Actualité
Le 25 mai 2020

Le confinement : une source d’inspiration pour les artistes et les écrivains

Les fléaux sont souvent des thèmes porteurs pour la création. On assiste à l'émergence d'ouvrages, d'exercices de style sur le thème du confinement et du Corona tant en terme journalistique, de littérature que de cinéma. Pour le théâtre, les ballets et les comédies musicales, il va falloir attendre, vous comprenez pourquoi. Alors ce mouvement pour le meilleur ou pour le pire ?
Dany Boon prépare un film sur le confinementDany Boon prépare un film sur le confinement

Un écrivain, ce n’est pas juste quelqu’un qui explique ce qu’il pense ou ce qu'il vit . C’est un regard porté sur la réalité

Outre, les écrivains qui ont fait du confinement un fond de commerce pour émerger dans la pèriode, sous forme de « journal », on peut bien sûr imaginer que cette periode angoissante et anxiogène soit propice à la création, d’autant plus qu’elle génère de facto l’immobilisme du corps et la course de l’esprit. Une romantisation de cette periode est un phénomène intéressant mais qui peut en énerver plus d'un s'il est érigé en système.

Marie Darieusseq conte l’utilisation de sa vieille voiture locale dans sa région pour échapper aux réprobations des indigènes .. et voir la mer, Leila Slimani notre ex Goncourt conte ses errances nocturnes, ses nuits blanches et décrit avec poésie sa campagne d’herbes verglacées et les premiers bourgeons.
Un peu jet-set, c’est sûr.

 Mais plus contestable encore, « Annie Ernaux » qui en profite pour écrire dans Le Monde une lettre politique toute personnelle faisant le procès sous forme littéraire d’une gestion de crise déplorable faisant porter la responsabilité des dizaines de milliers morts au Président. . 
Sa légitimité absolue à nous parler politique, son expertise médicale reconnue de tous les savants, et sa croyance absolue et non contestable en l’"Etat divin" nous sauvera bien sûr du fléau du Corona... Mais sa prose vient fort mal à propos. 
Que les écrivains célèbres s'occupent des grandes causes (s'ils en ont envie), pas de ce que l'on doit penser. C’est dit.

Avec plus de distance, on peut dire que chaque épreuve d'une époque illustre un mouvement de littérature ou un livre

Chaque moment fort d’une crise s’incarne par un livre symbolique en littérature, ou une vague dominante qui laisse une trace dans l’histoire des lettres. "Paris est une fête" d’Ernest Hemingway est devenu le livre des attentats de 2015, "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo voit ses ventes décoller après le grand incendie de la cathédrale. "La Peste" d’Albert Camus se vend comme des petits pains depuis le début de la pandémie, une véritable littérature du sida a pris place dans les années 80 avec le lancement de  « A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie » d’Hervé Guibert.

Le confinement est une nouvelle source d'inspiration pour les écrivains, les scénaristes et réalisateurs ? 

Une manne de livres parvient aux Maisons d'éditions. 4000 manuscrits à la Maison Gallimard, Dany Boon serait en train de préparer un film qui raconte la vie d’un immeuble confiné. Le thème inspire, libère l'imaginaire et la prose.  Lectures, journaux, compositions, défis... les initiatives artistiques sont nombreuses.

Le rôle d'un écrivain, c'est bien sûr de raconter son époque mais avec une vision

Témoins de l’évolution, et des grands drames du monde, les écrivains consignent leur temps et les moeurs. Le retranchement, la solitude et l'enfermement inspirent. La crise sanitaire sera t'elle une étape importante dans leur travail? Y aura t'il un rayon "Corona/ confinement" dans les librairies ? 

Heureusement les auteurs monBestSeller l'ont compris

Déjà chez monBestseller, le sujet est abordé de manière variée : souriants,  ethnologiques, poétiques, presque. Gersande de Bie avec le journal d’une mère confinée, Julie A avec ses Poésies contemporaines pour temps confinés, et enfin Alex Cordouan avec 55 jours de leur vie. Il faut mentionner aussi les multiples textes que vous nous avez fait parvenir au cours des appels à l’écriture.

Ce sont davantage les expériences individuelles et la manière dont elles sont vécues qui sont interessantes, plutôt que les leçons politiques que certains en extraient. Mais ça, c’est mon opinion.

 

 

 

 

 

 

Merci pour l'article, cela m'a donné envie de lire Gersande de Brie. Je m'aperçois en vous lisant que durant le confinement je n'ai pas cherché à lire les témoignages/écrits et que je n'en avais pas éprouvéé envie, mais l'idée du journal me tente.

Publié le 26 Juin 2020

Une brèche dans laquelle beaucoup se sont et vont s'engouffrer... Un sujet sur lequel, pour ma part, j'avoue avoir d'ores et déjà saturé au point de le fuir. Besoin, comme tout un chacun, de vivre loin de tous les déferlements dont il a été l'objet. Ainsi, je laisse passer un peu de temps avant de lire Gersande de Bie qui, je crois, est la seule à avoir vraiment exploité le sujet, ici. Pour avoir lu Julie A, ses poèmes ne le relayent pas. Ils sont d'ailleurs présentés comme sa contribution créatrice dans une période troublée. Quant à Alix Cordouan, le confinement est loin d'être l'axe central de son roman que je viens de terminer. Maintenant, effectivement, exploiter le cocasse de certaines situations avec humour sera toujours bienvenu. J'imagine que Dany Boon saura le faire et je m'en réjouis. Merci pour ce billet et bonne soirée. Michèle

Publié le 28 Mai 2020