Trans à Cuba

12 pages de Monique Louicellier
Trans à Cuba Monique Louicellier
Synopsis

Pour ma première publication ici, voici un simple exercice sous forme de nouvelle qui a signé mon passage éclair à l'atelier d'écriture de l'Université de Genève.
J'implique le Professeur de l'atelier jusqu'au slip, je bave sur Cuba en toute méconnaissance de cause, mais c'est goûteux, juteux, sans vulgarité, tendre et coloré d'émotions, ça se lit bien !

Publié le 18 Décembre 2022

Les statistiques du livre

  2253 Classement
  33 Lectures 30 jours
  1008 Lectures totales
  -182 Progression
  15 Téléchargement
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@A. ATH
Merci beaucoup et pardon pour le retard qui me caractérise actuellement pour répondre... J'aimerais livre votre petite nouvelle afin d'en savoir davantage sur vous ou juste sur votre nouvelle, mais je suis perclue de dettes de lectures...

Publié le 02 Août 2023
3
@Monique Louicellier je suis tombée sur votre texte un peu par hasard, et je ne suis pas déçue ! Je suis très sensible à votre style que je trouve très poétique, au rythme et à l'enlacement de vos mots... Belle journée à vous.
Publié le 19 Juillet 2023

@Fernand Fallou... Ah, ah, ah, merci mais détrompez-vous, aucune transgression avec Marco Sabbatini, je veux dire, pas ce que vous pensez en tous cas, pas de transgression à mes préférences sexuelles exclusives, je vous vois venir...
Merci pour la bienvenue !
J'ai juste publié ce machin (comme dirait Catarina Viti) comme cela, pour incorporer ces mots et j'avais juste deux heures devant moi, parce que j'avais un travail d'étudiante universitaire ailleurs en labo et un travail alimentaire le week-end à Naville à vendre des bonbons, des cigarettes et des journaux !!!.
Et quand je l'ai écrit, comme ce n'était qu'un exercice et que je ne savais pas que j'allais 16 ans plus tard le publier. Oui, cela peut paraître comme une petite nouvelle mais en fait, ce n'est qu'un exercice...
En tous cas, super heureuse de lire sur ce site, jamais lu autant depuis mes 17 ans et des merveilles !!! Vraiment plus besoin d'aller acheter un bouquin ou de squatter les bibliothèques (ce que je ne fais plus jamais, surtout en habitant au fin fond d'un trou...). Je voulais juste sortir mes machins avant de crever et retrouver le goût d'écrire, ce qui me comble, que je sois moyenne ou pire, je m'en fous en fait, hé, hé. Et puis les encouragements ou les amitiés sont importantes.
En tous cas, il me faudrait 1000 vies pour lire les bouquins intéressants sur ce site.
Ouais, encore une source de frustration, comme ne pas connaître la signification d'un nom commun ou ne pas avoir connu la Terre entière.
Ouais, vaudrait mieux qu'un hacker pète le site, comme cela je serais moins frustrée...
Bises (et moins de sexe, hein, hé, hé, oui, oui j'ai commandé ma coiffe de bonne soeur à la Mère Noël, je l'attends !)

Publié le 19 Décembre 2022
3
@Monique Louicellier Chère amie Eh bien voilà, c’est fait, vous avez sauté le pas, vous publiez. C’est très bien. Je vous souhaite la bienvenue. Votre texte est effectivement bien écrit, mais il décrit une situation mécanique et psychologique à un moment donné et manque un peu d’histoire. Et n’allez pas croire que je me prends pour votre Professeur Marco Sabbatini, Docteur ès Lettres, qui, si j’ai bien compris partage un peu plus que la littérature avec vous. Mais c’est un premier texte, et il mérite bien 5 étoiles. Un jour, si vous voulez nous parlerons de « la jouissance de la transgression » que vous évoquez dans votre préambule. Bonne continuation. FF
Publié le 19 Décembre 2022

La cata n'a pas de chatte lesbienne, mais elle a des poulettes, un couple en fait...

Publié le 18 Décembre 2022

@Monique Louicellier
Oh merde !
Le chat lesbien d'Irene a fait un AVC ?
C'est la cata.

Publié le 18 Décembre 2022

@Damian Jade
Eh bien non vous avez une écriture géniale sur deux de vos ouvrages que j'ai lus car les autres pas encore, de mémoire l'Accord Caché et celui où un jeune homme part se retirer dans un gîte et meurt d'un AVC. Pas le même style que Catarina, c'est tout !
Ah, oui, Catarina, hé, hé, n'allez pas lire son Baiser d'Irène alors...
Mais elle a une double vie, la Cata, une triple, on ne sait même pas quelle personnalité a écrit quoi. Ce qui est certain, c'est qu'elle se dédouble. Ce qui est certain aussi, c'est qu'elle a une écriture percutante et jouissive (je parle pour moi en tant que femme qui aime les femmes) et surtout qu'elle est sympa et très aidante...

Publié le 18 Décembre 2022

@Damian Jade...
Ah oui ? Ah oui ? Et ah oui ? Mais j'habitais près de Montpellier il y encore deux ans (et demi)... Mais ce que vous ne savez pas, c'est que je fais beaucoup d'efforts, seule et j'assume 15 chats, 20 avec la mère des chatons, les chatons et Kiki le borgne balançé cet été chez moi. Moins 3, cela fait 17... Typhus ? Maladie congénitale ? Ils étaient trop sauvages encore pour rester dedans et restaient avec leur maman, elle à moitié sauvage aussi, qui me crache dessus et s'enfuit si je m'approche.
Malgré des annonces, personne pour les adopter et tenter de les apprivoiser mieux (ça, je l'ai même pas dit sur mes annonces...).
Ils ont disparu 10 jours avant que je ne les découvre. Encore 3 jours et le dégel avant que je ne fasse quelque chose pour les corps (très dur pour moi !). Je n'ai retrouvé que les deux noirs comme endormis l'un contre l'autre. Le corps du tigré dans un autre grenier avait disparu, sans doute emporté par une bête, je pense un renard mais pas forcément.
J'avais préféré que Kiki le Borgne dorme dehors (granges, cave) car il a un TOC, il chie sur mon lit, pas ailleurs et il ne demande pas l'ouverture de porte, ni n'a capté pour la chattière, ni ne veut même entrer actuellement (mais j'avoue, je l'ai chassé cet été)...
Et je n'en ai plus qu'une seule à moi qui dort dehors, Nil, la timide, soeur de Bastet, ma chouchou. L'hiver dernier, elle consentait à ce que la fasse entrer le soir parce que la chattière c'est niet pour elle. Mais plus maintenant. L'hiver dernier je dormais sur mes deux oreilles, mais plus maintenant.
Kiki le borgne a dû lui voler la cave où il fait 5 degrés, hier soir encore, il me faisait des mines en s'étirant sur un bout de matelas par terre, la chattière est un trou dans la porte bien assez grand pour laisser passer Goupil.
Ma Nil doit se taper le grenier où il ne fait guère qu'un ou deux degrés de plus que dehors (deux nuits à minus 8 degrés déjà...). Je l'entends le matin, et même plutôt vers midi avec ce froid, quand elle saute par terre, sur le plafond de ma chambre, dans le grenier, sûrement depuis une poutre où elle passe la nuit.
Les gamelles sont remplies ce soir de bonnes pâtées et de croquettes, les bols sont régulièrement remplis d'eau tiède, les températures sont remontées à plus 5 et pas encore redescendues sous le zéro.
Mais Nil était la seule ce matin. Pas présente le soir car tous les soirs en hiver, elle préfère ne pas manger mais aller se coucher avant la tombée de la nuit.
Aucune trace de Kiki ni d'Hercule (longue histoire, cette chatte redevenue sauvage et nommée ainsi par erreur sur le sexe par sa propriétaire, erre depuis deux ans et était née chez un couple qui laisse proliférer les chats, à 4 km)
Je vis dans un Enfer, que je n'avais pas eu la prudence et l'intelligence de deviner avant... C'est encore pire aujourd'hui.
Je vous passe les temps d'Halloween que j'ai vécus il y a deux ans quand le berger qui est parti entretemps me disait que les chats étaient le menu préféré des renards, qu'ils renversaient même ses brebis pour leur dévorer le pis.
Du coup, j'enfermais tous les chats, vivant dans l'horreur, parce que je les entendais glapir la nuit les Goupils. Jusqu'à ce que mon vieux voisin me rassure, après tout son gros matou à moitié sauvage (oui, mais un sacré gabarit !) était là depuis des années... Et ayant aussi retrouvé deux chattes perdues pendant 2 mois, dont une qui s'était cassé la patte, je ne me suis plus inquiétée.
Sauf qu'hier, mon voisin, le Félix, il était moins affirmatif sur l'inocuité des renards...
Reste plus qu'à prier et tenter d'armer une cage-trappe pour les renards, car apparemment ils n'aiment pas la bouffe industrielle qui est à suffisance, je vais demander à des chasseurs ce qu'ils mettent.
On en est là...
J'ai déménagé en enfer pour les chats, pour ces chats de sauvetage et au lieu de leur offrir une belle vie, je les envoie au casse-pipe.
Peut-être...
Je vais prier.
Rien n'est encore irréversible.
Peut-être les chats manquants, qui m'ont déjà fait le coup deux fois, reviendront demain. Le miracle ne se verra à peine... Bonne nuit !

Publié le 18 Décembre 2022

@Monique Louicellier
Il n'y a et n'y aura pas match ;-) Catarina Viti est une auteure / autrice confirmée ; je ne suis qu'un écrivant du dimanche, sans aucune fausse modestie.

Votre survie dépend en effet de la qualité de votre mortier. Et par ces temps humides, il ne faut point mettre trop d'eau. Le rhum est préférable.

Et oui, je vous ai un peu stalkée, car le regard de votre photo de profil m'a fortement évoqué celui d'une ancienne amie de Montpellier dont j'ai perdu le contact.
Malheureusement, quelle ne fut pas ma déception que de voir que vous n'étiez que vous-même...

Je vous en veux un peu, je dois le dire, de n'avoir pas su sauver ces pauvres petites bêtes.
Le coeur serré, je m'en retourne auprès de mon arbre. J'aurais jamais dû le quitter des yeux.

Publié le 18 Décembre 2022

@Damian Jade
Oh, merci Damian, c'est trop, trop (et sans doute, y a-t-il trop là-dedans) gentil de votre part. surtout de vous qui écrivez si bien...
J'attends d'ailleurs fiévreuse l'issue du match entre vous et Catarina.
Un autre auteur que j'adore est Yvar Bregeant.
Mais je prends vos commentaires trop forts, mais si gentils, car j'en ai bien besoin ces temps-ci où j'étais tellement découragée de la vie.
C'est cela ou le rhum que je garde pour mes potions ou pour mes cerises à l'eau de vie, donc...
Non, c'est faux, je ne bois pas, mais je me noie au spleen, je refuse tout médoc et ça fait mal...
Quel bonheur et quel honneur aussi, de voir que vous aviez suivi ma page FB, vous êtes le seul, ha, ha, ça va, pas trop isolé ?
Je vais essayer de corriger mes mises en forme, même si je ne suis pas qualifiée pour cela, ou pour résumer, une grosse paresseuse.
Ici, je n'ai pas le choix, si je veux survivre, je dois tronçonner et empiler le bois, boucher des trous, refaçonner des fenêtres, fabriquer des volets, même si je ne suis pas qualifiée et que je déteste cela.
Et dernièrement trois chatons de 4 mois, un peu sauvages, sont morts subitement et mystérieusement avant l'arrivée du grand froid, je n'ai même pas réussi à les protéger...
J'écrirai bientôt : Les chats qui courent au grenier...
Bises et à bientôt de lire vos romans !

Publié le 18 Décembre 2022

@Zoé florent
Ah, chère Michèle, ne jetez plus de roses sur mon chemin !

Mais je vous remercie bien bas, vraiment, moi qui ai tant besoin d'un peu d'attention pour affronter à nouveau la vie.
Même si vos compliments n'étaient pas mérités, l'amitié que vous me faîtes est plus forte que tout en ce monde cruel et si vous avez pris plaisir à me lire, je vais fêter cela ce soir je crois ! Au rhum ou à la pâtée que je garde pour mes chats ?
Ah, oui les coquilles, c'est vrai, nous sommes tous des pêcheurs à marée basse et partageons notre collecte, sans même avoir besoin de l'océan tout près, chouette activité de groupe !
Merci beaucoup pour le temps pris pour cette correction.
Néanmoins, je prendrai vite mon petit panier en osier, enfilerai mon ciré et coquine, sitôt aurez-vous siroté votre thé avec une larme de lait, apprécié quelques Walkers et m'aurez-vous enchantée de vos jolis mots doux avec de chouettes discussions entre filles délicates, mais, ouf, enfin tourné les talons à ma petite maison, mais je regretterai vite votre passage, que je filerai reposer sur le sable quelques uns de vos coquillages qui auraient pu tourner de l'oeil autrement, Las, je rougis (provenant de hélas, français quelque peu désuet), dans la nuque, c'était ses premiers mots (comme on, impersonnel, invariable ?), le mascara coulé...
Maintenant que nous avons fait connaissance, je me permettrai de toquer à votre porte aussi, pour que vous me régaliez de vos romans et pour ramener chez moi ce que je n'aurais pu finir, en vue de douces dégustations au coin du feu !

Publié le 18 Décembre 2022
3
@Monique Louicellier Quelle belle nouvelle et quelle plume à la fois concise, douce, élégante, poétique ! Je n’en ai fait qu’une bouchée goulue ;-). J’ai aimé l’originalité du sujet ; la délicatesse et la bienveillance avec laquelle vous l’avez exploité. /// Dommage que vous ayez délaissé cet atelier par crainte de réactions inamicales. C’est un peu reculer pour mieux sauter, car toute personne qui écrit et désire se faire lire doit vite apprendre à se blinder, les tacles étant fréquents, entre auto-édités. Merci pour ce joli partage et bienvenue chez MBS. Bonne fin de journée ! Michèle-Zoé
Publié le 18 Décembre 2022
3
Brava ! Vous avez raison, Cuba n'est pas si totalitaire que ça. À La Havane, Trinidad, Santiago ou Pinar del Rio, il est parfois plus facile de s'afficher qu’à Marseille ou à Naples. La vie de la communauté LGBT+ à Cuba est maintenant enviée dans bien des pays du monde. Depuis des années, le gouvernement a dédié beaucoup de moyens au soutien et à l’éducation sur le sujet. J'ai un vrai coup de coeur pour votre style, sa percutance, son honnêteté. Votre texte mérite une mise en forme (police de caractère, taille, ajustement du texte, etc) pour l'afficher à sa juste valeur. La dernière phrase est un résumé, à elle seule, de tout votre talent. Elle est pleine de signification, d’originalité mais surtout de puissance et de délicatesse.
Publié le 18 Décembre 2022