Interview
Le 01 jui 2021

Interview exclusive d’Ophélia Clarisse par Mark Miller

Mark Miller recueille une interview unique. C'est un véritable scoop pour monBestSeller. C'est une folle révélation en avant première. Comment une jeune femme passe des codes les plus traditionnels à une vie olé olé grâce à sa nuit de noces ? Une nouvelle pour l'appel à l'écriture monBestSeller Nuit de noces
Merci infiniment Ophélia de ce moment d’intimité et de vérité que vous avez partagé avec nous. »Merci infiniment Ophélia de ce moment d’intimité et de vérité que vous avez partagé avec nous. »

« Vous n’avez jamais révélé comment tout avait commencé. Racontez nous votre histoire. Quel a été le déclic, le lieu, le moment où tout a basculé pour vous ? »

Sandra n’avait encore jamais dévoilé cet épisode de sa vie. Elle prit une profonde inspiration et, à la manière d’un conte pour enfant, entama son récit :

« il était une fois, une petit fille très romantique et très pudique. Comment ne pas l’être avec une mère créatrice de robe de mariée et un père directeur d’une des plus strictes écoles catholiques du pays ?

Ma conception de l’amour avait donc, dès le début, était façonnée par des valeurs morales, certes nobles, mais aussi rigides et archaïques. Leur éducation, ou plutôt leur lavage de cerveau, avait porté leurs fruits. J’avais passé mon adolescence à repousser les avances incessantes des garçons. Jusqu’au jour où je l’ai rencontré. Je venais de fêter mes 19 ans et j’étais donc encore vierge. Il était grand, sublime, et la tête pleine de rêves comme moi.
Par dessus tout, il était prêt à attendre le mariage pour faire l’amour, condition sine qua non pour moi. Donc, pour répondre à votre question, tout a commencé le jour de mon mariage et plus précisément lors de ma nuit de noce. Ce jour là, j’avais remarqué deux hommes, qui, discrètement, prenaient de photos et filmaient. Sur le coup, je me suis dit que c’était sans doute Florian, désormais mon mari, qui devait me préparer une surprise comme il en avait le secret. Je ne m’étais pas trompée. Mais ce n’était pas celle à laquelle je m’attendais.

Après une fête grandiose, nous avons regagné notre chambre d’hôtel. Juste avant de rejoindre la couche de notre première nuit d’amour, il me rappela à quel point il m’aimait et que désormais son seul et unique but dans la vie était de me rendre heureuse. Il me demanda également si j’avais confiance en lui. Évidemment que j’avais confiance en lui, mais pourquoi cette question ? J’eus la réponse dès que la porte s’ouvrît. Je découvris en effet, surprise et un peu perdue, les deux mêmes hommes que j’avais remarqué plutôt dans la journée. Ils s’affairaient autour de matériel audio et vidéo : appareil photo, caméra, micro, ordinateur.
Ma vue était éblouie par des projecteurs qui saturaient la pièce d’une puissante lumière blanche. Mon mari m’invita a m’assoir sur le lit et m’expliqua. Il tenait à réaliser notre rêve, celui de commencer notre vie commune en faisant un petit voyage autour du monde. Mais il souhaitait également m’affranchir de toutes les chaînes avec lesquelles mes parents avaient patiemment enfermé mon esprit mais aussi et surtout mon corps.
Ces hommes étaient là pour filmer ma première nuit d’amour de femme mariée. Bref, j’allais être la vedette d’un film porno moi, qui était encore vierge. C’est à cet instant que j’ai compris que l’homme que j’avais épousé était véritablement prêt à tout pour moi. J’aurais évidemment pu refuser, la plupart l’aurait sans doute fait, mais pas moi. En une fraction de seconde tout a volé en éclats. Mon passé, mon éducation, mes parents. Je me suis littéralement jetée sur lui et nous avons commencé nos ébats.
Cette nuit là, j’ai tout exploré, tout essayé sans interdits ni tabous avec mon mari devenu enfin aussi mon amant. Je ne savais pas qu’un corps pouvait ressentir et donner autant de plaisir. Ce fût une véritable révélation. Au petit matin, bien qu’épuisés par notre nuit de noce, nous avons embarqué, grâce à l’argent gagné, pour un voyage autour du monde. A notre retour, le réalisateur du film nous a recontacté pour nous offrir un contrat en or pour faire carrière dans l’industrie pornographique. Nous avons accepté presque immédiatement mais à une seule condition : nous serions l’unique partenaire de l’autre lors des tournages.
Cela fait 7 ans que ça dure et notre amour est toujours aussi intense qu’à nos débuts devant la caméra. »

 

« Effectivement, et ce ne sont pas ceux qui regardent vos vidéos qui diront le contraire. Merci infiniment Ophélia de ce moment d’intimité et de vérité que vous avez partagé avec nous. »

@ Michel CANAL
Merci Michel pour votre commentaire. Ah la conjugaison des accords ! Même en faisant attention c’est pas encore ça ! Mille excuses aux lecteurs et lectrices qui liront ma nouvelle.

Publié le 02 Juillet 2021

@Mark MILLER,
Une belle page sur le thème "Nuit de noces" qui réserve bien des surprises. J’ai beaucoup aimé.
Sans doute ce récit illustre parfaitement l’adage "Il faut toujours se méfier de l’eau qui dort".
Au moins, voilà une première expérience qui ne s’est pas conclue par un fiasco dû à l’inexpérience.
Juste un petit bémol (amical comme un clin d’oeil) que peut-être d’autres ne manqueront pas de signaler : vous êtes fâché avec l’orthographe, en particulier avec les accords au féminin.
Merci pour ce partage.

Publié le 02 Juillet 2021