Auteur
Le 05 fév 2021

Les chroniques auteur de sylvie Etient

Sylvie Etient fait partie d' un collectif d'auteurs indépendants : "Les indés se Livrent". Dans ce cadre elle a créé un rendez-vous mensuel intitulé "J'ai rendez-vous avec vous". Chaque mois un auteur à l'honneur. Des graines d'écrivains qui font des jeunes pousses, qui feront un arbre. monBestSeller se devait d'être de la partie.
"J'ai rendez-vous avec vous": Chaque mois un auteur à l'honneur…"J'ai rendez-vous avec vous": Chaque mois un auteur à l'honneur…

Le talent, Sylvie Etient en a, on le sait. Mais le courage et l'énergie, elle en a à revendre ? En créant "J'ai rendez-vous avec vous"  , une interview mensuelle  pour soutenir et promouvoir des écrivains de talent que nous nous ferons un plaisir de relayer.

Pour le numéro 1, c'est Catarina Viti l'invitée, un  ancien Prix Concours monBestSeller avec Blues 3.  

Sylvie ETIENT reçoit Catarina VITI

monbestseller est l’endroit où tout commence …Tambours battants ! Mis en ligne en septembre 2017, mon roman « Rose », reçoit le Prix des lecteurs en décembre. S’en suit sa publication par Carnets Nord. Nouvelle identité : Auteure.

C’est un peu plus tard, fin 2019, alors que mon deuxième roman « NYPC » est prêt à être publié que je découvre l’autoédition et me lance dans cette nouvelle aventure…encore une fois grâce aux conseils glanés sur Monbestseller.
Je découvre alors que s’il est aisé à notre époque de fabriquer un livre, l’édition ne se limite pas la mise en circulation d’un ouvrage. Encore faut-il trouver des lecteurs ! 

Un ami me fait découvrir le mot anglais utilisé pour autoédition : vanity publishing.
L’expression produit sur moi l’effet d’un élément déclencheur : vais-je me contenter de publier par vanité personnelle en forçant la main de mes amis pour leur vendre mes œuvres ou bien vais-je apprendre à trouver des lecteurs, un vrai public ? That’s the question.

Je choisis la voie de l’humilité… et je me démène pour participer à des salons, organiser des dédicaces chez Cultura, Furet du Nord, à la Maison de la Presse de l’Ile d’Yeu etc….
Jusqu’à ce que la pandémie du Covid donne un coup d’arrêt brutal à mes projets pour 2020.

La tuile ! Heureusement, une poignée d’auteurs irréductibles refuse de se résigner à l’annulation pure et simple du salon de l’Autoédition qui devait se tenir à Lyon, et décide de réunir quelques volontaires (dont votre servante) pour organiser un des tout premiers salons du livre virtuel. 

En un temps record, nous apprenons à utiliser ZOOM et le 30 mai… le Salon des Indés se tient en mode virtuel. Une journée entière pour proposer aux visiteurs une librairie en ligne et des tables rondes en direct réunissant un éventail d’auteurs de la BD à la poésie en passant par le roman policier et la littérature blanche. On peut encore visionner les vidéos sur YouTube.

Passé l’évènement, Les auteur.e.s. s qui avaient constitué la cheville ouvrière de l’opération (en particulier Jean-Benjamin Jouteur, auteur publié sur Monbestseller) ont souhaité faire route ensemble et proposer différentes actions susceptibles d’intéresser aussi bien les auteurs indépendants que leurs lecteurs.

Un collectif venait de naître : Les Indés se Livrent.

Contrairement à un auteur publié à compte d’éditeur dans une maison d’édition ad hoc, un auteur indépendant est partagé entre la solitude nécessaire à l’écriture et la nécessité d’être en lien avec les autres pour exister. Prendre conscience que les autres auteurs ne sont pas des concurrents mais des alliés constitue un grand pas pour l’auteur indépendant condamné à l’asphyxie s’il reste seul dans sa tour d’ivoire.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai proposé au Collectif un rendez-vous mensuel sur la chaine Les Indés se Livrent, dans l’intention de mettre en avant des auteurs indépendants dont j’apprécie le travail et de faire découvrir au public des auteurs inconnus qui produisent des romans de qualité.

 

Catarina Viti, je l’ai découverte alors que son roman Blues2 concourait pour le prix Monbestseller. J’ai eu le coup de foudre pour son style et je n’ai pas été surprise que le Prix des lecteurs récompense son talent.
J’ai continué à suivre cette auteure, et mon admiration ne s’est pas démentie avec ses deux derniers ouvrages : Adieu Amériques et Tribulations de Krill en rupture de ban.

Il était évident qu’elle serait ma première invitée.

Voilà l’histoire…Vous aurez compris, je pense, que la rubrique que j’anime chaque mois partage les valeurs de Monbestseller.

 

Sylvie Etient Auteure

Pour son prochain "J'ai rendez-vous avec vous", Sylvie Etient accueillera Céline Bernard, écrivain pour les autres"

 

 

Catarina Viti
En 2013, Catarina Viti interrompt un parcours professionnel et éditorial axé sur les relations humaines et se consacre à l’écriture.
Fortement ancrée à ses racines napolitaines et méditerranéennes, elle créé alors un univers littéraire peuplé de personnages à la dérive et souvent hauts en couleur. Une galerie de portraits dont elle explore les vies avec une férocité teintée de dérision, laquelle réussit à rendre joyeux et drôles les destins les plus sombres. Catarina a édité et autoédité : Femme au bord du Monde, Adieu Amériques, Trois blues du Sud et Tribulations de krill en rupture de ban.
Adieu Amériques Catarine Viti
Blues1, Une saga en trois parties
Sylvie Etient

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
Avocate dans une autre vie, à écouter des êtres se débattant dans les difficultés de la vie, à essayer de comprendre ce qui s’est passé, et à remettre de l’ordre dans des récits en vrac, Sylvie Etient infusait des romans…
Restait à les écrire. 
-« Rose », son premier roman reçoit le prix des lecteurs Monbestseller 2017 et sera publié en juin 2018 par Carnets Nord. 
Sylvie Etient choisit l'édition indépendante pour les deux romans suivants :
-« NYPC » (Not Your Prince charming), publié en décembre 2019.
- « Ce qu’elles préfèrent dans le mariage… » publié en décembre 2020.
A travers ses romans Sylvie Etient livre des portraits de " femmes à midi.
Parce que l'âge de cinquante ans est un âge d'or.
Des romans courts, lucides et joyeux, qui font du bien.

 

 

@sylvie etient, @catarina viti, huvbert letiers, et les autres ! Joie de constater combien nous sommes en phase sans même l'avoir cherché. Enfin, nuance, c'est le fait du regroupement par noms. Alors, continuons. Je dois dire que j'avais déserté MBS depuis les attaques d'un/e agité/e du bocal, lors de notre publication sur la lecture et l'enfant. La Catarina m'a poussée à revenir au motif que je poouvais m'en foutre et répondre (mais la mauvaise fois et l'ennui joint au désir de nuire, c'est un cocktail difficilement supportable à mon goût). M'enfin... je reviens. J'ai même posté une nouvelle, 1er chapitre d'un nouveau roman.

Publié le 12 Février 2021

Voilà un ensemble d’initiatives à mon sens salutaires pour la communauté des « Indés ».
Plus efficace qu’une communication individuelle, plus sympa pour les auteurs qui s’y engagent, plus riche et moins anonyme pour les lecteurs et internautes qui s’y attardent.
Merci à @Sylvie Etient d’avoir concrètement donné vie à ce projet.

Publié le 10 Février 2021

@Catarina Viti
/n
Besoin de chair et de sang... de personnages romanesques... dit Catarina Viti. Cela correspond bien à ce que j'ai perçu dans ses romans. Un style bien à elle, un style qui nous fait découvrir l'humain dans toute sa splendeur, un style émotionnel, le plus complexe, où les sentiments transpirent par les pores.

Bref, j'ai bien aimé l'interview.

La nuit n'est pas l'avenir, dis-tu ? Alors, j'attends de voir...

Publié le 09 Février 2021

@suzie fang : le mot initialement employé par Sylvie était "complices".

Publié le 08 Février 2021

Ma rencontre avec Sylvie fait partie des très belles histoires monbestselleriennes.
Sylvie résume tout ce qu'il est besoin de comprendre quand on rode par ici : "Prendre conscience que les autres auteurs ne sont pas des concurrents mais des alliés".
Répondre à cette interview a été un plaisir doublé d'une surprise. Nous n'avions rien préparé (j'ai d'ailleurs eu du mal à l'allumage -la vie de moine ne rend pas disert), j'ai découvert de magnifiques questions qui montrent à quel point Sylvie sait prendre soin des textes.
Cataririna "Casseuse d'assiettes "invertébrée""

Publié le 08 Février 2021

@lamish
Très émouvant pour moi de vérifier que j’ai ma place dans cette grande famille qu’est monBestseller.Et de pouvoir compter sur le fait que vous serez là pour m’accueillir.
Car je crois bien que vous avez été la première à le faire.
Je me réjouis de ces rendez- vous mensuels.
A bientôt,
Amitiés,
Sylvie

Publié le 06 Février 2021

Merci Sylvie pour ce bel article que je cautionne et soutiens à 150%... "Les Indés se livrent", dont je suis le chroniqueur fou, c'est en fait plus qu'un collectif d'auteurs (es), C'est devenu une bande d'amis partageant une même passion, presque une famille qui aurait choisi ses membres. Dans les années qui viennent, l'auto-édition va évoluer. Je suis fier et ravi de participer à cette aventure, surtout en compagnie d'auteures comme toi (et comme ceux de notre petite bande). J'ai visionné, bien sûr, ta vidéo... Hâte de trouver le temps de lire Catarina. A très bientôt, en virtuel ou en présentiel.

Publié le 05 Février 2021

Bonjour Sylvie. Le hasard a voulu que je regarde hier le premier épisode de la chaîne des Indés, aussi suis-je très sensible à cette tribune. Vous résumez parfaitement l'état d'esprit et les sentiments contradictoires des Indés, et avez su trouver les mots pour convaincre les réfractaires aux échanges, à l'entraide. Comme je l'ai exprimé sur une récente tribune traitant de l'esprit participatif, j'ai encore envie de leur dire : "Essayez pour voir." Car tous les bonheurs que j'ai vécus depuis que je m'essaie à l'écriture, ou que je vis encore, sont en grande partie issus de l'échange, de l'entraide, en dehors du plaisir d'écrire. Merci pour cette tribune qui tombe à pic ;-) et bonne fin de journée. Amitiés, Michèle

Publié le 05 Février 2021