Saloperie(s)

117 pages de Lesnovia
Saloperie(s) Lesnovia
Synopsis

Une jeune femme qui se cherche dans d'autres corps, à chaque chapitre elle se dévoile un peu plus, elle se pose des questions sur l'amour et la jouissance, sur ce corps qu'elle déteste mais qui peut plaire, sur la liberté qu'elle s'accorde. Elle tombe amoureuse mais ne veut pas se soumettre à ce trop plein de sentiment et pense que ce sera plus facile d'être de ces filles légères même si ça ne veut plus rien dire à notre époque.

Publié le 20 Septembre 2019

Les statistiques du livre

  91 Classement
  277 Lectures 30 jours
  8964 Lectures totales
  -4 Progression
  1 Téléchargement
  73 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

28 commentaires , 12 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
1
sans interet
Publié le 29 Juin 2020

@Lesnovia
Le récit fort d'une addiction. L'addiction est un monde difficile à comprendre pour celui ou celle qui n'en souffre d'aucune. Cette addiction là ne tue pas et comme les autres, elle ne procure aucun plaisir. J'ai lu ce roman, que je ne trouve pas érotique, à la découverte de ce personnage, de ses relations aux autres, dans ce monde situé sous la ceinture, et je n'ai pas aimé les confidences de cette jeune fille, non pas qu'elles me choquent, mais j'y ai vu l'héritage triste laissé par l'érotisme abandonné entre les mains des commerçants point com. Merci pour ce texte sans complaisance pour les femmes, sans pitié pour les hommes. Tout le monde passe à la casserole et ça c'est jouissif !!

Publié le 06 Février 2020

Au risque de passer pour une girouette, j'ai réévalué ma note. Eh puis, comme l'on dit : il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.
/n
Alors, pourquoi ce revirement ? Tout simplement parce qu'en deuxième lecture, j'ai été touché par les mots et la souffrance qui se dégagent de ce récit. Et que mon éducation Judéo-Chrétienne m'interdisait de bien noter, voire m'encourageait à décrier. Il faut vivre avec son temps, et accepté tous les genres, sans jamais juger les autres, et encore moins un/une auteur(e).
/n
Alors, Merci à monBestSeller, pour ses choix éclectiques, et son ouverture d'esprit.

Publié le 18 Janvier 2020

Un livre qui pourrait emmener oui, mais pas dasns la catégorie érotique. Davantage comme l'histoire d'un mal-être, une rencontre qui ne se fait pas, le corps comme un besoin d'expier... Il faut être femme pour comprendre cet étrange rapport de la psychologie au corps, et très cher Michel@Michel CANAL,et je te connais assez pour savoir que tout ce récit (du moins les 13 premières pages, je n'irai pas au delà, que l'auteur n'y voit qu'un manque de temps) te désole, l'amour des sens, l'amour de soi et de l 'autre n'est pas au rendez-vous.

On est très loin du personnage de Claire, mais tu le sais très bien, Claire n'est pas toutes les femmes...Alors pourquoi le personnage du livre ne va pas vers la lumière, celle dont tu aimes à ce que les femmes se parent, celle qui consacre Claire... Quelle est l'histoire racontée au fond? Très cher ami tu as dû souffrir à la lecture de ce livre, mais l'auteure n'y est pour rien. Le gouffre est simplement trop grand. Vos deux mondes ne cohabitent pas et je crois qu'un face-à-face entre vous deux serait intéressant. Il serait probablement salvateur, et je sais que tu n'aimes pas juger, et que tu aimes ce qui participe d'une construction. Je ne note pas car on ne note pas sur quelques pages. Simplement, il me semble que le lecteur est mal orienté par la classification érotique. Le sexe, le récit de ses jeux relève aussi du témoignage. Parfois il n'est pas celui que l'on a envie d'entendre, simplement, une bonne orientation permet de comprendre ce qui s'écrit.

Publié le 01 Janvier 2020

@Catarina Viti, je salue votre analyse du livre et l'objectivité de votre commentaire. Au moins l'auteur(e) pourra-t-il (t-elle) donner la suite qu'il convient à son roman pour l'améliorer.

Publié le 29 Décembre 2019

Et si nous parlions du livre ?
J'ai été pour ma part surprise, et agréablement surprise de découvrir "Saloperie(s)" dans la sélection. Laissons de côté la surprise et voyons de plus près "agréablement", mon premier effet kiss-cool.
Jamais je n'aurais pensé que mBS franchisse un pareil pas. (Comme quoi, hein, les idées, on s'en fait et puis on peut aussi bien se les administrer en suppositoire).
Second effet kiss-cool :
J'ai répondu à la question "comment ont-ils osé ? ou pourquoi ?".
La réponse m'est apparue immédiatement : ce livre à un projet littéraire. Rien à voir avec les habituelles productions de la bibliothèque rose d'ici ou d'ailleurs qui écument tous les fantasmes culiers. Et, là, je ne parle pas des positions et des circonstances, ni même des sempiternels mêmes mots pour décrire les mêmes choses, non, je parle de ce qui donne à un écrit la dimension d'un projet littéraire : le point de vue.
Je ne suis pas assez lectrice des textes classés érotiques pour être bon juge, mais j'ai l'impression que le point de vue est toujours un peu le même sauf précisément quand ils sont signés d'un grand nom. Quelque chose, alors, se produit.
Eh bien, j'ai senti ce germe dans "Saloperie(s)" : la promesse de quelque chose en plus.
Un texte actuel (post-Despentes), où la femme cherche à cesser d'être le jouet de l'homme, et où elle finit dans une impasse, où les deux finissent dans une impasse.
J'ai trouvé ce texte très urbain. On y respire la solitude des grandes villes, l'anonymat qui permet de planquer la misère.
Et pour tout dire, j'ai aimé cette "héroïne" décalée, son courage singulier, sa vaillance à braver une défaite annoncée.
Oui, que se passe-t-il quand une femme (eh, oui, de nos jours encore) sort des sentiers battus ? Que risque celle qui cherche à s'affranchir des autoroutes du cœur et du cul ?
Et si elle convoquait ce qu'elle pense être son côté macho ? Que se passerait-il ensuite ?
C'est cela que j'appelle un projet littéraire et que j'ai entraperçu dans le texte de Lesnovia.
Ensuite, je dirais que ce texte n'a pas la même rigueur sur la longueur.
Je trouve une très grande différence qualitative entre la page 1-32 et 32-la fin.
Cela m'a inspiré de nombreuses interrogations qui peuvent se résumer à une seule : que s'est-il passé à partir de la page 32 ? et des interrogations annexes = ce texte ne devrait-il pas être plus court ? ce texte a-t-il été écrit par une seule et même personne ? ce texte a-t-il écrit en hâte après la page 31 ? mais, du coup, pourquoi une telle hâte soudaine ?
J'ignore qui est (ou qui sont) Les Novia. J'ignore donc les buts et les attentes de Lesnovia. Le texte, tel quel, lui suffit-il ? Y a-t-il un désir de le retravailler ?
Personnellement, j'aimerais qu'il soit repris, ou plutôt "continué"; que la force contenue dans les 31 premières pages se prolonge et donne toute sa mesure, que le style soit travaillé jusqu'au bout et que, bien entendu, les pelletées de fautes disparaissent.
Quoi qu'il en soit, j'approuve le choix de @monBestSeller et je salue son audace.

Publié le 29 Décembre 2019

Quelle personnalisation des commentaires, quelle rancoeur, quels comptes à régler, quelle amertume.. . Si vous n'aimez pas un livre dîtes le simplement, ça suffit, n'y passez pas toutes les fêtes. Quand au complot mBS sur une sélection malveillante, je vous en laisse la responsabilité, et les preuves à établir. Nous avons mieux à faire : préparer la rentrée, surveiller ce qui sort, écrire des articles, faire écrire des articles, préparer un concours de nouvelles, renseigner les nouveaux arrivants, encourager l'écriture, aider ceux qui n'y arrivent pas, organiser les Prix, trouver de nouveaux éditeurs, et construire des partenariats ...Si vous avez des idées autres, merci de passer votre énergie sur des projets constructifs et votre talent à nous aider à faire mieux...plutôt que

Bonne année à tous auteurs et lecteurs
Christophe Lucius

Publié le 29 Décembre 2019

Rassurez-vous, @Colette Bacro, vous savez le souci que j’ai pour la qualité des écrits publiés et j’ai très bien relevé ce qui vous avait surpris dans "Saloperie(s)". Les cinq étoiles étaient-elles justifiées ?
Je n’ai pas envie de me colleter avec qui que ce soit. S’il s’avérait que mon commentaire déclenchait une polémique au-delà de celle qu’a initiée @Michel T. par ses propos agressifs, je préfèrerais le retirer.
J’ai exprimé une opinion sur la qualité, partagée par d’autres qui se sont manifestés soit par un commentaire, soit par un commentaire/notation avec un nombre réduit d’étoiles. Peut-être le terme "hargne" n’est-il pas approprié.
J’ai argumenté mes doutes. La promotion de ce roman était une anomalie, une conséquence induite, tout comme l’est l’audience : qui peut croire que 40 vrais lecteurs/jour (ou simples clics) sont intéressés par ce récit qui nuit à la notion même d’érotisme ? D’ailleurs, quid de leurs avis.
Il est normal que ceux qui se sentent visés par mon commentaire se manifestent. Vous l’avez fait, je vous en sais gré. Cordialement.

Publié le 28 Décembre 2019

Loin de moi l'idée de vous donner des leçons., mais vous parlez de respect plusieurs fois dans vos commentaires et vous n'êtes pas respectueux, ni de la plateforme, ni de l'auteur, ni de ceux qui ont commenté en lançant votre polémique.
Vous faites des suppositions malhonnêtes en en rajoutant un peu plus à chaque fois, et il faudrait que je laisse passer ça, sans avoir un droit de réponse ?
De qui se moque t-on...
Vous ne répondez à aucune de mes questions.
Mon nom n'est pas dans votre commentaire, mais vous m'attaquez indirectement comme ceux qui ont apprécié ce livre, et vous voudriez que je me taise ?
Il faut bien que quelqu'un vous réponde non ?
Vous n'avez pas le monopole de la parole à ce que je sache !
J'espère que @Lesnovia , @Chris Martelli , @Raphaël M , @Colette Bacro qui font parti de cette gigantesque farce viendront le faire également.
Rassurez vous je vais très bien Mr Canal, je ne suis pas de nature agressive et je suis très bien dans ma peau.
Mais j'ai horreur de ces gens qui polémiquent pour rien, et qui ne supportent pas qu'on leur réponde !
Je ne vous répondrai plus, sauf si vous persistez.
Sur ce, je vous souhaite un excellent weekend Mr Canal

Publié le 28 Décembre 2019

Etes-vous conscient, @Michel T., que la polémique c’est vous qui la nourrissez. Vous devez vous sentir bien coupable de complaisance pour en remettre une couche alors que votre nom n’était pas cité dans mon commentaire.
Peut-être devriez-vous laisser la parole à @Lesnovia si elle (ou il) a quelque chose à exprimer. Je comprendrais mieux sa légitimité à le faire. A moins que Michel T. et Lesnovia (hypothèse aberrante) ne soient que les pseudos d’une seule et même personne ?
Vous aurez aussi remarqué (peut-être, car vos propos me font douter) que mes suppositions sont agrémentées d’un point d’interrogation.
Par ailleurs, où avez-vous lu que je suis censé vous donner mon accord sur votre droit de dire ce que vous aimez ou n’aimez pas. J’ai au contraire mentionné l’éclectisme de vos lectures et la pertinence de vos commentaires (excepté ce dernier bien évidemment) qui vous fait réagir avec agressivité.
Je vous conseille d’écrire le mot fin sur la polémique à mon égard. Votre insistance va finir par paraître louche.
Moi j’ai un nom, un visage, une honorabilité que je cultive comme auteur (n’ayant rien à vendre ici puisque tout y est publié intégralement et gratuitement), comme lecteur (il me semble que mes avis sont plutôt pertinents et appréciés), comme bêta-lecteur aussi pour aider ceux qui sont en demande... et je pense en plus participer avec objectivité à la vie de la communauté.
Je ne pense donc pas avoir de leçons à recevoir de vous. Grandissez, et vous vous sentirez peut-être mieux dans votre peau. A bon entendeur... !

Publié le 28 Décembre 2019

@Michel CANAL , et bien dans ce cas il fallait intervenir auprès de mBS pour qu'ils retirent ce livre de la sélection dès le 14 octobre. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour lancer une attaque en règle contre l'auteur et contre ceux qui ont commenté... C'est un peu tard, non ? A quoi cela vous sert-il ?
Adressez vous directement à mBS au lieu de pourrir cette page de sous entendus ironiques et malodorants. Vous n'aimeriez pas que quelqu'un le fasse sur vos pages, alors svp, respectez l'auteur et ses lecteurs.
Vous n'avez pas aimé ce livre ni les commentaires, passez votre tour au lieu de lancer des polémiques qui ne servent à rien.
Pour ce qui concerne mon droit de dire ce que j'aime ou pas, vos livres ou ceux des autres auteurs de ce site, je n'ai pas besoin d'avoir votre accord pour le faire. Je lis beaucoup depuis que je connais cette plateforme et j'essaie de commenter ceux que j'ai aimé en toute sincérité et sans agressivité.
J'essaie de participer tout en étant objectif, je n'ai rien à vendre moi Mr Canal, je ne fais pas de complaisance contrairement à ce que vous laissez entendre.
Qui êtes vous pour me dire ce que je dois aimer ou pas ...

Publié le 28 Décembre 2019

@Michel T, c’est votre droit d’avoir apprécié le contenu (le fond) et d‘avoir aimé l’écriture "J'aime beaucoup votre écriture".
Là je m’interroge ! Certes il y a beaucoup d’auteurs débutants sur mBS et autant d’écrits non aboutis. Ils ont toutefois l’opportunité d’être aidés, conseillés pour s’améliorer, l’un des objectifs de la plateforme. Ceux-là au moins ne font pas l’objet d’une promotion prématurée qui serait imméritée.
Mais là aussi je m’insurge, car c’est précisément par l’écriture que pèche "Saloperie(s)", néanmoins propulsé comme s’il s’agissait d’un bestseller. La qualité littéraire d’une publication me semble être le minimum exigé... pour être reconnu en tant que tel, et par respect pour les lecteurs.
Alors oui, je ne retire rien du doute que j’ai évoqué, allant jusqu’à supposer qu’il pouvait s’agir d’une farce, ou d’un test. La chose n’est pas impensable. Vous me permettrez de douter de la sincérité de ce qui s'écrit sous pseudo et sans visage. L’anonymat peut être la porte ouverte à tous les excès.
Mais vous aurez toutefois l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que j’ai laissé la porte ouverte à l’erreur dans mon analyse : "Pardonnez-moi @Lesnovia si je me suis trompé dans mon analyse. Si tel est le cas, je salue votre succès d’audience..."
Je vous serais reconnaissant en plus, sous couvert d’anonymat, de vous abstenir de propos tels que : "Le livre de @Lesnovia est loin d'être parfait, tout comme les vôtres..." Je comprends que les miens puissent ne pas vous plaire, mais au moins sont-ils écrits en bon français et bien présentés pour offrir aux lecteurs une lecture confortable. Quant à leur audience, au moins pour les écrits du genre qui semble vous intéresser, je n’ai pas à me plaindre. Elle serait même plutôt enviable après cinq ans de présence.
Désolé, cher lecteur émérite qui a prouvé son éclectisme et la pertinence de ses commentaires précédents, d’avoir contrarié l’enfant aux cheveux gris qui n’a pas encore grandi.

Publié le 27 Décembre 2019

@Michel CANAL on aime ou on n'aime pas, les avis sont très tranchés au sujet de ce livre. Mais je ne peux pas vous laisser dire que c'est un navet ou une farce, par respect pour l'auteur et pour les lecteurs qui ont su lire entre les lignes. J'ai essayé de lire vos textes, et je n'ai pas aimé ce que j'ai lu. Mais jamais je me serais permis de vous laisser un commentaire aussi insultant que celui que vous venez d'écrire. Quand je n'aime pas, je m'abstiens de tout commentaire et je passe à une autre lecture.
Douter de la sincérité de ceux qui ont noté, parler de complicité, de fabrique d'audience, c'est aussi insulter ceux qui ont mis des étoiles.
Est ce que ce livre méritait d'être sélectionné ? Est ce qu'il est juste que le sien l'ai été, et pas le mien ? Qu'est ce qui peut pousser à laisser un commentaire assassin, la rancœur, la frustration ? Je laisse la responsabilité de la sélection à mBS, et aux éditeurs la lourde tâche de faire le choix du lauréat.
Mon commentaire est sincère et je ne suis complice de personne. Je ne fais pas de complaisance. Le livre de @Lesnovia est loin d'être parfait, tout comme les vôtres, mais il a le mérite de m'avoir touché.
Ce qui, je l'espère, ne fait pas de moi un débile ou quelqu'un de stupide...

Publié le 27 Décembre 2019

Bon alors moi désolée, je viens de prendre sur mon temps de loisirs pour lire 10 pages de ce livre. Je m'arrête là, j'ai sur ma table de chevet le prix Goncourt, Jean-Paul Dubois ainsi que Rien n'est noir de Claire Bérest, Sa majesté les chats de Bernard Weber, le cinquième accord toltèque de Don Miguel Ruiz...et encore d'autres. Même si cette histoire peut arriver dans la vraie vie, j'aime ressentir de l'émotion lorsque je lis, j'aime le style, j'aime la poésie, et pour moi écrire, ce n'est pas que placer des mots les uns derrière les autres. De plus, le genre érotique pour me plaire doit receler le mystère de la sensualité et s'il n'est que triste réalité ne m'interpelle pas, voire ne me donne aucune excitation, ce qui est le comble pour un livre érotique. Désolée mais je n'accroche pas. Bonne continuation à vous dans cette ambition que vous avez de devenir écrivain(e) et félicitations pour votre nomination.Mon avis reste le mien et m'appartient ; je ne détiens aucune vérité. Thalia

Publié le 27 Décembre 2019

@Michel CANAL D'accord à 100%. L'obsession de se voir édité pousse certains auteurs à des excès visant à se démarquer, certains lecteurs à mimer l'ouverture d'esprit en confondant tout, à privilégier la contradiction systématique par simple manque d'affinités... Tout cela au nom d'une liberté d'expression fourre-tout... Tout cela de façon inconséquente. A une époque où les valeurs humaines se font la malle, pour ma part, je trouve cela irresponsable et désespérant. Quant au classement, son fonctionnement ouvre la porte de tous les abus à tout auteur dénué de scrupules, mis à part ceux qui bénéficient des retours des packs de mise en avant. Bravo d'avoir osé. Bises et bonne journée. Michèle

Publié le 27 Décembre 2019

@Michel CANAL

Quoi ? Comment ? Un test dites-vous ! Comment fabriquer l'audience d'un navet... Hé bien visiblement c'est très facile. Heureusement qu'il reste quelques irréductible Gaulois qui ne se laisse pas prendre à la petite musique du joueur de flûte, celle qui fait de nous des moutons de Panurge.
Vous pointez là, Michel, le vrai problème de ce genre de site ou n'importe qui peut faire un commentaire et gonfler ainsi l'audience de n'importe quoi. Comme si l'avis du plus grand nombre détenait la vérité par la force du chiffre.
Bravo pour avoir eu le courage de crier haut et fort que le roi était nu.
Bien à vous
Flo

Publié le 26 Décembre 2019

"Saloperie(s)", le "Livre le +" du 14 octobre... ou comment fabriquer l’audience d’un navet... pour tester la stupidité ou la débilité des lecteurs ? Avec la complicité de "pointures" de mBS et de membres du club de lecture ? Car croire à la sincérité de leur commentaire ou commentaire/notation serait leur faire injure.
Je ne vois pas d’autre explication sensée qu’un test (ou une farce) : un auteur qui ne s’assume pas publié sous pseudo (une ?), le choix du genre, un titre accrocheur (provocateur ?), quelques avis dithyrambiques de pseudos pour lier la mayonnaise... et le test est concluant.
Heureusement, quelques commentateurs @Floriana Vélasquez, @Kroussar, @lamish, @Agostini Francois-Xavier, @Lys Jean-Luc, @MURIEL LAROQUE, @AylinS, @megg, auxquels je m’associe, ont exprimé leur opinion avec sincérité, parfois avec bienveillance, sur la qualité réelle de cet écrit.
C’eût été un comble si en plus, l’objet de cette farce dont son auteur, nominé ❤️ au concours de l’auteur indépendant 2019, avait été choisi par un éditeur.
Pardonnez-moi @Lesnovia si je me suis trompé dans mon analyse. Si tel est le cas, je salue votre succès d’audience à défaut de reconnaître la qualité de votre prose, laquelle mériterait de faire appel aux services proposés par mBS à la rubrique "Promotion & Services" pour la mettre en concordance avec sa valeur apparente (même la biographie et le synopsis sont truffés de fautes).

Publié le 26 Décembre 2019

Bonjour Lesnovia,
Plus que quelques heures avant la remise des prix.
Je souhaite le meilleur à votre ouvrage,
Cordialement, Catarina

Publié le 11 Décembre 2019

Bonjour,
Le titre, puis le synopsis ont attisé ma curiosité. Toutefois, pour m’accrocher, j’ai besoin de sympathiser avec l’un des personnages. Je n’ai pas pu… et surtout pas voulu… Impossible, il aurait fallu que j’accepte d’être souillée, avilie, dégradée… La souffrance d’une femme et son mal être ne peuvent justifier cette interminable litanie d’horreurs qui ne nous mène nulle part, si ce n’est ternir l’image de la femme. La lecture de votre livre m’a laissé un arrière-goût désagréable, l’écœurement. Je suis désolée, je lis pour m’évader, et là j’ai été embarquée dans un long tunnel sombre dont je ne voyais plus la fin. Heureusement, il n’y avait que 116 pages ! Je ne noterai pas ce livre.

Publié le 04 Décembre 2019
1
Ma bibliothèque ne contient pas de livre de ce genre de livre, mais j'ai voulu essayer suite à votre nomination. J'ai commencé ma lecture et abandonné. J'ai trouvé le format du texte encombrant et le contenu lourd et peu accrocheur. Je n'ai pas réussi à comprendre l'attitude du personnage qui, d'après moi, ne valorise pas la femme.
Publié le 22 Novembre 2019
4
Je vous accorde mon appréciation personnelle, à la fois positive et surtout constructive. Merci pour cette lecture grand public très suave. Nul doute qu'il s'agit d'une initiative de votre part qui mérite d'être encouragée.
Publié le 13 Novembre 2019
3
@Lesnovia MonBest-Seller est un site remarquable dédié à la littérature qui aide vraiment les auteurs, telle a été mon expérience et je ne me suis jamais privée de le dire car j'ai bénéficié des encouragements , des critiques de chacun d'entre vous. Il est tout à fait normal que dans une sélection tous les genres soient représentés ( bien qu'aucun polar, me semble t'il, ne soit nominé...) mais au risque de paraître bégueule, j'avoue être très perplexe sur le choix de Saloperies qui interroge également sur l'opacité des personnes qui font la sélection... L'addiction au sexe , l’hyper sexualité est un très bon sujet d'actualité mais, votre roman est, selon l' humble avis d'une jeune auteure , écrit un peu trop vite , l'ambiance trop glauque, trop " chargée" aurait gagné à être saupoudrée de plus d'humour , le style pas assez léché à mon goût, sans bien entendu évoquer les fautes d'orthographe( que nous faisons tous), mais qui apparemment n'ont pas géné les sélectionneurs. Mais je salue votre travail qui a été remarqué , c'est ce qui compte pour un auteur et je vous souhaite le meilleur pour l'avenir. Bien à vous
Publié le 11 Novembre 2019

Bonjour @Lesnovia .
J’ai lu votre livre parce qu’il fait partie de ceux retenus pour le Prix Concours mBS 2019, mais, décidément, le genre érotique ne me convient vraiment pas.
Bien sûr, votre texte ne se limite pas à la description d’actes sexuels toujours plus nombreux avec des partenaires de passage, il est surtout axé sur la psychologie d’une femme, mal dans sa peau, dans son corps, dans sa vie qui tente d’échapper à ses souffrances par la consommation effrénée de sexe, avec des garçons, des hommes et même une femme, venus de tous horizons, rencontrés grâce à des sites Internet dévolus à cet effet, on peut le lire ainsi. Mais qu’il me fût difficile d’arriver au bout de cette lecture qui se perd dans les méandres de l’esprit de cette pauvre serveuse qui tente d’échapper à la vie misérable (ou qu’elle considère comme telle) qui est la sienne.
Le roman érotique n’étant pas ma tasse de thé, pour le dire familièrement, je poste juste ce commentaire et ne vous attribuerai pas de note, car celle-ci serait forcément sous-évaluée. Par contre, je m’étonne que monBestSeller vous ait qualifié pour ce prix à cause de très nombreuses fautes d’orthographe que pudiquement, on appelle coquilles, qui émaillent votre texte.
Auteurs, soyez vigilants avec l’orthographe ! Des fautes, nous en faisons tous, mais peut-on en accepter autant dans un livre publié sur un site d’auteurs indépendants dévolu à la littérature ? Faites vous relire ou utilisez un correcteur d’orthographe, la qualité du livre élu doit aussi reposer sur cet aspect.
Je vous souhaite cependant bonne chance pour ce concours.
Cordialement. J2L

Publié le 11 Novembre 2019

Bonjour, les sentiments vont disparaître d'ici l'an 2100, seuls resteront des plaisirs artificiels sous l'emprise de produits chimiques et substances maléfiques en vente sur Internet ou en injection obligatoire. C'est comme dans "Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" SUR monbestseller.com où Julia, Noam, Sophia vivent leur vie sexuelle et amoureuse de façon virtuelle; l"avenir dans " Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" sera non spirituel, ni naturellement sexuel, mais soumis à des lois et des codes rigides et froid même l"enfantement se fera sur catalogue avec comme catastrophe annoncée la GPA généralisée et des enfants choisis sur catalogue pour correspondre à un nouvel ordre mondial avec une population réduite à 500 millions d'habitants sur la terre; Cette HORREUR annoncée c'est pour bientôt alors bonne lecture sur monbestseller.com avec "Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" Agostini François-Xavier.

Publié le 10 Novembre 2019
5
je recommande
Publié le 10 Novembre 2019
5
C'est une très bonne lecture, j'ai adoré passer du temps à découvrir ce livre. Cela est prometteur.
Publié le 06 Novembre 2019
4
Bonjour Lesnovia. J'avais commencé ma lecture et abandonné, mais y suis revenue suite à votre récente nomination. Alors que vous dire ? Votre roman est dérangeant, car votre ton cash met votre lecteur au défit, l'incite à passer outre ses réticences. C'est trompeur. La profondeur est illusoire. Une fois gratté le vernis, j’ai découvert un personnage immature et superficiel, complexé et frustré, vivant dans la provoque et le déni. Un être faible, victime de rêves et de mécanismes sentimentaux d’ado sacrifiés sur l’autel du cul… Ses confusions sont multiples : souffrance avec frustration, amour avec jouissance et possession, séduction avec impudeur… Quant à la sensualité, c’est à se demander si elle a la moindre idée de ce que c’est. Mais tout cela est affaire de goût, bien entendu. Pour ma part, je trouve que nous vivons dans un monde bien assez torturé et glauque pour ne pas courir après de genre de littérature. Concernant la note, l’étoile en moins n’a rien à voir avec ce qui précède, car j'essaie de ne jamais pénaliser un auteur par rapport à mes préférences. Mais il y a de la coquille, beaucoup trop, et pas de la coquillette, au point de mettre un participe passé avec une terminaison d’imparfait. Dommage, car votre plume est efficace. Enfin, ce fameux format A5, qui devrait être imposé lors des mises en ligne ici, serait vraiment bienvenu. Merci pour ce partage, même si je ne l’ai que très moyennement apprécié. Amicalement, Michèle
Publié le 04 Novembre 2019

@Catarina Viti merci à vous pour ce beau compliment, et Joyeux anniversaire même si quelques semaines sont déjà passées. Bonne journée

Publié le 03 Novembre 2019

@Raphael M, merci pour votre commentaire, c'est vrai que mon livre se termine plus positivement que le reste du récit, pendant longtemps je n'ai pas su comment le terminer, mais je vous avoue que je ne me rendais pas totalement compte de la noirceur de ce livre. Je ne m'explique pas vraiment cet happy end, mais c'est cette seule fin qui m'a convaincu.

Publié le 31 Octobre 2019

@ Chris Martelli tout comme pour Michel T je vous remercie de votre analyse, je vois maintenant mon livre autrement, avec plus de clarté et me dis que finalement j'avais bien quelque chose à raconter.

Publié le 29 Octobre 2019

@Michel T merci pour votre analyse très poussée, moi qui ai pensé pendant longtemps que mon livre n'était qu'érotique et manquait peut-être de profondeur.

Publié le 29 Octobre 2019

J'ai adoré le portrait péjoratif qu'elle fait d'elle. ce trouve salle insatiable mais ne peut s'en privé malgré elle rejette son addiction a sa casquette ou sa meilleure amie c'est dramatique mais c'est sans ce mentir le mode de vie de notre génération on a tous notre coté ... mais on sait le caché sous nos air d'ange elle l'assume c'est tout a son honneur belle plume a lire je recommande.

Publié le 28 Octobre 2019
5
Belle plume, décidément vous avez un incroyable talent. Et l'érotisme passe au second plan, tant l'histoire psychologique est forte; la détresse est grande, et les mots sont choisis. .. C'est Un livre qu'il faut lire.
Publié le 24 Octobre 2019

@Lesnovia

Mon dieu quel désespoir ! Impossible de poursuivre la lecture de votre roman...
Je suis désolée de ne vous offrir qu'un avis partiel et partial...

J'ai aimé votre écriture dans l'urgence, à l'emportement, mais quel vide et quel désespoir... Même les scènes de sexe sont tristes et désabusées. Il n'y a là aucune salope, ni aucune saloperie à mon sens, mais seulement un grand mal être, qui met le lecteur mal à l'aise à son tour. Vous abordez le thème de l'ennui et du désœuvrement impossible à combler, ou même la boulimie de sexe n'apporte que davantage d'ennui et de désœuvrement... J’essaierai de poursuivre ma lecture, afin de voir l' évolution de vos personnages...
Bien à vous

Publié le 20 Octobre 2019
5
@Lesnovia. Quel étrange roman ! Pour moi, votre salope autoproclamée n'en est pas une. C'est une "obsédée du cul théorique" à la lucidité ravageuse. Sa dépendance au sexe et à la pornographie (sans compter la vodka) est la résultante d'un désespoir et d'une solitude insondables. D'un manque béant. Qu'est-ce qu'elle est compliquée ! Alors que je n'ai senti de sensualité ni dans les étreintes sans lendemain ni dans l'écriture, je me demande pourquoi j'ai lu ce livre jusqu'au bout. Peut-être parce que le désespoir le plus noir est sexy pour une romantique, parce que votre regard sur la dépendance et les errements de la jeunesse est passionnant, parce que votre écriture est magnifique et votre humour, grinçant à souhait. Comme @Michel T, je trouve très révélateurs vos accords de participes avec tous ces va-et-vient - si je puis dire- entre féminin et masculin. Bref, merci pour ce roman troublant qui recèle plein de nuances de gris et de noir.
Publié le 16 Octobre 2019

J'ai commencé la lecture de votre livre.
Si vraiment il s'agit de votre "premier", eh bien, ça promet !
Vu que c'est mon anniversaire aujourd'hui, je le prends comme cadeau et vous remercie.
Bravo, madame.

Publié le 14 Octobre 2019

"Saloperie(s)" est le "Livre le +" du 14 octobre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/11832-salope.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’elle a publié son roman sur monBestSeller.

Publié le 14 Octobre 2019
5
Ouhhhh on ne sort pas indemne de cette histoire. Quelle densité. Telle qu’elle devient pesante, étouffante. J’ai eu envie d’arrêter, tant je trouvais cette lourdeur envahissante. Et puis dans un roman on est formé à la rédemption, au lendemain meilleur. Mais non, avec vous, on s’enfonce. Pas de dialogues, que de la narration qui rajoute à la pesanteur de ces répétitions et de ce trou qu’elle persiste à creuser. Au bout d’un moment, on aimerait une pause, de la légèreté peut-être, une diversion, quelques pages sur un week end à la campagne, et on sait en même temps que cela ne serait plus le sujet de cette descente perpétuelle. A tel point que je me suis demandé pourquoi vous aviez voulu finir sur une fenêtre d’espoir ? Parce qu’on ne peut pas résister au potentiel de l’happy end quand on écrit un roman noir ?
Publié le 10 Octobre 2019
5
Avec un tel commentaire de Michel T, difficile de résister longtemps ! Son analyse est très fine. Et votre livre, mieux que la couleur rose qui pourrait le cataloguer un peu trop rapidement. C’est un récit très fort. Cru, bien sûr, mais pas que, c’est profond (et sans jeux de mots), dense. Fragile. Il y a nombre de phrases si bien pensées, bien dites. Des associations d’idées imprévues mais si bien vues. C’est pathétique et sans doute si réel. Parfois gênant, dérangeant. Est-ce que l’humour allège ? Pas sûr ! mais ça dévie un peu du focus obsessionnel. Et pour une fois, vous explorez l’envers du décor, on est plus habitué à Casanova, moins à son féminin, Casanovo ? C’est un récit qui laisse des traces, pas de doutes. Bravo.
Publié le 04 Octobre 2019
5
Bonjour @Lesnovia J'aime beaucoup votre écriture. Plus qu'un roman érotique, j'y vois un témoignage sur l'hypersexualité. Ces troubles comportementaux sont courants sur les adultes qui ont été victimes de prédateurs sexuels dans leur enfance. Votre texte fait bien ressortir la descente aux enfers de votre héroïne, et l'addiction qui s'installe durablement pour devenir obsessionnelle, la recherche du plaisir par tous les moyens, mais aussi les troubles de l'estime de soi et la perte de contrôle qui en résultent avec le désir de les interrompre sans y parvenir. Vous décrivez très justement cette sexualité qui fait souffrir, plus qu'elle n’épanouit. Êtes vous un homme ou une femme, j'ai ma petite idée la dessus, à moins que ce ne soient simplement que quelques fautes d'accord … Amicalement, Michel T
Publié le 25 Septembre 2019
Lesnovia
Biographie

L'écriture a toujours été là, au début beaucoup de poésie et quelques histoires. Puis en grandissant la forme du roman est apparue,...


A lire dans les actualités