Saloperie(s)

116 pages de Lesnovia
Saloperie(s) Lesnovia
Synopsis

Une jeune femme qui se cherche dans d'autres corps, à chaque chapitre elle se dévoile un peu plus, elle se pose des questions sur l'amour et la jouissance, sur ce corps qu'elle déteste mais qui peut plaire, sur la liberté qu'elle s'accorde. Elle tombe amoureuse mais ne veut pas se soumettre à ce trop plein de sentiment et pense que ce sera plus facile d'être de ces filles légères même si ça ne veut plus rien dire à notre époque.

1894 lectures depuis la publication le 20 Septembre 2019

Les statistiques du livre

  5 Classement
  1434 Lectures
  +7 Progression
  4.7 / 5 Notation
  38 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

10 commentaires , 9 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
@Lesnovia MonBest-Seller est un site remarquable dédié à la littérature qui aide vraiment les auteurs, telle a été mon expérience et je ne me suis jamais privée de le dire car j'ai bénéficié des encouragements , des critiques de chacun d'entre vous. Il est tout à fait normal que dans une sélection tous les genres soient représentés ( bien qu'aucun polar, me semble t'il, ne soit nominé...) mais au risque de paraître bégueule, j'avoue être très perplexe sur le choix de Saloperies qui interroge également sur l'opacité des personnes qui font la sélection... L'addiction au sexe , l’hyper sexualité est un très bon sujet d'actualité mais, votre roman est, selon l' humble avis d'une jeune auteure , écrit un peu trop vite , l'ambiance trop glauque, trop " chargée" aurait gagné à être saupoudrée de plus d'humour , le style pas assez léché à mon goût, sans bien entendu évoquer les fautes d'orthographe( que nous faisons tous), mais qui apparemment n'ont pas géné les sélectionneurs. Mais je salue votre travail qui a été remarqué , c'est ce qui compte pour un auteur et je vous souhaite le meilleur pour l'avenir. Bien à vous
Publié le 11 Novembre 2019

Bonjour @Lesnovia .
J’ai lu votre livre parce qu’il fait partie de ceux retenus pour le Prix Concours mBS 2019, mais, décidément, le genre érotique ne me convient vraiment pas.
Bien sûr, votre texte ne se limite pas à la description d’actes sexuels toujours plus nombreux avec des partenaires de passage, il est surtout axé sur la psychologie d’une femme, mal dans sa peau, dans son corps, dans sa vie qui tente d’échapper à ses souffrances par la consommation effrénée de sexe, avec des garçons, des hommes et même une femme, venus de tous horizons, rencontrés grâce à des sites Internet dévolus à cet effet, on peut le lire ainsi. Mais qu’il me fût difficile d’arriver au bout de cette lecture qui se perd dans les méandres de l’esprit de cette pauvre serveuse qui tente d’échapper à la vie misérable (ou qu’elle considère comme telle) qui est la sienne.
Le roman érotique n’étant pas ma tasse de thé, pour le dire familièrement, je poste juste ce commentaire et ne vous attribuerai pas de note, car celle-ci serait forcément sous-évaluée. Par contre, je m’étonne que monBestSeller vous ait qualifié pour ce prix à cause de très nombreuses fautes d’orthographe que pudiquement, on appelle coquilles, qui émaillent votre texte.
Auteurs, soyez vigilants avec l’orthographe ! Des fautes, nous en faisons tous, mais peut-on en accepter autant dans un livre publié sur un site d’auteurs indépendants dévolu à la littérature ? Faites vous relire ou utilisez un correcteur d’orthographe, la qualité du livre élu doit aussi reposer sur cet aspect.
Je vous souhaite cependant bonne chance pour ce concours.
Cordialement. J2L

Publié le 11 Novembre 2019

Bonjour, les sentiments vont disparaître d'ici l'an 2100, seuls resteront des plaisirs artificiels sous l'emprise de produits chimiques et substances maléfiques en vente sur Internet ou en injection obligatoire. C'est comme dans "Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" SUR monbestseller.com où Julia, Noam, Sophia vivent leur vie sexuelle et amoureuse de façon virtuelle; l"avenir dans " Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" sera non spirituel, ni naturellement sexuel, mais soumis à des lois et des codes rigides et froid même l"enfantement se fera sur catalogue avec comme catastrophe annoncée la GPA généralisée et des enfants choisis sur catalogue pour correspondre à un nouvel ordre mondial avec une population réduite à 500 millions d'habitants sur la terre; Cette HORREUR annoncée c'est pour bientôt alors bonne lecture sur monbestseller.com avec "Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" Agostini François-Xavier.

Publié le 10 Novembre 2019
5
je recommande
Publié le 10 Novembre 2019
5
C'est une très bonne lecture, j'ai adoré passer du temps à découvrir ce livre. Cela est prometteur.
Publié le 06 Novembre 2019
4
Bonjour Lesnovia. J'avais commencé ma lecture et abandonné, mais y suis revenue suite à votre récente nomination. Alors que vous dire ? Votre roman est dérangeant, car votre ton cash met votre lecteur au défit, l'incite à passer outre ses réticences. C'est trompeur. La profondeur est illusoire. Une fois gratté le vernis, j’ai découvert un personnage immature et superficiel, complexé et frustré, vivant dans la provoque et le déni. Un être faible, victime de rêves et de mécanismes sentimentaux d’ado sacrifiés sur l’autel du cul… Ses confusions sont multiples : souffrance avec frustration, amour avec jouissance et possession, séduction avec impudeur… Quant à la sensualité, c’est à se demander si elle a la moindre idée de ce que c’est. Mais tout cela est affaire de goût, bien entendu. Pour ma part, je trouve que nous vivons dans un monde bien assez torturé et glauque pour ne pas courir après de genre de littérature. Concernant la note, l’étoile en moins n’a rien à voir avec ce qui précède, car j'essaie de ne jamais pénaliser un auteur par rapport à mes préférences. Mais il y a de la coquille, beaucoup trop, et pas de la coquillette, au point de mettre un participe passé avec une terminaison d’imparfait. Dommage, car votre plume est efficace. Enfin, ce fameux format A5, qui devrait être imposé lors des mises en ligne ici, serait vraiment bienvenu. Merci pour ce partage, même si je ne l’ai que très moyennement apprécié. Amicalement, Michèle
Publié le 04 Novembre 2019

@Catarina Viti merci à vous pour ce beau compliment, et Joyeux anniversaire même si quelques semaines sont déjà passées. Bonne journée

Publié le 03 Novembre 2019

@Raphael M, merci pour votre commentaire, c'est vrai que mon livre se termine plus positivement que le reste du récit, pendant longtemps je n'ai pas su comment le terminer, mais je vous avoue que je ne me rendais pas totalement compte de la noirceur de ce livre. Je ne m'explique pas vraiment cet happy end, mais c'est cette seule fin qui m'a convaincu.

Publié le 31 Octobre 2019

@ Chris Martelli tout comme pour Michel T je vous remercie de votre analyse, je vois maintenant mon livre autrement, avec plus de clarté et me dis que finalement j'avais bien quelque chose à raconter.

Publié le 29 Octobre 2019

@Michel T merci pour votre analyse très poussée, moi qui ai pensé pendant longtemps que mon livre n'était qu'érotique et manquait peut-être de profondeur.

Publié le 29 Octobre 2019

J'ai adoré le portrait péjoratif qu'elle fait d'elle. ce trouve salle insatiable mais ne peut s'en privé malgré elle rejette son addiction a sa casquette ou sa meilleure amie c'est dramatique mais c'est sans ce mentir le mode de vie de notre génération on a tous notre coté ... mais on sait le caché sous nos air d'ange elle l'assume c'est tout a son honneur belle plume a lire je recommande.

Publié le 28 Octobre 2019
5
Belle plume, décidément vous avez un incroyable talent. Et l'érotisme passe au second plan, tant l'histoire psychologique est forte; la détresse est grande, et les mots sont choisis. Un livre qu'il faut absolument lire.
Publié le 24 Octobre 2019

@Lesnovia

Mon dieu quel désespoir ! Impossible de poursuivre la lecture de votre roman...
Je suis désolée de ne vous offrir qu'un avis partiel et partial...

J'ai aimé votre écriture dans l'urgence, à l'emportement, mais quel vide et quel désespoir... Même les scènes de sexe sont tristes et désabusées. Il n'y a là aucune salope, ni aucune saloperie à mon sens, mais seulement un grand mal être, qui met le lecteur mal à l'aise à son tour. Vous abordez le thème de l'ennui et du désœuvrement impossible à combler, ou même la boulimie de sexe n'apporte que davantage d'ennui et de désœuvrement... J’essaierai de poursuivre ma lecture, afin de voir l' évolution de vos personnages...
Bien à vous

Publié le 20 Octobre 2019
5
@Lesnovia. Quel étrange roman ! Pour moi, votre salope autoproclamée n'en est pas une. C'est une "obsédée du cul théorique" à la lucidité ravageuse. Sa dépendance au sexe et à la pornographie (sans compter la vodka) est la résultante d'un désespoir et d'une solitude insondables. D'un manque béant. Qu'est-ce qu'elle est compliquée ! Alors que je n'ai senti de sensualité ni dans les étreintes sans lendemain ni dans l'écriture, je me demande pourquoi j'ai lu ce livre jusqu'au bout. Peut-être parce que le désespoir le plus noir est sexy pour une romantique, parce que votre regard sur la dépendance et les errements de la jeunesse est passionnant, parce que votre écriture est magnifique et votre humour, grinçant à souhait. Comme @Michel T, je trouve très révélateurs vos accords de participes avec tous ces va-et-vient - si je puis dire- entre féminin et masculin. Bref, merci pour ce roman troublant qui recèle plein de nuances de gris et de noir.
Publié le 16 Octobre 2019

J'ai commencé la lecture de votre livre.
Si vraiment il s'agit de votre "premier", eh bien, ça promet !
Vu que c'est mon anniversaire aujourd'hui, je le prends comme cadeau et vous remercie.
Bravo, madame.

Publié le 14 Octobre 2019

"Saloperie(s)" est le "Livre le +" du 14 octobre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/11832-salope.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’elle a publié son roman sur monBestSeller.

Publié le 14 Octobre 2019
5
Ouhhhh on ne sort pas indemne de cette histoire. Quelle densité. Telle qu’elle devient pesante, étouffante. J’ai eu envie d’arrêter, tant je trouvais cette lourdeur envahissante. Et puis dans un roman on est formé à la rédemption, au lendemain meilleur. Mais non, avec vous, on s’enfonce. Pas de dialogues, que de la narration qui rajoute à la pesanteur de ces répétitions et de ce trou qu’elle persiste à creuser. Au bout d’un moment, on aimerait une pause, de la légèreté peut-être, une diversion, quelques pages sur un week end à la campagne, et on sait en même temps que cela ne serait plus le sujet de cette descente perpétuelle. A tel point que je me suis demandé pourquoi vous aviez voulu finir sur une fenêtre d’espoir ? Parce qu’on ne peut pas résister au potentiel de l’happy end quand on écrit un roman noir ?
Publié le 10 Octobre 2019
5
Avec un tel commentaire de Michel T, difficile de résister longtemps ! Son analyse est très fine. Et votre livre, mieux que la couleur rose qui pourrait le cataloguer un peu trop rapidement. C’est un récit très fort. Cru, bien sûr, mais pas que, c’est profond (et sans jeux de mots), dense. Fragile. Il y a nombre de phrases si bien pensées, bien dites. Des associations d’idées imprévues mais si bien vues. C’est pathétique et sans doute si réel. Parfois gênant, dérangeant. Est-ce que l’humour allège ? Pas sûr ! mais ça dévie un peu du focus obsessionnel. Et pour une fois, vous explorez l’envers du décor, on est plus habitué à Casanova, moins à son féminin, Casanovo ? C’est un récit qui laisse des traces, pas de doutes. Bravo.
Publié le 04 Octobre 2019
5
Bonjour @Lesnovia J'aime beaucoup votre écriture. Plus qu'un roman érotique, j'y vois un témoignage sur l'hypersexualité. Ces troubles comportementaux sont courants sur les adultes qui ont été victimes de prédateurs sexuels dans leur enfance. Votre texte fait bien ressortir la descente aux enfers de votre héroïne, et l'addiction qui s'installe durablement pour devenir obsessionnelle, la recherche du plaisir par tous les moyens, mais aussi les troubles de l'estime de soi et la perte de contrôle qui en résultent avec le désir de les interrompre sans y parvenir. Vous décrivez très justement cette sexualité qui fait souffrir, plus qu'elle n’épanouit. Êtes vous un homme ou une femme, j'ai ma petite idée la dessus, à moins que ce ne soient simplement que quelques fautes d'accord … Amicalement, Michel T
Publié le 25 Septembre 2019