Matelot chien de sauvetage

58 pages de Sylvie de Tauriac
Matelot chien de sauvetage Sylvie de Tauriac
Synopsis

Un chien terre-neuve raconte sa vie et porte un regard critique sur les hommes et notre société. Il s'enfuit d'un chenil, traverse des étapes difficiles et rencontre un jeune homme qui deviendra son meilleur ami. Il devient sauveteur en mer et termine ses jours avec son nouveau maître. L'histoire est racontée par le chien et son regard critique, son bon sens ne nous épargne pas, même si parfois il nous fait part de son affection pour les hommes. Le roman est court comme la vie de ce chien émouvant dont les remarques pertinentes nous rappellent nos faiblesses.

Publié le 19 Février 2024

Les statistiques du livre

  736 Classement
  70 Lectures 30 jours
  328 Lectures totales
  -24 Progression
  7 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
@Sylvie de Tauriac Bonjour, C’est avec beaucoup de retard (à cause d’ennuis de santé) que je viens vous retrouver pour vous faire part de mes appréciations et vous donner les 5 étoiles sur votre roman « Matelot chien de sauvetage » et qui en mériterait bien plus, dont j’ai adoré le déroulement de l’histoire qui m’a profondément émue. Quel talent d’avoir fait raconter par « Quino », cet excellent chien terre-neuve, pour se décrire lui-même avec son ressenti dans les moments forts et importants des changements qui lui sont imposés tout au long de son parcours de vie. Je dois vous avouer que sous votre plume de grande romancière vous avez su émouvoir le lecteur. Nul doute que vous ne soyez éditée et reconnue comme une grande artiste littéraire. Pour ma part, je serais très heureuse de vous lire à nouveau. Surtout, continuez à nous faire connaître la grandeur et le côté sublime des animaux bien supérieurs à la vanité humaine qui nous entoure. Souvent je me redis les mots d’Alfred de Vigny dans « la mort du Loup ». « Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes, Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes ! Comment on doit quitter la vie et tous ses maux, C’est vous qui le savez, sublimes animaux ! À voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse. » Oui ! Je crois que tout est dit et que nous nous comprenons dans la grandeur et le côté sublime des animaux. Bonsoir, chère Sylvie, avec mes sentiments amicaux, je me permets de vous embrasser Alhéna.
Publié le 29 Avril 2024
3
Bonjour, je viens de découvrir votre publication. Je trouve que c'est une magnifique histoire, pleine d'émotion et qui gagne à être lue ! J'ai une petite demande : s'il-vous-plaît, pour le confort des yeux du lecteur, pourriez-vous aérer les lignes, rétrécir les marges et mettre la police plus grosse ! On vous en serait infiniment gré car présentement il faut faire un effort démesuré pour profiter de ces belles pages !
Publié le 09 Avril 2024
2.4
Pas facile comme exercice l’anthropomorphisme, mais le résultat pour moi, c’est un très beau conte pour enfants, c’est comme ça que je vous ai lu. Tout d’un coup, changer de perspectives, change le regard, l’analyse que l’on fait des choses. Cela permet aussi d’être plus direct, de ne pas essayer de ménager la chèvre et le chou ! C’est en cela que le conte prend le pas sur la réalité et ça fait du bien de s’en échapper. Merci pour le téléchargement qui me permettra de le partager avec mes petits-enfants.
Publié le 21 Mars 2024