En retrait

40 pages de Damian Jade
En retrait Damian Jade
Synopsis

Adrien quitte la ville pour se ressourcer.
Sa mise en retrait doit lui permettre de se déconnecter, mais son expérience ira bien au-delà de ce qu'il envisageait.

Publié le 15 Août 2021

Les statistiques du livre

  1269 Classement
  36 Lectures 30 jours
  1107 Lectures totales
  -442 Progression
  71 Téléchargement
  11 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 6 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Camille Descimes
Honoré par votre lecture et ce commentaire aussi agréable qu'utile. Merci pour le tuyau sur artères vs veines.
Vous avez lu ce que j'espérais : que l'on ne sache pas vraiment ce qui lui arrive, que l'on doute et qu'on envisage deux pistes bien différentes. Pour qu'au final on ne sache pas dire non plus si c'est un drame pour lui ou une délivrance. Le tout bercé par cet écrin de verdure, aux haillons d'argent, qui ne font pas même frissoner sa narine :-)

Publié le 29 Octobre 2022
5
Bonjour @Damian Jade ! Je viens de dévorer "En retrait", magnifique. Tout d'abord, le thème, le besoin de se mettre en retrait, de s'extirper du monde, qui donne envie de vous accompagner dans ce petit chalet, aux confins de l'existence. La nature, que l'on ressent par nos cinq sens, la solitude, la tristesse... L'interprétation la plus évidente semble une rupture d'anévrysme, mais l'apaisement est tel qu'on se demande si ce n'est pas un simple camouflage, si derrière ce retrait il n'y a pas aussi une manière de nous faire part de cet essoufflement, de cette lassitude qui peut nous envahir, et nous donner envie, parfois de nous extirper définitivement de ce monde envahi d'hostilité ordinaire. Pour ne pas vous étouffer de compliments, je vous signale une infime boulette: page 8 "les pulsations de son cœur se mirent à battre d'autant plus fort dans les veines de son cerveau." Evidemment, c'est du pinaillage médical (cela me mettra au-delà de tout soupçon de vouloir vous ensevelir sous des corbeilles de fleurs par certains tristes sires officiant par ci par là…) Donc, reprenons, physiologiquement, les pulsations cardiaques battent dans les artères uniquement. Dans les veines, le flux sanguin est continu, parole de doppleriste ;) En pratique il suffit d'écrire artères à la place de veines et le tour est joué ! Pour finir, j'ai trouvé que le rendu de la légèreté, du soulagement final était très réussi. En fait, votre texte m'a fait songer à la fille d'un ami qui s'est donné la mort dans des circonstances presque semblables. C'est, je pense, pour retrouver ces sensations de plénitude que vous décrivez si bien que certains en viennent à de si tristes extrémités. Merci, et à très vite, je l'espère, sur vos prochaines pages ;)
Publié le 29 Octobre 2022

@Hubert Merci merci ! Il y a plusieurs interprétations possibles, et celle-ci en est une que j'aime bien aussi.

Publié le 30 Septembre 2021
5
J'ai vraiment aimé suivre ton cheminement dans la peau du personnage. Beaucoup de réalisme et de subtilité. On plonge littéralement avec ton héro, et lorsqu'on émerge du rêve éveillé, un étrange sentiment de vécu nous hante. Mille Bravos et merci pour le partage
Publié le 30 Septembre 2021

@Bernard Marais Je vous rejoins (hormis les violentes migraines). La nature a, en effet, son petit rôle. Après tout, nous en venons et y retournons ;-) Merci !

Publié le 19 Septembre 2021
5
L'instant où tout bascule est tellement doux que ça donne juste envie que ça nous arrive ainsi. Merci pour ce beau texte mélengeant les états d'Adrien avec les variations de la nature environnante.
Publié le 10 Septembre 2021

@Louise H Pardon, Louise, je n'avais pas vu votre commentaire. Je vous en remercie et je suis touché par vos gentils mots. Vous avez bien compris la référence, il y avait quelques mots cachés dans le texte. Il se trouve que c'est un de mes poèmes favoris.

Publié le 10 Septembre 2021
5
Bonjour @Damian Jade. Je ressors pensive de cette lecture... Grâce à votre sous-titre, j'avais d'abord relu "Le Dormeur du val" de Rimbaud, poème que j'affectionne particulièrement. Je me demande si, à tout hasard, ce ne serait pas, là, une nouvelle inspirée. Si oui, cela expliquerait pourquoi j'ai autant été touchée, émue. J'y ai noté quelques références, comme on le fait en jazz avec des 'citations' : -haillons d'argent- -narine- -il a froid- -tranquille-. Mais, surtout, l'ambiance sereine. Votre écrit est beau, et je vous remercie pour ce qu'il m'a fait.
Publié le 05 Septembre 2021

Oui, c’est subtile, entre deux eaux, comme lui, on flotte.

Publié le 03 Septembre 2021

@AndréSe Merci pour cette appréciation qui me touche. Il se trouve que ce n'est pas exactement ce qui arrive au personnage. C'est davantage l'acceptation d'un état non choisi (...), qu'un acte volontaire. La bascule se faisant à 17h08 ;-)

Publié le 03 Septembre 2021
4
Récit assez captivant avec une fin inattendue. Cette fin est d’ailleurs à la fois tragique et paradoxalement heureuse puisque le narrateur se laisse mourir tout en vivant des derniers moments de vie paisibles et agréables. Vous avez su mettre de la légèreté et de la sérénité dans des évènements douloureux et tragiques et c’est ce qui fait la force de votre extrait. Le narrateur arrive enfin à lâcher prise ce qui lui permet de vivre des moments heureux même si évidemment j’aurais vraiment et nettement préféré que tout cela ne débouche pas sur un suicide et sa mort. Puis j‘ai bien aimé votre écriture, je l’ai trouvée douce et harmonieuse comme les derniers moments sur terre du narrateur.
Publié le 03 Septembre 2021
5
J'ai aimé le dénuement progressif, le changement d'état d'esprit (pour ne pas dire d'état, tout court !), le réalisme des perceptions physiques et l'incertitude jusqu'à la toute fin. En étant attentif, lors de la lecture, on note que le passage à la première personne est loin d'être anodin, et j'ai trouvé cela bien géré. C'est une nouvelle qui me restera.
Publié le 16 Août 2021