Auteur
Le 23 sep 2019

L'inspiration est une réminiscence

"Fous un écrivain à poil, fais le tour de ses cicatrices, et il te racontera en détail l’histoire de la plus petite d’entre elles. Les grandes sont à l’origine de tes romans, pas l’amnésie. C’est tout à fait utile d’avoir un peu de talent pour devenir écrivain, mais la seule chose qui soit absolument indispensable, c’est la capacité de se souvenir de la moindre cicatrice." Stephen King
L'inspiration en littérature : Un emprunt fait auprès de son inconscient pour créer une fictionL'inspiration en littérature : Un emprunt fait auprès de son inconscient pour créer une fiction

L’inspiration, une réminiscence.

Si j’ai choisi ce texte magnifique de Stephen King en prologue de mon roman Tendresse aveugle, c’est parce que je suis intimement convaincue que 
« L’inspiration n’est le plus souvent qu’une réminiscence. » Napoléon Bonaparte.
L’inspiration serait en quelque sorte un emprunt que l’auteur ferait auprès de son inconscient afin de créer une fiction, une histoire imaginée mais dont ses cicatrices traverseraient en filigrane les chapitres, telle l’évocation d’une amnésie pas si amnésique que ça. L’écrivain, alors à poil, dénudé de toute objection, libre de son mental tyrannique, pourrait se livrer dans l’émotion pure et intrinsèque à ses lecteurs, libres eux-mêmes d’y voir leurs propres cicatrices, lointaines, enfouies, et si présentes à la fois.

L’inspiration, une grâce.

L’inspiration, une éponge qui absorbe et s’exprime lorsqu’elle est pressée ; pressée comme assaillie, comme bousculée, pressée comme dans l’urgence. Une grâce développée en sourdine de notre réalité, une magie presque divine comme si les mots avaient pour absolue finalité de mener nos barques là où justement nous n’osions nous aventurer. Cette route, lentement préparée depuis la naissance, l’avant naissance, dont il nous manque l’essentiel, l’illumination : cette connaissance de soi, obscure rencontre, indispensable vérité. 

L’inspiration, une intuition.

Elle lui ressemble mais elle n’est pas elle. Elle lui ressemble pour son caractère spontané. Elles sont toutes deux des pulsions de l’invisible, de l’inconnu, de l’impalpable. Elles s’imposent comme inévitables, intransigeantes, évidentes. L’inspiration happe son auteur sans lui laisser le temps de respirer, il en a alors le souffle coupé, et pourchasse aussi vite qu’il le peut son feu ardent qui peut mourir là, sous ses yeux, déçus de n’avoir su l’attiser plus durablement. L’intuition nous guide tel un sixième sens qu’il est utile d’écouter ; l’inspiration quant à elle, est une étincelle qui embrase l’âme du créateur sans permission. A la différence de l’intuition, l’inspiration revêt un caractère divin dont la source prend naissance dans l’univers de l’inconnu. C’est sans doute là, la base de toute création et aussi sa magie. 

L’inspiration, une exaltation.

L’inspiration se pare de ses plus beaux habits pour apporter la joie dans le cœur de celui qui la reçoit. Elle s’impose certes, mais elle ne soumet pas. Elle donne avec force et enthousiasme, elle influence sans exercer d’emprise, elle insuffle le souffle de vie nécessaire à toute créativité. Si les cicatrices sont là, pour nous rappeler à leurs bons souvenirs, l’inspiration nous donne à respirer le moment présent, presque dans l’oubli de soi et ce moment n’est que bonheur, un authentique vivier à trésors émotionnels. La souffrance se perd dans les méandres de la passion, ce brasier qui fait de son auteur, un être soudain heureux. 

L’Amour, source d’inspiration.

« L’Amour devrait être une source d’inspiration intarissable. » Josiane Coeijmans

J’inspire, j’aspire, je m’emplis, je me nourris. J’expire, j’exhale, je me vide, je nourris le monde. L’inspiration est pour moi, une source spontanée qui ne résulte d’aucune réflexion au préalable, elle apparait, se faufile, vit sa vie et s’en va comme elle est venue. Elle est une révélation, un instant d’extase fugace qui s’enfuit si tôt qu’on tente de l’emprisonner. N’est-ce pas là l’Amour, source généreuse, inépuisable de plaisirs, désirs, impulsions, éphémères, furtifs et fuyants ? 

Et si une phrase échappée de mon inconscient vient à poser ses mots sur ma page blanche, sans que je lui donne l’autorisation, quoi faire ? La balayer d’un revers de main ? Lui opposer mon déni ? Lui refaire une beauté ? La rhabiller d’un costume qui me sied mieux, qui ne m’oblige pas à la confrontation ? 

Pour ma part, et vu de ma fenêtre, derrière mes rideaux, quelquefois derrière mes volets clos : lorsque cela m’arrive – ça m’arrive souvent, l’hypersensibilité aidant (ou n’aidant pas) – d’être prise au piège de mes trop vifs ressentis, j’ouvre grands mes bras et j’attrape le moindre indice qui pourrait me mener à une meilleure compréhension de moi-même ; j’ouvre grand mon cœur et j’accepte de l’écouter. 

Alors, oui ! L’art, quel qu’il soit, un tableau, une musique, une chanson, un film, une création manuelle, un livre, a une mission. Que ce soit pour son auteur comme pour son spectateur, observateur, lecteur, les créations artistiques ouvrent les portes entrouvertes, décapsulent des bouteilles prêtes à exploser, percent des mystères ensevelis, permettent à certains trésors d’étinceler de mille feux. 

C’est ce que j’aime lorsque je crée (peu importe la création) : cette part d’âme que je dévoile aux yeux des autres. 

C’est ce que j’aime dans l’art : cette part d’âme inhérente à son magicien. 

Elle est là, mon inspiration, la magie de la vie : Lorsque prisonnier de notre geôle, quelque chose de plus fort que nous, d’indicible, vient à nous pour nous montrer le chemin ; L’Amour plus fort que tout.

Thalia Remmil

18 CommentairesAjouter un commentaire

@Samia Bruno, Merci ! L'Amour tient tout et c'est encore mieux lorsqu'il le fait en toute simplicité et sans strip-tease... peut-être juste un léger effeuillage... et se laisser pénétrer en douceur ou bien quelquefois avec brutalité...mais je m'égare. Il faut beaucoup de grâce à notre âme pour dépasser les souterrains souvent marécageux qui l'inondent et lui font mal. Alors lorsque l'Amour est là, lui seul est inspirant.
Thalia.

Publié le 02 Octobre 2019

@vespucci Allez savoir pourquoi, de quoi est-ce le signe ? Une majuscule sert juste à distinguer ce qui pour moi est Capital, Essentiel, Merveilleux, Magique ! Mes Amitiés. Thalia.

Publié le 02 Octobre 2019

@Colette Bacro, Merci ! C'est vrai que j'ai été inspirée pour cet article ! Les moments de grâce en effet ne se comprennent pas en terme de raison mais se vivent tout simplement avec acceptation, tendresse, et Amour ! Belle journée. Thalia

Publié le 02 Octobre 2019

@Hubert LETIERS Oui entièrement ok avec vous !! On ne peut pas convoquer l'inspiration... ou bien peut-être sous l'effet de certaines drogues... je ne sais pas, je n'en utilise aucune ou bien seulement la drogue de l'Amour avec une majuscule ! bon mercredi ! Thalia

Publié le 02 Octobre 2019

@MURIEL LAROQUE, merci beaucoup ! Effectivement, véritable exaltation !! Que du bonheur que l'inspiration lorsqu'elle pointe son nez ! belle journée !

Publié le 02 Octobre 2019

@thaliaremmil,
Thalia, Très beau texte profond et véritablement inspiré, habité. Le message est très clair, c'est en effet, "l'amour qui tient tout", avec ou sans strip-tease d'ailleurs ! Bien plus fort que la volonté et la raison, il impulse de façon souterraine (et, sans rien dire ), l'énergie joyeuse, l'élan vital, le désir de se surpasser, la force inspirée ou la grâce d'écrire. Il est pour ainsi dire "le chemin" royal, la colonne vertébrale du corpus. Mais, la douleur ne peut-elle pas aussi conduire à l'Ecriture ? je pensais notamment au Journal de Charles Juliet, qui, au comble de la souffrance, résiste par son rendez-vous quotidien avec les mots.

Publié le 26 Septembre 2019

Votre texte est magnifique. C'est un véritable petit essai, aussi passionné que passionnant ! Le parallèle que vous faites entre l'inspiration et l'amour me parle. Tous deux sont aussi difficiles à cerner, à accueillir, à cueillir. Après tout, pourquoi devrions-nous comprendre avec notre cerveau ces moments de grâce qui arrivent sans sommation, imprégnant tous nos sens, toute notre âme ?

Publié le 25 Septembre 2019

De Bonaparte (conquérant peu voluptueux et encore moins romantique), à Mademoiselle Jo, papesse de la citation, il y a beaucoup « d’inspiration » dans cet article… L’inspiration, cette sensation protéiforme que personne ne peut convoquer, tant elle est toujours inopinée, souvent furtive, impossible à expliquer et plus encore à décrire… Grâce, réminiscence, intuition, exaltation ? Je ne sais pas, mais peut-être en est-il mieux ainsi… À l’instar de ce que disait Pascal de la passion, à savoir qu’elle cesse d’en être une quand on en connaît la cause, vouloir expliquer ce qu’est l’inspiration tuerait probablement la magie de toute création artistique ou littéraire. L’inspiration n’est-elle pas tout simplement cette sensation implicite qui nous révèle certaines choses plus vite que notre intelligence ?...

Publié le 25 Septembre 2019

@Thalia Remmil
Trés joli texte ,sur l'inspiration qui va souvent de pair avec l'exaltation.
Merci , bravo.

Publié le 24 Septembre 2019

@ Eva Verna, En ce qui me concerne, il est vrai que la réminiscence dans son sens littéraire comme des souvenirs non précis mais dont le marquage affectif est en moi bien inscrit, fait partie de mes écrits de façon implicite... Alors oui, l'inspiration y est fortement liée. Belle journée. Thalia.

Publié le 24 Septembre 2019

@Michel CANAL, merci Michel pour ton retour chaleureux comme tu sais si bien le faire... En fait j'ai écris cet article depuis un long moment, j'ai vraiment plus le temps d'écrire en ce moment et j'en suis bien ennuyée, mais je vais y remédier ! A toi aussi, une grosse bise, plusieurs même !
Thalia

Publié le 24 Septembre 2019

@Josef Reyskeed entièrement d'accord avec vous, joli dialogue que celui retrouvé avec son enfant intérieur perdu trop souvent dans des méandres et marécages d'où l'on ne sait plus - quelque fois -, adulte se sortir. Effectivement de trop de silences, dénis, souffrances... L'Amour est ce qui me sauve toujours de toute situation, et oui, c'est ainsi que j'ai trouvé ma résilience. J'ai trouvé la phrase de Bonaparte tout à fait appropriée pour cet article, ce n'est pour ça qu'il trône sur ma table de chevet, lol. Pour ma part, c'est plutôt Amélie Nothomb, Grégoire Delacourt, et des auteurs inconnus encore. Belle journée. Thalia

Publié le 24 Septembre 2019

Thalia, prenez ce commentaire comme une marque d'affection, quelque chose de tout simple et de sincère, l'hommage d'une fille un peu bourrue, et pour moi ce sera parfait.

Publié le 24 Septembre 2019

@Catarina Viti, je ne sais pas très bien comment je dois prendre votre commentaire... mais je vais le prendre avec Amour... comme à mon habitude, même si cela "vous les brise menu" mdrr. Et puis j'adore les strip-tease surtout en bonne compagnie...Belle journée à vous. Thalia

Publié le 24 Septembre 2019

Subtil de lier l'inspiration à la réminiscence plutôt qu'à l'expérience, au vécu ou à l'imaginaire

Publié le 24 Septembre 2019

@Thalia Remmil,
Ben dis-donc , pour quelqu'un qui n'avait pas le temps d'écrire en ce moment, tu as fait fort avec ce bel article sur l'inspiration.
Pour avoir lu, analysé et commenté tes écrits, je te retrouve parfaitement dans les paragraphes développés : une réminiscence, une grâce, une intuition, une exaltation... et bien sûr l'Amour, tout cela correspondant à ta sensibilité (que tu nommes hypersensibilité).
Je suis admiratif de ce développement avec une belle écriture qui te ressemble.
Merci... et bravo ! Tu mérites une grosse bise.

Publié le 24 Septembre 2019

L'inspiration est peut être l'expression de la reconnexion ; le dialogue retrouvé avec son enfant intérieur. Celui qui est source de vie et de toute créativité lorsqu'il est enfin libre, reconnu et accueilli. Alors il explose toutes les frustrations et les silences non-entendus, intarissable, capable de tout emporter dans son accomplissement.
Très beau papier merci Thalia ! [c'est juste dommage pour Bonaparte qui n'est pas mon auteur favori ;-) ]

Publié le 23 Septembre 2019

Je suis très heureuse de lire ce texte de vous, Thalia, car, je vous l'avoue, "votre" Amour, A majuscule commençait à m'agacer un peu et même "à me les briser menu". Mais après ce strip-tease, voilà que je le reconnais. C'était donc lui ! Jusqu'ici, je l'appelais autrement. Comme quoi les mots, hein ?
Et puis j'aime quand vous rapprochez l'inspiration et l'intuition.
Bref, merci. Joli moment en votre compagnie.

Publié le 23 Septembre 2019