jbtanpi
Biographie

Né en 1939.
Fasciné dès l’enfance par des super héros comme Gaston Lagaffe et ensuite par des bons auteurs comme Marcel Aymé, Courteline, ou Brassens.
Très tôt, j’ai aimé écrire, mais aussi étudier et bidouiller l’électronique et la musique.
Plus tard, j’ai rêvé de paradis langoureux sous les tropiques.
Doté d’une maladresse de très haut niveau, mon parcours d’adulte n’a jamais été sans histoires.
C’est pour ça que j’aime écrire.
Avec l’espoir de partager ce plaisir avec mes lecteurs.

jbtanpi a noté ces livres

5
Qu'est-ce qui peut bien pousser des scientifiques de haut niveau à vouloir participer à une mission lointaine dont ils ne savent à peu près rien ? (Contrairement aux organisateurs de la mission qui connaissent tout de la vie privée de chacun des participants.) Vous avez décrit le mécanisme de la sélection des candidats avec une rigueur toute scientifique et assez glaçante, mais valable aussi pour d'autres postes beaucoup moins prestigieux. Bravo pour la construction du récit... en attendant la suite des aventures de ces douze personnages.
Publié le 12 Mai 2019
5
Cette histoire a beaucoup touché le perpétuel indécis que je suis... et qui laisse souvent les évènements ou d'autres personnes décider à ma place (c'est parfois une bonne chose !). Jolie description des amours d'enfance.
Publié le 27 Avril 2019
5
Une histoire joliment racontée avec des personnages vraiment vivants dans ce décor sordide. La méditation sur le temps y trouve sa place. Je ne suis pas ennemi du mélange des genres en littérature.
Publié le 19 Mars 2019
5
Ce roman se lit aisément et avec plaisir. Les illustrations sont une excellente idée : elles aèrent le texte et illustrent le décor avec précision.
Publié le 20 Janvier 2019
4
Je partage l'analyse de @Michel CANAL, mais je n'ai pas son courage, d'ailleurs la lecture d'un texte un peu long sur l'ordinateur m'est assez pénible, âge oblige. L'absence totale de personnages ne me dérange pas, bien au contraire, et j'aime bien votre univers visuel très détaillé. En revanche, c'est plutôt le manque d'aération du texte qui me gêne. Contrairement à un roman de gare qui se lit sans s'arrêter d'un bout à l'autre, la poésie, même en prose, nécessite des "arrêts sur image" et de l'espace (un saut de ligne par exemple) entre les images, en respectant un certain rythme. Comme il est triste de voir son texte affecté d'un 0/5 tant que personne ne l'a noté, je vous accorde 4 étoiles.
Publié le 20 Janvier 2019

Pages