Service Zen

123 pages de Damian Jade
Service Zen Damian Jade
Synopsis

La mort de la fillette était-elle accidentelle ?

Des personnalités peu communes cohabitent dans une unité psychiatrique.
Le personnel tente de canaliser les dérives sans s'apercevoir qu’un jeu de manipulations perverses fait son oeuvre.

Roman court écrit par le binôme "Marien" (avec Damian Jade).

Dispo à la FNAC Livres :
https://livre.fnac.com/a16335118/Marien-Marien-Service-Zen-B

Publié le 12 Juin 2021

Les statistiques du livre

  554 Classement
  57 Lectures 30 jours
  2589 Lectures totales
  -11 Progression
  87 Téléchargement
  17 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

12 commentaires , 10 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Monique Louicellier
Bonjour Monique. Merci pour ce commentaire fourni.
Ce n'était qu'un extrait et je viens de remettre l'intégralité en ligne, pour ceux que ça intéresse.
À savoir que c'était, en effet, un tout premier écrit, qui plus est en binôme. Pour la petite histoire, j'accompagnais quelqu'un qui voulait se lancer dans l'écriture et qui connaît bien ce milieu pour l'avoir fréquenté.
Aussi, au début du livre, je n'apportais que corrections et quelques propositions avant de reprendre la main et de continuer l'histoire (vous observerez probablement un changement de style au fil des pages).

Précisions :
Nathan n'a pas son portable, il utilise le fixe du secrétariat.
Adèle peut l'accueillir puisqu'elle eest sortie de sa période d'internement et que Nathan a une permission pour le week-end.
L'idée n'était pas de décrire le milieu HP et encore moins son staff, mais plutôt de s'en servir comme décor pour une histoire (qui prend son sens un peu plus tard).
Vous avez parfaitement raison dans tout ce que vous dites et décrivez.
Cependant, il y a des exceptions, et le service (Zen) pris en exemple en est une. D'autant plus qu'il y a différents niveaux d'internement et, donc, de comportement du personnel et de sévérité des règles. J'ai, pour ma part, le même sentiment que vous qu'en France nous avons bien du retard et bien peu de moyens pour y pallier.
Merci encore pour la lecture et le temps passé à faire votre retour :-)
Damian.

Publié le 15 Janvier 2023
5
@Damian Jade Je mets un 5, même sur la première partie que j'avais lue (vous n'êtes pas obligé de tout publier ici si vous voulez vendre le livre)... Excellent thème qui sous-tend l'intrigue, la psychiatrie... Est-ce que vous pourriez faire un Ehpad la prochaine fois ou une IME ? Bon suspense, excellente histoire bien imaginée et avec de belles descriptions de l'univers psychiatrique ! Fin un peu courte peut-être et idylle étonnante entre Nathan et Adèle. Il y a aussi pour moi un léger problème sur la première page (juste une phrase à déplacer 3 lignes plus bas, je vous dirai mieux en mp), qui fait un peu confondre Bernie et François et ensuite je me suis demandée ce qu'avait José comme problème, ce n'était pas décrit, alors que d'autres personnages étaient décrits, sans pourtant d'interférence dans le récit et aussi j'ai confondu la secrétaire sans prénom avec Adèle la patiente, et je suis revenue au début pour vérifier. Par contre quelques petites étrangetés en milieu psychiatrique : Portable laissé à Benji/Nathan/François, pas le genre des HP ou alors il faudrait qu'il s'en serve seulement depuis chez ses parents, idylle possible avec Adèle au su et vu de l'asile, je ne pense pas, sinon privations de sorties (c'est leur politique) et pire Adèle qui vient accueillir Nathan devant la porte, hem... Et puis aussi, pourquoi cette jeune fille sortirait avec ce Nathan, encore enfermé, de suite, et de suite rapports sexuels, faudrait être un peu folle, remarquez, elle l'est peut-être ^^, en plus le mec est homo par moments, très déroutant, il y aurait pu avoir une histoire de séduction mais plus lente, plus crédible avec les raisons autres que physiques, toutes les considérations amoureuses et les réflexions avant de passer à l'acte... Mes longues considérations : Je pense que les infirmiers et aides-soignants ne s'inquiètent pas tant des personnalités des patients enfermés, pas envie de se mettre le médecin à dos, et ne se confieraient en tous cas pas à des patients comme Adèle, sauf en secrêt effectivement, de jeunes stagiaires pourraient même aider en secrêt des patients, mais pas trop de psychologie dans la plupart de ces lieux, d'ailleurs les soignants en auraient bien besoin aussi d'un psychologue ! C'est surtout le règne de la psychiatrie avec médicaments à bien plus forte dose qu'en ville (un bon débouché au détriment de la santé des patients), avec des observations plutôt à charge qu'à décharge des problèmes possibles étiquetés psychiatriques, alors même que l'enfermement peut occasionner un énorme stress ou décompenser n'importe quoi. Si on est pas fou en y entrant, on le devient ensuite ! Parano pour le moins... Présents aussi autoritarisme, despotisme, l'arbitraire, quoi, mais vous le décrivez. A mon sens, les infirmiers, sont des cas étranges, choisissant de rester, alors qu'ils devraient fuir, vivant en aquarium dans ces endroits hors-la-loi, comme dans pas mal d'institutions abusives type Ehpad par exemple, où règne souvent la violation des droits fondamentaux, comme de pouvoir faire appel à des médecins extérieurs, kinés extérieurs, spécialistes, orthésistes, avocats, procureur, etc, etc... Et où par contre la cigarette interdite en hôpital et pénible voire dangereuse pour les non-fumeurs, devenus fumeurs passifs, est permise, y compris chez les infirmiers. Ces soignants sont sûrement plus stressés que vous les décrivez, pas loin de devenir fous, comme des gardiens de camp, et pas si cools en parlant des patients. Dans cet univers de dingue, lié à la déshumanisation, ils parquent les patients pour qu'un seul les surveille, en allongeant leurs pauses à eux, afin de rester le plus possible entre eux, soi-disant valides libres, et en se moquant du coup du bien-être des patients et de leurs plaintes.... Rien de différent en Ehpad. Ce qui compte, c'est leur salaire, obéir à la hiérarchie et mettre de la distance, du déni avec les privés de liberté sans procès, qui pourraient les faire se sentir coupables de complicité de sequestration ou de torture ou juste leur faire trop pitié (quoique je crois qu'il existe un juge des libertés actuellement pour les hospitalisations sous contrainte, mais je ne sais pas si appliqué, pour les vieux en Ehpad, la question ne s'est même pas posée, en fait on les y met huit fois sur dix sans leur consentement, en violant la loi !). Une voie de garage pour des personnes fragilisées ? Et sans se mentir, assez souvent de la faute d'une société toute entière ou de celle de leur entourage peu questionné. La psychiatrie d'enfermement dans les murs ou par camisole chimique et retrait de capacité civile (tutelle) en ville, vient de très loin dans l'histoire et a beaucoup de mal à se réinventer. Elle sert toujours de garde-fou pour la société et parfois pour les familles qui veulent se débarasser de leurs encombrants ! Je connais pas mal d'exemples de dérives, ainsi utilisée lors de rivalités politiques sur un député en campagne ou pour étouffer des scandales, par exemple sur une institutrice dénonçant des mauvais traitements sur des enfants, internée d'office par surprise, elle avec son mari qui n'avait rien à voir avec l'affaire, eh, oui (et les chiens à la SPA) ! Sans compter qu'on internait facilement les homosexuels jusque dans les années 70 ! Les noms des pavillons gardent encore ceux des médecins, Esquirol, Bonnafoux, les pires, qui au 19ième siècle torturaient les dits aliénés avec de vraies tortures que personne ne nierait actuellement, quoique les piqures d'insuline, les électrochocs, qui peuvent priver une personne de sa personnalité, sont toujours employés et loués (et les douches glaçées ?) et ils préconisaient l'enfermement comme thérapeutique, ce qui est toujours le cas, et en fait que sait-on des pavillons interdits, où personne ne va jamais et où on enferme les handicapés mentaux sans famille et des personnes qui dérangent leur famille ? L'enfermement sécuriserait les malades ! Tous ! Hem..; Avant c'était carrément avec des chaînes ou dans des cages ! Dans le temps les HP enfermaient tout ce qui dérangeait d'ailleurs, mères célibataires, mendiants, etc... Avec la lourde responsabilité aussi et la complicité des institutions religieuses qui tenaient ces asiles jusqu'au milieu du 20iéme siècle ! Par contre en Italie, le mouvement anti-psychiatrique des années 70/80 a été bien plus innovant. Sans doute aussi moins d'emprise de big pharma où la sécurité sociale permet de bien engraisser labos, institutions et... prescripteurs bien souvent. Un mot oublié comme page 35, le mot "juste" après voiture et des virgules ici ou là, je vous redirai par mp si j'ai le temps !
Publié le 15 Janvier 2023

@FabLovers @GUYONNET Merci pour vos commentaires :-)

Publié le 30 Novembre 2021

Bravo la paire. Je connais un des deux auteurs mais je jure que cela n’a eu aucune influence sur mon appréciation de Service Zen
j’ai beaucoup aimé
Le rythme les personnages l’ambiance
Le style dépouillé et sincère
Une novella réussie sur un thème trop peu abordé
Encore bravo et bonne chance @Damienjade pour le concours

Publié le 24 Novembre 2021
5
Fulgurant !
Publié le 02 Novembre 2021

@Verdon SousLesVannes Merci beaucoup pour vos appréciations. Contents que vous ayez eu du plaisir, c'est notre seul but.
@Blanchet Rachid Bien vu pour les points que vous abordez. Merci beaucoup pour ce commentaire et vos compliments. Les Marien.

Publié le 05 Août 2021
5
D'abord plongé durant quelques pages dans la noirceur et l'absurdité de certains patients, j'ai ensuite vu de la lumière entrer dans le roman. Bravo pour toutes ces tournures déroutantes, pour le réalisme des psychologies (alors que... l'absurdité règne en elles). Et surtout, quelle originalité ! (notamment pour Nathan).
Publié le 02 Août 2021

@Fernand Fallou Nous sommes touchés par votre commentaire, Fernand. Merci.

Publié le 31 Juillet 2021
5
@Les Marien Bravo pour l'intrigue. Super ! Je me suis pas mal perdu dans les personnages. Sûrement à cause d'une arrivée brutale. Mais l'intrigue est très bien amenée. Peut-être que le pot aux roses est dévoilé un peu loin du mot fin. FF
Publié le 28 Juillet 2021

@Kroussar Un grand merci pour cette louange qui nous va droit au coeur ! Surtout venant de vous.
@lamish Merci Michèle pour votre commentaire argumenté. Il nous est autant précieux que les autres commentaires. Nous apprécions les critiques qui nous permettent de nous améliorer.
Il est vrai que les personnages peuvent sembler manquer de réalisme, pourtant... le milieu psychiatrique dépasse parfois la fiction, comme vous le savez sûrement (votre Bio). Nous vous remercions pour votre franchise, elle nous est utile :-) Bien à vous, Les Marien.

Publié le 25 Juillet 2021
5
Difficile de commenter après toutes ces éloges bien mérités. Alors, je vous adresse une pluie d'étoile pour ce petit chef-d'oeuvre. Cordialement.
Publié le 25 Juillet 2021

@Les Marien Pas du tout déçue par la suite et fin! Je confirme mes 5 étoiles! Malgré l'originalité du récit, les personnages, les caractères paraissent vrais et l'émotion est toujours présente! Bravo, mes félicitations et bon succès!

Publié le 18 Juillet 2021
5
Pour moi, vous avez un vrai style. Le rythme, le réalisme et les dialogues donnent de la crédibilité à des comportements pourtant incroyables. J'ai aimé les différentes ambiances et tous les personnages.
Publié le 16 Juillet 2021

Vraiment pas déçu par la suite et la fin ! Vous avez su conserver les particularités de chacun en ouvrant l'histoire sur d'autres ambiances, autour d'une intrigue bien ficelé. Vous m'avez emmené loin, merci !
Je réitère mes 5 étoiles.

Publié le 11 Juillet 2021

@Les Marien Merci. Contente d'apprendre que Jacques est le vieil homme, et j'attends la suite avec impatience! Mais surtout pas de précipitation! Ne bâclez pas! Il faut maintenir le niveau de qualité!

Publié le 06 Juillet 2021

@Marie Peterburger Votre appréciation est vraiment très touchante. Le "vieil homme" est bien Jacques. Quant à savoir 'qui' est Jacques réellement, c'est dans la suite à paraître dans deux jours !

Publié le 06 Juillet 2021
5
@Les MarienC'est un petit chef-d'oeuvre, à ceci près qu'il se termine par une ambigüité: qui est "le vieil homme"?
Publié le 04 Juillet 2021

@RodrigueHatu Merci pour votre commentaire. C'est en effet absurde pour la plupart, et tellement réel pour certains.
@Laurent Lereverdy Mis à part le cadre du lieu, les histoires sont créées de toutes pièces. Personnages, personnalités, intrigue, etc. La volonté étant que ce soit le plus réaliste possible malgré l'absurdité de certains fonctionnements.

Publié le 23 Juin 2021
4
Vous savez vraiment bien gérer les dialogues, et très bien aussi nous emberlificoter tant c’est absurde et totalement dinguo. Bravo, un moment de lecture imprévu et bousculant.
Publié le 23 Juin 2021

@Olivier Sarles Bonjour Olivier et merci beaucoup pour votre commentaire.
@Bernard Marais Merci beaucoup Bernard ! La suite est maintenant en ligne.

Publié le 18 Juin 2021
5
Bonjour Marien, Je n'ai pas vu passer le temps. Je crois que j'ai dévoré votre livre en moins de deux heures. Cela fait partie des romans psychologiques que j'ai plaisir à lire.------------ PS: pour avoir travaillé en milieu psychiatrique, je dois dire que vous décrivez plutôt bien des ambiances, des situations, des personnalités et des comportements qui sont difficiles à croire ; et pourtant bien réels.
Publié le 17 Juin 2021
5
Je viens de terminer cette nouvelle qui m'a tenu en haleine du début à la fin. Fin qui semble d'ailleurs promettre une suite... Je l'espère en tout cas. Il y a de l'audace dans l'écriture et de la cohérence dans le scénario.
Publié le 14 Juin 2021