 13 Décembre 2018
hx

Much ado about nothing.

Publié le 13 Décembre 2018

@PhilippeMangion, on ne nous dit pas tout, Philippe, voire rien du tout ;)... A ceux qui ne sauraient pas interpréter ;) = clin d'œil, humour...

Publié le 13 Décembre 2018

@monBestSeller . Equipe mBS, j'ai du mal à comprendre que vous vous réjouissiez de vous être fait ainsi berner. J'aimerais savoir si, connaissant la vérité, vous auriez sélectionné le même auteur 2 années de suite. Je pense que non, et c'est normal. Dans l'esprit de confraternité qui anime les auteurs de mBS, vous auriez laissé une chance à d'autres talents d'être édités.
"Bien joué" m'a dit l'un d'entre vous à propos de l'entourloupe, lors de la soirée de remise des prix.
Oui, c'est la bonne expression : bien joué, Alix !

Publié le 13 Décembre 2018

@Ratiba Nasri.
Ne soyez surtout pas désolée, j'adore les pseudonymes.
Amicalement.

Publié le 12 Décembre 2018

@Michel Canal.
Cher Michel,
Au nom d'Alix Cordouan, qui sonne si bien, comme l'a remarqué Anne-Laure Julien, vous ajoutez de nouvelles dimensions qui m'avaient échappé. Les informations que vous nous donnez sur Alix et le phare de Cordouan sont passionnantes et instructives. Les concordances, avec Soizic mon héroïne, sont troublantes, et vous avez raison de souligner que le hasard n'existe pas.
Amicalement.

Publié le 12 Décembre 2018

Désolée, Jean-Bernard, d'avoir écorché votre prénom. Belle journée ! Amicalement. Ratiba

Publié le 12 Décembre 2018

@Ratiba Nasri
L'humour par les temps qui courent est devenu indispensable. Je suis heureux de le partager avec vous.
Jean-Bernard (J'aime bien aussi Jean-Pierre...)

Publié le 12 Décembre 2018

@Alix Cordouan, @EDN, @anne-laure.julien, oui les méandres du cerveau sont impénétrables. Certains appelleraient cela l'intuition, d'autres la mémoire inconsciente. Il se trouve que si l'on se réfère aux significations du prénom "Alix" et à l'existence de "Cordouan", le pseudo "Alix Cordouan" a une interprétation sensée.
Alix : Comme Soizic, indépendante, Alix est dotée de beaucoup de volonté. Elle est désireuse d'atteindre ses objectifs et ne cède pas facilement face à l'adversité. Elle n'est pas du genre à mâcher ses mots. C'est aussi une intellectuelle avec un grand sens de la logique. Même si elle fait souvent preuve d'autorité, elle sait être
douce. Elle aime pimenter sa vie en innovant et en relevant chaque jour de nouveaux défis.
Il y eut Alix de Bretagne, soeur d'Arthur Ier de Bretagne. Plus près de nous, un Alix fut un héros de fiction (à l'époque de Jules César), imaginé en 1948 par le dessinateur de bande dessinée Jacques Martin. Ce personnage a contribué à démocratiser l'usage du prénom pour les garçons.
Cordouan : Le phare de Cordouan est actuellement le plus ancien phare français encore en activité et l'unique phare en pleine mer ouvert au public. Situé à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde, sur le plateau de Cordouan, sa construction fut décidée par Henri IV pour prouver au pape qu'il était un bon catholique converti. Quel pied de nez de Soizic à la religion catholique !
Après cela, qui dira que le hasard n'existe pas ?

Publié le 12 Décembre 2018

@Jean Balmori
L'utilisation de pseudonyme n'est pas nouvelle. Un nom inconnu en vaut un autre, quelle importance ! Un peu de surprise ne nuit pas. L'essentiel n'est-il pas que vous ayez apprécié la lecture ?
Je vous remercie pour vos félicitations.
Cordialement.

Publié le 11 Décembre 2018

J'adore :-) Bravo Jean Pierre pour cette double consécration, et pour cet humour décalé qui vous caractérise si bien. Il fallait oser, et vous l'avez fait avec maestra. Bonne continuation, et à très vite sur nos pages !
Amicalement. Ratiba

Publié le 11 Décembre 2018

@anne-laure.Julien
Vous avez donné, Anne-Laure, une partie de la réponse : "ça sonne bien".
Pour le reste, je n'ai pas d'explication rationnelle.
Amicalement,
Jean-Alix-Bernard !!

Publié le 11 Décembre 2018

@EDN
Difficile de dire comment des noms s'imposent. Les méandres du cerveau sont impénétrables.

Publié le 11 Décembre 2018

Je suis abasourdi !
J’ai lu les deux livres l’un après l’autre et je ne suis absolument pas douté qu’il s’agissait de la même plume ! Je me suis fait avoir !
Bien qu’un peu vexé et n’approuvant pas le procédé je vous félicite.
Cordialement.
Jean

Publié le 11 Décembre 2018

Très bonne question. En tout cas, ça sonne bien.

Publié le 09 Décembre 2018
EDN

Je n'ai que deux simples questions à poser :
Pourquoi Alix ?
et pourquoi Cordouan?

Publié le 09 Décembre 2018