Interview
Le 31 mar 2020

Derrière le bruit

Le silence serait-il inséparable du COVID 19 ? Le silence est un ami contaminé. Ennemi et indissociable. C'est le regard de Sandrine Waronski. Un texte alternativement brutal et apaisant pour l'appel à l'écriture "Ecoutez le silence" organisé par monBestSeller.com
J’ai l’impression que nous nous connaissons depuis toujoursJ’ai l’impression que nous nous connaissons depuis toujours

 

Cher ami,

 

Quelques mots s’envolent vers toi. J’espère que tu ne m’en voudras pas de te tutoyer. J’ai l’impression que nous nous connaissons depuis toujours, même si je te découvre sous un jour nouveau ces deux dernières semaines.

 

Notre pays est confiné, comme tant d’autres sur la terre. Un virus dicte les règles du jeu. Il s’appelle COVID 19. Mais tu en as entendu parler toi aussi. C’est pour ça que tu es si présent parmi nous. Oh, je sais combien tu peux être pesant pour de nombreuses personnes déjà isolées en temps normal. Mais je sais aussi le réconfort qu’on peut puiser, simplement en restant à tes côtés. Tu ne réponds à aucune de nos interrogations. Je n’ai d’ailleurs jamais entendu le son de ta voix. En revanche, me blottir dans tes bras suffit amplement à combler ce besoin ineffable de sérénité. Tu es l’ami sur qui j’ai toujours pu compter pour me confier dans les heures les plus troubles du passé. Tu as su écouter les maux pour en atténuer le poids. Tu es ô combien précieux à mes yeux.

 

En ouvrant la fenêtre, chaque matin, je crains souvent que tu ne t’enfuis. Lassé par ce besoin incessant de te voir. Contre toute attente, le murmure de la ville me renvoie ta présence. Une voiture. Un ou deux passants. Pas plus en ce moment. Je respire alors le parfum du ciel encore gorgé de sommeil. Il est bleu. Il est gris. Noyé par ton ombre protectrice. Tu es ici ou ailleurs. Partout, tu te balades pour offrir un peu d’apaisement à qui en a besoin. Lorsque l’idée me prend d’allumer la radio, tu m’invites à couper le son dès que les chiffres de mortalité sont répétés pour la énième fois depuis la veille. Des morts. La vie qu’on assassine sans trop savoir ce qui se passe. Ça vous percute l’espoir. On ne comprend pas. Il n’y a rien à comprendre d’ailleurs. Injustice et colère toquent souvent à ma porte ces derniers temps. Je repars alors me cacher au plus profond de ton âme pour chasser le bruit de ce monde en souffrance. Pas même besoin de musique ou de quoi que ce soit d’autre. Tu es ma voie d’accès vers des instants où j’endors ma peine pour ne plus penser.

 

Plus les jours passent, plus ton aura berce mes peurs. Je passe beaucoup de temps avec toi. Tu es si important en cette période où des gens formidables déploient toute leur énergie pour sauver la vie d’inconnus. Tu ne peux sans doute pas faire beaucoup pour eux, hormis cueillir fatigue et chagrin lorsqu’ils rentrent à la maison après des heures passées à combattre le mal. Que dire de leur dévouement ? Aucun mot ne saurait le formuler il me semble, tant l’admiration est grande.

 

Et toi ? Comment t’exprimer ma gratitude ? Ce que tu fais est remarquable. Tu es le reflet du respect que les gens portent à l’idée même de ce confinement : faire gagner la vie.

 

Merci à toi d’être là SILENCE.

Ton cocon est précieux, et continuera à l’être dans les semaines à venir…

 

Une confinée, quelque part sur la terre

 

@TheLint Merci beaucoup pour ce gentil retour de lecture. Belle fin de journée. Sandrine

Publié le 18 Avril 2020

@Waronski
Un texte simple qui rappelle que le silence est aussi un ami qui peut nous aider à nous retrouver, à nous ressourcer dans ces temps difficiles. Merci pour ce magnifique texte.

Publié le 16 Avril 2020

@ChrysVoyeau
Bonjour Chrys, merci beaucoup pour ce retour de lecture. J'ai voulu mettre un peu de poésie dans ces maux que nous traversons actuellement. Je vous souhaite une belle journée. Sandrine

Publié le 10 Avril 2020

@waronski
Merci pour ce beau texte Sandrine, rempli d'introspection déguisée et du sens de la simplicité.... Une pensée vers une humanité qui pourrait changer si on lui en laissait le temps....

Publié le 09 Avril 2020

@lamish Merci beaucoup pour ce retour de lecture Michèle. Portez-vous bien. Belle fin de journée. Sandrine

Publié le 01 Avril 2020

Merci pour ce beau texte, Sandrine, et oui, réfugions-nous dans ce cocon salvateur, récupérateur, vital pour certains. Loin de la cacophonie discordante des attitudes indécentes qui se multiplient. Mais n'éludons pas pour autant. Restons réceptifs à la souffrance, même si sa symphonie pathétique nous terrasse. Nous avons tous un instrument à sortir de l'étui de nos âmes... et tous la possibilité d'en faire bon usage en cette période troublée qui nous meurtrit. Amicalement, Michèle

Publié le 01 Avril 2020