On ne fait que passer

71 pages de ellebazi
On ne fait que passer ellebazi
Synopsis

J’ai coché la case veuve un matin sans préavis. Après, il a fallu tout vivre pour la première fois sans lui. Plus personne le matin, pour sourire ou bouder. On nie, on colère, on se raccroche aux branches. Et on parle toute seule. Alors, je lui ai écrit. Chaque jour. Pour cracher ce noyau coincé en travers de ma gorge. Pour rendre la brutalité progressive. Et parce que la vie. Le deuil, c’est une drôle d’histoire… d’amour, en fait.

3948 lectures depuis la publication le 16 Mars 2015

Les statistiques du livre

  1777 Classement
  24 Lectures
  +262 Progression
  4.9 / 5 Notation
  43 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

44 commentaires , 32 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci @Elisa Galam pour votre retour et vos étoiles. Désolée que les larmes se soient invitées dans votre lecture, mais je suis sûre que votre sensibilité vous a aussi fait ressentir l'énergie de vie. Les corps s'en vont, mais l'amour reste ancré et c'est ce qui maintient en vie nos si chers disparus.

Publié le 22 Février 2017
5
Bonjour ellebazi, Un touchant témoignage écrit avec tellement de pudeur et d'amour que mes larmes se sont invitées dans ma lecture. Votre histoire est bouleversante et comme vous le dites "C'est aussi difficile de ne pas pleurer que de pleurer". Bravo pour votre courage et même si le temps n'efface rien, j'espère qu'il saura au fil des jours et des années apaiser votre chagrin. Très douce soirée. Elisa
Publié le 07 Février 2017

Merci @Marguerite Rothe pour vos mots délicats, comme ceux qui illuminent vos écrits comme je vous l'ai dit sur l'un de vos textes. Vous l'avez compris, le but de cette publication n'est que le partage d'une expérience et de sentiments universels. Puisse-t-elle rassurer un peu sur la violence des chemins de la vie en apportant un peu d'espoir à ceux qui les traversent. Qu'ils entrevoient qu'il est possible de ne pas renoncer car il y a la place pour le chagrin et la joie. Bien à vous.

Publié le 15 Août 2016
5
C'est dans ces moments terribles, que le mot "jamais" prend toute sa dimension d’inéluctabilité. Votre texte m'a "poigné" le cœur et renvoyé à mes propres renoncements. À nos propres renoncements à tous. Par chance, le temps apprivoise et transmue la tristesse en nostalgie, et c’est bien d’elle qu’il s’agit dans la dernière phrase de votre témoignage : la reconnaissance de ce qui a été, et que l'on transmet avant de l'emporter avec soi. Merci infiniment Ellbazi pour cette lecture. Bien à vous, Marguerite.
Publié le 29 Juillet 2016

Merci beaucoup @Mila Kaz. Bonne continuation à vous.

Publié le 29 Février 2016
5
@ellebazi Bonsoir Ellebazi, Je viens de terminer de lire votre journal écrit avec une telle émotion que j’en ai eu les larmes aux yeux. C’est une belle déclaration d’amour. 30 ans de complicité est la preuve que l’amour peut durer jusqu’au delà de la mort. Quel bel exemple pour les couples d’aujourd’hui ! J’avais l’impression de vivre votre histoire à travers vous. Vous avez mis toute votre âme et votre cœur dans ce témoignage. Quand on perd un être cher, il n’y a pas de consolation. C’est vrai, la vie continue même si c’est douloureux. Personne n’a vraiment la réponse. Merci pour ce partage. Vous êtes une femme très courageuse ; je vous admire.
Publié le 27 Février 2016

@ellebazi
Bonjour Ellebazi, merci beaucoup pour votre commentaire, vos souhaits et vos étoiles.
Il est vrai que j'écris en longueur et mon résumé le prouve. La vieille Abby va en effet jouer un rôle important par la suite.
Je reviendrai vers vous pour vous donner mon avis sur votre manuscrit.
Merci, à très bientôt.

Publié le 23 Février 2016

@ellebazi
Bonjour Ellebazi, me revoilà mais cette fois, sur votre mur :)

Quand je vois les commentaires laissés par les abonnés, je suis très curieuse de lire votre témoignage.
Il a l'air très poignant.
Je pense que si un éditeur était prêt à le prendre, c'est qu'il l'intéressait beaucoup donc ce serait vraiment dommage de ne pas retenter votre chance.
Je termine de lire un extrait d'un autre genre et je m'attaque à votre manuscrit.
À très bientôt.

Publié le 22 Février 2016

Merci beaucoup Adelyre de vous être arrêtée sur ce journal et d'avoir pris la peine de le commenter. J'ai vu que vous-même aviez traité ce sujet... La mort s'apprivoise chacun à sa manière... mais elle fait partie de la vie et vous le dites bien dans votre nouvelle.

Publié le 24 Janvier 2016
5
Bonjour Ellebazi, que dire si ce n'est que votre témoignage intime me fait un écho terrible. Le temps ne fait pas tout, on réapprend à vivre car il le faut, retrouver des saveurs et des couleurs que le quotidien perd le jour où l'on perd Celui que l'on aime. C'est tout un cheminement que l'on vit en solitaire et que vous avez parfaitement écrit. Bravo pour le courage d'avoir partagé votre témoignage, Douce journée Adelyre
Publié le 22 Janvier 2016

Merci Richard. Bien sûr je vous pardonne ;-), je ne cherche pas de note. J'ai juste utilisé mon mode d'expression personnel, l'écriture, comme Mano Solo le sien. D'autres en font des poèmes, des peintures ou des sculptures... Mon alphabet est ma palette à moi. Merci d'avoir pris le temps de commenter ici votre ressenti. Quand on donne à voir (ou à lire), le regard du spectateur est un vrai cadeau. J'ai vu que vous aussi vous écriviez. Je vais aller vous lire et reviendrai aussi vous donner mon regard personnel.

Publié le 21 Janvier 2016

Oui Justine, aussi durs soient-ils... J'ai juste partagé ce texte en espérant aider un peu d'autres personnes amenées à voyager sur ce chemin chaotique. Pour qu'elles sachent qu'elles ne sont pas seules et que ce qu'elles traversent est profondément humain, car dans ces moments-là, il arrive que l'on se fasse peur à soi-même. Merci à vous pour le partage de votre ressenti. Et de l'avoir exprimé ici.

Publié le 21 Janvier 2016
5
Le pire dans la mort est vécu par ceux qui restent. Ce récit est bouleversant de sincérité, de sentiments et d'émotions bruts tels que l'ont peut les ressentir après avoir perdu sa moitié. Bravo d'avoir su si bien retranscrire et de nous faire partager ces moments. Si durs soient ils.
Publié le 21 Janvier 2016

Bouleversant
Noter ce témoignage m'est impossible... me pardonnerez-vous ?
A sa lecture, il m'est revenu à l'esprit le texte d'une chanson de Mano Solo, décédé du Sida,
"Je vous laisse le pire ...
les larmes que l'on verse
sur la mort d'un homme,
Adieu mes amis, priez pour moi;"
Merci d'avoir su partager ces pages d'intimité.

Publié le 18 Janvier 2016

Oui, cet amour était un privilège. Mais vous avez eu l'art de transformer sa perte en un nouveau privilège. Il y a des rivières qui n'oublient pas leur source, tandis qu'elles coulent dans les prairies de la douleur. Et c'est pourquoi on y retourne, pour boire.

Publié le 17 Janvier 2016

Oh Monsieur Bossy, vous êtes revenu vous plonger dans mes mots. Je ne sais que vous dire, si ce n’est vous remercier de ce message que je reçois comme de l’amitié. Cet amour reste toujours bien vivant, la présence manque certes, mais le sentiment n’a pas besoin de signes en réciproque pour perdurer et je suis si heureuse d’avoir pu le vivre et de continuer à le vivre au plus profond de moi. C’est précieux, ça vaut la peine d’exister même si la vie n’a que faire ni du mérite ni de la justice. En revanche, elle offre parfois la chance d’un amour comme celui-ci et je crois que c’est un privilège. Merci pour votre message qui est une perle pour moi.

Publié le 16 Janvier 2016

Et oui, je l'ai relu, ce livre, cette complainte, cette glissade lente de la mort de la mort.J'ai relu ce poème d'épines et de roses, cette agonie douce amère de toute une vie. Comment poser autant de gerbes de fleurs autour du souvenir d'amour ? Comment est-il possible de garder entre ses mains autant de grains, autant de gouttes pour empêcher le vent de s'en saisir ? Pour interdire la perte, pour confier ce trésor au plus profond de soi, et pour le déposer au fond de l'âme du lecteur qui a partagé,mot à mot, phrase après phrase, cette offrande indicible. Merci, madame.

Publié le 15 Janvier 2016

Pardon de venir si tard vous remercier Muriel pour votre commentaire et vos étoiles. Je reviendrai bientôt sur votre page après avoir fini la lecture de "Blanche" qui est dans ma bibliothèque.

Publié le 10 Janvier 2016
5
Bonjour J'ai été profondément émue et touchée par ce temoignage. J'ai ressenti votre détresse et votre douleur comme si elles étaient miennes. Merci pour ce partage et ce moment d'émotion. Bien à vous, Muriel E.
Publié le 21 Décembre 2015

Bonjour Ellebazi, Suite à votre commentaire sur mon livre, je vous donne le lien de mon blog où vous trouverez d'autres textes plus longs sur le même thème , dans la rubrique : "Corps accord" http://tiamaraa.over-blog.com/

Publié le 14 Décembre 2015

Merci Mary pour votre commentaire chaleureux. Oui je connais aussi ce texte de Charles Péguy. Et oui "Il" est toujours là, tout près et je souhaite à tous ceux et celles qui sont confrontés aux décalages malheureux du calendrier de la vie de savoir entretenir avec douceur cette présence. Je reviendrai vers vous après avoir lu votre long roman historique.

Publié le 13 Décembre 2015
5
La mort de son conjoint représente probablement l’expérience la plus dévastatrice qu'on puisse connaître. J’ai partagé, page après page, jour après jour, votre douleur tout au long de votre « journal intime». Des pages pour dire sans concession ni illusion, la douleur, la détresse de se sentir coupés en deux, comme si l’on avait perdu une partie de soi-même. Des pages qui me sont apparues comme une ode à votre conjoint parti trop tôt, mais qui nous révèlent aussi que votre amour pour lui, demeure en vous, à tout jamais. Vous terminez avec un poème d’Aragon qui parle du passé, j’aime bien celui de Charles Péguy qui se termine ainsi : Pourquoi serais-je hors de ta pensée, simplement parce que je suis hors de ta vue ? Je t'attends. Je ne suis pas loin. Juste de l'autre côté du chemin. Tu vois, tout est bien. » Condoléance. Mary
Publié le 13 Décembre 2015

Merci Tiamaraa pour votre commentaire chaleureux. À mon tour, je vais aller lire vos poésies. À bientôt donc !

Publié le 13 Décembre 2015
5
Une histoire de vie avec la mort qui en fait partie. Votre texte est très émouvant et tire les larmes. J'aime bien la façon dont vous avez disposé votre texte : nous avons, de cette façon, l'impression de vivre les événements avec vous et cela en est plus prenant encore. Bravo pour ce dépassement de vous et pour ce partage.
Publié le 11 Décembre 2015

On ne fait que passer - c'est tellement vrai.

Publié le 02 Novembre 2015

Merci Hubert-P Letiers de votre commentaire. Oui vous avez raison, c’est bien aussi pourquoi j’ai publié ce journal ici, pour donner de l’espoir à d’autres. Malgré tout. Car au bout du grand flou, il y a une clarté insoupçonnée. Je suis d’autant plus touchée que vous êtes un grand lecteur et que vos commentaires sont toujours très bienveillants, détaillés et profonds. Chacun, soigné comme un petit bout de littérature. Je reconnais votre style d’auteur. J’ai d’ailleurs remarqué que vous aviez publié ici un nouveau roman. Que je vais lire bien sûr. @ bientôt donc.

Publié le 26 Octobre 2015

Je soutiens ce livre et je le partage pour le prix Concours du mois.

Publié le 11 Octobre 2015

Merci Mr Bossy d'avoir mis toute votre poésie et tout votre talent d'écriture dans ce commentaire que vous me laissez ici. Merci aussi à Zabe Quinez. Merci à vous pour ce ciel d'étoiles !

Publié le 09 Octobre 2015
5
Les récompenses ne compensent pas l'offense
Publié le 09 Octobre 2015

Tant de petits points de couleur pressés les uns contre les autres ! Sauf que ce sont des petits points de douleur.
Vos enfants ont un père, qui est votre peinture. Vous avez un amant, qui est votre poème. Cinq étoiles, dont chacune est le poids de votre peine

Publié le 09 Octobre 2015
5
Une infinie tristesse, l'indicible que vous avez si bien réussi à dire.
Publié le 04 Octobre 2015

Merci Mel Pilguric pour votre commentaire. La douleur est un terrain d'exploration de soi-même qui ouvre à la philosophie. J'aimerais que cela donne à d'autres de l'espoir car après un tsunami il y a la reconstruction. Votre très beau livre Double Voie parle aussi de cela, de ces difficultés qui poussent à aller plus loin en soi pour (re)trouver sa voie.

Publié le 04 Octobre 2015
5
Peut-on féliciter d'un si grand talent lorsqu'il a puisé sa source dans une si grande souffrance ? Peut-être... Vos mots crient tant de vérité que j'ai dû à plusieurs reprises arrêter ma lecture et choisir les bons moments pour m'y plonger à nouveau. Le matin, de préférence dans un rayon de soleil, si possible lorsque mon emploi du temps imposait un départ juste après la découverte de nouvelles pages, histoire de ne pas être emportée trop vite, trop loin dans votre douleur... Un fabuleux témoignage.
Publié le 03 Octobre 2015

Merci Praud, Francinehelene, America Grace et Lamish pour votre lecture de mon témoignage. Merci pour vos étoiles qui, elles, témoignent de votre chaleur et de votre bienveillance.

Publié le 28 Septembre 2015
5
Vraiment poignant.
Publié le 23 Septembre 2015
5
Très beau témoignage,
Publié le 30 Août 2015
5
5/5
Publié le 11 Août 2015

Merci Marie Catherine pour votre commentaire et vos étoiles. Je suis désolée que ce témoignage vous ait fait pleurer. Bien sûr, il a un écho dans la vie de chacun car nous avons tous perdus un être cher et vous le dites bien. Cette épreuve est aussi un rapprochement avec cet être qui va nous manquer à vie, un chemin de retour sur soi et les moments de bonheur plein que l'on a vécu ensemble, sans parfois même s'en rendre compte, et aussi une expérience philosophique personnelle. C'est ce message d'espoir de vivre malgré tout que j'aimerais transmettre. Je vous souhaite à vous aussi la sérénité dans votre cœur.

Publié le 23 Juillet 2015
5
Votre livre m'a fait pleurer. La souffrance d'avoir perdu un être cher, nous la connaissons tous, ou nous en ferons l'expérience. Elle sera cependant terriblement et exclusivement personnelle. Personne ne peut comprendre la douleur de l'absence d'un mari, d'un père, d'un beau-père ( et je pense au mien en ce moment ), mais les larmes qui coulent sur nos joues sont le seul véritable indice qui montre l'Amour que l'on éprouve, et qui ne s'éteindra jamais. Chacun de nous peut se retrouver dans vos écrits, sans y être vraiment......
Publié le 22 Juillet 2015

Monsieur Dufondesages, Hervé aurait adoré votre commentaire ! Sûr qu’il en rit même. Merci pour votre humour et vos étoiles, ça démarre bien ma journée !

Publié le 17 Juin 2015
5
Hervé, je t’ai pas connu, mais laisse-moi te dire un truc. Y’a pas beaucoup de nanas qui écrivent des lettres d’amour comme celle-là, surtout après vingt-sept piges de ronflements. J’espère que là où tu te trouves, tu vas prendre une petite heure de ton éternité pour leur lire l’épitaphe, à tes potes, histoire de leur faire regretter de pas s’être occupés de bobonne, eux, quand il était encore temps. Et comme il te reste à peu près trente piges de plus pour lui préparer la villégiature éthérée, s’il te plaît, laisse tomber les expos là-haut et fais ça bien, parce que je crois qu’elle va avoir quelques comptes à régler avec toi quand elle va débouler. Eh, t’avais qu’à pas te barrer comme un voleur ! Avec mes respects.
Publié le 17 Juin 2015

Merci Jane pour ces mots et ces encouragements. Je ne manquerai pas de vous prévenir bien sûr si un éditeur s'y intéresse...

Publié le 14 Juin 2015
5
Merveilleux livre d'Amour qui résonne douloureusement tant il est juste et si ( malheureusement ) vécu! Merci Ellebazi pour ta délicatesse et ton talent, ne cesse jamais d'écrire. Jane Ps :moi aussi je souhaiterais tenir ce livre, a quand l 'édition papier ?
Publié le 12 Juin 2015

Oh merci Myriam. Oui, la Lumière... la vouloir, la chercher, la trouver, l'entretenir... Et l'envoyer, la dédier aux autres aussi. Recherche d'éditeur en cours, après un avis positif de publication d'un comité de lecture d'un éditeur qui n'a, malheureusement pas la collection adéquate (j'ai mal ciblé ma recherche d'éditeur !). Merci pour votre commentaire tellement touchant pour moi.

Publié le 30 Mai 2015

Oui j'ai vu que votre roman était à la Une et cela m'a fait très plaisir. Les membres du Club des Lecteurs m'avaient bien guidée avant d'en faire profiter tout le monde. C'est grâce à eux ! Comme je vous l'ai dit, j'ai eu beaucoup de plaisir à vous lire et je vous souhaite beaucoup de lecteurs, de notes et de commentaires. Et d'inspiration pour vos prochains romans. Et dès maintenant, un bon week-end !

 

Publié le 29 Mai 2015

Merci Laura, merci Annie pour vos commentaires. Oh non, je n'accumule pas les regrets, je bâtis mon énergie de vie de l'amour que j'ai eu la chance de vivre. Et j'essaie de le transmettre, sur ce sujet, oui universel.

Publié le 18 Mai 2015
4
Chacun dans sa vie est un jour confronté à la perte d’un être cher. Chacun supporte son deuil selon son degré de douleur. Chacun exorcise la mort avec des mots et ses maux. A cette façon originale d’expérimenter la solitude, vous revisitez le passé, accumulez les regrets, mais peu à peu la vie vous étreindra à nouveau. Bien à vous.
Publié le 16 Mai 2015

merci Mahamat Maidé Kalia pour vos étoiles qui me touchent. Même si vous n'avez pas mis de commentaire pour m'éclairer un peu plus... Merci.

Publié le 14 Mai 2015
5
5/5
Publié le 11 Mai 2015

Oui Florentine, embrassez votre mari ! chérissez-le car il est là et ce qu'on a vécu nous appartient et nous nourrit pour toujours, alors faisons que ce soit beau. Merci pour vos encouragements d'écriture. Je vais tacher de trouver le temps de finir tout ce dont mes carnets sont noircis. Vous savez vous aussi que j'ai beaucoup aimé l'énergie et la subtilité de ce que vous écrivez. Et je suis très heureuse pour vous de votre Prix Concours très mérité. Et votre nouvelle du concours, un petit bijou ! Bonne inspiration pour vos futurs écrits.

Publié le 10 Mai 2015
5
Vous êtes une artiste. Votre écriture, votre philosophie, votre poésie nous font vibrer du début à la fin de votre récit. Vous êtes une femme magnifique. Vous l'avez été tant d'années aux yeux de votre mari. Vous l'êtes, dès à présent aux yeux de vos lecteurs. Continuez à écrire et à nous faire lire. J'en pleure d'avance d'émotion et d'amour. Merci pour cette mise à nue. Merci pour ce message. Je cours embrasser mon mari. Grâce à la force et la simplicité de vos mots, je réalise encore mieux l'importance d'aimer les gens vivants !
Publié le 10 Mai 2015

Merci beaucoup Didier Betmalle. Vous savez à quel point j'aime ce que vous écrivez, votre imaginaire, votre humour, votre ironie et votre si fine plume. Votre commentaire me touche beaucoup.

Publié le 07 Mai 2015
5
Un « beau, fort, et calme » ouvrage, où l’on vit avec une émotion intense, grâce à la justesse du ton et à la justesse de chaque mot, le douloureux travail de vivre une « vie divisée par deux »… Bravo.
Publié le 07 Mai 2015

Merci à vous pour votre lecture et votre commentaire. Je pensais que cet écrit pouvait permettre de se sentir un peu moins seul(e) et je suis heureuse s'il a pu vous apporter un peu de paix. Mes pensées les plus chaleureuses pour vous dans votre peine.

Publié le 04 Mai 2015
5
Un témoignage qui m'a attiré parce que j'ai vécu la maladie de mon mari , son décès et maintenant je vis avec lui dans mon cœur. c'est une lecture qui m'a apaisé. les remarques ,les ressentis amoureux décrits dans ce récit moi aussi je les ai vécus. Il est parti en étant préparé à ce passage vers l'au delà .64 ans c'est jeune ,il était content de sa vie. Maintenant c'est moi qui doit me retrouver et donner un sens à ma vie. Peux t on comprendre la douleur de cette femme dans ce témoignage sans l'avoir vécue ? Merci de l'avoir écrit pour ceux qui restent . Je me sens moins seule
Publié le 30 Avril 2015

Merci Laura. Nous avons apparemment quelque sujet d'inspiration et d'écriture commun... C'est un sujet universel. J'espère que votre intérêt vous apportera quelques douceurs. à bientôt.

Publié le 21 Avril 2015
4
Je suis sensible... à ce type de sensibilité. Ca parle de l'absence, c'est déjà vu mais dans le style on est au summum. Ca m'a rappelé le petit livre de Chloé Mons (compagne de Bashung) avec le même amour parfait. Bonne lecture
Publié le 20 Avril 2015

Merci Anne et Laure. Ecrire est une thérapie c'est sûr, il y a eu un article sur le site dans lequel je me suis effectivement retrouvée, et aussi un auteur qui a écrit une tribune sur ce processus de résilience... ça fait sacrément du bien ! mais en plus lorsqu'un lecteur extérieur se sent touché, c'est un bonus extraordinaire pour moi. Quand on publie, on prend du recul, on sort de l'histoire personnelle, et on devient un personnage de l'histoire... Je crois que c'est ce que j'ai voulu faire en publiant ici et je vous remercie de l'avoir ressenti et d'avoir pris le temps et la peine de me le dire.

Publié le 17 Avril 2015
5
Magnifique témoignage, quel grand amour ! J'aime votre écriture simple et fluide... Je vous dirais bien "Ca ira mieux, ça va déjà mieux", mais ce serait d'une triste platitude, d'autant plus que je n'en sais rien, je ne peux qu'imaginer votre manque et votre chagrin. Continuez à écrire, en tout cas, c'est un plaisir de vous lire.
Publié le 17 Avril 2015
5
Un livre d’une grande humanité. Malgré sa thématique j’ai eu un immense plaisir à le lire, je suis passée par de nombreuses phases du sentiment humain, j'ai été très triste, j'ai souffert avec vous, j'ai pleuré, mais souri aussi. On aime, on vit, on compatit... C'est tellement l'expression d'un vrai ressenti et il y a tant d'amour. La fin est magnifique. On le commence et on ne peut pas le lacher. Puis longtemps on y pense. MERCI. Pour l'avoir fait lire récemment à une de mes amies dans la douloureuse situation de veuve, je peux apporter la preuve que ce texte émouvant lui est allé droit au cœur, que son ressenti est universel, que toutes les phases par lesquelles l’auteur est passée, elle y passe aussi. Bien sûr, elle a pleuré souvent en vous lisant submergée par la tristesse, mais elle a aussi souri! Elle s'est reconnue, elle a eu l'impression "de vivre exactement" (ce sont ses mots) ce que vous avez vécu, de passer tour à tour et d'y revenir sans cesse, de l'anéantissement à la tristesse, de l'incompréhension à la colère, du questionnement à l'abattement ... et aussi de partager tous ces petits subterfuges pour faire comme si « IL » … était encore là. Cela a fait remonter beaucoup, beaucoup de ses propres souvenirs. Très visiblement ce texte court lui a fait du bien et elle me l'a exprimé dès le lendemain en me remerciant de lui avoir fait lire. On en a beaucoup parlé. Si ces paroles et ce vécu ont pu aider mon amie, c'est qu'ils peuvent aussi être bénéfiques pour d'autres, ils sont tellement humains. AnneB
Publié le 14 Avril 2015

Merci Isis. Oui, le journal a été mon format d'écriture et je n'y ai rien retouché (à part les fautes d'orthographe). Je n'ai surtout pas voulu en faire un essai sur le deuil. C'est juste mon témoignage. Merci d'avoir pris la peine de mettre votre commentaire après votre lecture.

Publié le 02 Avril 2015
5
Un récit poignant, émouvant, d'une grand pudeur et très bien écrit. J'aime ce format de journal intime où l'auteur réussit à nous faire sentir ce qu'elle ressent au travers toutes les étapes du deuil jour après jour.
Publié le 01 Avril 2015

C'est très beau d'approcher la douleur de si près. La toucher pour essayer de l'apprivoiser. S'y livrer toute entière sans jamais la dompter. Une grande pudeur, même si vous vous livrez toute entière.

Publié le 30 Mars 2015
5
Bonjour, J'ai poursuivi et terminé la lecture de votre témoignage qui m'a transmis comme au début une décharge d'émotion et de compassion. On ressent tout l'amour que vous avez pour votre moitié, avant et maintenant. Votre récit est une empreinte indélébile de cet amour et le partager procure un moment fort, tendre, certes triste mais bon. Merci. Je vous remercie également pour votre gentil commentaire concernant mon roman lequel, pour répondre à votre interrogation, se poursuit sur le même rythme et réserve des moments inattendus. Merci encore.
Publié le 30 Mars 2015
4
Bonjour, tout d'abord merci pour votre texte, témoignage émouvant, poignant, d'une telle tristesse et à la fois plein d'amour et de rage de vivre, qui se doit d'être partagé. Cependant, je rejoins un peu le sentiment de Richard. Il y a des passages absolument splendides et cela se lit comme coule une rivière (pas tranquille) mais il me semble qu'il serait possible de remanier le tout pour vous affranchir du style "journal intime", pas très classique. Certes, ce n'est pas forcément ce que vous recherchez. Le partage et les échanges avec les lecteurs peuvent déjà vous apporter beaucoup de joie et de réconfort ; une ode à la mémoire de l'absent, au combat pour la vie peut aussi redonner espoirs aux lecteurs. Donc pour continuer, je vous félicite de votre courage pour ce partage. Enfin, je vous remercie infiniment pour votre commentaire et votre note sur mon livre. Ces conseils me sont infiniment précieux, c'est de cela que nous avons besoin pour nous améliorer. Bien à vous. Laurence
Publié le 29 Mars 2015

Merci Catherine Albatta d'avoir eu la gentillesse de laisser un commentaire après votre lecture. Oui, il faut vivre absolument car la vie est un cadeau. Un beau cadeau. J'aimerais tellement que d'autres puissent se retrouver dans cette plongée au cœur de soi-même et s'ils pouvaient y puiser un peu de réconfort...

Publié le 27 Mars 2015
5
Un témoignage qui m'a touchée, émue... votre amour était beau, il l'est encore ! ''Dois-je absolument vivre ? Evidemment'' Je retiens cette citation qui me parle... énormément...
Publié le 27 Mars 2015

Merci Martzolff pour votre commentaire et votre note. Bien sûr, ce livre a une forme particulière, celle de ma pensée, avec son flux, son rythme, ses à coups, et peu de syntaxe... Je n'ai évidement pas retravaillé ce texte pour lui donner une forme littéraire car ce n'était ni le but au moment de l'écriture, ni le but au moment du partage.J'ai seulement corrigé les inévitables fautes d'orthographe lorsque j'ai relu avant de le déposer ici. Merci d'avoir pris la peine de me livrer votre ressenti. Je ferai de même après avoir lu votre roman. À bientôt donc !

Publié le 24 Mars 2015
4
Votre texte est beau mais j'ai du mal à noter ce que vous écrivez. Certaines choses sont, pour moi, admirables, le choix des mots par exemple. d'autres, la structure du livre, la disposition, la syntaxe, ne sont pas toujours à mon goût. Alors 5 étoiles pour les réflexions mais que deux pour la structure du texte. Comment peut-on noter dans ces conditions? Je vous remercie de vouloir lire le mien. Je vais poser la question dans mon atelier de littérature. A bientôt.
Publié le 24 Mars 2015

Pas besoin de note. Besoin d'amour. Besoin de continuer. Besoin d'écrire. Très beau texte. Bravo.

Publié le 24 Mars 2015

Mon Dieu ce que c'est émouvant ! Je l'ai juste commencé et j'en ai la larme à l'oeil et le ventre serré d'émotion. Quel bel amour.

Publié le 24 Mars 2015
5
Bravo et merci pour ce vrai beau moment de lecture, très heureuse de le voir publié. Love Sophie
Publié le 20 Mars 2015

Merci Mattana. Heureuse que ce partage apporte de la douceur.

Publié le 20 Mars 2015
5
Je me suis sentie bien en parcourant cette lecture . On a enfin mis des mots sur les maux Bravo Quel plaisir
Publié le 19 Mars 2015

Merci Chris. Ecrire m'a beaucoup aidée. Je partage ici avec l'espoir que cela puisse peut-être un peu aider ceux qui traversent ce tsunami. Et je suis heureuse que vous ayez trouvé à sourire. Je crois qu'il y a en fait, plus d'amour que de larmes...

Publié le 19 Mars 2015

Qui a connu le deuil sait la force qu’il vous a fallu pour l’écrire et pour le dire ici. Avec tant de pudeur… et de digne impudeur. Je suis émue, et triste, à vous lire. Même si j’ai souri, parfois, notamment le 26 juillet !

Publié le 19 Mars 2015