Auteur
Du 23 aoû 2021
au 23 aoû 2021

L’anneau

La noce est prétexte à tous les épanchements, toutes les confidences, regrets et espoirs de rapprochements. Une occasion de livrer tous ses secrets à son nouveau conjoint attentif. La nouvelle d'Hélène LAHILLE pour l'appel à l'écriture Nuit de noces fait sourire, elle est tendre et insolite.
La nouvelle d'Hélène Hallille pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Nuit de nocesLa nouvelle d'Hélène Hallille pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Nuit de noces

Tu sais, j’ai vu ma sœur hier. Tu étais tellement concentré sur les derniers préparatifs que je n’ai pas voulu t’embêter avec ça. Elle a vieilli mais elle n’a pas vraiment changé. Je t’avoue que je ne pensais pas la voir du tout, ni avant, ni pendant, ni après la cérémonie. Mais elle a fait le déplacement et je l’ai remerciée pour cela. Après tant d’années, cela a dû lui demander beaucoup d’efforts. Je ne sais pas si elle est passée voir nos vieux. Pas simple.

On a pris un café en terrasse, en face du bar qu’on fréquentait plus jeunes, celui qui fait l’angle entre le bureau de tabac et la poste. On a discuté un moment en matant la vitrine qui, comme nous, est quelque peu défraîchie. Cela nous évitait un tête-à-tête trop brutal. On a échangé quelques banalités, pris des nouvelles de cousins-cousines égarés dans nos souvenirs, décrit nos métiers respectifs, métiers énergivores mais sans lesquels nous dépéririons. Une fois les actualités passées en revue et l’ensemble des sujets sans intérêt criblé au peigne fin, la question est tombée. Je m’y attendais et la redoutais, mais il fallait l’affronter pour rétablir le lien.

Pourquoi le mariage ?

Ma sœur n’a jamais su mettre les formes, elle ne connaît pas les circonvolutions diplomatiques. Elle est très directe comme tu as pu t’en rendre compte la fois où tu l’as rencontrée. J’ai pris mon café, bu une ou deux gorgées pour me donner le temps de la réflexion et, soyons honnête, pour trouver le courage de lui répondre. Cela lui laissa l’opportunité de surenchérir.

Pourquoi t’embêter avec toutes ces inepties ? Cela te coûte un bras de te marier, et tu pourras donner le deuxième pour le divorce !

Ma sœur et son optimisme… j’adore ! J’aurais voulu lui expliquer que mon rêve était de pouvoir me fondre dans la masse, d’avoir le droit de vivre la même folie que les autres et d’assumer ensuite les mêmes galères. L’anneau serait gage de notre amour bien entendu mais aussi gage de conformisme et d’acceptation. L’anneau comme intégration. L’anneau comme reconnaissance sociale. L’acte en mairie comme préface d’un nouveau roman.  Mais ma réponse se concentra en trois mots.

Pour le principe.

Elle posa les yeux sur moi et je les ai vus s’embuer. J’aurais voulu qu’elle me prenne dans ses bras, comme avant, qu’elle me caresse les cheveux, qu’elle hume mon odeur au creux de mon cou, mais elle se contenta de hausser les épaules. J’aurais voulu trouver les mots pour gommer ce malaise et revenir à nos insouciances juvéniles mais je n’ai pas su. Alors elle a abrégé mes souffrances d’un clin d’œil, au sens premier du terme, un clin d’œil affectueux accompagné d’un sourire en coin qui signifie ne t’inquiète pas, mais aussi je te comprends, et je serai là pour toi même si tu fais une belle connerie ! Puis elle a pris son sac, a allumé une cigarette, m’a claqué une bise et est repartie, comme elle était venue, avec sa dignité et un poids en moins.

Venir à la cérémonie aurait été trop difficile pour elle, il ne faut pas lui en vouloir. La famille n’a pas été tendre avec elle non plus tu sais, et elle a fait le choix de la rupture il y a bien des années. L’anticonformisme n’a jamais plu à nos parents. Ce choix je le respecte même si je pense que c’est du gâchis. Le temps perdu ne se rattrape plus comme on dit...

Malgré tout, la cérémonie a été une franche réussite tu ne trouves pas ? J’ai vu du mascara couler sur le mouchoir de tatie Josette et papi Raymond a même souri quand nous avons échangé nos vœux ! Je l’ai aperçu du coin de l’œil.  L’alcool a été festif pour une fois, et a aidé à apaiser les rancœurs et les préjugés.

Qu’as-tu pensé du discours de Sofiane ? J’en ai encore des frissons, j’en étais tout bouleversé… En tout cas tu étais très beau, quelle classe !  J’espère que tu m’as trouvé à la hauteur…

En tout cas, je suis très fier et très honoré d’être dorénavant ton mari… et toi ?

Mon amour, tu dors ?

 

Hélène LAHILLE

 

@LAHILLE Hélène,
Merci pour ce joli texte tout en douceur sur les aléas familiale. J'adore la chute qu'on ne voit pas venir .
Amicalement
Maureen

Publié le 12 Septembre 2021

Approche intéressante sur divers sujets

Publié le 11 Septembre 2021

Un récit léger, enlevé, tout est croqué en quelques lignes, on voit, on vit les personnages et les situations. Sauf le "Je" énigmatique : J’imagine une jeune femme plus dans sa prime jeunesse, qui décide de sauter le pas par conformisme. Et puis la fin, avec ses accords grammaticaux… Il ne peut quand même pas s’agir de fautes d’orthographe ! Je relis le récit encore une fois, deux fois, afin de m’assurer, de vérifier des indices, il n’y a que « le discours de Sofiane » qui m’ait alerté ! Une question toute personnelle que je me pose, comment @LAHILLE Hélène s’y serait prise en anglais ? En tout cas merci pour ce petit tour de force !
Amitiés, Michael

Publié le 28 Août 2021

Merci beaucoup pour vos commentaires!
@Michel Canal, contente qu il vous ait touché dans son plus simple appareil! Au plaisir de partager des textes!

Publié le 23 Août 2021

@Hélène LAHILLE, merci pour cette autre version du thème d'écriture "Nuit de noces", dont la surprise est à découvrir dans la chute. Mais... chut ! A chacun de la découvrir.
Les affaires de famille ne sont que rarement linéaires, sans accrocs ni épines.
C'est bien raconté, touchant, très réaliste. Un bon moment de lecture.
Merci pour ce partage, Hélène.
Amicalement. MC

Publié le 23 Août 2021

Un récit simple, mais agréable. J'ai surtout aimé l'accessibilité du texte. Abordable et compréhensible. Même pour des novices de la lecture. Merci pour ce beau partage.

Publié le 23 Août 2021

Quel texte sympathique ! Merci

Publié le 23 Août 2021