SANS FARD

176 pages de Flore Freynet
SANS FARD Flore Freynet
Synopsis

Monique naît à Avignon en 1943, elle est une jeune fille comme les autres, elle aime la vie. Comme les autres, Monique connaît aussi les humiliations, les remarques dans la rue, les gestes déplacés. Elle fuit, prend la liberté qu’on lui refuse. Jusqu’à rencontrer Henri et ses promesses de grande vie à Paris, les lumières, l’ivresse de vivre, Monique veut tout cela. Elle le suit, et les choses ne se passeront pas tout à fait comme prévu. Comment lutter encore pour sa liberté de femme lorsqu’on s’est fait voler sa voix ?A travers le drame de son histoire, Monique symbolise l’histoire des femmes nées dans cette seconde moitié du XXe siècle dont le corps est tour à tour contrôlé par la famille, l’Etat, les hommes et dont les cris pour leur liberté laissent parfois aphones. Monique est ma tante

Publié le 31 Mai 2023

Les statistiques du livre

  630 Classement
  59 Lectures 30 jours
  5953 Lectures totales
  +99 Progression
  0 Téléchargement
  37 Bibliothèque
 

"SANS FARD" est le "Livre le +" du 23 juin 23. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Flore Freynet, c’est pour cela qu'elle publie son roman sur monBestSeller.

Publié le 23 Juin 2023

Ce livre est noté par

27 commentaires , 20 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
2.4
Récit intimiste, récit de famille, récit d'une femme libre... avec sensibilité et lyrisme parfois, vous portez magnifiquement la voix de votre tante, une femme qui voulait la liberté, s'émanciper et qui a appris à ses dépens que les femmes, malheureusement, ne s'appartiennent pas toujours... Globalement, j'ai apprécié votre texte, peut-être aurais-je aimé un peu plus de rondeur parfois, votre style est le plus souvent concis et sans excès d'ornements , alors que ça et là dans le texte, vous avez de magnifiques envolées, c'est affaire de gout. Il ma semblé aussi repérer un léger fléchissement du rythme (les quelques pages suivant l'arrivée en Suisse), mais il est possible que ce soit lié à ma lecture fractionnée. J'ai trouvé que la narration à la 2e personne, qui pour moi était inhabituelle, renforce votre histoire et créé un pont communicationnel: elle, vous, nous. Sur cette critique, un peu facile, qu'on vous a adressé, de cela a déjà été vu, ou pire, c'est dans "l'air du temps". Qu'importe, si c'est bien fait, je crois que vous avez trouvé cet équilibre ténu du récit individuel face à l'universel, ce roman était nécessaire. Merci pour le partage.
Publié le 03 Mars 2024

Désolé, mais je n’ai pas accroché. Au point de lâcher l’affaire au bout d’une trentaine de pages. Pour moi, le fond est gâché par la forme. Avec ces phrases raccourcies à l’os, avec ou sans verbe, vous semblez viser à une écriture photographique. Je trouve que le résultat est très cliché. Et avec ce procédé consistant à apostropher de manière permanente le personnage principal avec ces « tu », vous excluez - je le ressens en tout cas ainsi - le lecteur de l’histoire, le transformant en quelque sorte en voyeur.

J'ai eu l'impression de lire une liste, une liste de faits, comme cela aurait pu être une liste de courses. Quand on choisit de rendre son style transparent, il ne reste pour moi pas grand chose. Mais rassurez-vous. Il s’agit d’un avis tout à fait personnel, sans nul doute très marginal. Et l’on peut même considérer que vous vous glissez dans les traces que d’aucuns estiment littérairement prestigieuses, celles du Prix Nobel Annie Ernaux par exemple qui, je dois le confesser, n’a jamais réussi à m’émouvoir. Pour moi, un récit doit vibrer et non défiler froidement comme si tout se passait en dehors du narrateur. Au risque dans le cas contraire de produire une œuvre ennuyeuse et ennuyante.

Publié le 16 Février 2024
3
Magnifique ! J'ai dévoré votre livre en quelques heures, emportée par la poésie de votre écriture, votre style que j'ai adoré, cette façon de parler au personnage central, qui finalement adoucit peut-être la tragédie de ce destin qui glisse tant qu'on se dit encore et toujours, mais comment est-elle encore là ? Le style m'a paru très fluide. Le début est extraodinaire mais la fin est vraiment grandiose. Quelques passages à retravailler peut-être entre les deux pour que l'ensemble soit vraiment homogène dans sa capacité à tutoyer la grande littérature. Nomination très méritée. Bravo
Publié le 14 Février 2024
2.4
Vous avez adopté un style qui fait la singularité de votre écrit et qui devient en même temps une contrainte. Ce style permet de mettre à distance, d'étouffer la violence des réalités que vous décrivez. C'est un travail sensible, intelligent, parfois poétique.
Publié le 30 Novembre 2023

@Magali carillo Merci pour votre retour et vos encouragements ! Je vous souhaite une belle suite dans votre travail !

Publié le 28 Novembre 2023
3
@Flore Freynet. Je le trouve remarquable, sobre, grave et élégant votre roman. Car c'en est un, n'en doutez pas! Il est brillant, n'en déplaise aux ouin ouin paternalistes et autres grincheux et rageuses. Votre style est par moments renversant, vos axes et choix narratifs sont fins, pertinents et judicieux. Vous m'avez bouleversée, je vous en remercie et vous dis tout simplement BRAVO!
Publié le 16 Novembre 2023

Je n'avais pas vu votre retour..La brutalité de l'actualité nous a malheureusement tenus éloignés de préoccupations plus futiles.
Tout d'abord, je vous prie de me pardonner, je n'avais pas compris que vous ne souhaitiez que des éloges et, naïvement, je pensais que vous désiriez confronter votre texte à l'avis des lecteurs même lorsqu'ils ne vous flattent pas....
Pour revenir à l'objet de votre colère, même si j'admettais que reprocher à un auteur de malmener la langue française soit un peu vieux jeu, je saisis mal le sens de la suite de votre réponse. Ainsi, citiquer le manque d'originalité de votre récit (témoignage ?roman ?) serait faire offense aux victimes ?
Mais enfin, nous parlons de littérature pas de journalisme... Si la vérité suffisait à écrire un bon roman et à rendre le pus bref de ses paragraphes inattaquable, chacun pourrait alors devenir un auteur majeur...
Juliet que vous évoquez dans votre interview parvient à sublimer la vérité et à l'éléver au niveau de l'œuvre d'art...
Pour conclure, mes trois étoiles visaient plutôt à vous encourager car je suis toujours en premier lieu admiratif de ceux qui osent publier leurs tectes, et consentent ainsi, en principe, à affronter des jugements critiques. En ce qui concerne mon commentaire, il ne voulait donc pas heurter votre susceptibilité mais proposer l'avis détaillé d'un infatigable lecteur, et, avec la question de l'orthographe, vous mettre en garde contre un défaut qui, même aujourd'hui, choque encore bien des amoureux des livres...

Publié le 17 Octobre 2023

@julien F. Je vous remercie pour vos trois étoiles, mais je me passerai bien de votre côté enquêteur de la faute. A qui la faute..
Cela ne me dérange pas d'assumer mes fautes d'orthographe, je suis une enfant dyslexique et une adulte qui fait des fautes même si j'essaie tant bien que mal de dompter les mots, et sans prétention aucune. C'est une histoire vraie donc excusez moi pour le manque d'originalité, vous direz ça aux victimes.

Je pense qu'il y a de la place pour chacun, de s'exprimer comme il l'entend. Avec des fautes ou pas.

Publié le 14 Octobre 2023
1.8
Bien, ce fut une lecture rapide et je reconnais avoir un peu balayé certains passages. Mon avis paraîtra sans doute un peu discordant mais il est franc et sans ambiguïté. Votre livre dont je vous remercie de nous offrir la lecture et très facile à lire, accessible à tous types de lecteurs et propose une histoire parfois touchante et globalement très consensuelle. C'est ceci qui me séduit moins et je rejoins en cela certaines critiques que j'ai lues sur votre fil. Il s'agit d'un ouvrage dans l'air du temps c'est certain, on vous conseille d'ailleurs des éditeurs attachés à la littérature féminine, un témoignage de plus dans le même sens que tant d'autres ces dernières années. Il est écrit dans une vague qui vise à rendre légitimement la parole à celles qui en étaient privées dites-vous : je ne le nie pas, c'est utile, mais cela ne laisse pas d'être très répétitif pour les lecteurs. Car le témoignage n'a pas toujours le sel du roman... Dans le cas de votre récit, le côté lapidaire et concis ne parvient pas à devenir un style et la surabondance de phrases à l'infinitif comme le présent utilisé pour raconter l'histoire appauvrissent l'ensemble. Bref vous l'aurez compris je ne suis pas réellement convaincu même si Monique aurait sûrement pu être un tremplin vers un beau personnage de roman. Un dernier point. Il me semble que lorsque l'on souhaite être reconnu comme écrivain, il convient de faire un effort tout particulier de respect de la langue française. Peut-être est-ce un peu de déformation professionnelle, mais je suis atterré de lire dans votre réponse à un commentaire "J'ai faillis être édité"...
Publié le 13 Octobre 2023

@Julien F. Tant pis pour l'effet, j'attends votre retour.

Publié le 12 Octobre 2023

Bon je vais tout de même lire mais "j'ai ecris" deux fois en trois lignes, sur un site dédié à la littérature ça ne fait pas très bon effet ;-)

Publié le 12 Octobre 2023

@charlotte Dubreuil, je vous remercie pour votre retour, j'ai écrit ce livre juste avant l'effet de mode, il n'a juste pas été encore publié donc il se retrouve en effet sur cette vague... Mais lorsque je l'ai écrit ma pensée la plus chère était de rendre justice à Monique avant qu'elle ne disparaisse et que d'autres Monique subissent le même sort.
Les femmes ont une parole à prendre, peut être que les destins cabossés ont été longtemps invisibilisés, et qu'aujourd'hui la littérature est un joli endroit de dévoilement.

Publié le 10 Octobre 2023
1.8
Merci pour ce partage pour commencer... Je fais donc un pas de plus dans les œuvres mises en avant par le site dans les actualités en vue du "prix-concours". Je livre sans détour, comme à l'ordinaire ce que m'a inspiré la lecture. Il s'agit d'une histoire terrible sans aucun doute et d'un témoignage parfois poignant bien plus que d'un roman et l'ensemble est écrit dans un style à mon goût trop peu travaillé et minimaliste. Mais surtout, c'est encore une histoire de femme cabossée comme tant des autres œuvres de la sélection... Après le Homard adulte d'Isabelle Blondeau, Le Rock in Riyad de Magali Carillo, L'Homme qui n'existait pas de Cerise Guy (j'ai parcourus les deux derniers sans encore les noter) , voilà encore un ouvrage qui laisse croire que la littérature féminine se résume aux mêmes thématiques passionnantes surement mais à la mode sans aucun doute...
Publié le 08 Octobre 2023

J'appréhendais la lecture de ce drame tout à la fois familial et universel , mais au fil des pages , ton style , ta sensibilité me l'on fait aimer . Ce roman mérite de sortir de la confidentialité et d'avoir une diffusion beaucoup plus large . Bonne chance Flore

Publié le 22 Septembre 2023

Merci @Dominique Barriere, au plaisir d'échanger avec vous
Merci également @Clarisse Balsamo pour votre retour enthousiaste et merci aussi de croire en mon livre, j'ai faillis être édité mais cela n'a malheureusement pas aboutis..il n'y a pas d'exemplaire papier, mais j'espère pouvoir vous dire très bientôt qu'il existera..
Merci @Kameldz24 pour tes encouragements !

Publié le 22 Septembre 2023

Bravo flore tu est dans le bon chemin je te souhaite tout le bonheur du monde bonne continuation surtout @Flore Freynet

Publié le 21 Septembre 2023

@Flore Freynet
PS : Où serait-ce possible d'acheter un exemplaire papier de votre ouvrage ?

Publié le 28 Août 2023
3
Quelle plume magnifique, oxymorique ; âpre et délicate, rapide et précise, fouaillant les âmes avec pudeur et violence. Comme la vie, en somme... Qu'aucun éditeur ne se soit penché sur votre texte pour en faire l'un des succès d'une rentrée littéraire, voilà qui me surprend fort. Merci pour ce partage d'un texte si fort et qui laisse, une fois la dernière page tournée, une trace bien entêtante.
Publié le 28 Août 2023
3
Livre très bien écrit et très émouvant. Ce livre m'a beaucoup plu.
Publié le 02 Août 2023

Juste un petit mot pour vous dire que j'ai commencé votre ouvrage, que les premières pages me plaisent infiniment, et que j'aimerais avoir plus de loisirs pour avancer plus vite dans ma lecture !

Publié le 02 Août 2023

Merci @Colette Frère pour votre regard porté sur mon manuscrit et pour cette phrase "Nous portons toutes au fond de nous, une Monique, une petite fille fragile et trop sensible aux regards des hommes."

Publié le 30 Juillet 2023

Merci @catcar, @Daniel Juge, @Boneur Richard pour votre lecture et vos commentaires encourageants !

Publié le 30 Juillet 2023

Merci @Anne-Marie Gorce, vous avez percé à jour une lecture qui m'a inspiré et accompagné en écrivant ce récit, La dérobade de Jeanne Cordelier ! Vous êtes la première a avoir fait le rapprochement. En effet j'ai imaginé que l'atmosphère décrit par cet auteur se rapprochait de l'univers dans lequel Monique avait été plongé.

Publié le 30 Juillet 2023

Merci @Cianella Mari d'avoir témoigné à votre tour

Publié le 30 Juillet 2023

Merci @saphir Demetria pour votre retour !
@Garance74 je l'ai envoyé à une maison seulement qui revendique cet engagement, mais sans succès du fait je pense des très nombreux envois.. Avez-vous des maisons particulières en tête ?

Publié le 30 Juillet 2023
3
@Flore Freynet. Merci pour ce récit remarquable! Belle écriture fluide et retenue. Monique aimait la vie, les fards, la lumière, l'argent et un Père avait failli. Est-ce cette faille qui a pesé si lourdement sur son destin? Sans doute. Pour Elle, les hommes, tous ou presque, furent démons... Et la Justice s'en lava les mains... J'en ai le coeur qui flanche... Nous portons toutes au fond de nous, une Monique, une petite fille fragile et trop sensible aux regards des hommes... Merci Flore Freynet!
Publié le 27 Juillet 2023

Une écriture sensible

Publié le 21 Juillet 2023

Dès la première phrase vous posez le décor:
"Dehors le mistral secoue les roseaux du jardin du crématorium."
Nous sommes en Provence...
Le style est là...
Vous parlez d'un sujet qui m'a habité toute ma vie. La Liberté! La liberté de penser! La liberté de faire. La liberté d'être... une femme!
Encore bravo pour ce beau témoignage.

Publié le 19 Juillet 2023
3
Récit très prenant
Publié le 19 Juillet 2023

@Flore Freynet.
Voilà une lecture dont on ne sort pas indemne.
Je serai tentée de dire style au scalpel pour radiographier une de ces violences faites aux femmes depuis des générations.
Au début, j'ai pensé à l'univers des proxénètes de Jeanne Cordelier. Puisl'histoire vire à l'intime
avec beaucoupde sensibilité dans cette écriture et surtout la capacité d'habiter ce personnage et de nous faire vivre cette vie brisée, sans mauvais jeu de mots. J'avais l'impression d'être une " voyeuse" avec un petit sentiment de malaise devant l'écho de réalité.
Bravo et bonne chance à ce roman.

Publié le 17 Juillet 2023
3
Aimantée par votre récit, j'ai reconnu avec certaines femmes de mon enfance: Ma tante, une cousine de ma mère dont je pressentais qu'elles devaient être protégées, voire réparées. A mes questions, on répondait qu'elles étaient "malades", mais elles ne guérissaient pas. Liberté de l'enfance, je prenais leur défense quand elles étaient parfois fustigées pour des paroles ou des comportements "inappropriés". Merci de témoigner de cette existence, merci pour ces femmes merveilleuses dont la lumière a éclairé ce que l'on voulait nous cacher. J'espère que l'attention que nous leur avons portée aura été pour elles une sorte de consolation.
Publié le 14 Juillet 2023
1.8
Style très sensible et imagé. Avez-vous tenté de vous faire éditer par une maison qui privilégie les autrices et les textes sur la cause féminine ?
Publié le 12 Juillet 2023
3
Le roman démarre fort . Dés le premier paragraphe, j'ai eu la gorge nouée. Une très belle plume pleine d"émotion.
Publié le 06 Juillet 2023

Le bouleversement que procure cette lecture ne vient pas seulement du drame qui est décrit, de cette vie brisée par ce qui hélas est aujourd'hui encore trop présent dans nos sociétés. L'autrice a su trouver les mots justes pour transmettre tout ce que contient une histoire aussi tragique, et surtout adapter son style à ces situations si différentes auxquelles Monique et ceux qui l'entourent sont confrontés. C'est toujours un vrai défi de rendre ces récits universels, celui-ci y arrive parfaitement. Cette écriture ne fait pas que nous procurer des émotions, elle porte un discours sur la société toute entière, sur les questions de domination, sur nos choix, et finalement sur la fragilité d'une vie qu'on voudrait, tous, intense.

Publié le 04 Juillet 2023

Livre très émouvant qui se lit d une traite plus on avance dans sa lecture et moins on a envie de s arrêter
Un super bon rythme une écriture magnifique un style hors du commun
Merci Flore de nous faire partager un destin qui bascule.

Publié le 28 Juin 2023
3
Quelle merveille de plonger dans l'histoire de Monique à travers les mots puissants et délicats de l'autrice. Son regard décortique le réel, soulève les souvenirs avec délicatesse et précision, retisse les fils cassés des non-dits familiaux, nous emporte au loin, nous bouscule et nous dépose sur le rivage après une folle traversée dont on ne sort pas indemne. Cet ouvrage mérite d'être bientôt dans toutes nos librairies. Il parle de Monique, d'une famille, mais touche à l'universel avec brio, il nous parle de nos lignées, de comment des vies brisées font passer la lumière aux générations suivantes. Il parle des femmes, de vulnérabilité, de beauté brûlante, du mal, du mâle, des maux qui ne s'effacent pas et des mots qui restent quand les présences s'effacent. Et de tant de choses encore ! Sublime et bouleversant. MERCI !
Publié le 26 Juin 2023

@Lise Dusausoit @gllm @patcapucine @breynaud Merci pour vos commentaires, ils sont précieux !

Publié le 25 Juin 2023

@Thomas Pelthieu Merci beaucoup pour votre retour ! J'ai été très attentive à l'absence de jugement tout le long de l'écriture, merci de l'avoir souligné !

Publié le 25 Juin 2023
3
Une époque, les années 60, une femme, une enquête et le désir de tourner les pages au plus vite pour suivre ce personnage. Bravo à l'autrice qui nous narre sans pathos cette histoire tragique qu'on voudrait unique ...
Publié le 23 Juin 2023
3
Ce texte puissant et sensible me bouleverse. Pourtant, je ne le lis pas pour la première fois, mais la justesse de sa voix, la gravité et la fragilité des événements et de la vie dont il rend compte me saisissent et m'émeuvent profondément. C'est dire si ces moins de 200 pages se tournent sans le réaliser. Écrire, ce n'est jamais le plus difficile, tout le monde en a l'envie, beaucoup le font. C'est façonner une histoire, tenir une musique, aller jusqu'au point final sans renoncer, sans transiger, sans faillir qui l'est vraiment. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce texte est merveilleux, abouti et particulièrement vibrant. Très rapidement, j'oublie le texte devant moi tant je vis l'histoire au coin de laquelle je prends place et que je regarde défiler comme on passerait un moment au cœur d'un film. Et quand les mots disparaissent au profit des images, c'est que le texte est formidable.
Publié le 23 Juin 2023
3
Récit bouleversant, l'histoire est très bien retranscrite.
Publié le 23 Juin 2023

J’ai enfin eu le courage de me lancer dans la lecture de ce roman.
Forcément une lecture qui me touche particulièrement et qui me permet de connaître, découvrir, apprendre, les secrets que chaque famille a… ma famille en l’occurrence…
Merci Flore de raconter cette histoire, au combien touchante pour moi et pour grande partie inconnue de ma personne.

Publié le 21 Juin 2023
3
Ce livre est intense, plein. Il ne divague pas et poursuit sans relâche son sujet. On se sent à côte de Monique tout au long des pages. Une mention particulière et admirable pour l'absence de jugement sur les personnes, alors que l'histoire est humainement très lourde.
Publié le 18 Juin 2023

@CatarinaViti merci infiniment pour ce retour, l'allusion à Annie Ernaux est pour moi un grand compliment. Son œuvre m'a accompagné pendant l'écriture de ce manuscrit, car j'ai moi-même mené un travail d'investigation pour l'écriture. Je vous remercie pour vos encouragements.

Publié le 18 Juin 2023

@JeanneBageau, je vous remercie pour votre retour. Mon livre est à la frontière du récit il est vrai, mais je le considère comme un roman car j'ai pris quelques libertés narratives sur certains passages de la vie de Monique. Ainsi il reste la version/ la vision très personnelle que j'ai de cette histoire.

Publié le 18 Juin 2023
3
Chère Flore, je souhaite d’abord vous remercier d’avoir donné votre manuscrit à la lecture. Dès les premières lignes, j’avais noté votre style, la densité et la concision de votre narration. Souvent ces qualités s’essoufflent et la promesse d’une œuvre s’effrite et disparaît aux alentour des pages 25 ou 30 ; c’est précisément là où votre texte au contraire déploie ses ailes et s’envole vers sa fin. …//… Vous avez réussi remarquablement. …//… Votre texte contient tout ce qui m’importe : un style, une perspective narrative, une très forte cohésion entre le fond et la forme, une véritable signature d’auteur. Vous racontez une histoire tragique sans jamais virer dans le pathos. Pas une phrase de trop : vous écrivez à l’os, d’une écriture puissante et pleine de retenue. Je n’aime pas faire de comparaisons, mais j’ai eu le sentiment que vous développez une complicité de plume avec A. Ernaux. Pour moi, c’est un immense compliment quoi qu’il en soit. Je suis fascinée par les auteurs qui fixent leur sujet, comme vous savez le faire, avec rigueur, détermination, extrémisme presque. …//… N’étant pas madame Irma, je ne sais quel destin est réservé à votre œuvre. Si j’étais éditrice, je voudrais savoir ce que vous avez écrit d’autre, creuser la question de votre carrière littéraire, envisager les choses dans le long terme et, en fonction des résultats de cette analyse, vous mettre en orbite, mais je ne le suis pas. Je vous souhaite sincèrement de rencontrer cette personne, si toutefois l’heure est encore à ce genre de perspective dans le monde éditorial (Betty Miallet, peut-être ? A voir, à essayer). Merci.
Publié le 17 Juin 2023
2.4
C’est dur d’écrire un premier commentaire sur une telle histoire. D’abord parce qu’elle est dure, et c’est dur de lire des vies abusées. Ensuite parce que le style que vous adoptez, cette narration entrecoupée de dialogues qui n’en sont pas, ce passage sans transition du je au tu au il, l’anti-hiérarchie des temps et des moments, rend la lecture un combat. Qu’on n’est pas sûre de gagner. J’ai trouvé votre synopsis magnifique, et la dernière phrase, posée comme ça, comme si de rien n’était, dit tout déjà. Mais je ne m’étais pas méfiée. Sans doute plus le témoignage d’une vie d’une personne hors norme, qu’un roman, non ?
Publié le 06 Juin 2023