Kroussar
Biographie

Ex-Officier de l'Armée de l'Air, chargé des opérations de renseignement au Cambodge, je me devais de partager cette histoire méconnue. Car je me suis tu trop longtemps... lié par mon devoir de réserve, de discrétion…

Le 17 avril 2015, à l'occasion du quarantième anniversaire de la chute de Phnom Penh, les médias sont revenus sur l'histoire du Cambodge. Étrange pudeur, conformisme ou ignorance : la vérité était encore escamotée, aucune information claire sur les événements. De mes souvenirs surgirent des images de ce jeune homme que j'étais alors.

Mais au lieu de faire renaître des enchantements, une intraitable révolte m'envahit, au point de n’en plus dormir...

Devais-je dire la vérité ? Dévoiler ce qui s'était réellement passé ? Dénoncer les responsables Occidentaux ?...

Kroussar a noté ces livres

5
@Laure Avedian Lorsque l'on ouvre votre roman on se demande où les rêveries vont nous emmener. Et très vite, votre plume nous porte, nous invite dans une ronde infernale. Chapitre après chapitre, l'intrigue se construit, les personnages se dévoilent. On s'attache au personnage de Marie on partage un peu de sa vie... Bref, comme mon amie @Lamish j'ai eu un vrai coup de cœur pour votre roman, qui mérite d'être lu et apprécié. Merci Laure pour ce très bon moment de lecture. Cordialement Kroussar.
Publié le 26 Janvier 2019
5
@Lys Jean-Luc Je ne sais si j'ai aimé votre roman parce que nous partageons les mêmes passions : astronomie, sciences... Ou bien parce qu'il est naturellement captivant... Oui, votre scénario nous captive, les personnages nous étonnent, et l'intrigue est bien menée. Merci pour ce partage qui procure un bon moment de lecture. Cordialement Kroussar.
Publié le 25 Janvier 2019
5
Chère @Izabella Hourd j'ai dévoré votre livre comme jamais je n'avais fait durant mes études, et surtout sur un sujet aussi particulier qu'est l'économie. Oui, votre essai, votre "précis d'économie" dirais-je plus justement, est terriblement pédagogique, redoutablement instructif, et plein d'humour. Mais c'est aussi une vraie bombe, qui dénonce les dérives des milieux financiers. Merci pour ce partage qui nous éclaire sur la crise actuelle. Cordialement Kroussar
Publié le 23 Janvier 2019
5
Cher Michel, je te donne cinq étoiles pour avoir eu le courage d'écrire cet ESSAI sur une actualité brûlante, trop brûlante, qui exprime le ras-le-bol de nombreuses catégories de Français. Alors attendons de voir les résultats du Grand débat National". D'ailleurs ton essai n'est-il pas, lui aussi, une forme de contribution ! Amitiés Jean-Claude.
Publié le 21 Janvier 2019
5
@Michel CANAL Cher Michel. La publication de la suite macro-Léon m'a incité à lire l'ensemble. Et achevant le premier opus je suis tenté de dire : C'est presque aussi bien que Wikipédia ! Je plaisante bien sûr ! Je sais que tu n'aimes pas que je dise Macro-Léon, ce n'est pas respectueux, et je conçois qu'il le faille pour un président de la République. Tu fais un parallèle entre mai 68 et mai 2018. C'est courageux car l'histoire est complexe, et au-delà du symbole et du cinquantenaire les époques ne sont nullement comparables. D'ailleurs, c'est d'un œil avisé que tu nous contes une période de l'histoire qui - même si presque tous les rêves se sont évanouis - nous a apporté émancipations de toutes sortes, et évolutions certaines. Or, à cette époque, les gouvernements successifs et, surtout, les élus locaux n’entreprenaient pas de travaux pharaoniques, et le clientélisme n'était pas poussé à son paroxysme. NON ! Comme tu le dis si bien : C'était l'époque de la reconstruction raisonnable, aux initiatives qui préparent l'avenir. Et ce fut vrai jusqu'en 1974. C'est donc les années de 1974 à 2018, qu'il faut analyser pour comprendre l'ampleur du chaos qui s'annonce dont les dernières manifestations ne sont que les prémices d'une catastrophe annoncée... En disant cela je ne pointe pas du doigt les manifestants, ni les casseurs, ni les pilleurs qui profitent des rassemblements, ni le chocs des photos colportées par les médias sur les scènes de violences... NON ! Je pointe du doigt un système moribond, qui s'asphyxie, voué inexorablement à l'échec, quel que soit l'Homme qui présidera la France. On va dans le mur et on accélère, belle maxime ! Bon, a très vite après la lecture du second opus. Amitiés Jean-Claude
Publié le 20 Janvier 2019

Pages