Conseil
23 jui 2021

"A la recherche du temps perçu" de Guy Vallancien. Time is not money.

De quoi souffrira l’Homo Numericus ? Guy Vallancien s’attaque au délicat sujet de la vitesse dans notre société. L’auteur souligne la perception du temps, de son évaluation et de sa relativité pour l’homme : le temps d’une gifle, le temps qu’il reste à un prisonnier avant sa libération, le temps d’une opération à cœur ouvert, le temps d’un cancer, le temps d’une parole, le temps de l’enfance… il y met en contrepoint le temps intérieur, celui de « notre corps, », ce temps-là procède d’une durée continue sans rupture. Mais voilà ! La croissance vertigineuse du numérique, l’espace, l’aéronautique entre autres expriment la dérive exponentielle de la vitesse, comme s’il fallait agir avant même de penser. « La réalité n’est plus vécue, elle est captée et « forwardée ». Guy Vallancien est là pour nous nous dire que nos réseaux neuronaux en paient le prix. « Time is not money », nous dit-il et l’on a tendance à en déduire avec lui qu'en effet, "Time is Life".
L'homme connecté, peut-il encore goûter des sensations, flâner parmi les idées et jouir de ses rêves ?L'homme connecté, peut-il encore goûter des sensations, flâner parmi les idées et jouir de ses rêves ?

Essai à lire gratuitement en ligne "A la recherche du temps perçu" de Guy Vallancien

Synopsis

Les horloges biologiques que contiennent nos corps régulent les mécanismes des organes qui font de l’Homme ce qu’il est : un esprit dans un corps sans rupture de continuité. Ces horloges cellulaires reliées aux cycles naturels d’alternance d’ombre et de lumière nous gèrent au quotidien dans des rythmes adaptés à l’accomplissement harmonieux des tâches physiques et psychiques que nous exécutons. L’accélération de la vitesse dans la production industrielle, dans les transports comme dans nos vies personnelles, ajoutée au nombre immense d’informations reçues chaque minute et à la lumière artificielle nocturne perturbe profondément les mécanismes subtils de ces rythmes corporels au point de déstabiliser nos êtres. Il est temps de ralentir sans décroître.

L' auteur : Guy Vallancien

Professeur honoraire des universités, membre de l'académie de médecine, et du conseil scientifique de l'office parlementaire de l'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

Antoine Loiseul

C’est en scientifique que vous posez la question philosophique du temps qui passe, en scientifique que vous parlez de l’accélération de nos vies (corps et âmes) sur sollicités par ce que nous produisons (transport/ digital… espace), et c’est en même temps à la Science que vous faites le procès de ne pas s’ occuper de la vitesse de vie (et ne pas en faire un pôle de réflexion prioritaire), trop centrée qu’elle est à se fixer sur des sujets plus (trop) particuliers qui ne sont que pourtant des conséquences de l’accélération de la vitesse du temps.Vraiment Intéressant.

bernadetteL

Ca, c’est un Essai, un vrai. Humaniste, généreux, amusant, exigeant… qui stimule notre réflexion, et nos devoirs de pensées sur notre Société. Un Essai non pontifiant, qui ne se perd pas dans un intellectualisme destiné à bluffer (et à se perdre) un large public, mais à l’élever au contraire. Il est loin le "maintenant démodé (mais parfois visionnaire) Paul Morand" avec son "Homme pressé" et de ses écrits qui soulevaient déjà ces questions sur la vitesse qui nous empêchait de jouir de la vie. (Son récent journal de Guerre le cloue au pilori)
"A la recherche du temps perçu" pose en même temps 1/ la question de notre corps non programmé pour supporter les dommages collatéraux ("esclavagisme de la précipitation, excès d’informations saturant nos réseaux neuronaux), 2/ l’acceptation du bon et du mauvais progrès, et 3/ ce que nous voulons faire de notre condition humaine (à ce rythme peut-on encore goûter nos sensations ?)
J’aime sans doute aussi parce que je souscris à l’essentiel de vos propos sans être médecin, sans être philosophe, sans être sociologue…

Et si vous disiez à Guy Vallancien ce que vous pensez de son essai ?

En le faisant, vous saluez sa démarche de publier son roman sur monBestSeller.

Aucun commentaireAjouter un commentaire
Conseils
A lire dans les actualités
Inscrivez-vous à la Newsletter