Actualité
Le 22 juin 2018

Concours de Nouvelles 2018 : "Sous les pavés quelle plage ?" Le verdict.

Céline Thoulouze (Belfond), Claire Marine (Atelier sur cour) et Renaud Delourme (Carnets Nord) ont fait leurs choix autour de ce thème difficile Mai 68 / Mai 2018. Historique, journalistique, il fait à la fois appel à l’imaginaire et à la rigueur. Quelle révolution pour 2018 ?
Nos idées de révolutions sont parfois de douces revendications, mais pas que...Nos idées de révolutions sont parfois de douces revendications, mais pas que...

« Sous les pavés quelle plage ? » a suscité des écrits variés. Le cadre étroit du pitch n'a pas muselé un imaginaire généreux. L’idée d’un slogan, guide d’une philosophie de vie qui vous inspire s’inscrit dans la revendication, dans l’inspiration, dans le « mystique », dans la révolution. Traitements variés, mais devons-nous le dire quelques fois hors-sujets.

Nul besoin d'avoir connu de près ou de loin Mai 68 pour écrire votre nouvelle, une simple aspiration à voir le monde autrement devait suffire.

1 er Prix : Tout le monde déteste les limaces de Philippe Mangion

Un nouveau venu assiste pour la première fois à une AG à Notre Dame des Landes. Tension palpable liée à un diktat des pionniers du lieu : interdiction de tuer quelque animal que ce soit. Le problème, ce sont les gastéropodes qui ravagent les cultures bio. Les intégristes monopolisent la parole, les pragmatiques n’osent pas s’exprimer jusqu’à ce qu’enfin une participante dise tout haut ce que tout le monde pense tour bas : tout le monde déteste les limaces. Moment de sidération devant une telle audace puis tous se précipitent pour enfin détruire tous les mollusques ennemis.

Ce pourrait être une chronique journalistique. C’est précis, pertinent.  Il n’y a pas de complaisance, pas de psychologie appuyée. Et une ironie en sous texte réjouissante. C’est un témoignage exemplaire sur l’absurdité des idéologies quand elles sont appliquées à la lettre, à l’excès et de façon doctrinaire. Le slogan est intégré et pertinent dans la situation.

1 er Prix Ex-aequo : Les mots tuent les maux de Jean Marie Pelloquin

Dans un café des jeunes cherchent désespérément un slogan à taguer. On est en 2018. Une mendiante se fait jeter par un client « Dégage négresse ». Tout le café réagit avec un cri spontané et unanime : dégage raciste. Qui pousse l’homme à partir. Ca y est, les jeunes ont trouvé leur slogan : les mots tuent les maux. Alors que le café ferme, la police les arrête. Relâchent les 3 jeunes blancs majeurs, garde Tino, le jeune noir mineur qui a les bombes de tag dans son sac à dos et qui leur tient tête : intention ne vaut pas délit. Quand le père, ouvrier à la sncf, vient rechercher son fils, le commissariat l’informe qu’il est à l’hôpital, décédé.

La progression est intéressante : on part d’une situation légère, des jeunes militants presque « romantiques », à une situation tragique et un sentiment de révolte cette fois ci sincère et puissant. Le retournement du slogan est habile : l’histoire démontre que « les maux tuent les mots » et pas l’inverseC’est un texte intense. Une conclusion tranchante et désenchantée. « C’est ma nouvelle préférée, magnifique, engagée, poignante, et qui répond parfaitement à la thématique imposée », déclare l’un de nos éditeurs.

3 eme prix : Derrière la brume de Marie Cécile Gautier

Un jeune ado monologue devant son grand père qu’on suppose dans le coma. L’adolescent parle d’un exposé qu’il doit faire sur la révolution d’octobre 2018. A l’époque le grand père avait 18 ans ; l’ado regrette de n’avoir jamais échangé avec lui. Quand il quitte la chambre d’hôpital, il est convaincu que de parler à son grand père était inutile. Une fois la porte fermée, une larme nous dit que le grand père a entendu. S’agit il d’une anticipation : on est en 2078 ou plus ? ou bien y a t-il confusion entre 1968 et 2018 ? Peu importe, on est bien.

L’histoire est simple, fluide, émouvante. Le personnage bien incarné, juste, crédible. C’est surtout le traitement de la fin qui est intéressant : ce procédé d’ironie dramatique qui fait que le lecteur est témoin de quelque chose que le personnage ne sait pas. Et qui crée chez nous, comme quand on était enfant devant Guignol, l’envie de crier à l’ado que oui, la mission est accomplie.

4 eme Prix : Mirage d’Elisabeth LARBRE

Dans une classe de BTS, un professeur met le feu aux poudres en lâchant une malheureuse phrase : « Ca ne me gêne pas que vous n’écoutiez rien, de tout façon même avec votre BTS en poche, c’est le chômage qui vous attend ! » La révolte prend de l’ampleur et s’empare du slogan d’un jeune de 19 ans, parents camerounais. « Un horizon pour tous et un soleil pour chacun ». Le mouvement s’emballe, tout le pays est paralysé par les grèves. Max Axel qui a créé ce slogan en rêvant de mer le soir du haut de son HLM est perplexe par le détournement de ses mots. Sa mère, aide-soignante à l’hôpital, se retrouve au chômage technique, l’école de sa petite sœur est fermée, son père quitte l’appartement deux heures plus tôt pour arriver à l’heure à Rungis, lui-même n’est pas sûr de pouvoir passer ses épreuves de BTS… À bien y réfléchir, il n’aurait jamais dû parler « d’horizon » !
Anne Roumanoff dans un de ses sketches ne disait-elle pas : « l’horizon n’est rien d’autre qu’une ligne imaginaire qui recule quand on avance… » ?

Le sujet bien traité, relie une histoire individuelle à un événement politique et national. L’engrenage du mouvement qui, du mépris d’un professeur conjugué à une phrase d’espoir naïf d’un jeune de banlieue, conduit à la paralysie d’un pays est crédible.  La progression toujours tendue, le parcours parallèle du jeune créateur de slogan touchant. La chute est vraiment éloquente et l’utilisation de la citation d’Anne Roumanoff percutante.C’est à la fois un bon traitement factuel et une histoire profondément humaine.

5 eme Prix: Ersatz de Marianne Granier

Laura est de la race des combattantes victimes, tombée au champ de bataille de la consommation. Ce que lui a apporté Mai 68, elle s’en est gavé. Elle a tout eu avec les rêves qui vont avec. L’imaginaire de la pub pour nourrir son âme. Elle y a cru, elle en a profité, elle a aimé.
Désenchantée quand elle fait le deuil d’une partie d’elle même. Elle retrouve peut être l’occasion de découvrir une vérité première : une goutte d’humanité auprès des siens.

C’est moderne, c’est tonique, c’est cynique. C’est toute la force critique d’une génération qui n’a pas vu le rouleau compresseur passer. Sourire sur ses malheurs fait passer les pilules les plus amères. Et rend  l’autre proche et compassionnel.

 DES MENTIONS SPECIALES pour deux auteurs.

>> Un petit coin de parapluie, Philippe Devos.
"Une nouvelle qui part de l'anecdote pour construire une devise, originale fédératrice et plutôt jouissive"

>> Le temps du pauvre, Marc Richard.
"Comme un  conte philosophique qui vous porte ailleurs, une digression sur le temps et sa signification"

 

Merci à tous nos participants. Ce concours était délicat, complexe à traiter. Il exigeait un regard oblique, décalé, militant et parfois facétieux. 

Un recueil de 17 nouvelles sortira en début de semaine prochaine. 

12 CommentairesAjouter un commentaire

Extrêmement contente que ma nouvelle "Ersatz" soit sur le podium! Merci à MbS et au jury pour cet encouragement , un opium à continuer d'écrire. Hâte de vous lire tous et Bravo @Philippe Mangion
Je sens que les gastéropodes de mon jardin vont pointer coupables au tribunal des herbes folles!

Publié le 05 Juillet 2018

@Philippe Mangion
Félicitations à tous les participants et particulièrement à Philippe Mangion pour son succès mérité.

Publié le 03 Juillet 2018

Vous posez la bonne question, @monBestSeller : "comment ai-je deviné ?"...
Sans doute une résurgence maligne de cette vie antérieure lors de laquelle je fus un "sinistre pion", un "grognard de l'Education Nationale"...
Amicalement, toujours - et encore - avec humour.
Philippe.

Publié le 29 Juin 2018

Bravo et félicitation aux auteurs et auteures ! Ce concours valorise des personnes méconnues à mes yeux, mais aussi certaines que j'ai pu découvrir à travers mes lectures sur MBS. Cette récompense est tout à leur honneur :-) Merci aussi à MBS de nous avoir permis de voyager et de rêver un peu... Vivement lundi ! comme disait une certaine chanson ;-) Amicalement. Cristina

Publié le 28 Juin 2018

@Boris Phillips
Oui. Mais comment avez-vous deviné ?

Publié le 28 Juin 2018

Sincères félicitations aux lauréats.
Comme le souligne @lamish, il était facile de tomber dans le hors sujet... Donc, vivement lundi pour se délecter des 17 nouvelles du recueil !
Faut-il voir un clin d’œil, @monBestSeller.com, dans ce nombre de 17 ? En effet, le gouvernement de salut public mis en place par la Convention était constitué 18 Comités dont celui de la législation qui comptait 17 membres... Veuillez me pardonner cet assaut d'érudition, c'est plus fort que moi.
Cordialement et avec humour.
Philippe.

Publié le 28 Juin 2018

Félicitations aux heureux élus que j'ai hâte de lire. Le mérite est d'autant plus grand que le sujet n'était pas des plus faciles, que le hors sujet nous attendait au tournant, sournoisement ;)... A la semaine prochaine pour commenter le recueil. Amicalement. Michèle

Publié le 27 Juin 2018

Très surprise et surtout, très heureuse de trouver ma nouvelle "Derrière la brume" parmi les 5 sélectionnées par le jury ! Je n'en attendais pas tant... Merci pour cette reconnaissance et bravo à tous les participants ! Vivement la découverte du recueil.

Publié le 27 Juin 2018

@ELISABETH LARBRE . Le titre, c'est "tout le monde DETESTE les limaces" (pas "aime"). Serais-tu un suppôt de la réaction, camarade auteure ? ;)

Publié le 26 Juin 2018

Un grand merci au jury et à mBS pour ce prix. J'ai pris un grand plaisir à participer à ce concours, le thème de l'engagement aveugle m'inspire, souvent avec ironie.
Bravo aux camarades :) , j'ai maintenant hâte de me plonger dans le recueil.

Publié le 26 Juin 2018

Bravo à vous tous
Quelle belle articulation donne à voir vos textes !
Merci pour vos audaces qui nous rappellent entre autres que les mots peuvent, en effet, générer bien des maux.
Rien est acquis tout se construit. Je vous souhaite une belle continuation
Bien à vous tous. Claudine Torralba

Publié le 26 Juin 2018

Bravo à tous ! Et bien sûr un bravo tout particulier à Philippe pour sa nouvelle "Tout le monde aime les limaces" !
Je profite de cette belle victoire de Philippe Mangion pour remercier chaleureusement les membres de notre jury : Céline Thoulouze (Belfond), Claire Marine (Atelier sur cour) et Renaud Delourme (Carnets Nord) pour le travail de lecture, approfondi et minutieux, accompli. Merci aussi bien sûr à MBS de la tribune privilégiée ainsi offerte à l'occasion de ce concours. Je suis très heureuse et fière que ma nouvelle ait su retenir l'attention du jury et lui renouvelle, ici, mes sincères remerciements.
Amicalement à tous, Élisabeth Larbre

Publié le 26 Juin 2018