Laure Avedian
Biographie

Passionnée de mots depuis l'enfance, l'idée d'écriture est restée enfouie jusqu'à la crise de la quarantaine... Alors patiemment, en parallèle de mon métier d'ingénieure sidérurgiste (univers bien éloigné de la littérature, s'il en est...) et de ma vie de maman de deux adolescents, j'ai tenté d'assouvir ce rêve de gosse.
Merci à tous ceux qui prendront le temps de me lire de m'accorder quelques instants supplémentaires en me laissant un commentaire : positif ou critique, j'y serai sensible car ce sera l'occasion de faire progresser mon texte.

Laure Avedian a noté ces livres

5
Cela fait déjà quelque temps que j'ai lu votre livre, mais j'ai hésité à vous laisser un commentaire... C est un roman un peu générationnel à mon sens, j'y retrouve le mal être de l'adolescence, à l'époque où j'idolatrais Baudelaire et où je croyais que l'unique couleur de la poésie était le noir. Aujourd'hui je dois avouer que cette histoire ne résonne pas vraiment en moi, même si je comprends bien qu'elle puisse rencontrer d'autres lecteurs. J'ai toutefois souhaité vous adresser tous mes encouragements à poursuivre votre voie (voix ?) d'auteur, car votre plume est pleine de promesses. J'espère vous lire dans une autre histoire... Amicalement, Laure
Publié le 01 Mai 2019
5
C'est une histoire écrite avec beaucoup de sensibilité, un dialogue agréable à lire, presqu'une pièce de théâtre. J'ai aimé cet exercice d'introspection basé sur l'analyse d'un rêve. Sentir combien certaines turpitudes de cette plateforme vous affectent, puisque l'on vous devine sans peine derrière le personnage de Léa, m'a touché. J'aurais tendance à être plus philosophe ; ce que l'on retrouve ici est à l'image d'autres réseaux sociaux : des individus qui, sous couvert d'anonymat, polluent les échanges, une mesure d'audience qui favorise le buzz au détriment de la qualité... Cela ne doit pas nous empêcher de continuer à prendre plaisir à l'écriture, à la lecture et au partage : je vous souhaite donc de lâcher prise comme votre héroïne... mais sans abuser du Saint-Joseph ou autres Hermitage ;)
Publié le 30 Avril 2019
5
Voici un livre passionnant, porté par une plume élégante et directe. Dès les premières pages, on est plongé dans l'atmosphère de cette cité U et fil après fil, la trame se tisse jusqu'à étouffer son héroïne. Mais je dois vous avouer que si votre roman n'avait été que le récit des tourments de Laetitia, empêtrée dans sa relation toxique avec Fabrice, j'aurais fini par me lasser. Or c'est aussi un livre engagé, un livre féministe. En situant l'histoire en 1979, à l'heure où les grandes batailles avaient été gagnées dans les lois, mais pas encore dans les mentalités, vous nous amenez à nous interroger sur ce qui relève de l'époque, ou ce qui pourrait encore advenir aujourd'hui. Bien sûr, les jeunes femmes de 2019 ne rêvent plus d'une vie bien rangée, mais lorsqu'elles traversent les mêmes épreuves que Laetitia, elles sont parfois bien peu soutenues. Merci de nous rappeler que rien n'est jamais acquis ! Je terminerais en reprenant la remarque d'une autre de vos lectrices : j'aurais presque préféré refermer le livre sur le sourire à l'unique fossette de celui par qui tout est arrivé... Mais comme vous avez très bien répondu à @anne-laure.julien, je n'ai plus qu'à m'incliner devant votre talent ! Merci pour cet excellent moment de lecture. Amicalement, Laure
Publié le 06 Avril 2019
5
Je suis venue aux Blues (1 et 2 avalés à la suite) après Femme au bord du monde, que j'avais beaucoup aimé. Je pensais y retrouver cette atmosphère aux frontières du réel... pourtant, on a ici les deux pieds dans les cailloux des collines du sud. Mais ce que j'ai retrouvé avec bonheur, c'est votre écriture, comme une peinture expressionniste, dont les traits aux couleurs vives font palpiter chaque scène, chaque personnage. Il y a des livres dont on ne conserve après la lecture qu'un souvenir vague : ce n'est pas le cas de ces 2 Blues, qui vibrent encore en nous, bien après avoir tourné la dernière page. Vivement Blues 3 !
Publié le 09 Mars 2019
5
Les étoiles se sont perdues en route...
Publié le 28 Février 2019

Pages