En retrait

40 pages de Damian Jade
En retrait Damian Jade
Synopsis

Adrien quitte la ville pour se ressourcer.
Sa mise en retrait doit lui permettre de se déconnecter, mais son expérience ira bien au-delà de ce qu'il envisageait.

Publié le 15 Août 2021

Les statistiques du livre

  295 Classement
  92 Lectures 30 jours
  463 Lectures totales
  +9 Progression
  57 Téléchargement
  10 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 7 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Hubert Merci merci ! Il y a plusieurs interprétations possibles, et celle-ci en est une que j'aime bien aussi.

Publié le 30 Septembre 2021
5
J'ai vraiment aimé suivre ton cheminement dans la peau du personnage. Beaucoup de réalisme et de subtilité. On plonge littéralement avec ton héro, et lorsqu'on émerge du rêve éveillé, un étrange sentiment de vécu nous hante. Mille Bravos et merci pour le partage
Publié le 30 Septembre 2021

@Bernard Marais Je vous rejoins (hormis les violentes migraines). La nature a, en effet, son petit rôle. Après tout, nous en venons et y retournons ;-) Merci !

Publié le 19 Septembre 2021
5
L'instant où tout bascule est tellement doux que ça donne juste envie que ça nous arrive ainsi. Merci pour ce beau texte mélengeant les états d'Adrien avec les variations de la nature environnante.
Publié le 10 Septembre 2021

@Louise H Pardon, Louise, je n'avais pas vu votre commentaire. Je vous en remercie et je suis touché par vos gentils mots. Vous avez bien compris la référence, il y avait quelques mots cachés dans le texte. Il se trouve que c'est un de mes poèmes favoris.

Publié le 10 Septembre 2021
5
Bonjour @Damian Jade. Je ressors pensive de cette lecture... Grâce à votre sous-titre, j'avais d'abord relu "Le Dormeur du val" de Rimbaud, poème que j'affectionne particulièrement. Je me demande si, à tout hasard, ce ne serait pas, là, une nouvelle inspirée. Si oui, cela expliquerait pourquoi j'ai autant été touchée, émue. J'y ai noté quelques références, comme on le fait en jazz avec des 'citations' : -haillons d'argent- -narine- -il a froid- -tranquille-. Mais, surtout, l'ambiance sereine. Votre écrit est beau, et je vous remercie pour ce qu'il m'a fait.
Publié le 05 Septembre 2021

Oui, c’est subtile, entre deux eaux, comme lui, on flotte.

Publié le 03 Septembre 2021

@AndréSe Merci pour cette appréciation qui me touche. Il se trouve que ce n'est pas exactement ce qui arrive au personnage. C'est davantage l'acceptation d'un état non choisi (...), qu'un acte volontaire. La bascule se faisant à 17h08 ;-)

Publié le 03 Septembre 2021
4
Récit assez captivant avec une fin inattendue. Cette fin est d’ailleurs à la fois tragique et paradoxalement heureuse puisque le narrateur se laisse mourir tout en vivant des derniers moments de vie paisibles et agréables. Vous avez su mettre de la légèreté et de la sérénité dans des évènements douloureux et tragiques et c’est ce qui fait la force de votre extrait. Le narrateur arrive enfin à lâcher prise ce qui lui permet de vivre des moments heureux même si évidemment j’aurais vraiment et nettement préféré que tout cela ne débouche pas sur un suicide et sa mort. Puis j‘ai bien aimé votre écriture, je l’ai trouvée douce et harmonieuse comme les derniers moments sur terre du narrateur.
Publié le 03 Septembre 2021
5
J'ai bien aimé votre récit, que je trouve plein de qualités : (un peu en vrac et avec des redites) vous avez une bonne maîtrise de la langue technique quand il s'agit de décrire le... mal de tête du héros (on va dire ça comme ça) ; vous êtes moins à l'aise avec la langue littéraire mais votre écriture est sobre et efficace, au service de l'histoire, c'est le plus important ; vous êtes subtil (par exemple, le passage de la 3e personne à la 1ère personne est presque invisible tant il coule de source), subtilité qui vous permet de nous emmener avec vous avec douceur et nuances, ce qui n'empêche pas le dynamisme du récit (variante : vous savez raconter, créer une atmosphère, un mystère : il y a un suspense subtil, pas du tout racoleur, ce qui est reposant) ; votre sujet est traité avec originalité, vous parlez avec légèreté de la gravité ; la forme raconte la même chose que le fond, ce qui est difficile à réussir et est la preuve d'un don ou d'une maîtrise (je penche plus pour la première hypothèse). En tout cas bravo et au plaisir de vous lire encore. Amitiés. Rachid
Publié le 16 Août 2021
5
J'ai aimé le dénuement progressif, le changement d'état d'esprit (pour ne pas dire d'état, tout court !), le réalisme des perceptions physiques et l'incertitude jusqu'à la toute fin. En étant attentif, lors de la lecture, on note que le passage à la première personne est loin d'être anodin, et j'ai trouvé cela bien géré. C'est une nouvelle qui me restera.
Publié le 16 Août 2021
5
Bonjour@Fabyen. Difficile de commenter votre nouvelle sans prendre le risque d'en casser la longue chute, comme le précise @Elvira84. /// Je vous ai lu à deux reprises hier soir (avec beaucoup intérêt), mais n'ai pas réussi à rédiger mon commentaire dans la foulée... Trop de doutes au final. /// Vos échanges avec @Rachid Blanchet m'ont permis de situer le point de rupture, d'en comprendre les conséquences. /// Débarrassée de ce petit malaise, je peux donc vous livrer mes premières impressions. J'ai aimé votre style, à la fois simple, limite langage parlé, poétique et rythmé. L'immersion est rapide ; le réalisme des ressentis d'Adrien, de ses perceptions charnelles et spirituelles, permettent à votre lecteur de se glisser dans sa peau avec aisance (d'où la gêne de l'incompréhension initiale). C'est l'histoire d'un burn out, somme toute banal, mais que vous avez su sublimer par l'art de la fouille... Celui que je préfère, quelle que soit la forme... En bref, j'ai beaucoup aimé. /// Quelques coquilles résiduelles et maladresses. J'ai repéré page 20 : "j'euS peu de pensées"... Si vous souhaitez une bêta-lecture, n'hésitez pas à me contacter via ma page d'auteur. /// Merci pour ce partage aussi vigoureux que sensible. Amicalement, Michèle
Publié le 16 Août 2021