Conseil
10 jui 2014

#2 Auteur indépendant : comment bien démarrer sur Facebook ?

Facebook est un outil (encore) incontournable. Tous les éditeurs savent son pouvoir et s'en servent. Les auteurs n'échappent pas à la règle. Mais on n'est pas dans le monde des Bisounours. Surtout quand on est auteur indépendant et pas (encore) connu. Sans attendre d'être dans l'écurie d'un éditeur qui mise sur eux, d'autres se sont affranchis et ont réussi à se faire reconnaître en changeant de tremplin. Mais attention, Facebook n'est le meilleur ami de personne, votre meilleur attaché de presse c'est vous ! Même si votre page n'est pas suivie à la loupe, elle est scrutée, lue, trouvée tôt ou tard. Alors soignez votre élan. Réponses aux premières questions à se poser.
Promouvoir son livre sur FacebookFacebook peut être un bon tremplin. Soignez votre élan !

Savoir promouvoir son livre sur Facebook

 

« J’ouvre une page à mon nom ou sur mon dernier ouvrage ? »

Les deux sont possibles : créer une page en tant que "Jacques The Writer" (sous-entendu : ceci est ma page officielle) ou une page centrée sur votre dernier ouvrage. Ou les deux. Mais dans un premier temps, mieux vaut rester serein. Donc, afin d'éviter de s'égarer, commencez par faire vivre la page "Jacques The Writer" (car Facebook qui n'est pas votre meilleur ami peut en revanche devenir chronophage). C'est plus important que la page de votre ouvrage.
>> Privilégiez et faites parler l’auteur qui est en vous.

« Faut-il préciser que c’est ma page officielle ? »

Oui MAIS pas dans l'intitulé de la page. Une page comme "Jacques The Writer Officiel" n'est pas forcément un atout. Ce genre de coquetterie marketing sera plus efficace quand le monde entier aura envie de créer des pages Fans de "Jacques The Writer" et que vous souhaiterez rétablir ou rectifier l'actualité vous concernant.
Indiquez-le dans " à propos de" : "ceci est la page officielle de Jacques The Writer". Donc, on s'en tient à "Jacques The Writer". Et puis, avec un tel "titre" de page, il y a de la proximité même si nous sommes deux milliards "à être sur Facebook". On se dit que c'est VOUS qui animez cette page.
>> Faites sentir que c’est bien vous qui êtes là, derrière la page.

« Comment je fais vivre ma page ? »

Plusieurs écoles... Il y a celles et ceux qui inondent la page de posts -pour dire, pour crier "j'existe ! Je bois du café, j'écris, je suis là, je pense que je vais aller au cinéma, je déteste les étagères Ikéa"- dans l'espoir que l’un de ces posts attire l’attention dans le fil d'actualité. Vous pouvez ainsi  partager vos « événements » de votre lever jusqu'à votre coucher. Mais est-ce vraiment le but de votre page ? Cela peut plaire un temps (plutôt bref) mais la lassitude s'installe très vite. Partager des faits personnels ou des anecdotes avec vos fans, c'est un choix qui peut être le bon, mais dans ce cas, faites-le avec parcimonie voire avec un peu d'humour.  Le tout, au milieu de posts sur votre livre et votre actualité.
>> Point crucial : le style doit être fidèle à votre univers romanesque.

« Je dois animer ma page Facebook tous les jours ? »

À vous de voir. Si vous n'avez rien à dire, abstenez-vous. Le rythme trouvé doit vous permettre de le faire avec plaisir (oui le plaisir de l'auteur se sent dans son écriture !) et de dire à vos fans : je partage cette information avec vous, j'en ai envie.
Gardez aussi à l'esprit que vous serez sans doute présent en tant qu'auteur sur d'autres réseaux sociaux. Là aussi, il vous faudra y consacrer du temps.
>> Mieux vaut la qualité que la quantité !

Le spécialiste Résossocio ;>) de monBestSeller

Patrick, cette analyse rejoint la mienne mais il sera facile de relever que nous sommes d'une autre génération. Facebook c'est le hall d'une gare inconnue aux heures de pointes, tout le monde se croise et il faut être attentif à ne pas se perdre et perdre ses amis. Pour les jeunes (normaux) quand ils sont sur leur PC ou gsm, c'est du temps qu'ils prennent souvent sur la TV. Grâce au wifi ils emploient leur temps de déplacement pour s'informer, se distraire et se former. Le drame est que le temps s'est raccourci à cause de délit d'immédiateté. Je constate aussi que le niveau des échanges sur ces fameux réseaux sociaux, c'est assez faible et guère participatif. Où la démocratie devait naître, c'est la domination de quelques entreprises qui nous contrôlent.Il faut résister et être créatif pour résister. Le fameux Steve Jobs, lui qui rend captifs tous les clients Apple a écrit; Ne soyez pas prisonnier des dogmes qui obligent à vivre en obéissant à la pensée d'autrui.
Publié le 15 Juillet 2014
Vous avez raison user mais pas abuser. certaines pages sont envahissantes et j'ai fini par ne plus les lire.
Publié le 11 Juillet 2014
A lire dans les actualités
Inscrivez-vous à la Newsletter