L'homme qui voulait tuer le temps

33 pages de Fernand Fallou
L'homme qui voulait tuer le temps Fernand Fallou
Synopsis

Cette histoire se passe près de la baie de Rio de Janeiro en 2012. Aujourd’hui, le site dont je parle, parfaitement inconnu des touristes du Brésil, n’existe plus. Mais d’autres, probablement, ailleurs, au Brésil ou peut être dans d’autres pays, comme l’Afrique, l'inde ou l'asie, les choses se reproduisent selon le même schéma… ou presque. En filigrane, il y a une méditation sur le temps. Je ne sais pas lequel des deux textes je voulais écrire.
Bon voyage.

Publié le 15 Août 2018

Les statistiques du livre

  905 Classement
  52 Lectures 30 jours
  4047 Lectures totales
  -156 Progression
  0 Téléchargement
  14 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 9 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Fernand Fallou
Ne vous inquiétez pas Fernand, je pourrai réviser les notes en renvoyant Parcie et Monie à votre demande, bref en renonçant par souci d'équité à ma souvereineté de ne pas assez vous noter...
J'ai commençé par vous sur ce site, donc c'est injuste, puisque les autres auteurs n'ont pas tous bénéficié de mes coups bas.
Pour mes écrits, oui les éditeurs, ciao, j'oublie et c'est bien mieux de poster sur ce site, par contre je n'ai ni envie de me disperser sur plusieurs comptes et courriels que je suivrai difficilement, ni envie de payer 15 euros par mois (une ascendance écossaise je suppose...), alors si vous voulez, je vous les enverrai pour en juger, comme à Catarina, par contre elle veut une chouette présentation, et je vais devoir réviser les basiques du traitement de texte (@!§^^^@§!).
J'ai déjà résolu de nourrir luxueusement mes pur-sang de la rue tout cabossés et d'aller à la piscine, mais je verrai...
Bon deux personnes ne font pas un gros lectorat, c'est vrai, il faut que je retrouve le crachat du Napolitain de Cathy, Fache' cazz,,ou qqchose comme ça, schplouch !!!

Publié le 13 Décembre 2022

@Monique Louicellier
Bonjour ma chère monique
Excusez-moi de vous répondre tardivement, mais j’étais à Paris en voyage d'agrément et je suis rentré cette nuit à Bordeaux et j’allume mon ordinateur ce matin pour la première fois depuis vendredi matin dernier. C’est la première fois que j’ai un commentaire aussi long. C’est vrai que les éditeurs ne me courtisent pas mais j’ai bon espoir d’être célèbre à titre posthume.
Ou alors, ils sont tellement sollicités qu’ils ne sont pas en recherche. Mais si ça vous intéresse vraiment posez-leur la question directement. Vous aurez une réponse plus proche de la réalité.
Personnellement je suis à la retraite. J’écris comme d’autres retraités jouent aux boules ou font des mots croisés. Moi j’aime raconter des histoires. J’éprouve un grand plaisir quand des lectrices ou des lecteurs me disent qu’ils ont aimé ce que je fais et cela suffit à mon bon plaisir.
Quant aux lecteurs / lectrices des maisons d’éditions comme les jurys des différents prix littéraires comme le Goncourt (pour ne citer que celui-là) et même les jurys des petites communautés littéraires, je suis très souvent en désaccord avec ces gens-là, mais l’adage « les goûts et les couleurs ne se discutent pas » est toujours le plus fort.
Si vous voulez écrire et soumettre vos textes des lecteurs/lectrices inconnus qui ne vous connaissent pas et donc, n’ont aucune bonne raison de vous aimer ou de vous détester en dehors de votre texte, vous êtes à la bonne adresse. C’est avec plaisir que je lirai au moins votre premier texte.
Et je vais vous dire comment faire pour être publié, il faut être très gentille avec le directeur de la publication ou connaître des gens qui connaissent des gens ayant le pouvoir de vous publier et toujours être très gentille, sinon il faut avoir beaucoup de chance ou bien en dernier lieu, mais vraiment en dernier lieu, écrire un truc super mais vraiment super.
Commencer par MonBestSeller est un bon début. Je vous souhaite bonne chance, et je vous remercie pour ce commentaire dithyrambique étoilé avec Parcie Monie. Deux personnages très connus dans le monde des décideurs
FF

Publié le 12 Décembre 2022
4
Bonjour Fernand ! J'ai été très agréablement surprise par votre écriture que j'aime beaucoup. * J'ajoute ceci en tant que modification importante de mon commentaire : 1. Je trouve très intéressant votre questionnement métaphysique sur le sens de la vie qui est abordé dans plusieurs de vos nouvelles/romans, vraiment, on ne le voit pas si souvent MAIS je trouve que les passages qui y sont consacrés sont trop longs, comment pourriez-vous les faire plus légers, plus suggestifs ou plus synthétiques ? 2. Je suis personnellement gênée par les scènes de sexe un peu trop présentes et qui à mon avis n'apportent rien. Peut-être est-ce la mode dans les romans actuels. Eh bien justement, démarquez-vous ou usez de subtilité. De plus de tels passages empêchent votre livre d'être tout public et d'être un jour donné à étudier aux écoliers en cours de Français, hé, hé... Fin de la modification * Je ne donne pas encore 5 étoiles, car je n'ai pas pris le temps de lire vos autres romans ou nouvelles et je risque d'être encore plus agréablement surprise. Par contre, j'ai une question qui me ronge... Pourquoi n'êtes-vous pas déjà courtisé par les maisons d'éditions ? Je pensais qu'il était relativement facile de publier avec un éditeur et j'ai l'impression que c'est un marché de dupes, notamment au niveau des contrats. Pourquoi pensé-je que c'était si facile ? Parce qu'écrivant moi-même, mais lisant très peu, je l'avoue, et décidée cette fois à ne plus vivre ma vie plutôt que de l'écrire et donc à publier ce que j'écris depuis si longtemps, afin de laisser une empreinte sur cette Terre avant de mourir, j'avais ciblé une maison d'édition bien spécialisée qui m'aurait convenue parfaitement et j'ai vraiment été déçue par la qualité des deux-tiers des ouvrages qu'elle présentait; provenant d'une trentaine d'auteures seulement, dont certaines assez célèbres dans mon milieu, les extraits contenant nombre de fautes de grammaire et d'orthographe, ceci alors que l'éditeur se réserve le droit de modifier les écrits, mince alors, avec une belle vulgarité dans beaucoup et surtout une mauvaise écriture dans un style très classique, où il est facile d'en juger. Le genre d'écrits qui ne donne pas du tout envie de les lire. Un tiers étant cependant plutôt bien écrit. Alors je me suis dit, super, c'est dans la poche, je vais perçer sans difficultés (mon but étant d'être lue surtout par des lesbiennes comme moi et de les passionner, d'exister ainsi pour elles...). J'ai aussi regardé le contrat type d'une autre maison d'édition, avec la petite clause de rachat des stocks d'invendus, des milliers d'euros d'indemnités à verser pour nombre de raisons et surtout si nos écrits ont pu être divulgués par ailleurs (ce qui est compréhensible, mais est si difficile à maîtriser, si on a lu ou partagé nos écrits avec des amies proches par exemple...). Je ressens des blocages à écrire actuellement, alors même que je veux bien cette fois divulguer cette part d'intimité qui me plonge dans une grande extase, autant quand j'écris que quand je me relis... Je voudrais retrouver goût à la vie et donc écrire. Mais sans retours et encouragements je n'y parviendrai jamais, car je suis en dépression et mon estime de moi est au plus bas... Actuellement, les écrivains sont légion, même si paradoxalement les gens ne lisent plus guère, et il faut faire du fric avant tout, nous lire est une perte d'argent pour l'éditeur, alors inutile d'attendre un quelconque intérêt d'une maison d'édition, pas même un avis. Tout doit être terminé et même si c'est un peu nul, nos passages ou notre trame romanesque servent davantage de matière première pour l'éditeur, afin de produire l'ouvrage final modifié et confectionné par un de leurs copistes. Je me trompe peut-être... Je ne connais pas le monde littéraire car j'ai fait des études scientifiques très prenantes, où nous ne sommes pas censés mener une double vie, surtout artistique, même si justement nous sommes imaginatifs et intuitifs, mais nous devons montrer une facade froide et sérieuse ou en tout cas rester dans la schizophrénie de nos expérimentations de malades mentaux pour découvrir le secrêt de la vie, plongés dans un autre type de littérature qui décortique la nature du vide, tellement elle est hyper-spécialisée et exclusive du reste du monde. Quand on en a marre et qu'on veut éviter l'hôpital psychiatrique, si on n'est pas carriériste, si on ne veut plus être payé par l'industrie des médocs, pistonné ou totalement malade, on fait autre chose et on repart à zéro. Je n'ai donc ni lu beaucoup, ni été aidée dans la voie de l'écriture, mais écrire est un plaisir intense et chaque fois que j'ai sorti un écrit sous forme de jeu avec moins de liens émotionnels que ceux écrits spontanément - un exercice pour un atelier d'écriture par exemple ou une nouvelle écrite à la dernière minute pour un concours - j'ai été mise à l'honneur : premier prix pour le concours avec à la clé un peu d'argent pour améliorer le quotidien, mais bien plus délicat de piquer un fard dans un atelier d'écriture, devant les autres participants, le professeur n'ayant pas pensé à ménager leur susceptibilité et je ne suis pas restée... Je m'étais dit que j'avais une petite chance d'être publiée. Mais quand je vois la somme de talents sur ce site, venant d'auteurs femmes ou hommes, qui n'ont jamais été proposés dans les librairies et pas même dans les ventes en ligne, dont les écrits ne seront jamais estampillés par des maisons d'édition puisqu'ils deviennent publics ici, je retombe dans le néant. Qu'en pensez-vous ? Merci ! Moon
Publié le 10 Décembre 2022

Cher @Bahloul
Merci d’avoir pris du temps pour lire cette nouvelle qui me tient à cœur. Aussi bien pour le côté mécanique que pour le côté métaphysique. J’ai été très impressionné par la décharge de Kosche en Ethiopie.
Merci pour ce commentaire généreusement étoilé.
FF

Publié le 27 Octobre 2021
5
Bonjour@ Fernand Fallou: Le sujet est très intéressant. La question des décharges publiques avec tous ses problèmes afférents, est propre à toutes les grandes cités de presque tous les pays du monde, surtout ceux qui n'ont pas encore mis en place des solutions de traitement et revalorisation des déchets. et, le même schéma, comme vous dites, se déroule partout: les chiffonniers qui "exploitent "les lieux n'hésitent pas à recourir à la violence sans se soucier des dangers qui les guettent à tout instant: En Aout 2017, un éboulement de la décharge de Koshe à Addis Abeba a fait plus de 110 morts. Et en Septembre 2016, une explosion dans une décharge près de Cotonon au Benin a fait plus de 20 morts. Et, si on laisse de coté cette partie "physique" du sujet, on voit bien qu'il y'a une partie "métaphysique" et philosophique derrière, qui incite à se pencher sur un coté, lui aussi inhérent à la condition humaine, à savoir la méditation sur le temps et le bien et le mal. Ce qui donne à l'histoire une autre dimension. Bravo et merci pour l'échange.
Publié le 27 Octobre 2021

@galodarsac
Cher Léon Galo d'Arsac
Ce mélange est de la pure inspiration improvisée, donc, non prémédité.
Mes crayons, stylos et autres instruments, clavier, souris, et moi-même sommes atteints de délirium très mince dès qu'il n'y a plus rien à boire dans la maison. C'est comme ça !
Merci pour ce déluge d'étoiles.
FF

Publié le 03 Mai 2021
5
Poésie et science au sommet d'un tas d'immondices... Mais comment donc réussissez-vous de tels heureux mélanges ?
Publié le 02 Mai 2021

Cher @ Houdie Eric
Le même texte va déclencher une compréhension et une émotion différente dans l'esprit de chaque lecteur. C'est ce qui fait la beauté d'un texte. Merci pour ce commentaire généreusement étoilé.
FF

Publié le 29 Août 2020
4
Bonjour, c'est vrai que ce monde n'est pas le même pour tous.Tout dépend de son étoile et votre héros à mon sens a compris qu'il ne pouvait changer la donne ...A moins d'en avoir la maîtrise .Merci
Publié le 27 Août 2020

Cher @jbtanpi
Ça me fait très plaisir de vous lire par ce commentaire qui m'amène de vos nouvelles. Un jour, j'obligerais mon cerveau à prendre le pouvoir sur mon crayon et je réécrirais ce texte. Merci pour ce commentaire étoilé.

Publié le 20 Mars 2019
5
Une histoire joliment racontée avec des personnages vraiment vivants dans ce décor sordide. La méditation sur le temps y trouve sa place. Je ne suis pas ennemi du mélange des genres en littérature.
Publié le 19 Mars 2019

Chère @ Chanelle75
Selon l'endroit et l'époque, le prix de la vie n'est pas le même sur cette planète.
Merci pour ce commentaire étoilé généreusement.

Publié le 03 Février 2019
5
Comme quoi la vie est plus clémente aux âmes bien nées. Quelle vie! Je me suis posée beaucoup de questions existentielles et aujourd’hui je me suis fabriquée les réponses qui m'arrangent bien. Ce qui est sûr, c est que l'existence de certains êtres n’a pas lieu d'être et notre héros l’a bien compris par son action que je qualifie de courageuse. Mais la, c est encore un autre débat. Bravo pour cette histoire enrichissante à caractère généreux. Bien à vous
Publié le 30 Janvier 2019

Cher @Christijohn

Avez-vous lu,
Mais qui est Chris Johnson ? 14 pages
Autres › Nouvelle
de @Tatiana Lebon

vous verrez c'est pas mal, avec une fin émotionnelle d'un bon niveau.

Publié le 26 Décembre 2018

Cher @Christijohn
Bon travail…
Ça me touche, ça ressemble à l'appréciation d'un prof…
Mais pourquoi me dit-il çà ? pour l'histoire d'amour de Pietro, ou alors pour ma vision de la décharge de jardim Gramacho ou pour ma méditation sur le temps.
Qui que vous soyez merci pour ce commentaire plein de secrets surchargé d'étoiles. Merci.

Publié le 20 Décembre 2018
5
Bon travail
Publié le 19 Décembre 2018

Cher @René Sauvage
Votre commentaire est très indulgent, mais ça m'a fait très plaisir de le lire et je vous en remercie. Quant à surprendre mon lecteur ou ma lectrice et l'emmener là ou je veux, vous parlez de la quête du Graal de tous les auteurs. Parfois ça marche, parfois ça marche pas ! Merci aussi pour les étoiles.

Publié le 05 Septembre 2018
5
Une fois encore, j’ai apprécié votre éclectisme, et votre talent pour nous amener en quelques mots là où vous voulez. Et nous surprendre… quand vous voulez !
Publié le 04 Septembre 2018

Chère @Parthemise33 Je vous remercie pour ce commentaire étoilé au maximum. Je suis très heureux de savoir qu’au-delà de mes petites histoires, vous trouviez de quoi parfaire votre culture générale. Je vous remercie également d’apporter de l’eau à mon moulin qui élucubre au gré du courant sur le temps qui passe. Mais j’ai bien peur que vos connaissances soient au-delà de mes points de compréhension les plus hauts...
Pour le moment !
A moins que vous ne plaisantiez ou qu’éventuellement vous vous moquiez.
Fernand Fallou

Publié le 20 Août 2018
5
@Fernand Fallou Cher Mister FF, encore une histoire pleine de surprises. J'ai ressenti toute la tendresse que vous portez aux déshérités. Grâce à vous, je parfais ma culture générale. Vous nous dévoilez également une facette de votre personnalité quant à vos préoccupations métaphysiques. Permettez que je puisse apporter une petite pierre à l'édifice de vos réflexions. En fait, le temps est une espèce de cylindre avec des ondulations de danseuse orientale en raison de la distorsion due à l'attraction universelle tempérée par la force centrifuge. Plus simplement, la courbure de l'espace temps conceptualisé renvoie à la dislocation accélérée des couloirs temporels spiraliques. Et hop! MBM
Publié le 19 Août 2018