Kroussar
Biographie

Le 17 avril 2015, à l'occasion du quarantième anniversaire de la chute de Phnom Penh, les médias sont revenus sur l'histoire du Cambodge. Étrange pudeur, conformisme ou ignorance : la vérité était encore escamotée, aucune information claire sur les événements.
De mes souvenirs surgirent des images de ce jeune homme que j'étais alors.

Mais au lieu de faire renaître des enchantements, une intraitable révolte m'envahit, au point de n’en plus dormir...

Je me devais de dire ce qui s'était réellement passé...

Kroussar a noté ces livres

5
@Chiara Catalina, Comme le dit Colette (@Colette Bacro) : Comment ne pas s'attacher à Lily et à ceux qui l'entourent !  Eh oui ! L’enfer est bel et bien sur terre. Il n'y a que les Européens pour nous vendre une mort triste, ennuyeuse. Voyez-vous, en Asie nous vénérons les esprits de nos défunts. Savez-vous pourquoi ? Tout simplement pour les aider à se détacher de leur lien terrestre, et qu'ils puissent accéder à la lumière ! Cette croyance fait partie de notre quotidien. J'ai aimé votre style, même s'il est plus dans la veine d'une nouvella. Ce fut un très bon moment de lecture. Bravo et merci pour ce partage.
Publié le 03 Février 2020
5
@Moussard Laurent, Magnifique ! La beauté de l'horreur à travers les yeux d'Anastàzie. Une écriture au service du devoir de mémoire. Que dire d'autres !? Merci Laurent,
Publié le 18 Janvier 2020
5
Quelle belle entrée en MATIÈRES, en quelque sorte, si vous me permettez ce calembour. Je vous cite :   Drôle d’aube. Un jour nouveau commence dans le parfum de décomposition de la matière. On s’essuie, on se lève, on scrute l’intérieur de la cuvette. On ne savait pas encore s’essuyer. Il restait, sur le fond de la culotte, de petites traces de caca....Puis, insensiblement, l'histoire prend le pas sur la prose, limite scatologique, pour nous transporter dans le passé, avec tendresse et nostalgie... toujours avec humour... un peu scato... surtout caustique... un peu Guerre des Boutons, où Albert Ducreux tient le rôle de Petit Gibus. Cet Albert qui relate votre vie... une vie faites de nombreuses vies bien remplies. Alors merci pour cet Hymne à Marseille et aux truculents personnages de vos rencontres. Un récit intéressant qui revient sur le passé sans effacer le présent et permet de comprendre beaucoup de choses.Par contre, j'ai repéré quelques erreurs (pages : 46, 67, 80, 90, 93, 109, 137...) si vous êtes intéressé dites-le-moi. Cordialement.
Publié le 07 Janvier 2020
4
@Philippe RIBAGNAC. Vous avez écrit ce roman à la première personne, ce qui laisse supposé qu'une partie de ce récit se réfère à votre vécu. Une sorte de témoignage sur la complexité du monde, de l'administration fiscale, du droit, et de l'absurdité des ONG. Sur ce dernier point, je vous rejoins totalement, pour avoir moi-même dénoncé ce que ces organisations sont capables de faire pour gagner de l'argent sur le dos des bénévoles, sans que les dons profitent aux miséreux. J'ai trouvé votre histoire intéressante, même si certains passages philosophiques traînent en longueur. Dans l'ensemble, c'est bien ficelé. Merci pour ce partage.
Publié le 06 Janvier 2020
5
Olivier, Je vous accorde cinq étoiles pour avoir osé aborder un sujet très complexe, et sensible. Car les avis divergent, et beaucoup sont influencés par des idéologies politiques, ou tout simplement des buts économiques... @FANNY DUMOND, Chère amie. Savez-vous que l'Asie du sud-est est la poubelle de l’Europe ? Savez-vous que tous vos déchets, sans exception, arrivent chez nous ? Que des entreprises chargées d'éliminer vos déchets ne les détruisent pas, mais les expédient chez nous ! Et surtout, savez-vous que nous ne pouvons pas les traiter !!! Nous devenons la poubelle de l’Europe, une gigantesque poubelle. Alors, le problème du tri sélectif n'est qu'une énorme fumisterie de plus, car les déchets que nous recevons sont tous mélangés, comme si, aucun tri amont n'avait été effectué. CHERCHEZ L'ERREUR !!!
Publié le 23 Décembre 2019

Pages