Conseil
19 nov 2014

Qu’est-ce que l’auto édition ? Conseils pour s’auto éditer

L’auto édition (ou auto-édition) connaît un succès grandissant. Elle accompagne trois phénomènes : la difficulté pour les auteurs de trouver une maison d’édition, le développement du livre numérique et la multiplication des plateformes d’auto-édition sur Internet. Ebook ou livre imprimé, tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer pour réussir l’auto édition de son livre.
Auto-édition : comprendre les enjeux, et savoir utiliser les outilsAuto-édition : comprendre les enjeux, et savoir utiliser les outils

L'auto édition (ou auto-édition), l'arme des auteurs indépendants

Face à la difficulté pour atteindre les maisons d’édition, refroidis par les lettres de refus, boostés par les succès révélés par le net, les auteurs se tournent de plus en plus vers l’auto édition. Pas seulement aux Etats Unis, mais aussi en France.

Des auteurs de premier roman mais aussi des auteurs confirmés.

Soit dit en passant, ce n’est pas nouveau, avant eux il y a eu Proust, Tolstoï, Hemingway… Le phénomène s’amplifie parce que les auteurs y trouvent notamment la liberté de création –pas de ligne éditoriale, pas de moule dans lequel un éditeur les oblige à rentrer-, la maîtrise du temps –plus de délai d’un an entre la remise du manuscrit et la mise en vente du livre-, l’entière propriété de leurs droits d’auteur qui leur permet de faire ce qu’ils veulent de leur livre aujourd’hui comme demain.

Le marché de l’auto édition représente tous les genres

Des sujets à dimension confidentielle aux romans populaires en passant par la science fiction, la bande dessinée… Car oui, c’est un marché. Preuve en est, les plateformes d’auto édition qui se développent sur Internet, les unes proposant des services d’aide aux auteurs, les autres mettant en ligne leurs ouvrages. Et toutes, brandissant les exemples d’auteurs anonymes ayant rencontré le succès grâce à l’auto édition pour ensuite décrocher des contrats avec des éditeurs traditionnels, E.L. James (Cinquante nuances de Grey) aux Etats-Unis, Agnès Martin-Lugand en France (Les gens heureux lisent et boivent du café) en tête.

L'auto-édition n’est plus synonyme d’amateurisme ou de mauvaise qualité littéraire. C’est de plus en plus une option choisie par les auteurs.

Comment s'auto éditer ?
3 Questions clés pour comprendre les règles et s'auto-éditer.

 

Question 1. Quel est le principe de l'auto édition ?

>> L’auteur édite son livre en se passant de l’intermédiaire d’une maison d’édition.
Il se charge lui-même et à ses frais de toutes les étapes du processus d’édition depuis l’écriture jusqu’à la distribution.

>> L’auto édition, ce n’est pas l’édition à compte d’auteur.
Le seul point commun c’est que c’est l’écrivain qui paye. Là, il fait tout, il maîtrise tout, alors que dans l’édition à compte d’auteur, il confie à un prestataire éditeur l’ensemble des étapes de la publication.

>> L’auteur prend en charge chaque étape de l’édition.
Une fois qu’il a fini d’écrire son livre, il gère la correction, la mise en page, la conception de la couverture, le choix de l’imprimeur ou du prestataire pour le transformer en format numérique, les formalités légales, le circuit de distribution, la vente et la promotion de son ouvrage. Et dans le cas d’un livre papier : le suivi d’impression, le stockage et les envois postaux.
Soit l'auteur a toutes les compétences requises, soit il s’adresse comme un éditeur classique à différents professionnels.

>> L’auteur auto édité conserve ses droits d’auteur.
Cela veut dire qu’il ne cède pas ses droits d’auteur à un éditeur et qu’il n’a donc aucun engagement vis à vis de lui. Il reste maître de sa publication, il peut le proposer plus tard à un éditeur traditionnel, il peut en faire un film, un cd, le publier gratuitement pendant un temps pour se faire connaître.

>> Il fixe lui-même le prix de son livre.
Et il perçoit l’intégralité du fruit de la vente de ses livres s’il a assumé lui-même toute la chaîne de l’édition ou un pourcentage des bénéfices s’il le vend par l’intermédiaire d’une plateforme Internet (qui prélève une partie au titre des services fournis : hébergement, diffusion…)

Question 2. Quelles sont les étapes à suivre pour réussir l'auto-édition de son livre ?

Ecrire un livre se fait aujourd’hui sur ordinateur pour la plupart des écrivains avec un simple logiciel de traitement de texte. Mais ensuite, il faut un peu plus d’expertise...

  • 1. Les corrections : style, orthographe, grammaire, règles typographiques.
    C’est une étape fondamentale. L’objectif est d’éliminer tout ce qui nuit à l’image qualitative de l’ouvrage. Même bien écrit, un texte comportant des fautes d’orthographe ne met pas le lecteur dans de bonnes conditions d’appréciation. C’est un fait, les lecteurs n’aiment pas les fautes. Et c’est un autre fait, quand on a travaillé longtemps sur un texte, qu’on l’a déjà relu X fois, on n’a plus la vigilance nécessaire pour repérer fautes et coquilles. Par ailleurs, les règles typographiques sont assez contraignantes et difficiles à respecter pour le néophyte. C’est un travail très minutieux.
    # Conseil. Adoptez une méthode professionnelle pour corriger les fautes ou faites appel à un correcteur professionnel pour vous assurer un résultat de qualité.
  • 2. La mise en page du livre : soignée et confortable pour la lecture.
    Les lecteurs sont aussi très sensibles à l'aspect visuel du texte. Un logiciel de traitement de texte et de bonnes connaissances de base peuvent suffire pour le mettre en page. Surtout pour auto éditer un livre numérique, la version à publier étant assez proche du texte initial. Pour un livre imprimé, l’exercice est plus complexe car le format de page du livre n’est pas le même que celui de la page sur laquelle le texte initial a été tapé. Dans le cas où le texte est accompagné d’illustrations, il peut être utile d’avoir recours à un logiciel plus élaboré permettant un meilleur résultat.
    # Conseil. Prenez exemple sur un livre imprimé existant pour définir le format et les règles de mise en page de votre livre : marges autour du texte, nombre de lignes par page, positionnement des différentes mentions introductives… Et veillez à commencer les chapitres sur une page de droite.
    Vous pouvez lire cet article "Comment mettre en page votre livre ? Conseils clés pour être lu."
  • 3. La couverture : attirer le regard, créer le désir, inciter à l’achat. L’enjeu est crucial. Mais il n’y a pas de recette infaillible. La couverture doit être soignée, professionnelle, représentative du thème du livre, attirante pour le public visé.
    # Conseil. Pour concevoir une couverture originale qui a de l’impact, faire appel à un professionnel graphiste peut être très rentable en termes de ventes. Les auteurs de monBestSeller bénéficient par exemple de tarifs préférentiels avec Bookelis.
    Vous pouvez lire cet article "Comment réussir la couverture de votre livre : attractive et efficace. 5 conseils clés"
  • 4. L’impression : à confier à un professionnel mais à suivre attentivement.
    Même pour un petit tirage, c’est l’assurance d’une réalisation de qualité et d’une reliure assurant un beau fini du livre. Il est aujourd’hui possible d’imprimer de petites quantités mais moins il y a d’exemplaires plus le prix de revient à l’unité est élevé.
    Bon à savoir : certains sites d’auto édition proposent un système d’impression à la demande : l’auteur est libre de commander le nombre d'exemplaires qu'il désire au fur et à mesure du stock qu’il veut constituer pour répondre aux demandes d’achat.
    # Conseil. Soyez vigilant sur le choix de l’imprimeur et exigeant sur le résultat escompté. N’hésitez pas à comparer les offres et à demander des exemples de réalisation, des échantillons pour faire votre choix de papier, de couverture… Attention aux relations uniquement téléphoniques, aux numéros surtaxés, aux malentendus entre ce que l’imprimeur veut dire et ce que vous comprenez. Le suivi de fabrication est fondamental. Une fois imprimé, vous ne pourrez plus revenir en arrière.
    Vous pouvez faire appel à des plateformes proposant des services d'auto-édition comme l'impression. Les auteurs de monBestSeller bénéficient de tarifs préfentiels avec Bookelis.
  • 5. Les formalités administratives et juridiques sont limitées.
    Dépôt légal BNF (obligatoire dès lors qu’un livre est diffusé au-delà du cercle familial) pour protéger ses droits d’auteur et numéro ISBN devant figurer sur tous les exemplaires d’une même œuvre soumise au dépôt légal.
  • 6. La publicité et la promotion : un investissement personnel ciblé.
    Beaucoup de moyens de promotion de son livre existent, mais l'auteur éditeur qui a, en général peu de moyens à y consacrer, doit cibler précisément les personnes potentiellement intéressées. La promotion se fait essentiellement à l’occasion des salons, des séances de dédicaces en librairies et sur Internet par l’intermédiaire des réseaux sociaux et des blogs.
    Conseil. Explorez les ressources d’Internet pour promouvoir votre livre, elles sont riches. Une bonne stratégie, une présence soutenue, des moyens originaux peuvent permettre d’être visible avec pour seul investissement, le temps. Mais il en faut beaucoup.
  • 7. La diffusion : le choix des moyens.
    C'est sans doute la phase la plus délicate de l'auto édition d’un livre papier car pour vendre il faut être diffusé. Il existe différents moyens : organismes de diffusion, contacts directs avec des libraires, vente dans des salons et manifestations publiques, blog ou site Internet de l’auteur avec vente par correspondance, sites de vente sur le net...
    Vous pouvez faire appel à des plateformes proposant des services d'autoédition, par exemple : Bookelis où les auteurs de monBestSeller bénéficient de tarifs préférentiels pour la diffusion de leur ebook sur toutes les plateformes de vente, et la distribution de leur livre papier dans 10 000 librairies Hachette.
  • 8. L’expédition : dernière étape à financer.
    Un coût supplémentaire à prévoir à l’avance afin d’inclure ce poste dans les calculs pour fixer le prix de vente du livre.
  • 9. La promotion : trouver, rassembler et entretenir son lectorat.
    L’auteur auto édité ne bénéficie pas du système de promotion d’une maison d'édition, de son réseau et de ses contacts. Comment promouvoir son livre ? Il doit aller lui-même vers ses lecteurs potentiels, leur parler et leur donner envie. Se rendre dans des salons du livre, dans les librairies, faire sa promotion sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter), à travers un blog, élargir son réseau de proches… est un travail exigeant et chronophage, mais aussi, passionnant.

Question 3. Quelles sont les particularités de l’auto édition en ligne ?

Internet offre aujourd’hui à l’auteur une manière plus simple de pratiquer l'auto édition avec la possibilité de diffuser et de vendre son livre en ligne sur des sites spécialisés.

  • Des frais et du travail en moins pour un livre numérique.
    Tout est dématérialisé : pas de frais d’impression, ni de colis postaux, pas de gestion des stocks de livres, pas de déplacements pour les vendre, une promotion de son livre en ligne permettant de toucher un plus large public.
  • La simplicité en plus.
    Concrètement, la procédure est en général assez simple : créer un compte sur la plateforme d’auto édition choisie, télécharger le fichier en format Word ou PDF et définir le prix de vente. Le pourcentage de royalties sur les ventes peut varier selon les sites.
  • Livre numérique ou imprimé, des services compris ou optionnels.
    Corrections, préparation des fichiers pour l’imprimeur ou la mise en ligne en format ebook, impression à la demande, démarches administratives, distribution sur la boutique en ligne ou dans un circuit de librairies, promotion… Certains services sont compris, d'autres sont en option. Il faut visiter les plateformes pour repérer les spécificités de chacune.

2 points essentiels pour réussir votre projet d'auto édition.

Le nerf de la guerre, ce sont les lecteurs. Les lecteurs et leurs exigences de qualité. Les lecteurs qu’il faut trouver et séduire pour vendre.

1. La diffusion : attention aux miroirs aux alouettes.

De nombreuses plateformes d’auto édition mettent en avant des promesses de diffusion à travers des circuits de distribution au-delà de leur site de vente sur Internet.
Attention à la confusion entre la diffusion en librairie via un distributeur ou un diffuseur et le sens global du mot diffusion ! Certaines promesses concernent en fait les sites sur lesquels les libraires pourront commander le livre s'ils le souhaitent, si un de leurs clients le leur demande, à condition que le client sache que le livre existe. Ce n'est donc absolument pas le gage que le livre sera automatiquement distribué dans toutes les librairies. Certains référencements sont d’ailleurs systématiques à partir du moment où le livre a fait l'objet d'un dépôt légal BNF. À vérifier attentivement donc.

2. La promotion : tout mettre en œuvre pour gagner en visibilité !

  • La visibilité fait vendre.
    Et vendre fait vendre. Un cercle vertueux qui se met en marche à la seule condition de vous faire connaître et de faire connaître votre livre. Car l’auto édition à elle seule ne peut être un tremplin vers la révélation d’un talent.
    Vu le nombre d’ouvrages, ce n’est pas le simple fait d’être présent sur une plateforme de vente qui permet de donner de la visibilité à votre livre. Il ne faut jamais oublier que s’il est accessible au monde entier, il n’y a que vous qui le savez. C’est un point de vente vers lequel il faut renvoyer vos lecteurs potentiels, mais il faut communiquer pour le faire savoir, vous faire connaître et remarquer, trouver vos lecteurs, les intéresser, leur parler… 
  • Proximité et échanges sont les maîtres mots.
    Vous devez communiquer sur vous en tant qu’auteur avant la sortie de votre livre et entretenir cette relation avec vos lecteurs potentiels. Vous pouvez créer un blog (sur Scoopit, Wordpress par exemple) pour parler de vous, dire pourquoi vous vous lancez dans l’aventure de l’auto édition, échanger sur les réseaux sociaux (Facebook Twitter), ouvrir une page fan Facebook, vous exprimer sur les forums de lecteurs, vous associer à des groupes d’auteurs indépendants, …
  • Stratégie et marketing : soyez original !
    Mise en ligne d’extraits en feuilleton, chapitres à lire librement sur un site d’auto publication gratuit, vote pour élire la meilleure couverture, interview vidéo sur Youtube, jeu concours sur une page fans Facebook, baisse de prix ponctuelle pour booster la vente et ensuite attirer l’attention grâce aux scores atteints… Explorez le monde des auteurs indépendants, il bouge et fait preuve de solidarité et d’originalité. Les moyens de promotion sur Internet sont riches. Inspirez vous !

Quelques repères pour se promouvoir : Facebook, Twitter, Youtube, monBestSeller.com, Google+, Tumblr, Scoopit, Wordpress, Pinterest…, sont des services gratuits en mode de base.

L’auto édition, c’est l’étape ultime. Quand on se sent prêt à publier. Mais ne vivez pas ces étapes en solitaire, partagez-les avec une grande communauté d’auteurs de monBestSeller.com.

Pour en savoir plus sur monBestSeller.com 

@T.G.M. qui a tout à fait raison et à tous ceux veulent réussir la couverture de leur livre, il y a justement un article plein de bons conseils qui y est consacré ici http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/6483-5-couver...

Publié le 08 Février 2017

Voici un article très intéressant !!

Je pense cependant qu'il serait vraiment utile d'ajouter un petit avertissement concernant la couverture des ouvrages. Malheureusement, j'ai rencontré plusieurs fois des livres issus de l'auto-édition arborant des couvertures illégales. Plus exactement, les auteurs utilisent des images probablement trouvées sur internet. Attention, ce n'est pas parce qu'elles sont accessibles gratuitement que ces illustrations sont libres de droits !!! Même si votre couverture est un montage que vous avez réalisé vous-même de ces images, cela reste illégal. En effet, tout comme vous, les illustrateurs possèdent des droits d'auteur sur leurs œuvres. Je suis certaine que vous n'aimeriez pas voir les vôtres bafouer. Respectez donc les leurs.

Pour cela vous pouvez suivre le très bon conseil de cet article : " Pour concevoir une couverture originale qui a de l’impact, faire appel à un professionnel graphiste peut être très rentable en termes de ventes". Et n'oubliez surtout pas de signer un contrat avec lui et de faire apparaître son nom soit sur la 4e de couverture, soit à l'intérieur de votre ouvrage !

Toutefois, si vous préférer créer vous-même votre couverture vous pouvez faire un montage à partir de vos propres illustrations, de photographies que vous prenez (mais attention aux droits de vos modèles et de vos sujets), ou alors, vous pouvez acheter l'utilisation d’illustrations et de photographies sur des banques d'images comme Fotolia, Shutterstock, etc. Pour la dernière possibilité, n'oubliez pas, encore une fois, de faire apparaître le nom du photographe/illustrateur !

Publié le 08 Mai 2016
A lire dans les actualités
Inscrivez-vous à la Newsletter