Classiques et Moi
Du 17 mai 2022
au 17 mai 2022

Les Classiques : Henri Troyat ET MOI

Henri Troyat est souvent boudé, parfois considéré aujourd'hui comme un auteur populaire de second rang. Ecrivain prolixe de romans, romans historiques, biographies, il marque son temps. Goncourt en 1938 avec l'Araigne, Il entre à l'académie Française en 1959. Il a ses adeptes, "c'est ma madeleine à moi", déclare Cécile Quétier. Voilà pourquoi.
Henri Troyat choisi par Cécile Quétier pour les Classiques et moiHenri Troyat choisi par Cécile Quétier pour les Classiques et moi

Peut-on dire d’Henri Troyat qu’il fait partie des grands auteurs classiques ? Lorsque j’ai posé la question autour de moi, « Quel est votre (ou ton) auteur classique préféré ? », j’ai entendu : Victor Hugo, Françoise Sagan, Marguerite Duras, Le Clézio… Jamais Henri Troyat. Pourtant, il paraît qu’en 1994, un sondage Sofres le classait écrivain préféré des français.

Celui qui disait : « Le romancier doit s'effacer derrière ses personnages. Il doit leur donner naissance et disparaître immédiatement après » a souvent été boudé par la critique car trop populaire, selon elle.
Pour moi, Henri Troyat reste un grand nom de la littérature française. Inutile d’essayer de le comparer à tout autre auteur, il est unique.

C’est grâce à ma sœur aînée que je l’ai découvert, l’année de mes 10 ans. Son professeur de français lui avait donné à lire « Les semailles et les moissons ». Elle avait adoré et me racontait, au fur et à mesure, les aventures d’Amélie puis d’Elisabeth sa fille. Très vite, je me mis moi aussi à lire les 5 tomes de cette saga. Et à les relire très régulièrement ensuite.
Pourquoi ? Je me le demande encore aujourd’hui. Pourquoi Troyat plutôt qu’un autre ? Peut-être parce que cet écrivain possède le talent rare de nous faire entrer dans son univers comme si l’on entrait dans la maison d’un ami. On découvre le Paris en guerre, la campagne de l’époque, la vie dans un bar, mais côté jardin… On y plonge sans retenue et on se retrouve aux côtés de ces héros ordinaires auxquels on s’attache très rapidement. On partage les espoirs et les doutes d’Amélie, on souffre avec Pierre Mazalaigue, on regarde grandir Elisabeth.
Si nous ne sommes pas des acteurs au sens propre de la saga, nous n’en sommes pas non plus de simples spectateurs. Nuance subtile que seul les grands écrivains sont capables de nous offrir.

 

Plus tard, j’ai aussi lu « La lumière des justes », « Les Eygletière », « Le moscovite » et bien sûr la Trilogie Viou (Sylvie, dite Viou, à laquelle je pouvais m’identifier, étant moi-même une apprentie danseuse assidue).
J’ai lu également « Aliocha »,  « Le fils du satrape », « La ballerine de Saint-Pétersbourg », « La fille de l’écrivain » et « La neige en deuil ». Entre chacun de ces titres, j’ai fait de petites incursions auprès des Mazalaigue… bien sûr !

J’aime tout chez Troyat. Son écriture, qui paraît tellement simple alors qu’elle est tellement riche. Le choix du mot juste, toujours. Le phrasé impeccable. Mais pas une perfection que l’on sent laborieuse. Juste une petite musique dont on ne se lasse pas, que l’on écoute et réécoute, en découvrant à chaque fois de nouvelles notes.
Divines surprises ! Plaisir sans cesse renouvelé. Lorsque je reprends le tome 1 de « Les Semailles et les moissons », je sais que je vais, une fois de plus, m’immerger dans cette époque que je n’ai pas connue mais qui me semble si familière. J’enchaîne les volumes et le dernier mot lu, je me dis « Cette fois, c’est bon, je ne vais pas m’y remettre de sitôt ! »

Je ne tiens jamais plus de deux ans avant de replonger. Je me pardonne à chaque fois mon addiction.

Cécile Quétier

15 CommentairesAjouter un commentaire

@Nathalie Paz - Bien d'accord avec vous Nathalie, Henri Troyat est un grand écrivain qu'il ne faut surtout pas oublier !

Publié le 07 Juin 2022

Henri Troyat est sans nul doute l'un de mes auteurs préférés. Je l'ai découvert, adolescente, avec La lumière des justes. S'en suivit une véritable passion pour la Russie ! Son style est si captivant, qu'il nous emporte dans ses histoires au point que ses personnages nous semblent de lointains parents. J'ai tout autant apprécié ses magnifiques sagas, ses biographies, que ses romans comme L'araigne, Toute ma vie sera mensonge, La voisine de palier... qui m'ont marquée d'une tout autre manière. Un grand écrivain qu'il ne faut surtout pas oublier !

Publié le 04 Juin 2022

Certains de ses livres trônent sur mon étagère aux côtés de ceux de Pierre Benoît, autre auteur génial délaissé. De véritables madeleines à ressortir pour les vacances.

Publié le 30 Mai 2022

@Fanny Dumond - C'est exactement cela Fanny, notre écrivain favori devient un ami que l'on a plaisir à retrouver. Peut-être aurais-je été déçue, mais j'aurais adoré rencontrer Henri Troyat et aller boire un café ou un thé avec lui. Bonne fin de week-end à vous. Cécile

Publié le 29 Mai 2022

Nous avons tous nos écrivains favoris que nous avons plaisir à retrouver comme un ami qui nous manque et que nous aimerions présenter aux autres comme vous le faites si bien. Il y a fort longtemps, j'ai lu plusieurs Troyat, ce qui veut dire qu'il ne m'a pas laissée indifférente, mais ils ne m'ont pas laissé de souvenirs impérissables comme ceux de mes livres de chevet. Dernièrement, j'ai lu " L'Araigne " et là, oui, je pense que je m'en souviendrai ! Bonne fin de semaine à vous. Cordialement. Fanny

Publié le 27 Mai 2022

@Krydece - ;)

Publié le 19 Mai 2022

Bonjour.
Merci de m'avoir répondu., je ne parviens pas à écrire à votre adresse MBS. c'est bien de se passionner pour un auteur, passion louable. Je loue votre effort car ce n'est pas facile de croiser les doigts lorsque l'on a des sabots.

Publié le 19 Mai 2022

@ Krydece - Alors je croise les doigts pour que le temps n'efface pas l'œuvre (immense au vrai sens du terme) d'Henri Troyat.

Publié le 18 Mai 2022

Bonjour
Je n'ai pas lu les romans de Troyat par manque de temps mais j'ai apprécié les biographies des grands monarques russes, un pays qu'il est scandaleux de mentionner actuellement. Il ne s'agit pas de vulgarisation mais plutôt d'un travail didactique et rigoureux. pourquoi faut-il que les ouvrages de connaissance soient inaccessibles et pédants, voir Bourdieu. Je ne pense pas que l'on puisse qualifier Troyat de classique, même si je l'apprécie, il faut attendre alors que la patine du temps parvienne ou non à effacer ses ouvrages, ce qui détermine les classiques.

Publié le 18 Mai 2022

@ Philippe Cléarque - Je suis totalement d'accord avec vous ! Les écrits d'Henri Troyat sont captivants, c'est le mot.

Publié le 18 Mai 2022

@ Mary Montcalm - Contrairement à vous Mary, je n'ai pas lu Le mort saisit le vif, erreur que je vais bien vite réparer ! Je suis contente si mon texte vous donne envie de plonger dans l'œuvre de Troyat. Puis-je vous conseiller... au hasard... Les semailles et les moissons ? Je plaisante ! Je vous souhaite de passer de bons moments, quel que soit votre choix.

Publié le 18 Mai 2022

@ Philippe De Vos - Merci pour ces recommandations que je vais m'empresser de suivre ! De mon côté, j'ai lu les biographies de Verlaine, Baudelaire et Terribles tsarines. J'ose dire que comme biographe, Henri Troyat est excellent. Là encore !

Publié le 18 Mai 2022

Je garde un souvenir incroyable du cycle de la Lumière des Justes. J'ai lu ça il y a plus de trente ans mais je me souviens d'avoir été absolument captivé et d'avoir rêvé sur ces personnages !

Publié le 18 Mai 2022

Ma grand-mère était fan de Troyat. C'est elle qui m'a fait lire "Le mort saisit le vif". J'étais ado, et ce livre était tellement différent de ce que j'avais l'habitude de lire qu'il m'a marquée. Votre article vient de faire naître l'envie de me plonger dans un autre livre de Troyat.

Publié le 18 Mai 2022

Je n'ai pas lu le Troyat romancier, mais j'ai lu le Troyat biographe, dont deux biographies que je recommande : celle de Zola et celle de Balzac. Passionnantes ! Il sait aller à l'essentiel, sait rythmer ses biographies à la manière d'un roman.
(pour Zola, je n'avais pu résister, après cela, à me rendre à Médan/étonnante maison)
J'ajoute : son écriture, un vrai régal. Nul doute que le romancier doit être fameux !

Publié le 17 Mai 2022