Interview
Du 16 aoû 2021
au 16 aoû 2021

Ma nuit de noces

Derrière un récit pragmatique et détaillé, c'est une histoire douce que nous raconte Fernand Fallou pour sa participation à l'appel à l'écriture monBestSeller : Nuit de noces. Un regard amoureux, tendrement distancié sur l'être aimé, sur un avenir déjà profilé.
"Je la trouve belle...", la nouvelle de Fernand Fallou pour l'appel à l'écriture Nuit de noces"Je la trouve belle...", la nouvelle de Fernand Fallou pour l'appel à l'écriture Nuit de noces

Je ne m’en rappelle plus

C’est si vieux !
J’ai vingt-quatre ans et ma belle a dix-sept ans.
Je sais que c’était au mois de juin
C’était un vendredi, je m’en rappelle, j’étais à la bourre. Ma future femme, ses parents, mes parents, nos amis étaient déjà à la mairie. Moi j’ai travaillé ce matin. Des livraisons à faire impérativement et le patron n’avait pas d’autres chauffeurs. Le temps de rentrer dans notre studio, dans lequel nous n’avions jamais dormi, de prendre une douche, s’habiller… quatorze heures ça faisait juste pour être à la mairie.
Voilà, ça y est, je suis prêt, j’allais sortir quand voilà qu’on sonne à la porte c’est le gazier de Gaz de France qui vient relever le compteur qu’on a ouvert hier.
Je me dis que ça va prendre trois minutes, sauf, qu’on ne trouve pas le compteur.
Et pendant ce temps quatorze  heures qui s’approche à pas de bottes de sept lieux.
Ca nous prend dix minutes de trouver le compteur. Voilà c’est fait. Je ferme ma porte, je fonce dans ma voiture.
Horreur malheur, embouteillage monstre au Cygne d’Enghien à cause d’un accident.
Impossible de faire demi-tour, il faut prendre son mal en patiente.
Quatorze heures vingt. Ils doivent penser que je ne viendrai pas. Et elle, elle doit s’inquiéter.
Quatorze heures trente j’arrive enfin à la mairie d’Epinay-sur-Seine. Pas de place dans le parking de la mairie. Impossible de stationner à proximité.
Obligé d’aller me garer dans le parking du supermarché le plus proche à au moins cinq-cents mètres.

J’arrive enfin à la mairie.
Soulagement de la mariée, et des invités, mais le maire me fait les gros yeux.il n’a pas que ça à faire !
J’ai dit oui, elle a dit oui !
Ca y est j’ai une femme ! Une femme à moi !
Sacha Guitry disait :
Le mariage,c’est le moyen le plus cher d’avoir une femme gratuitement !
Je m’en fous !
Quand on aime on compte pas !
Séance photo dans le parc de la mairie.
Rendez-vous dans un restaurant d’Épinay ou on va faire la fête jusqu’au soir.
Sauf que, il y en a qui sont déjà bien gais. 
L’alcool a fait son œuvre !
Mon beau père s’engueule avec sa femme, il est à deux doigt de la gifler. C’est un maçon, il a des grosses paluches comme des queues de castors, et les bras comme moi, j’ai les cuisses ! 
J’interviens gentiment et je calme le jeu. En vérité, je pense qu’il n’attendait que ça, que quelqu’un intervienne de façon à ce qu’il puisse sortir de cette histoire sans perdre la face et sans battre sa femme en public.
Mon père s’engueulé avec le traiteur qui n’a pas fait exactement le repas qu’il a facturé. Là encore, je calme le jeu, et on trouve un arrangement dans la paix et la sérénité et la mauvaise foi du traiteur. 

Dix-neuf heures, tout le monde est déjà bien fatigué. L’orchestre arrive enfin et va remplacer l’affreuse chaine hi-fi qui depuis seize heures nous balance les derniers tubes du show business en son intersidéral.
La mariée, elle est belle comme le jour, elle va de table en table dire un petit mot gentil. Remercier d’être venus. Elle est suivie par des  jeunes filles d’honneur, à peine plus jeunes qu’elle, qui distribuent des petits paquets en tulle bleu et rose qui contiennent des dragées. Y en a qui resquillent pour en avoir plusieurs. C’était prévu, on laisse faire.
Ca y est l’orchestre s’est installé, l’ambiance arrive, tous les jeunes sont sur la piste. Les plus vieux suivent au compte-goutte. Le repas est servi…
On mange, on danse, on boit, 
On recommence, manger, danser, boire…
Y en a qui tombent…
D’autres qui s’endorment !
On arrive enfin à la fin de la soirée.
Moi et ma femme on rejoint notre petit studio dans lequel on va dormir pour la première fois.
Elle se déshabille devant moi dans la lumière pour la première fois. Je la regarde, Je la trouve belle… 
Et encore plus belle avec son ventre bien rond.
Quatre mois déjà !
Ce sera un garçon !

 

@Saint Bleyras
Merci pour ce commentaire positif. J’ai l’air bordélique mais je ne le suis pas tant que ça. Comme beaucoup d’hommes, je mets en avant mon côté clair, et je cache mon côté obscur.
Ah, au fait je ne l’ai pas dit, mais ce texte a réellement été vécu par moi et mon épouse le 26 juin 1970.

Publié le 20 Août 2021

Cher @Papou Bezard
Très touché par votre sympathique commentaire. Hé bien si vous aimez ce que j’écris, il y a actuellement 26 textes de moi sur Mbs. (Les recueils ne comptant que pour un texte) je ne vais pas vous conseiller de lire ce livre ou celui-là. Je préfère, de loin, laisser faire votre instinct de lecteur. Votre perspicacité, la chance, l’attrait du titre.
J’ai habité quelques temps à Issoire. Ce n’est pas loin d’où vous êtes. Très belle région. Portez-vous bien ! Merci pour votre commentaire.
FF

Publié le 17 Août 2021

@Fernand Fallou, depuis le temps que je vois vos nombreuses nouvelles, je vous avoue, un peu honteusement, que c'est la première fois que je vous lis. Un style comme je les aime (art du prosateur-raconteur), qui cache l'essentiel pour amener à la chute finale. Très heureux d'avoir découvert cette nuit de noces particulièrement humaine.

Publié le 17 Août 2021

@lamish
Ma chère Michele, je ne crois pas que je sois si candide que ça ! Mais c’est vrai, que mes textes manquent un peu d’hémoglobine. Que veux-tu, c’est comme ça. Pourtant, je suis attaché à l’action au mouvement. Au lecteur ou à la lectrice d’extraire les états d’esprit des personnages et les conséquences psychologiques qui en découlent.
Merci pour ce gentil commentaire.

Publié le 16 Août 2021

@Michel CANAL
Mon cher Michel, non ce n’était pas un vendredi 13 ! Une nouvelle forme d’écriture pourquoi pas, ça, ça me plait. Avez-vous lu ma nouvelle intitulée « SolitudeS » Ça, c’est une nouvelle forme d’écriture !
Je vous remercie pour votre commentaire.

Publié le 16 Août 2021

@Fernand Fallou, est-ce que c’était un vendredi 13 ? Parce qu’avec une telle avalanche de contretemps fâcheux, ça pourrait bien être le cas.
Mais une nouvelle forme de réponse au thème d’écriture "Nuit de noces".
Merci pour ce partage.
Oui, il y a des choses que l’on oublie... et on peut comprendre.
Amicalement. MC

Publié le 16 Août 2021