Le Cid vs le Dic

17 pages
Extrait
de Vyctor Ego
Le Cid vs le Dic Vyctor Ego
Synopsis

Voici une traduc-parodie en çaisfran moderne de la tragi-comédie de Pierre Corneille. Le texte d'origine est "traduit" ligne par ligne, en alexandrins. Ce projet est avant tout destiné aux professeurs de français en panne de stratégie pour intéresser leurs élèves au théâtre classique.

Publié le 17 Mars 2022

Les statistiques du livre

  504 Classement
  67 Lectures 30 jours
  981 Lectures totales
  -113 Progression
  25 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

 "Le Cid vs le Dic" est le "Livre le +" du 4 avril. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Vyctor Ego c’est pour cela qu'il publie sa pièce de théâtre gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 04 Avril 2022

Ce livre est noté par

26 commentaires , 8 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Patrice Gautier

Bonjour Patrice ! Votre Illusion Comique est à nouveau en ligne ? Merci tellement de m'avoir exaucé :) J'ai justement tout ce dimanche pour le lire d'une traite. Et merci doublement pour votre lecture minutieuse de mon Cid (un petit mois, mazette !). Votre avis enthousiaste m'a donné la pêche pour le continuer cet été. À dimanche, sur votre page d'auteur ;)

Publié le 01 Juillet 2022

@Patrice Gautier
Whaou ! Plus qu'un exercice (difficile mais brillant), l'approche d'une langue vivante et vibrante. Un régal absolu que j'ai dégusté en tranches fines : j'ai mis un petit mois pour le lire… Tout le plaisir de retrouver une inventivité pourtant si proche de nous et que l'on croise dans la rue, à portée d'oreille… Bravo.

Publié le 01 Juillet 2022

Bonjour @Parthemise33,

J'ai découvert grâce à vous l'extrait en pataouète qui circule sur Youtube, haha ! Mais oui, je suis complètement de votre avis. On n'a pas fini de rendre hommage à Corneille. Merci beaucoup pour votre gentil mot :)

Publié le 11 Mai 2022

@Franck Papasidero

Merci beaucoup Franck ! La palme de l'originalité revient à mes lecteurs, qui ont ouvert mon livre en dépit de son synopsis :)

Publié le 11 Mai 2022
5
@Vyctor Ego Je salue la performance djeuniste du dramaturge. Quoique Corneille c’est pas chemo non plus. J’avais lu il y a quelques années la Parodie du Cid en pataouète. C’est ainsi qu’un chef d’œuvre d’il y a plus de trois cents ans prospère en inspirant les générations suivantes. Les vers de Corneille sont inoubliables et le resteront. Liberté est laissée à chacun de s’approprier l’œuvre pourvu que ça fasse qualité (comme le dirait Christina Cordula). Merci Bisous Merci pour ce partage
Publié le 30 Avril 2022
5
Idée originale que de traduire un des joyaux de notre littérature en argot... Très divertissant.
Publié le 24 Avril 2022

@galodarsac

Ok parfait, je vous contacte par mail ce dimanche ! Excellent week-end ;)

Vyctor

Publié le 22 Avril 2022

@Vyctor Ego Bonjour Vyctor, le lien n'existe pas encore, car le fichier est encore un tiers sur mon ordi, deux tiers dans ma tête ! Mais je peux vous envoyer l'ébauche par e-mail, je suis contactable via ma page profil. Je vous l'enverrai avec plaisir. Et puis ce sera plus simple pour discuter, car via le site c'est aléatoire, il n'avertit plus des messages au-delà du deuxième, donc si on ne va pas explicitement sur la page on le rate (j'ai raté ainsi une proposition de collaboration, que j'ai lue par hasard presque 6 mois plus tard ! Heureusement ça a pu se faire in extremis...)
Je suis très flatté que vous vous intéressiez à mes œuvres. Prenez votre temps pas de soucis. Commencez par la poésie, car je suis moins fort en prose :)
Je serai ravi de discuter de vos idées, donc n'hésitez pas à me contacter. À très bientôt !
Bien à vous
-LGA

Publié le 21 Avril 2022

@galodarsac

Excellente nouvelle ! J'imagine parfaitement Cyrano saluer du chapeau sous votre plume. Et la tragi-comédie sur votre page, donnez-moi le lien, je la lirai en priorité. Je finirai de toute façon par lire tous vos livres, mais à mon rythme d'escargot. Bientôt, en théorie, j'aurai davantage de temps de loisir. J'ai plein d'idée de pièces expérimentales, moi aussi. Ça serait passionnant qu'on en discute. Ce site est génial, pouvoir échanger avec de vrais écrivains, et si disponibles ! À très bientôt, et merci pour tout ;)

Publié le 21 Avril 2022

@Vyctor Ego Pas en une matinée: en une heure trente à peine ! Ce n'est pas pour me vanter (enfin si un peu, y'a pas de mal à se faire du bien), mais une fois parti je file à toute vitesse... Une pièce, c'est marrant que vous en parliez, car j'ai justement une tragi-comédie en cours d'écriture, mais elle est loin d'être terminée. Contactez-moi par mail sur ma page, je serai ravi de vous la partager en avant-première, même si ce n'est pour l'heure qu'une ébauche. Et pour plus tard, j'ai un projet ambitieux "façon Rostand", justement, sur un personnage aussi pittoresque que Cyrano mais d'un autre genre (et moins connu), mais je n'en ai pas encore le premier vers et d'ici à ce que ce soit prêt, il risque de couler de l'eau sous les ponts car la file d'attente est longue !
Bien à vous
-LGA

Publié le 20 Avril 2022

@galodarsac

Whaaa ! En une matinée ? Moi il m'a fallu deux jours pour écrire le mien ! Et j'étais en super forme. Vraiment Monsieur Galo d'Arsac, la grâce et l'exactitude de votre style sont dé-men-ti-elles ! Vous avez déjà pensé à écrire une pièce ? Le théâtre classique crie famine depuis la disparition de Rostand, sans un ravitaillement urgent de nos meilleurs poètes, ça serait la fin. Comme dirait Benjamin Franklin Parker, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

À bientôt sur votre page d'auteur ;)

Vyctor

Publié le 20 Avril 2022

@Vyctor Ego
Cher Vyctor, en ce jour découvrant par hasard
Ce poème en réponse à mes mots de naguère,
Je ne puis qu'admirer avec joie et sans fard
De vos vers la musique et la belle manière.
Dommage que ce site, ayant ce bug abscons
De ne point avertir lorsque vient un répons
Ait délayé d'autant le temps de ma réplique ;
Mais qu'importe, après tout: le fruit est dans le vers,
Si j'ose faire ici ce bon mot de travers ! :)
Lors ne m'en veuillez point, si trop tard je rapplique..

Vous plaidez votre cause avec un tel allant
Que le puriste en moi soudain se questionne :
"N'es-tu pas, ô ringard, un brin fier et pédant
Pour tirer à feu noir sur tout vers qui détonne ?
Es-tu donc à ce point dans jadis englué
Pour ne pas voir céans, sous ton œil embué,
Que le public a soif de sonnaille nouvelle ?
Toi, qui n'es pas exempt de ces mêmes erreurs
Que traquent sans répit tes yeux inquisiteurs,
Es-tu le parangon de la rime éternelle ?"

Las, je dois l'avouer, parfois le sentiment
D'être un peu trop rigide instille en moi le doute;
Mais quand je lis Victor (avec in 'i', vraiment !)
Baudelaire ou Musset, je me dis, somme toute,
Que le vers pur et dur, qui leur temps fleurissait,
Peut bien souffrir parfois un moule moins parfait;
Que la divinité, par leur main, est acquise.
Aussi, gardant pour moi l'exigeante rigueur
Je fais en vous lisant à fortune bon cœur,
Et par dedans mon for mes remarques remise.

Ainsi, bel écuyer portant le gonfanon
Du fier alexandrin dans les cités rebelles,
Si, bien que de la règle esquivant le canon
Vos rimes en leur cœurs sont autant d'étincelles,
Alors embrasez-les de vos vers savoureux,
En poètes changez les rudes boute-feux
Qui sans remords souvent la chronique défraient.
Et qu'ainsi transformés en aèdes nouveaux,
Ce soient eux qui demain, en sonnets ou rondeaux
Chantants et gouleyants, de vos peines vous paient !

Bien à vous
-LGA

Publié le 20 Avril 2022

@Agostini Francois-Xavier

Très flatté de vous avoir époustouflé !

Merci beaucoup ;)

Publié le 14 Avril 2022

@RodrigueHatu

Bonjour Rodrigue, vous êtes chez vous dans mon Cid.

Votre compliment est un autographe ;)

Merci !

Publié le 14 Avril 2022

@Lamish Ter

Bonjour Michèle, vous êtes ma commentatrice la plus active, veuillez pardonner mon extrême lenteur à répondre.

Merci beaucoup d'avoir dérogé à votre règle pour lire mon extrait, vous avez mis le doigt sur pas moins de dix points cardinaux, que je vais traiter dans l'ordre :

1) mon texte est amusant
2) il sera bientôt has been
3) le format est malin
4) c'est gavant sur la longueur
5) le résultat est réducteur pour Corneille
6) il est réducteur pour les élèves aussi
7) les élèves ne s'expriment pas aussi grossièrement
8) ceux qui s'expriment ainsi sont à des années-lumières du théâtre de Corneille
9) mon texte n'a de la poésie que la rime
10) il est vulgaire et argotique à outrance

1) Mon texte est amusant

Oui, ma charte de traduc-parodie incluait la clause comique, je suis très heureux que l'ayez validée. Pour rendre Chimène constipée, Elvire nymphomane, Gomès syndiqué, Fernand mafieux, Rodrique weshwesh, etc., j'ai dû forcer le trait par petites touches, pour ne pas dérailler de la traduction. Lorsque j'introduis un écart parodique à un endroit, il me faut développer l'idée dans les vers suivants en gardant une cohérence du côté de la traduction autant que du côté de la parodie. Par exemple, quand dans l'Acte I, scène 2, Elvire voulait céder son amour comme s'il s'agissait d'un fonds de commerce, j'ai enchainé plusieurs détournements du champ sémantique de l'amour vers celui du commerce, tout en m'efforçant de conserver à ma version une certaine valeur de traduction. Le travail fut laborieux (comme la présente explication d'ailleurs), mais en valait la peine si le résultat a pu vous amuser.

2) Il sera bientôt has been.

Inévitablement. J'effectue quand même un tri dans les termes argotiques, pour limiter les dégâts. Les mots oubliés, dont on parvient cependant à deviner le sens, plombent moins un texte ancien. Ils le fleurissent même, souvent. Grave, mytho, urge, jouasse, relou, les gens en souriront en 2030, mais j'espère que le texte n'en deviendra pas illisible, ou complètement dénué d'intérêt. Mon glossaire fait aussi la part belle à l'argot déjà suranné des halles du siècle dernier : môme, moutard, futal, gonze, chlass, biroute, prolo. Ceux-là sont has been depuis longtemps, mais personnellement je les trouve encore d'une jolie force. C'est vrai, je suis moins optimiste pour kiffe, badass et chiller :)

3) Le format est malin.

Oui, coécrire un livre avec Pierre Corneille, c'est un privilège immense. Le hasard du calendrier a fait que nos emplois du temps matchaient - je t'embrasse Pierre, si tu me lis. Ce format permet trois modes de lecture, correspondant à trois profils de lecteurs :

a) Le mode autonome, pour le lecteur ou le comédien qui voudrait lire ou jouer le Dic indépendamment du Cid. Il suffit dans ce mode d'ignorer la colonne du Cid.

b) Le mode classicisant, pour l'aspirant classique qui souhaite qu'on lui vulgarise le Cid avant de le lire. Il faut dans ce mode lire une première fois le Dic intégralement en mode autonome, puis lire ensuite le Cid, en s'aidant de la colonne du Dic comme d'une colonne d'annotations.

c) Enfin, il y a le mode argotisant, pour le néophyte en çaisfran qui souhaite décrypter le langage djeune grâce à mon édition bilingue du Cid. Dans ce mode, on lira le Dic en se servant de la colonne Cid comme d'une colonne d'annotations.

4) C'est gavant sur la longueur

Je suis comme vous persuadé que beaucoup de lecteurs confirmés me trouvent gavant. De même que beaucoup de lecteurs débutants trouvent Corneille ennuyeux. Je fais bien sûr de mon mieux pour intéresser les premiers à la langue familière et les seconds à la langue classique, mais il est évident que mes efforts finiront par gagner mille fois plus d'adeptes au Cid qu'au Dic ;)

5) Le résultat est réducteur pour Corneille

Comment pourrait-il en être autrement ? Là encore c'est incontestable, cependant, sur ce point je vais tenter une timide justification. Je dirais que ma traduction parodique n'est qu'une manière de mise en scène, et que toute mise en scène est réductrice. Le metteur en scène règle l'intonation des acteurs, moi je règle l'intonation du texte. Les deux procédés visent à réduire le spectre des interprétations possibles à un faisceau orienté. En soi, ce n'est pas un mal. Rares sont les lecteurs à porter en eux un spectre si complet des interprétations possibles qu'aucun faisceau de mise en scène ne pourrait l'enrichir. Et bien que dans mon cas, hélas, mon faisceau soit si pâle qu'il offusquera la plupart de mes lecteurs, les quelques rares à tâtonner confiants sous son éclairage justifient ma persévérance.

6) Il est réducteur pour les élèves aussi

Ce mal-ci est bénin. Mon texte n'est qu'une étape de leur quête. Le Cid saura les laver des sévices du Dic.

7) les élèves ne s'expriment pas aussi grossièrement

Euh... en classe ou à la récré ? Honnêtement, je suis certain que si. Mon lexique me semble objectivement soft et grand public : j'ai écarté soigneusement tous les vocabulaires infréquentables des milieux carcéraux, de PEGI18, ou de TikTok. Mais quand mes lecteurs ne se reconnaitraient pas dans mes personnages, s'interdiraient-ils de les apprécier ? Les meurtriers sont-ils les seuls à lire des polars, et les mutants à regarder X-men ? Une oeuvre a-t-elle nécessité de représenter son public pour l'intéresser ?

8) ceux qui s'expriment ainsi sont à des années-lumières du théâtre de Corneille

Moi-même je dis merde et putain en toute simplicité, j'espère que je pourrai continuer à lire Corneille. Votre jugement me parait sévère.

9) mon texte n'a de la poésie que la rime

Là, je suis plutôt d'accord avec vous. Mais je me défends d'avoir prétendu imiter dans mon Dic la poésie de nos artistes contemporains. Le vernis de mon texte est contemporain, sa syntaxe l'est aussi, mais son style se veut classique. Je n'aurai donc aucune homophonie ni aucun effet comparable à opposer à celle de votre citation ; Corneille lui-même fait-il des homophonies ? Non, je vous confirme que ma version n'obtiendra pas le critère poétique 2022 au contrôle technique. Je carbure encore à la Poétique d'Aristote et de Boileau ;)

10) il est vulgaire et argotique à outrance

J'alléguerais que l'outrance est l'attrait de la parodie, mais je prends en considération votre ressenti. C'est pas pour défendre mon titre de Michael Bay du gros mot, mais je vais tenter de justifier tous ceux que vous avez relevés :
"l'étron, le pet", oui Gomès l'ayant un peu mauvaise contre son rival, ses comparaisons tapent sous la ceinture ;
"Ta gueule", l'acmé du pétage de câble d'Urraque, cette sortie ne vous a pas fait rire ? ;
"what the fuck", in full english, inattendu et drôle, non ? ;
"t'emmerdent", un écart désopilant dans la relation maîtresse-servante, moi j'adore haha ! ;
"qu'elle urge un peu son cul", entrée percutante du plus noble et grossier personnage féminin, le décalage au zénith ! ;
"tout va bien pète un coup", nécessaire introduction de l'élément de parodie "Chimène constipée".

Voilà, désolé pour ce long post touffu, j'ai tenu à répondre in extenso à vos remarques.

Merci encore, Michèle, pour votre énergique tape amicale,

À bientôt sur votre page d'auteur ;)

P.S: à une lettre près, vous étiez l'anagramme de la girl friend du Dic !

Publié le 14 Avril 2022

@galodarsac,

Maître Galo d'Arsac, de vous ce compliment
À genoux je reçois comme un adoubement.
Courbé sous la clarté, de vous je me réclame ;
Que l'ombre fuie ma main qui porte votre flamme !
Dans vos pas je suivrai la haute vocation
De protéger toujours la versification.
Du saint ordre puriste idolâtrant la lettre,
J'ai juré comme vous mon obédience au mètre :
Vous voyez que par douze, en apôtres convers,
Des syllabes se lient pour transmettre mes vers,
Qu'un rythme sautillant s'arrête à l'hémistiche
Comme un isard poseur juché sur la corniche,
Que la voyelle e perd sa sonorité,
Sentant pour sa suivante une sororité,
Qu'un son alterne en genre et en nombre s'accorde,
Qu'une rime opulente enfin chaque vers borde ;
Mais cessons des règles l'étalage ennuyeux,
Car je sais laquelle fait défaut à vos yeux.
Ma lacune est énorme (et volontaire, en prime).
Je conteste la faute et je plaide le crime :
Je sacre un hiatus ou le voue au démon
Selon qu'il siée au mot ou à son étymon ;
Sans remords je tasse deux syllabes en une
Quand le ferait de même une diction commune.
Ainsi compte pour six "hiérosolymitain",
Qu'importe qu'on ait sept avec l'accent latin.
Je veux jusqu'aux cités porter ma catéchèse,
Combien de ces ouailles goûtent la diérèse ?
Ces jeunes font des vers au rythme de leur coeur,
Certains ne s'expriment qu'en rimes et fureur,
Imaginez l'effet sur ce public farouche
De cette afféterie entendue dans ma bouche.
Sieur, vous savez mon but, moi je sais le moyen.
De votre art et du leur le mien est mitoyen,
Ils ont la poésie, je sais la Poétique,
Pour les intéresser à l'école classique,
Il me faut de leur langue adopter la verdeur
Avant de votre style exposer la splendeur.
Maître, soyez certain qu'aucun prix ne stimule
Mieux qu'un avis de vous votre plus humble émule.

Vyctor Ego

Publié le 11 Avril 2022
5
Bonjour voici 5 étoiles pour le côté époustouflant de l'idée... En attendant bonne lecture à tous les auteurs libres COMME VOUS ET MOI sur monbestseller.
Publié le 11 Avril 2022

@Théodor Toquet

Merci Théodor ! Corneille aussi m'avait fait rire aux larmes, avec son Illusion Comique. J'ai saupoudré de son Matamore tous les personnages de mon Cid. Ma fierté est immense de vous avoir soutiré des pleurs de joie à vous et vos filles ! A bientôt sur votre page d'auteur ;)

Publié le 07 Avril 2022

@Catarina Viti

Merci Catarina ! Je suis tellement content que l'effet comique ait fonctionné. Moi aussi, je me pète les barres en écrivant haha ! Oui, certaines sorties pourraient faire penser à l'humour trash de Gotlib, carrément. Je ne connais pas bien le cercle de l'écho des Savanes, mais j'ai pu en lire quelques-uns (le fils de Mandryka était dans mon collège). C'est surtout Audiard qui me trotte dans la tête, quand j'écris les dialogues. Les admirateurs d'Audiard vont me signaler à la modération, d'accord ma revendication est abusive, pourtant quand je veux placer un gros mot bien senti, j'entends toujours son : "touche pas au Grisbi, Salope !". Comment que ça claque ! :)
Quand elle est bien amenée, et qu'elle surgit au climax du jeu d'acteur, la vulgarité est comme vous dîtes bidonnante et réjouissante. C'est un ingrédient à doser, bien sûr. Si mes lecteurs trouvent que j'ai eu la main lourde, il est possible que je rééquilibre tout ça en post-prod. Pour le moment, je suis ma recette. Le savoureux décalage entre les personnages de Corneille et leur familiarité de ton contraste comme la confiture sur le fromage.

Merci encore pour votre si stimulant commentaire ;)

Publié le 07 Avril 2022
5
Je m’associe aux bravos à votre performance. Chapeau Bas. S’il vous plaît, bis et ters…
Publié le 04 Avril 2022

@Lamish ter
Non non, ne vous méprenez pas, je ne connais @Vyctor Ego ni d'Eve ni d'Adam, ni de Corneille, ni de Racine... J'ai vu le mot "Cid" dans le titre, lumière ! et je suis entrée, cette pièce de Corneille m'étant chère. Voilà tout.
Sur la longue distance de cinq actes, lu tout d'une traite, cela peut risquer de lasser ; en tant qu'outil pédagogique (et drôle), ce texte est tout à fait à sa place, ce me semble. Et je suis tout à fait d'accord sur le risque que vous soulignez : tout argot se démode très vite.

Publié le 24 Mars 2022

@àTousMesCommentateurs

Bonjour à tous mes commentateurs ! Je vous remercie beaucoup pour votre participation et tiens à répondre à chacun au plus vite, et à commenter en retour vos publications.
Pour le moment je suis en pleine période comptable, je ne peux répondre qu'au ralenti.
Mais j'interviens en coups de vent pour apporter quelques précisions sur mon projet du Cid.
Oui, c'est vraiment un texte amateur, je n'ai jamais été édité et mon statut d'écrivain de salle de bains n'est pas du tout usurpé LOL.
Je jure de ne connaître personne sur MonBestSeller. Seule la bizarerie de mon projet m'a valu la visite de mes quelques lecteurs intrigués.
Moi-même je me gratte continuellement le menton à me demander quelle tournure va prendre mon texte.
Ma principale contrainte d'écriture est que mes dialogues soient jouables par tous collégiens lambda, pas spécialement fortiches en théâtre.
Le "versus" de mon titre n'invite pas à une comparaison entre mon Cid et celui de Corneille, je suis pas fou.
Il indique seulement que les deux versions sont en vis-à-vis.
Cette mise en page est absolument nécessaire, car mon but est de proposer par ma "traduction" des prises et des appuis aux non initiés pour aborder la pièce de Corneille.
J'ai voulu montrer par quels côtés cette oeuvre pouvait être carrément fun.
Un lecteur de Corneille à me lire ne gagne rien au change, mais pourra se divertir de ma remise en vers du Cid qui est une manière de mise en scène. Ma version a pour ambition de servir de marche-pied à la jeunesse que la hauteur du texte ancien rebute, mais l'accessoire peut à loisir servir dans l'autre sens.
J'ai hâte de vous revenir pour vous répondre à tous en détail, je dois retourner à ma compta.
A bientôt, et merci :)

Publié le 21 Mars 2022
5
...et avec la décoration bien sûr !
Publié le 20 Mars 2022

Aller dans les cités déclamer du Corneille,
Voilà qui pourrait bien réveiller leur ardeur !
Mais en voyant qu'il ne s'agit pas du rappeur,
Combien continueront de vous prêter l'oreille ?

Votre parodie est une pure merveille.
En surveillant la règle avec plus de rigueur
Vous gagnerez bien plus des puristes le cœur
- J'en suis, c'est pour cela qu'ainsi je vous conseille !

Mais du néoclassique vous maîtrisez l'art,
Alors foin de pinaille, recevez ma part
De compliments bluffés par votre belle plume.

Dans vos alexandrins nous prenons grand plaisir,
Aussi d'un simple vers mon avis je résume :
Continuez, monsieur, d'ainsi nous réjouir !

Publié le 20 Mars 2022

@Victor Ego Lecture avec mes filles, on a ri aux larmes. Merci pour cette pièce d'exception.

Publié le 20 Mars 2022
5
Il est bien rare de trouver par ici un texte pareil à celui-ci. Bravo. C'est vraiment réussi ! Drôle. Bidonnant & réjouissant. Déjanté, poilant, à se péter les barres. Si Sweet LadyAutrice entend Rochefort, moi, je verrai bien Gotlib ou Bretécher (d'ailleurs n'a-t-elle pas déjà interprété le Cid Unatti ?). Etant tous les trois passés à trépas, cela ne devrait point leur poser problème. Merci pour le moment. Vraiment. Merci.
Publié le 20 Mars 2022

@Kathy Renand :

De bon pied je me lève,
Car j'ai reçu en rêve
Un bon avis venant
De Madame Renand :)

Publié le 19 Mars 2022

@Pierre d'Arlet :

Corneille est invincible,
Mais il me sert de cible
Pour mes lancers de vers
Et de mots à l'envers.

Un merci bien sincère
Pour votre commentaire ! :)

Publié le 19 Mars 2022

@LadyAutrice1800 : Jean Rochefort en Don Diegue version boloss, j'aurais adoré ! Merci pour votre commentaire, je me dépêche pour la suite :)

Publié le 19 Mars 2022

Jolie performance
Belle croustillance
Un morceau de Corneille
Tordu à merveille...

Publié le 19 Mars 2022

@Vyctor Ego
Je ne peux qu’admirer ce brillant exercice.
Jouer avec les mots est pour vous un délice
Que nous dégustons tous, soyez-en convaincu.
Heureusement Corneille n’en sort pas vaincu !

Publié le 19 Mars 2022
5
@Vyctor Ego
Publié le 19 Mars 2022
5
Excellent ! Il ne manque donc plus que le regretté Jean Rochefort pour le livre audio. (La suite ! la suite !)
Publié le 18 Mars 2022

@madline2 : le potage est clean maintenant ! Merci beaucoup pour la lecture ;)

Publié le 17 Mars 2022