Chloé ou le désespoir des singes

218 pages de Michel LAURENT
Chloé ou le désespoir des singes Michel LAURENT
Synopsis

Auteurs : Zoé Florent & Michel Laurent
Gabriel est marié à Chloé. Comme Pierre et Pilar, il occupe un poste à responsabilité chez Audiovox, agence de publicité et de sondages.

Au sein de ce quatuor, Chloé se révèle, à son corps défendant, la cheffe d’orchestre d’une symphonie amoureuse qui s’exécutera sans partition, mais non sans fausses notes.

Pilar est une disciple de Sapho, Pierre un mari volage, Gabriel un époux étouffant, jaloux et violent. Tous vont, à un moment ou à un autre, trouver Chloé sublime, sans connaître toutes les subtilités du jeu auquel ils vont tour à tour la convier.

Publié le 29 Avril 2024

Les statistiques du livre

  17 Classement
  939 Lectures 30 jours
  1804 Lectures totales
  -7 Progression
  0 Téléchargement
  18 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

26 commentaires , 10 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Cher @Fernand Fallou . Ah non, ne croyez surtout pas cela ! Vous ne m’avez en rien désobligé et j’ai tout au contraire fort apprécié votre commentaire.
Et j’aime tout à la fois le parallèle que vous faîtes entre les écrits de Colette et le destin de notre Chloé, que l’intérêt que vous déclarez porter (et que je partage entièrement) aux rondeurs féminines, surtout lorsqu’elles s’offrent à nous en nombre pair.
Bonne journée à vous.

Publié le 31 Mai 2024

@Michel LAURENT
Cher ami, dieu de dieu, quel manque de culture ! Je ne connaissais pas le mot « thuriféraires » alors que j’ai été enfant de chœur. Vous n’êtes pas obligé de croire ce paradoxe. J’ai lu Freud quand j’avais 20 ans, j’ai retenu quelques mots grossiers, avec Daco qui n’est pas mon copain comme vous dites, j’ai retenu « Pierre Daco » et je ne connais pas son côté « jungien ». Avec Dolto qui avait une émission de radio sur Europe 1 ou RTL où à mon sens elle disait pas mal de « bêtises » et qui avait un fils (Carlos) qui derrière « Rosalie » était très présomptueux. Je ne connais pas « Didier Pleu »
Vous savez, je n’ai que mon certificat d’études et mon permis de conduire. Ce sont les deux seuls diplômes que je possède.
Je n’ai jamais lu un san Antonio du côté psychologique. Je me suis amusé et j’ai simplement ri des descriptions (impossible dans la réalité) placées à mon avis sous l’égide de l’humour.
Maintenant, libre à tous de les lire du côté psychologique et libre à quiconque d’aller chez Hanouna.
Non, ce que je voulais dire, c’est qu’en psychologie pour un symptôme on peut trouver plus d’une dizaine de causes. Et des femmes qui ont eu le parcours de Chloé et qui finissent dans les bras d’une autre femme y en a eu des centaines et des centaines. J’ai regardé avant hier sur la 5 l’émission sur Colette (l’écrivaine) c’est la même histoire que Chloé sauf que c’est elle qui écrit le (les) bouquins. Là encore chacun interprète à sa façon et c’est son droit intrinsèque.
Se vouer à un sein, deux de préférence, voilà quelque chose qui me plait beaucoup mieux. J’irai sûrement voir votre « Enora ». Je ne vous ai jamais lu, y a un début à tout… et puis je sens que j’ai écrit quelque chose qui ne vous a pas plu et je m’en excuse loin de moi l’idée, de vous agresser de quelle que manière que ce soit.
FF

Publié le 31 Mai 2024

@Parthemise33 Merci pour votre commentaire instructif. En ce qui me concerne, j’ai fait déactiver ma carte bleue pour toute utilisation dans le Triangle d’or, y compris donc avenue Montaigne.

Quand vous parlez de l’incommunicabilité entre les deux sexes, vous voulez dire entre les deux principaux sexes. De nombreuses variations et autres déclinaisons sont désormais admises entre ces deux extrémités. Ce qui fait que les romanciers peuvent aujourd’hui laisser libre cours à leur imagination pour sortir du trio infernal trop genré entre la femme, le mari et l’amant.

Je remarque aussi, non sans une certaine tristesse, que ce pauvre Pierre est davantage l’objet de moquerie que de compassion. Je crains, naturellement par simple solidarité d’écrivain (amateur), que le moment où Chloé lui avoue ce qu’elle a vraiment pensé de sa Nouvelle érotique, ne fasse pas partie de ce que vous avez appelé les « moments douloureux » de notre roman ! Pourtant, il l’était vraiment douloureux, ce moment. Pauvre Pierre !

Publié le 30 Mai 2024

@Fernand Fallou Merci pour votre commentaire historique et documenté.

Ben oui, après que Freud et ses thuriféraires nous ont allongé sur leur divan pour nous traiter d’obsédés sexuels, Dolto a révolutionné l’éducation avant qu’un certain Didier Pieux (par exemple) vienne nous dire que non, l’enfant ne devait pas être roi. Votre ami Daco, trop tôt disparu, a mis son grain de sel jungien dans l’affaire, San Antonio a entrepris de psychanalyser la libido de Berrurier et nous, on n’y a plus rien compris. On s’est mis à faire l’amour à plusieurs et à parler de nos orgasmes chez Hanouna. Aussi, si on n’en parle pas dans nos bouquins, on passe pour des inhibés du planté de javelot dans la moquette !

Mais maintenant, avec le wokisme, on veut mettre un sacré voile (et pas seulement islamique) sur nos textes. Imaginez-vous, j’ai écrit une petite nouvelle romantique où je fais déambuler sur la lande mon héroïne, fille simple, boiteuse de naissance et vêtue d’une robe de bure. Et v’la-t-y pas qu’une wokiste militante me tombe sur le paletot en m’accusant, pour l’avoir fait ainsi marcher, de l’avoir désignée en « objet de désir pour les hommes » (véridique, voir le commentaire d’une certaine Joee sur « La prière d’Enora »). Alors, admettez que pour qui éprouve autant de respect que d’amour pour les femmes, il devient difficile de nos jours de savoir à quels seins (!) se vouer.

Publié le 30 Mai 2024

@Fernand Fallou Eh oui, nous avons assisté à de grands chamboulements, cher ami, avec pour conséquence un poids supplémentaire sur nos frêles épaules féminines, allègrement lestées par l'ami Sigmund :-). Pour ma part, il y a longtemps que parler de sexe est si naturel que l'on me prète souvent quelque obsession ou que l'on qualifie mes écrits d'érotiques pour dix pages sur deux cents qui abordent le sujet. Tout cela pour te dire que je n'ai aucun mérite à écrire de "l'un peu chaud" à quatre mains, d'autant moins quand les deux autres sont sur la même longueur d'onde.
Mille mercis pour une lecture, dont je sais qu'elle n'est pas ta tasse de thé, et pour tous ces corazones. Bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 29 Mai 2024

@Parthemise33 Ach (ou peut-être argh ou gloup, ch'ais pas trop) ! me suis-je dit à mon tour en commençant à te lire... et comment je fais moi, alors, qui n'aime ni le copinage ni le shopping ni l'amour à trois, hein ? Mais telle Superwoman, tu me sauves en sortant ta botte secrète : la cocktailothérapie... Reconnaissance éternelle, chère amie ;-) !
Plus sérieusement, mille mercis pour ton com' pétri d'humour qui m'a mise de bonne humeur pour la soirée. Pour tes lecture et généreuse appréciation aussi.
Plein de bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 29 Mai 2024
3
Ma chère @Zoé Florent et @Michel LAURENT Quand j’avais 20 ans (en 1966) tout mon entourage de mon âge se prenait pour un psychologue. Autant les filles que les garçons. D’autant que grâce à Sigmund Freud la psychologie et le sexe s’entremêlaient à qui mieux mieux. Et encore à l’époque, on ne parlait pas avec la même liberté qu’aujourd’hui des couples du même sexe. Entre un San Antonio et un Maurice Leblanc, un Gaston Leroux ou une Agata Christie, j’ai dû lire au moins un bouquin de Sigmund Freud et au moins un bouquin d’un mec qui a disparu des radars, Pierre Daco. Il n’y a plus un film, une série de télé ou on n’en voit pas, même moi, j’en ai mis dans ma dernière histoire. Plus le dilemme de l’auteur, comme je dis toujours on va commencer par cette métaphore on ne demande jamais à un mec qui a passé 70 ans « comment ça va ? » et un auteur ne devrait jamais demander à son entourage « qu’est-ce que t’en penses ? » Nos ancêtres n’étaient pas si bêtes : « Nul n’est jamais prophète en son pays. » En tous cas, je suis émerveillé par votre performance. Ecrire à quatre mains un livre un peu chaud. Je dis Bravo ! FF
Publié le 29 Mai 2024
3
@Zoé Florent @Michel LAURENT Ach ! L'incommunicabilité entre les deux sexes ! Depuis le temps, les femmes devraient savoir que pour les états d'âme, il faut s'épancher auprès des copines. Et puis, il y a le classique trio, mari, ami, amant, qui a fait ses preuves. Si les éléments mâles de substitution manquent, il y a toujours le plan B pour se remonter le moral : une journée de shopping, si possible avenue Montaigne avec la carte bancaire de monsieur (la galerie marchande du secteur, c'est bien aussi). Poursuivre dans un pub très cosy en dégustant un "Ménage à trois". J'adore la cocktailothérapie, branche encore inconnue de la médecine holistique. Bravo pour ce roman à quatre mains qui se lit avec beaucoup de plaisir. Les moments douloureux alternent avec des séquences plus légères. J'ai apprécié celle où Pierre sollicite l'avis de Chloé sur le roman dont il est si fier. La pauvre ! C'était plus dangereux que de traverser un terrain miné par les Khmers rouges ! Merci Bisous Merci et j'espère que vous écrirez encore à deux claviers
Publié le 29 Mai 2024

@Chrisko Mille mercis pour vos lecture et commentaire avisé.
On ne peut écrire un roman à la carte, ce qui contraint à élargir le champ des possibles. Alourdir par le drame sans insuffler un peu de légèreté me paraît une erreur à éviter, à moins de ne viser que les amateurs de plat unique ;-).
Bonne journée. Amicalement,
Michèle

Publié le 28 Mai 2024

@Chrisko Merci pour votre lecture. Votre commentaire est bien-sûr parfaitement respectable. Il s'agit avant-tout d'un roman d'atmosphère...

Publié le 28 Mai 2024
2.01
J’ai surtout apprécié les cinquante premières pages de votre roman. J’aurais aimé que tout le récit ait la même intensité dramatique et que l’intrigue nous réserve plus de surprises !
Publié le 28 Mai 2024

@Foxyne Mille mercis pour votre adorable commentaire et les trois coeurs associés.
Écrire ce roman à quatre mains fut une aventure aussi agréable qu'enrichissante. Je vous souhaite de la vivre un jour à votre tour.
Bon week-end. Amicalement,
Michèle

Publié le 24 Mai 2024
3
@Zoé Florent. C'est indéniable. Vous savez manier les mots et les maux. Comme tous les bons livres, je ne voulais pas qu'il se termine. J'avais encore envie de vivre dans le monde de Chloé. Comme l'un de vos lecteurs, je suis admirative d'une écriture à quatre mains. Bravo à vous deux. Je n'ai lu, pour l'instant, que deux livres de vous, Zoé Florent, mais je vais attaquer le troisième avec plaisir. Merci pour ces quelques heures agréables.
Publié le 24 Mai 2024

@DEC Mille mercis, Salomon !

Publié le 23 Mai 2024

@DEC Merci à vous pour ces coeurs généreux.

Publié le 23 Mai 2024
3
DEC
Un Cœur pour l'auteur, le suivant pour l'auteure, le dernier pour l'Union...
Publié le 22 Mai 2024

@Alain Lemeunier Mille mercis pour vos commentaire et généreuse appréciation.
Petite confidence musicale puisque vous évoquez Duke Ellington, lui-même évoqué par Boris Vian : notre Chloé et l'océan, premier second rôle de ce roman, m'évoque pour ma part la chanson de Damien Saez, "À nos amours" (https://www.youtube.com/watch?v=dUmQNNqAGnQ), chanson également intérprétée, je vous donne en mille, par une certaine Chloé (https://www.youtube.com/watch?v=-Rg9-vi7foc)...
Merci encore. Amicalement,
Michèle

Publié le 22 Mai 2024

@Alain Lemeunier
Merci pour votre commentaire chaleureux.
Voici le lien sur la chanson « Chloé » de Duke Ellington  :
https://www.youtube.com/watch?v=GARG6d27314
Votre référence est excellente car cette chanson est citée plusieurs fois dans « L’Ecume des Jours ». Et c’est précisément en pensant à l’héroïne du chef d’oeuvre de Boris Vian que nous avons choisi ce prénom.
Peut-être la tribune que nous venons de publier sur mbs dans la rubrique « Du côté des auteurs » vous donnera-t-elle quelques réponses à vos questions sur la manière dont nous avons procédé pour écrire ce roman à quatre mains.
Merci encore à vous pour votre appréciation.

Publié le 21 Mai 2024
3
Bonjour Zoé et Michel. Désolé, je ne suis pas encore assez fan pour savoir reconnaitre vos écritures respectives. En revanche, je pense savoir reconnaitre une belle histoire. Votre roman est beau et terrible comme la vie. J'ignore comment vous avez fait pour écrire à quatre mains, mais c'est une réussite. Il faut que j'étale mon savoir, quand j'entends Chloé, j'ai tendance à demander si elle est arrangée par Duke Ellington. Avez-vous la ref?
Publié le 21 Mai 2024

@Zoé Florent
À l’heure de #MeToo et de la crise du don d’organe, cet abandon d’un demi-coeur ne risque-t-il pas de faire peser sur moi une lourde suspicion ?

Publié le 16 Mai 2024

@LAURIER JEAN-PIERRE Mille mercis, cher ami !
J'aime l'idée du tandem aussi. Elle m'évoque la relation amicale entre les deux personnages de ce film tant apprécié, interprétés par Rochefort et Jugnot.
Coeurs ou étoiles, cela ne change pas grand chose, pourvu que le coeur y soit ;-).
Merci encore, bises et bonne journée,
Michèle
PS : @Michel LAURENT Allez, deux pour toi et un pour moi, vu mon appétit de moineau ;-).

Publié le 15 Mai 2024

@LAURIER JEAN-PIERRE

Merci beaucoup, Jean-Pierre, j’apprécie que tu aies parlé de « tandem » et non de duo infernal !
Je crois que je préférais moi aussi les étoiles, pour moi plus oniriques. D’autant, inconvénient de l’écriture à quatre mains, que l’on va devoir se partager ces généreux coeurs, qui ont le tort de se compter en nombre impair. Et se retrouver avec un demi-coeur, cela évoque pour moi davantage la triperie que la poésie qui t’est si chère -).

Publié le 15 Mai 2024
3
Quel tandem Zoé Florent & Michel Laurent ! Cette coopération dans l'écriture est une réussite incontestable. Vos styles respectifs se noient l'un dans l'autre parfaitement même s'il me semble reconnaitre parfois l'un ou l'autre... J'aurais préféré distribuer cinq étoiles mais puisque les cœurs sont à la mode, en voici trois bien mérités ! Bravo à vous deux, Jean-Pierre
Publié le 15 Mai 2024

@galodarsac Mille mercis, cher ami !
Ah "novella", terme anglo-saxon adopté ici pour ses qualités pratiques, il y a... Les Anglo-Saxons considérant qu'un écrit est nouvelle avec moins de 17500 mots, novella, avec moins de 40000, et roman au-delà.
Tu m'as aussi repérée avec mes participes-passés des verbes "muer" et "mouvoir", que j'affectionne tout en les confondant à l'envi, en éternelle étourdie. Heureusement que Michel, en psychorigide réfractaire à toute forme de tolérance comme d'humour, a veillé à me faire rentrer dans le rang à coups de règle sur les doigts :-) !
Merci d'avoir mis ton oeil de lynx à notre service itou.
Bises à vous deux, et profitez bien de ce jour férié (enfin) ensoleillé,
Michèle

Publié le 08 Mai 2024

@Zoé Florent
Mais évidemment qu’il faut la prendre au pied de la lettre, ma bio ! Des smileys ! Quelle horreur que cette invention, destinée sans doute à dire aux lecteurs à quel endroit il faut rire ! Non décidément, je déteste l’humour et les humoristes...

Publié le 08 Mai 2024

@Agostini Francois-Xavier Mille mercis pour vos lecture, commentaire avisé et sympatoche rappel de nos droits ;-). En matière de vocable : choix délibéré, donc assumé. Partant du principe (aussi pertinent que votre "qui ne tente rien n'a rien") "qu'on ne peut pas plaire à tout le monde", nous avons bilatéralement décidé de la forme de ce roman en fonction de nos goûts, dans un "advienne que pourra" enthousiaste ;-).
Merci encore et bonne journée.
Amicalement,
Michèle

@Michel LAURENT Voilà que ta bio est prise au pied de la lettre... et je crains qu'il en aille de même avec ta réponse. Peut-être devrais-tu ajouter quelques smileys. C'est mignon tout plein, les smileys, non ?... et décoratif en plus ;-) :-)))...

Publié le 08 Mai 2024

Merci @galodarsac pour votre commentaire chaleureux. Sans surprise, vous avez parfaitement identifié la responsable de l’emploi du terme « novella », vocable que je trouve particulièrement agréable à l’oreille. L’écriture à quatre mains est en effet une expérience singulière. Nous en livrerons les coulisses dans une prochaine tribune, sur mbs.
Merci une fois encore pour votre lecture et votre généreuse appréciation.

Publié le 08 Mai 2024

@Agostini Francois-Xavier
Merci pour pour vos coeurs que nous apprécions à leur juste mesure.
En ce qui concerne ma propre biographie, elle ne doit surtout pas être prise comme « une accumulation de regrets » ! Elle est au contraire pleine d’espoirs. Comme celui de trouver des lecteurs enthousiastes, parfois compatissants, toujours encourageants, à l’image de votre commentaire qui nous montre la voie pour atteindre peut-être un jour la perfection, une fois les « complications vocables » oubliées.
Merci une fois encore pour votre lecture.

Publié le 08 Mai 2024
3
Bonjour 5 étoiles pour l'effort vous avez le droit de tout essayer, celui qui ne tente pas n'a rien. Votre biographie doit être plus précise, en effet cela ressemble plus à une synthèse psychologique d'une accumulation de regrets, la question d'une biographie est : Quel est votre parcours ? Pour votre texte c'est fluide, et peut sans doute être simplifier, ne vous obligez pas à des complications vocables pour vous faire comprendre, faites relire votre récit par une personne de confiance. En attendant bonne lecture à tous les auteurs, autrices LIBRES COMME VOUS ET MOI SUR Monbestseller. Bien à vous.
Publié le 08 Mai 2024
3
Magnifique comme toujours, superbe portrait intimiste et superbement croqué de cette femme blessée mais qui se reconstruit tout doucement, et finira par se découvrir de manière inattendue (et pour elle-même en premier lieu). Ambiance tour à tour glauque ou chaleureuse, grave ou cocasse (la scène de Chloé et Pilar au bar, pour rendre jalouse Brigitte, déguisées en lesbiennes de carte postale, quel régal !) Chapeau aux auteurs pour ce quatre-mains très réussi (ça ne doit pas être évident), dont je confirme qu'il semble n'avoir qu'un seul auteur tant on ne sent pas de saute de style. Sauf certains passages qui sont irrémédiablement signés, car je ne connais qu'une seule personne au monde, et même dans l'univers observable, qui utilise le terme "novella" :) Encore bravo aux deux auteurs, surtout ne vous privez pas de renouveler l'exercice pour notre plus grand bonheur. Bien à vous -Patrick
Publié le 08 Mai 2024

@Cristina Leg Mille mercis, chère amie ! Et pour ta lecture, et pour ton adorable commentaire, et pour avoir osé "ouvrir le bal" des retours (quand bien même il serait déserté ;-)), ce qui s'avère toujours un peu délicat.
Pour ce qui est de la fin, nous avons élu celle-ci, parmi les fins envisagées et plausibles que nous avions élucubrées en cours d'écriture, car elle sortait des sentiers battus. Une fin que nous souhaitions positive, pour rejoindre l'objectif que nous nous étions fixé dès le début.
Merci encore, bises et bon week-end (ainsi qu'à Arthur),
Michèle

Publié le 04 Mai 2024

Merci @Cristina Leg pour ces généreuses étoiles et pour ces compliments qui nous vont droit au coeur.
Nous avons en effet essayé de faire tout ce qui était en notre pouvoir pour rendre l’écriture à quatre mains la plus homogène possible. Votre commentaire nous donne à penser que nous y avons, au moins en partie, réussi. Merci à vous une fois encore.

Publié le 04 Mai 2024
3
J'ai beaucoup apprécié ce roman écrit à quatre mains qui révèle différentes histoires amoureuses du personnage principal "Chloé" avec une fin assez surprenante et inattendue. La psychologie présente est écrite avec une finesse d'esprit et de talent, et la touche poétique s'harmonise à l histoire avec brio. Zoé et Michel ont réussi un quatre mains où l'on pourrait penser qu'une seule personne est maître de ce roman, tellement l'accord est parfait ! Bravo à vous deux !
Publié le 04 Mai 2024

Je double la mise :-) :
... ...

Publié le 29 Avril 2024

@Mondebeau
...

Publié le 29 Avril 2024

.

Publié le 29 Avril 2024