Conseil
26 sep 2013

Comment répondre aux commentaires négatifs sur son livre ?

Lorsque l’on a porté son livre pendant de longs mois, voire des années, et que l’on s’expose pour la première fois aux lecteurs, on n’est pas toujours préparé à la critique. Et c’est souvent très douloureux. Pourtant, on ne peut y échapper. Tous les lecteurs ne seront pas à même de comprendre, d’adhérer, de rentrer dans l’univers que l’on propose. Alors, lorsque cela arrive, comment y faire face ? Quel type de réaction adopter ? Comment ne pas s’emballer ? Quatre conseils essentiels pour rester constructif.
Comment répondre aux commentaires négatifs sur son livre ?Comment répondre aux commentaires négatifs sur son livre ?

Les auteurs ont besoin des commentaires des lecteurs

Les commentaires sur votre livre sont essentiels. Positifs, ils ouvrent la porte à de nouveaux lecteurs. Mais lorsqu'ils sont négatifs, ils peuvent agir dans l'autre sens. Bien sûr, on ne peut pas plaire à tout le monde. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut toujours balayer d'un revers de main un commentaire négatif ou mitigé, car il peut aussi vous permettre d'argumenter sur votre démarche et nourrir ainsi votre image d'auteur, mais aussi de prendre conscience de points à améliorer. Une remarque peut vous paraître justifiée et dans ce cas, elle devient un facteur d'amélioration de votre livre.

1. Ne pas répondre aux commentaires non argumentés

Si le commentaire négatif est le résultat d’une humeur du lecteur, d’un sentiment instantané sans justification aucune, il vaut mieux ne pas répondre. Cela risquerait d’envenimer le débat.
Il existe de nombreuses personnes sur la toile qui réagissent de manière instinctive, sans percevoir ni prendre conscience qu’il y a bien, derrière l'écran, une personne en chair et en os avec des sentiments. D’autres sont tout simplement avides de conflits et le provoquent de manière presque systématique.
> Mieux vaut oublier ce commentaire et le laisser se perdre dans le flot de vos autres commentaires de lecteurs.

2. Prendre le temps de la réflexion et du recul

Si le commentaire est argumenté et solide et qu’il ne vient pas d’une personne qui cherche uniquement à se déverser ou à blesser, il vaut mieux prendre un peu de hauteur avant de se lancer bille en tête dans une réponse instinctive. Répondre trop rapidement à un commentaire négatif est un nouveau moyen d’envenimer le débat.
> Mieux vaut prendre 24h pour réfléchir. Sur quels arguments repose ce commentaire négatif ? Ces arguments sont-ils recevables et cohérents ? Est-ce une attaque visant une partie de votre récit que vous avez préméditée longuement ?
> Tentez de démêler ce qui a causé la déception du lecteur et répondez-lui de la manière la plus calme et cohérente possible. Très souvent, cela engage sur un débat constructif et solide dans lequel l’auteur du commentaire négatif modère son propos initial.

3. Continuer à communiquer autour de votre livre

C’est souvent en l’absence d’une communication continue que les commentaires négatifs pleuvent sur un livre.
> Le travail de communication est une tâche quotidienne. Il ne peut être suspendu sur une longue période. Ce serait comme abandonner votre livre.
> Les lecteurs et surtout les lecteurs internautes attendent plus de proximité et d’interaction avec l’auteur. Ils peuvent parfois devenir impatients, voire cruels si l’auteur ne répond pas à leurs attentes.

4. Surveiller votre livre sur Google

Lorsque l’auteur a déjà réussi à diffuser son livre très largement sur l’ensemble des supports et des plateformes que compte internet, il ne peut pas toujours maîtriser au quotidien tout ce qui est dit sur son livre. Or, Les lecteurs assidus et les blogueurs littéraires disposent aujourd’hui de beaucoup d’espaces dans lesquels s’exprimer : Babelio, Livraddict, le forum e-lire, Amazon, etc.  
> Faites régulièrement une recherche Google avec le titre de votre livre et votre nom d’auteur pour suivre l'actualité de votre livre et des commentaires.
> Vous pouvez mettre en place une ou deux alertes sur votre titre et votre nom d’auteur. Cela vous permettra de ne pas passer à côté d’un lecteur insatisfait.
> Si vous découvrez un commentaire négatif, préférez répondre en message privé si c'est possible plutôt que publiquement. Et expliquez votre démarche d’auteur.

Bonne chance et comme disait Louise Bourgeois « Be calm* » !

Restez calmes

D'accord. Ce qui était "confusant", c'était : "savoir ce qu’attendent vos lecteurs de vos écrits, ce qu’ils en ont pensé afin que vous puissiez vous améliorer". Phrase qu'on peut interpréter trop facilement de travers... (On renverra à l'article "Point d’étape n°7 : comment trouver son lectorat-cible ?") Sauf que le lectorat-cible, ça ne vaut que pour des genres d'ouvrages bien identifiables, dès qu'on est à cheval sur les domaines (ou qu'on navigue de l'un à l'autre, où qu'on brasse quelques genres dans la même fiction), ça devient presque impossible de cibler. Le mieux serait de cibler et de ratisser autour (on peut toujours convertir des rétifs). Sinon, je suis excessivement d'accord avec la conclusion de l'article, et pas très étonné des remarques sur la durée de vie des ebooks et les espérances de ventes: plus il y aura de publications, pire ce sera, d'ailleurs (et moins le top 100 aura de réelle pertinence). Sinon, pour l'impact négatif des commentaires sur les ventes (ou les lectures, quand la mise à disposition est grâcieuse), on voit bien la nécessité d'être à l'écoute, réceptif, et intelligemment réactif.
Publié le 26 Septembre 2013
Un commentaire négatif sans argumentation aucune est beaucoup plus pénible qu'un commentaire qui, même succinct, donne à réfléchir. J'essaie d'éviter; parfois il y a bien sûr certains ouvrages desquels on ne peut pas dire grand chose. Le commentaire négatif et rien que négatif clôt la discussion. J'ai pas aimé, point final: l'auteur de se débrouiller avec ça, et il vaut mieux ne pas en tenir compte. Le commentaire qui laisse ouverte une porte, qui permet la discussion, est enrichissant - il peut l'être - si auteur et lecteur se donnent la peine de débattre. Une petite remise en perspective ne fait jamais de mal. Il ne s'agit pas de chercher à brosser le lectorat dans le sens du poil, donc de modifier son écriture pour qu'elle soit plus consensuelle vis-à-vis d'une cible, il s'agit de voir si la critique est pertinente, et s'il convient d'y donner suite ou pas. Neuf lecteurs peuvent avoir un avis similaire, c'est peut-être le dixième qui, quoique négatif, touchera juste. C'est lui qui compte (et pas de se plier à la majorité pour espérer mieux vendre). Il faut aussi envisager la position symétrique, que je trouve agaçante au plus haut point: les auteurs qui répondent bien volontiers aux avis positifs, mais méprisent souverainement les commentaires qui viennent les bousculer même légèrement. C'est comme si le lecteur était alors tenu pour un imbécile qui n'a rien compris. Peut-être. N'empêche, répondre (en argumentant, là aussi) serait bienvenu. Voire nécessaire: l'auteur ne tient sans doute pas à passer pour un malotru. PS: le blog de Thibault a un petit défaut à mes yeux... il a une optique trop "comment placer son produit et répondre aux aspirations de la clientèle". Un peu dommage pour moi, il a l'air de vouloir plier son écriture en fonction d'un indice de satisfaction, et je trouve qu'il devrait donner un peu plus de lui-même... mais c'est un autre débat.
Publié le 26 Septembre 2013
Conseils
A lire dans les actualités
Inscrivez-vous à la Newsletter