Actualité
Le 10 sep 2020

Que doit faire l'auteur de commentaires inappropriés ?

Les auteurs et membres de monBestSeller proposent des modes de fonctionnements pour filtrer et maitriser la critique. Lulu Béron fait ici quelques remarques justes, auxquelles nous répondrons. Toutes suggestions méritent d'être envisagées mais elles soulèvent de nouvelles questions.

Quid des commentaires non-sollicités ?

Dans la foulée de l’article du 22 août dernier concernant le fait d’Écrire sous X, pourquoi mBS ne laisserait-il pas toute latitude aux auteurs amateurs de décider eux-mêmes d’accepter ou non des commentaires ?

 

Comment un modérateur sur un site littéraire peut-il ou doit-il  fixer son périmètre d'intervention ?

Il existe pas mal de programmes informatiques permettant de bloquer des commentaires de façon automatique sur base d’une liste de gros mots, d’insultes, etc. Ils ne servent à rien, car on peut très bien se montrer moqueur, méprisant et insultant sans utiliser la vulgarité. Il reste donc l’intervention humaine d’un administrateur qui joue les gardiens afin de bloquer les commentaires assassins. Mais selon quels critères ? De quel droit pourrait-il décider à la place de l’auteur si tel ou tel commentaire peut figurer ou pas sur sa page ? Sans oublier que cette démarche prendrait un temps fou.

Romans, essais : comment le modérateur doit-il réagir? une critique sévère, une provocation facétieuse, une injure pure ?

Chaque auteur, aussi médiocre soit-il, a le droit de publier gratuitement son livre sur mBS. C’est le leitmotiv de la plate-forme. Qu’arrive-t-il dans la réalité ? Des rapaces descendent en piqué sur certaines œuvres pour les tailler en pièces par méchanceté, par lâcheté, par jalousie ou par simple stupidité. 

Certes, chacun a le droit d’émettre un commentaire ou un avis. Il n’est pas question ici de toucher au sacro-saint droit d’expression du citoyen ni de porter atteinte à ses libertés individuelles fondamentales, garanties depuis la Révolution. Mais la liberté des uns ne s’arrête-t-elle pas où commence celle des autres ?

Toutes les interventions sur mBS ne relèvent pas de commentaires littéraires avisés. Chaque jour ou presque, on déplore des rixes verbales qui partent en vrille, souvent entre les mêmes membres. Il suffit d’avoir suivi les réactions sur l’article de « l’écriture sous X » et la précédente relative à « une intrigue simple peut amener un bon roman » (qui a été supprimée depuis, c’est dire) pour constater que la même poignée d’ennemis jurés, au contentieux très lourd, s’invective ad libitum depuis des années, laissant largement de côté le sujet même du débat. On ne peut plus parler de liberté d’expression, en l’occurrence.

Et le droit au respect des auteurs dans tout ça ? Que peuvent-ils faire quand des tagueurs se permettent de souiller leur page ? Le temps de demander à mBS de faire disparaître leurs immondices, le mal est fait. Il est trop tard. Les auteurs ne doivent pas subir les attaques de ces fous furieux comme étant une fatalité.  

Laissez l'auteur décider de filtrer ou pas les commentaires sur son ouvrage ?

Si je compare mBS à Facebook, l’approche utilisateur est à peu près similaire dans la forme. Sur FB, on publie des textes, des photos, des opinions. Le membre peut autoriser tout le monde, uniquement ses amis ou absolument personne à commenter ses publications. Si un de ses amis exagère ou l’exaspère, il peut le bloquer temporairement ou définitivement en le supprimant de sa liste. Le tout sans devoir se justifier envers quiconque.

Pourquoi un auteur qui publie sur monBestSeller ne pourrait-il pas opérer de la même manière via trois filtres distincts ?

Le premier, en établissant lui-même une liste de membres qu’il ne veut pas voir s’exprimer sur sa page. Cette liste pourrait être adaptée en tout temps. Cette solution n’empêchera pas certains de s’immiscer sur leur page via un pseudonyme différent., d’où, la solution suivante

Le deuxième, l’auteur pourrait s’il le souhaite, masquer des propos qu’il juge déplacés ou malsains. Ainsi, tous les quolibets, moqueries, ignominies resteraient lettres mortes. Ne se faisant plus remarquer, les responsables abandonneraient très vite leurs fâcheuses habitudes, ce qui serait salutaire pour mBS. J’ai lu des termes comme gangrène, pollution, … dans de récents débats.

Le troisième, la possibilité pour l’auteur d’opter lui-même, dès la publication de son livre, pour une page où personne ne pourrait gribouiller ce qui lui passe par la tête et entamer des règlements de compte imbéciles avec d’autres membres. 

Après tout, les auteurs ne sont pas tous friands de commentaires – bons ou mauvais. Ils peuvent très bien souhaiter partager leurs manuscrits avec des inconnus, sans pour autant avoir à subir leurs retours de bâton ou, à l’opposé, leurs dithyrambes étoilés un peu trop complaisants. Que celui qui n’apprécie pas un livre passe son chemin, il trouvera bien son bonheur parmi les presque 4.000 autres livres.

Les autres auteurs pourraient bien sûr, s’ils le souhaitent, continuer comme maintenant à recevoir toute sorte de commentaires et dérapages incontrôlés. Chacun serait libre de son choix. 

Lulu Béron

71 CommentairesAjouter un commentaire

@J-C Heckers : Vous n'étiez en l'occurence pas concerné sur les "menaces" qui relèvent de menaces juridiques ou plus graves. Et comme mentionné, tous ceux qui répondent sont des amis (critiques) mais des amis. Bonne journée à tous.

Publié le 17 Septembre 2020

@J-C Heckers Vraiment désolée que vous soyez le seul auteur nommé en retour de votre franchise. "On se risque à être franc quand on ne peut ni gagner à la louange ni perdre à la critique", a écrit John Petit-Senn. C'est d'une vérité criante, et cela explique que rares sont ceux qui osent, puisque ils sont soit friands de louanges, soit terrorisés par la critique. Et puis comme dans tout système hiérarchique, il y aura toujours des manipulateurs et des fayots... Mais de tous ces débats houleux commence à émerger un désir commun. Alors gardez un oeil sur nous. Peut-être un jour serez-vous heureusement surpris et assez confiant pour entrer à nouveau dans la ronde ;-). Bonne journée. Amicalement, Michèle

Publié le 17 Septembre 2020

@Monbestseller. La marionnette pathétique vous remercie pour vos amabilités (à peine insultantes, mais c'est peut-être ce que vous tenez pour de la bienveillance), et pour vos contresens, mais on n'est pas à ça près: en fait de menace, il y a le regret profond d'attitudes déplorables et persistantes qui n'incitent pas à tenir les plumitifs pour des gens équilibrés, et ne sont pas propices à donner envie de venir se poser durablement. La lassitude m'a fait déserter les lieux, une certaine nostalgie m'aurait fait y retourner avec l'insouciance des débuts. Quelle naïveté... Sinon, l'herbe est-elle plus verte ailleurs? Pas forcément, du moins dans certains pâturages l'usage de pesticides (bio) permet d'éliminer les pires nuisibles avant qu'ils aient dévasté le terrain. C'est toujours mieux que de laisser faire en attendant qu'on vienne se plaindre.
@Lamish: Voyez, ma foi, on a prêté une oreille attentive à mes propos, avec une réplique si charmante que je suis ravi, d'autant plus que j'ai été le seul mentionné dans cette réponse détaillée. Deux paragraphes que j'estime d'une certaine bêtise me convainquent en tout cas que venir jeter un oeil de temps en temps suffira.

Publié le 17 Septembre 2020

@monBestSeller Hé bien, ça valait le coup d'attendre ;-), mais si vous pouviez faire une petite pause sur les sujets qui enflamment le débat, genre anonymat, commentaires malveillants, etc... pour ma part, ça me ferait des vacances :-):-):-). Merci pour cette réponse qui nous rassure en confirmant que vous suivez ce qui se passe ici, et bonne journée. Amicalement, Michèle

Publié le 17 Septembre 2020

@monBestSeller
Bravo !!! J'adhère !!!

Publié le 17 Septembre 2020

Pouvait-on vraiment s'attendre à une meilleure conclusion ? Pas du tout !
Y a-t-il là de quoi se lamenter égoïstement comme l'enfant-roi ? Pas du tout !
Peut-on se réjouir d'un pareil site à notre disposition ? Oui bien sûr !
Une bonne attitude à prendre : < bien faire et laisser braire >
Voila mon avis personnel.

Publié le 17 Septembre 2020

Attentifs, nous le sommes toujours. Diriger nos énergies sur ce que nous croyons être la mission du site, nous le faisons toujours. Donner la parole à ceux qui veulent la prendre (même si nous ne sommes pas d'accord), nous le faisons souvent.
Monter une Fondation (ah oui laquelle ?) pour lutter par l'écriture contre l'exclusion sociale, nous l'avons fait, et nous y sommes concentrés... Et nous allons d'ailleurs vous en parler tant les débats ne décollent pas.
La preuve a été faite que nombre d'auteurs qui ne savent pas exister par leurs textes survivent en entrant dans une basse cour ou ils se déchiquètent ; eh bien nous ne rentrerons pas là dedans (sauf si l'injure est simple et non accompagnée). Ce spectacle est le simple miroir de ceux qui l'écrivent, vous, et nous les regardons avec vous. On verra qui survivra, et nous savons aussi que les "bons" ont la peau dure. (nous avons nos opinions et nos parti pris, et ceux que nous apprécions avec parfois des différends le savent).
Que tout auteur qui se sente injustement attaqué se manifeste avec le lien qu'il conteste, et c'est là que nous commençons à modérer. Nous l'avons fait systématiquement. Et quasi-systématiquement dans leur sens.
Nous avons toujours coopéré quand les auteurs se sentaient injurieusement agressés et nous mentionnaient des commentaires spécifiques et désignés (avec le lien)
Mais jamais quand il y avait du fond dans des critiques parfois acerbes. Question de bon sens.
Les acteurs de monBestSeller ne vivent pas de monBestSeller. C'est sans doute cela la vraie liberté, ou tout au moins cette tolérance ( que certains appellent" faiblesse"), qui nous donne ce souffle d'oxygène pour reconduire le site d'années en année. La raison est simple : nous avons du plaisir à conduire ce site, nous nous amusons.
Bien souvent, les bons lecteurs et/ ou auteurs résistent même s'ils râlent parfois (et souvent à juste titre)
Quand à ceux qui menacent de partir pour revenir indéfiniement, qu'ils partent, et tant pis pour nous.
C'est comme un petit théâtre de farce pour enfants, ou les démissionnaires ne peuvent s'empêcher de revenir, pour dire : "vous avez vu, je suis parti", pis "Vous avez vu, je vais partir". Marionnettes pathétiques de la seule scène sur laquelle ils puissent monter sans danger.

"L'herbe est toujours plus verte à côté" et ces menaces nous font sourire, chacun est libre, nous un peu moins car nous avons tous les jours rendez-vous avec 6000 personnes.
Qui menace qui ici ? Cher Monsieur Heckers, vous connaissez bien mal la nature humaine pour un bon écrivain ! Si nous sommes heureux que certaines critiques soient pointues et fouillées, les auteurs sont ici pour être lus, consultés, et le seul cadeau que nous puissions leur faire, c'est celui là : un public,
Mais nous avons aussi le plaisir d'être interrogés parfois par de bons éditeurs "vous avez quelque chose sous la main en ce moment ?", c'est ça la vraie victoire. Des échanges hors site, des demandes de conseils, des services : c'est ça le vrai plaisir.
Car il y a une vie derrière le iceberg, derrière ces petites scènes grand guignol. Quittez le site de temps en temps et ayez un débat avec 5 érudits : c'est cela dont vous avez envie et besoin (avant re-confinement). Et revenez nous aussi, quand ça vous chantera, car nous avons besoin de clairvoyance, d'éclairages, de méchanceté, de bienveillance et d'intelligence pour faire un mBS. C'est cela qui fait la vie d'un site...
Voilà, cela pour vous dire à tous que toute personne qui intervient maintenant est considérée comme un ami (critique) du site. Sans quoi sa vie doit être bien désespérée pour trainer dans des lieux aussi infâmes.

Quand au coeur du sujet, cet article est intéressant certes, il a la vertu d'interroger, de re-lancer le débat.
Mais selon nous, laisser la possibilité aux auteurs de choisir ses critiques, de masquer celles qui ne lui convienne pas, ou d'interdire à tous d'entrer dans le champ des commentaires, c'est une censure, une censure exercée par ceux qui sont censés la subir, pire c'est une porte ouverte à la fadeur.
Nous n'apprécions pas ces violences verbales mais techniquement elles ne sont pas maitrisables sauf à faire naitre des dizaines de membres nuisibles pires encore. Nous préférons laisser et contrôler plutôt que d'interdire.

Publié le 16 Septembre 2020

@J-C Heckers Ça fait un bail ! C’est avec plaisir et intérêt que j’ai lu votre commentaire. Franc, passionné, un tantinet désabusé… si je puis me permettre, vous n’avez pas changé ;-). J’espère que votre contribution à cette tribune ne rencontrera pas le vide, que les gestionnaires du site vous prêteront une oreille attentive... Bonne fin de journée. Michèle

Publié le 16 Septembre 2020

MBS, champ de bataille. Une des raisons pour lesquelles j'ai fichu le camp et en tant qu'auteur, et en tant que lecteur. Subir les foires d'empoigne et les crises d'égo, ça allait bien cinq minutes, pas plus. Subir la "juste" vengeance d'auteurs que l'on étrille un peu (parce qu'ils auraient pu faire des efforts, zut, quoi), ça gonfle (méthode: s'octroyer cinq étoiles à soi-même, et aller en coller une - d'étoile - à l'ennemi, avec un commentaire bien senti). Et en tant que lecteur, bah, disons que la SF présente ici très souvent il faut vraiment être souple pour dire que c'est de la SF (même quand c'est bien écrit), donc je n'avais plus rien à faire dans le coin. Disons aussi que voir les affrontements se succéder, ça ne me donnait pas envie de venir chercher de la lecture (et sur écran, de toute manière, je ne supporte plus).

Bref. je m'étais dit que je reviendrais bien m'installer un peu par ici, histoire que mon bouquin se fasse un tantinet zieuter, mais en voyant sur cette tribune certains échanges de commentaires (qui n'en sont pas), je me dis que quoi qu'on désire, ce sera toujours le merdier dans les parages, qu'entre deux duels je me demande comment on fait pour avoir encore le temps de lire, mais peut-être n'est-on pas du tout là pour ça, peut-être qu'on se contente de préparer le coup vache suivant, je ne sais pas. Aussi m'interrogé-je gravement sur l'utilité de revenir m'incruster dans un endroit où le jeu de massacre est porté au rang d'art, et où il est impossible de poster une critique sensée, constructive, honnête, sans se prendre plus que régulièrement un coup de pelle dans les dents en guise de réponse rationnelle.

Ce n'est pas la première fois qu'on assiste à une déploration des vilaines mœurs, mais faut pas rêver, rien ne changera - soit que l'infantilisme caractériel fasse partie de l'essence même de l'écrivaillon, soit que l'animation suscitée par ces échanges à la douceur insupportable soit nécessaire à la survie de l'endroit où, il est vrai, si l'on "bienveillait" avec abnégation, on se ferait vite chier comme des rats morts, mais où réussir à modérer les excès semble voué à l'échec, alors que ce serait souhaitable.

Alors, revenir? Je crois que je vais hésiter un petit bout de temps, finalement.

Publié le 16 Septembre 2020

@Marius Youssouf
La question posée dans cette tribune va au-delà de l’acceptation ou non pour un auteur « de commentaires peu élogieux ». Les auteurs peuvent survivre à des assauts et répondre par eux-mêmes, ils ont assez d’imagination pour cela.
La question est : Après toutes ces années de conflits, souhaite-t-on laisser aux auteurs la possibilité ou non de gérer LEUR page, créée mBS pour eux ? Ceci dit, sans que l’auteur ne doive justifier son choix auprès de quiconque.
Origine : il n’y a pas si longtemps, deux membres de mBS se disputaient SUR LES PAGES D’AUTRES AUTEURS dont le seul tort était d’avoir publié un manuscrit et d’avoir reçu – sans le solliciter – un avis élogieux d’un des deux membres. Vous comprenez que cela allait bien plus loin qu’un simple avis émis à propos d’un texte proposé à la lecture.
En réaction, les auteurs priaient les intervenants d’aller régler leurs comptes ailleurs, mais en attendant, leurs propos restaient visibles plusieurs semaines. On parle de plus de 60 échanges de plus en plus virulents sur une seule page. Quelle belle image cela donnait aux nouveaux venus sur la plateforme !

Publié le 16 Septembre 2020

@Benoît Otis entièrement d'accord avec vous. A mes yeux, et ses gestionnaires le savent, MBS est la meilleure plateforme pour auto-édités en France. Elle offre une bonne visibilité, est bien pensée, bien conçue, très interactive... C'est bien pour cela que je lui suis fidèle et que je l'ai toujours défendue bec et ongles ;-). Mais cela n'exclut pas de souhaiter mettre fin à certaines dérives. Et ne croyez pas que je jubile lorsque je me montre insistante. Je m'en passerais volontier. Mon voeu le plus cher est qu'ils trouvent une solution afin de restaurer l'ambiance que j'ai eu la chance de connaître, il y a cinq ans. Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 14 Septembre 2020

Bonne idée @Marius Youssouf pour la réponse a apporté à tout éventuel commentaire « mortifère », d’autant qu’il y a possibilité de variantes amusantes… Bonne route sur le site.

Publié le 14 Septembre 2020

@lamish , Amie Michèle, comme ancienne routière sénior ici sur mBS, vous savez plus que les nouveaux inscrits comment fonctionne cette entreprise littéraire. À bien y penser, le programme logiciel de monBestSeller est tout de même assez bien construit et fonctionne merveilleusement bien. Je comprends l'administration à se montrer prudente à faire des changements. Pourtant, depuis un an seulement, ils nous ont ajouté plusieurs fonctionnalités que nous devrions considérer grandement. Possiblement que d'autres sont à venir, comme par exemple apposer gratuitement notre maquette livre personnelle.

Publié le 14 Septembre 2020

@Benoît Otis La résonance du son de cloche ? J'espère que vous êtes patient :-) !

Publié le 14 Septembre 2020

Cou donc, c'est pour quand et dans quel clocher la résonnance du son de cloche de l'administration?
Un débat qui prêche dans le vide n'a pas tellement d'impact sur un désir d'amélioration.
À moins que tout soit déjà coulé dans le ciment.

Publié le 14 Septembre 2020

@la miss, merci beaucoup pour la réponse, et j'avoue que j'ai dû me servir d'un dictionnaire pour vous comprendre...
Sinon, en ce qui concerne votre proposition de "laisser l'auteur écrire lui-même les critiques qu'il veut", cela ressemblerait à une dissertation(instinct d'étudiant) dialectique où l'auteur posera sa thès et son antithèse, sans toutefois pouvoir tirer une conclusion, puisqu'il ne fera que refermer le débat sur lui-même. Et si je n'ai pas bien compris ce que vous avez voulu dire par le texte que j'ai cité, merci de me l'éclaircir.

Publié le 14 Septembre 2020

@lamish J'ai vu de quoi il s'agit en faisant également un tour sur votre page, notamment sur "Plages, michetonneuses et boat-people", que je n'ai pas pu lire plus de deux pages à cause du résau(je suis dans un pays où la qualité du résau internet fait pitié), et des études. Mais je poursuivrai la lecture quand je serai degagé de mes activités académiques pour un temps(être étudiant ne s'accorde pas toujours avec la passion de la littérature pour le plaisir).
Pour revenir aux propos de l'article, quelqu'un a parlé de ce qu'une éréforme" pourrait coûter au site, mais s'il y a moyen de le faire, il le faut, compte tenu des tensions que peuvent engendrer les commentaires deplacés. Et un autre commentaire disait qu'il y a eu des menaces de "plaint", sans, exécusion(je dirais heureusement!). imaginons ce que cela fera si deux auteurs finissent devant le juge à cause des propos tenus sur mBS...
Bonne rencontre avec ma poésie( peut-être pas la bonne, mais juste la mienne) au passage.
Bonne soirée.

Publié le 14 Septembre 2020

@Marius Youssouf
Cela m'ennuie énormément (les mauvaises langues vont nous taxer d'adipeuse et transcendantale complicité...), mais je partage l'avis de @lamish dite Mimish en ce qui concerne votre prose. Ce n'est certes pas complètement la langue de Molière, mais d'aucuns qui ne font guère montre de ce genre de scrupule feraient bien d'en prendre de la graine.
NB : En prendre de la graine : expression régionaliste qui signifie qu'il est grand temps de passer les légumineuses à la machine à trépaner les harengs.

Publié le 14 Septembre 2020

@La Miss :-) :-) :-) @Marius Youssouf Très agréable de voir enfin émerger du vrai "sang neuf" dans ce qui fait débat ici depuis longtemps sans que quoi que ce soit de constructif en sorte. Pour avoir essuyé quelques déferlantes, et testé à peu près toutes les techniques, dont celle immuablement conseillée par MBS, l'ignorance, je peux vous affirmer qu'il n'y en a que deux qui marcheraient pour calmer les aigrefins. La première serait un contrôle et l'intervention de modérateurs. Irréalisable au vu du nombre que nous sommes ; il y aurait de quoi occuper deux personnes à plein temps ;-). La deuxième est de les contraindre dès leur inscription à assumer toutes leurs interventions. Sans hypocrisie, vous vous exprimez très bien. Aussi vais-je faire un petit tour du côté de chez vous pour vous lire, même si la poésie n'est pas mon genre de prédilection ;-). Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 14 Septembre 2020

Salut tout le monde!
J'ai lu avec intérêt l'article tout en me demandant son utilité, mais j'ai trouvé la réponse en lisant les commentaires.
Pour tout dire, et comme vous pouvez le remarquer, je suis un tout petit nouveau sur le site.
Pour donner mon avis sur la question posée, je pense que l'idée des options de filtrage ou de suppression de commentaires n'est pas mauvaise, mais comme d'autres l'ont souligné, elle est contre-productive. J'imagine l'auteur supprimant tous les commentaires peu élogieux sur son texte, ne laissant que ceux qui l'encensent.
Ma solution est simple, pour un commentaire "mortifère", ma réponse est "votre commentaire est lu et ignoré avec succès". Rien que ça.
Ne pensez pas que les "nouveaux", dont je fais partie, cherchent tous des thuriféraires, Il y en a qui sont en quête de l'avis d'un "aîné", sans complaisance. Ceci dit, tout dépend de la personne qui accueille ces remarques. Quant aux injures ou propos deplacés, il suffit de les ignorer et continuer à travailler ses textes.
PS: désolé pour la qualité de mon expression, je ne suis pas un "professionnel" de la langue de Molière, et à lire vos textes, je dois être certainement le dernier en ce qui concerne le niveau intellectuel, alors...tolérane.
Cordialement.

Publié le 14 Septembre 2020

@lamish
Chère Mimish, avez-vous pensé qu'il existerait une autre solution des plus élégante, quoique des plus radicale : supprimer le site ?... Ce qui aurait l'incommensurable intérêt de renvoyer Hurluberluron dans les cages, où il (elle) aurait tout loisir de distiller ses incomparables perles de sagesse au profit des moineaux...

Publié le 14 Septembre 2020

@Kroussar Depuis que MBS est en partenariat avec Aresior, nous avons une belle démonstration de ce qui serait souhaitable. Lorsque il n'y a ni copinage, ni inimitié, la critique devient enfin objective. Ici, d'un club de lecture, le MCL n'a que le nom. Il n'est ni structuré ni représentatif. Son fonctionnement est totalement opaque. Il sert le plus souvent de paravent à des choix issus d'affinités personnelles. Je n'y ai pas fait de vieux os pour ces raisons, entre autres. Je suppose qu'en tant que membre, on t'a souvent opposé que les autres membres du club ne partageaient pas ton choix lorsque tu cherchais à faire remarquer une oeuvre qui pourtant sortait du lot... Rappelle-toi les mois à batailler pour que ton beau roman hérite enfin d'un petit coeur plus que mérité ;-). Mais parler du club des lecteurs, du souhait de modérateurs, de l'ergonomie du site, et que sais-je encore, est et sera toujours vain tant que MBS restera sourd. Pour ma part, j'espère qu'il le restera sur un point : "supprimer tous les commentaires des lecteurs". Il me semble qu'il y a d'autres directions à prendre avant de sanctionner la relation auteur-lecteur, non ? Bonne fin de journée. Michèle

Publié le 14 Septembre 2020

@Luluberon
/n
Tous les arguments que vous avancez sont pertinents et justes. Seulement, vous n'avez rien inventé, nous les connaissons bien et depuis longtemps. Cela fait bientôt cinq ans que les plus anciens alertent sur ces points, plusieurs fois par an, sans que rien ne bouge.
/n
Il faudrait un vrai comité de lecture, je l'ai déjà dit et répété. Les membres du mCL agissent séparément et l'équipe mBS se charge de recueillir les meilleurs commentaires afin de mettre en avant un nouveau roman, une nouvelle, ou un essai. Le principe est bon, mais il devrait reposer sur de vrais critères de notation, avec des retours circonstanciés, genre fiche de lecture (les +; et les - ; les axes d'améliorations éventuels...)
/n
Cela pourrait être une solution. Mais, est-ce que les membres du mCL sont prêts à s'engager dans cette direction ? Je ne sais pas ! Pour ma part, je suis prêt à relever le défi.
/n
Ainsi, les feuilles de lecture pourraient non seulement servir de critère de sélection pour les mises en avant des nouveautés, ou d'anciennes publications passées à la trappe; mais aussi être transmises aux auteurs qui ont su séduire le mCL. Ce qui reviendrait également à supprimer tous les commentaires des lecteurs.
/n
En donnant plus de poids au mCL, les membres assidus, et ils sont nombreux, pourraient rejoindre ce comité de lecture et lui donner toutes ces lettres de noblesse.

Publié le 14 Septembre 2020

@Luluberon Inscrite depuis le 18 août avec, en guise d'avatar, une photo piochée sur Pinterest, déjà deux romans non lus et commentés à votre actif, une bonne connaissance des réactionnels des auteurs, des interventions étonnamment partisanes... Quand je parlais de la maladresse de certain(e)s :-) ! Permettez-moi de faire aussi peu cas de votre propos que de celui des lâches auxquels vous avez fait allusion ;-). Bonne journée, Michèle

Publié le 14 Septembre 2020

Chère ou cher Hurluberluron, "le roman, le poème, l'essai, la nouvelle, écrivez-vous non sans quelque raison, doivent obéir à un minimum de règles et de fondamentaux, souvent méconnus ou négligés sur cette plateforme. Les retours sont muets sur ces aspects-là, pourtant essentiels." Tout ça est bel et bon, mais permettez-moi de vous faire remarquer que, chaque fois que j'ai soulevé le problème, je me suis fait traiter de troll, de suppôt de Jézabel (qui qu'elle puisse être) et d'empêcheuse de scripturer en rond...
"Puéril et insensé", dites-vous encore de l'usage que je fais des cinq étoiles. Je ne m'en offusque pas, mieux : j'en rigole. Car, ne vous en déplaise, ce n'est pas moi qui suis insensée et puérile (au moins dans ce cadre-là) mais tout bonnement ce système de notation. Brèfle, c'est ma façon à moi de le dire, et me traiteriez-vous de folle irresponsable et échevelée que ça ne m'empêcherait pas de persévérer.
Ceci dit, je prends grand plaisir à vos très moralistes cornichonneries.

Publié le 14 Septembre 2020

« Jeter de l'huile sur le feu en multipliant les tribunes qui ont toutes les chances de déraper ».
Si c’est le cas, mBS peut supprimer toutes les tribunes, car avec certains, tout dérape, peu importe le sujet. C’est comme la signalisation routière : virage dangereux ! Ce n’est pas le virage en lui-même qui est dangereux, mais le conducteur qui s’y engage pied au plancher. Avec le même raisonnement, on peut fermer neuf dixième des routes en France pour éviter les accidents.
Et ici, il ne faut même pas ouvrir un débat, il suffit de publier un manuscrit pour que tout parte en cacahuète. Lamish est bien placée pour en témoigner semble-t-il, puisqu’elle affirme être la cible régulière d’attaques depuis des années.
Si on a affaire à des gens civilisés, capables d’argumenter en gardant la tête froide sans se jeter sur les autres dès qu’ils émettent une opinion contraire à la leur, alors oui, ce sujet, comme n’importe quel autre, peut être débattu. Mais il y a un « si » … Sur mBS, j’ai la vision d’Ordralphabetix qui matraque Cetautomatix avec son poisson pourri, l’humour en moins.
Toutes ces chamailleries apportent de l’eau à mon moulin. Ce qui me fait dire que certains auteurs, qui n’ont d’autres ambitions que de faire lire leur manuscrit par une série de lecteurs, préféreraient ne pas récolter de commentaires plutôt que du cirage de pompes, d’une part, et des sarcasmes stériles, d’autre part. Je partage l’opinion de M. Otis qui dit que : « les commentaires sur les pages personnelles ne servent pas à grand-chose ».

Ça a déjà fait l’objet de tribunes précédentes, mais faisons un inventaire des types de "retour" sur une page d'auteur dans la grande majorité des cas.
 Les compliments et les encouragements, qui font plaisir à l'auteur, mais qui risquent de le conforter dans ses douces illusions. Plus dure sera la chute.
 Les élans du cœur (votre plume me ravit ; vous m'avez emmenée dans votre univers ; ...) : sympathiques, mais pas vraiment utiles pour s'améliorer.
 Les renvois d'ascenseur. No comment.
 Les 5 étoiles. C'est l'école des fans. Notons que si tout le monde n'attribue que 3 étoiles pour ne froisser ni avantager personne, on n'est pas plus avancé. Il y en a qui dénigrent et qui donnent 5 étoiles, comme pour mieux faire passer la pilule amère. Puéril et insensé.
 Les suggestions sur le format de page, la taille de la police de caractères, la lisibilité, ... : ok, c’est louable, mais les recommandations d'usage existent déjà sur le site.
 Mention de fautes d'orthographe, de ponctuation aléatoire, de syntaxe malmenée, de concordance des temps bancale ... : si ça part d'un bon sentiment, une page d'auteur n'est pas l'endroit le plus efficace pour en parler, car la liste des fautes repérées n'est pas exhaustive. Il vaut mieux communiquer par courriel à ce sujet. Et puis, un lecteur n’est pas un correcteur.
 Les propos dénigrants ou les phrases sibyllines et assassines de ceux qui croient que pour être objectif, il faut casser les auteurs, que ça vaut mieux que des louanges. Les pauvres.
 Les conseils agressifs des connaisseurs ou experts auto-proclamés qui ne pensent qu'à se rendre intéressants. Ce sont toujours les tonneaux vides qui font le plus de bruit.
 Les jugements durs et tranchés : pas plus exploitables, car pas argumentés.
 Les règlements de compte et les dérives qui n'ont rien à voir avec l'ouvrage proprement dit. No comment.
À part ça, que reste-t-il à se mettre sous la dent pour un auteur ? Pas grand-chose. Autant s’en passer.
Le problème ici est qu'on regroupe le tout sous un même nom : "critique".
Or, nous devons admettre qu'aucun critique littéraire agréé ne hante mBS. Ceux qui s'expriment n'émettent que leur point de vue. La belle affaire ! Je n'ai encore jamais trouvé de retours bâtis sur des critères objectifs, mentionnant tous les + et les – de l’ouvrage, arguments solides à l’appui.
Le roman, le poème, l'essai, la nouvelle ... doivent obéir à un minimum de règles et de fondamentaux, souvent méconnus ou négligés sur cette plateforme. Les retours sont muets sur ces aspects-là, pourtant essentiels. Alors, quand on parle d’un moyen de progresser grâce à l’avis des autres, ...

Je suis certaine que d’autres auteurs ont aussi des idées à faire valoir. Je les invite à prendre part au débat.

Publié le 14 Septembre 2020

@lamish
Merci pour votre prompte réponse. Vous me rassurez. Ceci dit, je n'ai rien contre les sentiments, mais tout contre le sentimentalisme. Et vous avez raison : parlons d'autre chose...

Publié le 14 Septembre 2020

Je vais tenter de faire court car je crains que certain(e)s n'aient vite fait de conclure que je me contemple, une fois de plus. Le monde n'est pas blanc ou noir. Il en va de même des commentaires. Or, il n'est pas nécessaire d'être particulièrement intuitif pour saisir ce qui anime le commentateur lors de sa rédaction. Je n'ai pas pris ombrage de votre intervention sur ma nouvelle, soyez rassurée. J'ai déjà remarqué que vous bloquez sur ce qui requiert certaines sensibilités, au point de ne pas saisir une chute qui semblera évidente à d'autres. Votre aversion pour le bon sentiment n'échappe plus à personne, je vous rassure ;-). Vos rares exceptions sont des indicateurs de "copinage" assez fiables, d'ailleurs ;-). Depuis pas mal de temps, tout nouvel écrit que je mets en ligne devient cible. A tel point que je m'attends à la critique acerbe. A tel point qu'elle ne m'émeut plus. Mais plus généralement, et sans vous viser, que penser de l'objectivité de la critique d'un livre qui n'a pas été lu dans son intégralité, voire pas lu du tout ? Que penser d'une critique qui vise systématiquement l'auteur et non son oeuvre ? Que penser d'un critique qui voudrait que ce qu'il lit corresponde mot pour mot à ce qu'il aurait écrit lui-même ? Reprocher un manque d'humilité ou un goût démesuré pour le lustrage, c'est noyer le poisson. Le problème est qu'entre auteurs, les critiques sont à la gueule du client. Et comme les trois-quarts des lecteurs sont des auteurs, ça se complique, d'autant plus que rares sont les auteurs capables d'ignorer ceux avec lesquels ils n'ont pas d'affinités. Alors ils se masquent et démontent gratuitement, pour le simple plaisir de blesser, avec acharnement. C'est aussi empirique que récurrent... et rasoir, forcément. Alors, @La Miss, si nous renouvelions notre répertoire ? Bonne journée, Michèle

Publié le 14 Septembre 2020

Une idée m'est venue, et cela m'arrive si rarement que je profite de l'aubaine pour partager la chose avec vous : Ne faudrait-il pas commencer par définir clairement ce qu'est un commentaire inapproprié ?...
@lamish
Chère Mimish, ne me décevez pas à votre tour ! Diviser pour mieux régner ? Régner sur quoi, doux Jésus ??!? Peu me chaut que vous soyez copine comme cochonne (...) avec le sieur Canal et l'ineffable, quoique trop modeste, Boris. Vous avez ici un tort, et c'est de me prêter des arrière-pensées que je n'ai pas. Et pourquoi ne les ai-je pas ? Parce que je me fiche comme de l'an 40 des copinages qui s'expriment sur le site. A preuve, alors que j'ai d'autre part une belle admiration pour la clarté et la pertinence de la plupart de vos commentaires (je vous l'ai déjà dit), rappelez-vous que nous avons failli nous disputer parce que j'avais émis quelques réserves sur votre dernier écrit. Eh bien, ce jour-là, le jour fameux du bikini (!), quand d'autres, dans la même situation, vous auraient couverte de fleurs (qui, vous le savez bien, ne leur coûtent pas grand-chose et n’exhalent aucun parfum), en dépit de tout je n'ai pas hésité à vous faire part de mes doutes. N'est-ce pas là la meilleure façon de procéder si l'on veut échapper à l'insignifiance des applaudissements de circonstance ? Brèfle, ou je n'y comprends rien, ou vous me faites un mauvais procès. Mais, mBS étant un royaume de pacotille, disons plus une quincaillerie qu'un salon littéraire, sachez que je ne suis pas froissée le moins du monde et vous garde une entière estime. Maintenant, si celle-ci vous dérange auprès de vos camarades, dites-le-moi le plus simplement du monde et plus jamais je n'en ferai état.
@Benoît Otis
"L'auteur sait, écrivez-vous, si son ouvrage est de bon goût ou pas". Je crois que vous êtes mûr pour faire carrière dans les contes de fées...

Publié le 14 Septembre 2020

@La Miss Très chère, ne me décevez pas ;-). Imaginer que votre tentative de "division pour mieux régner" nous échappe serait nous faire offense. Je vous ai connue plus fine… sans compter que c'est faire fi de l'estime que j'ai pour Michel et Philippe (Boris). Une estime qui n'est ni nouvelle, ni feinte, ni fragile ;-). @Luluberon Tout comme La Miss, je m'interroge : quel intérêt de se publier ici si c'est pour fermer la porte de la communication auteur-lecteur ? Avant ce dérapage (un de plus ;-)), je vous ai fait part de mon point de vue qui diffère du vôtre. Sinon, et au risque de me répéter, si l'anonymat est un droit intouchable pour des raisons aussi nombreuses que légitimes, il est également, et malheureusement, un libre accès à une forme de défoulement inassumé. Il y a longtemps que je conseille aux gestionnaires de cette plateforme de trouver un moyen d’avoir un élément de contrôle, lors de la création d’un compte. Je reste persuadée que ce sera le seul moyen de couper les ailes aux anonymes qui s’enflamment avec facilité. @Kroussar je partage ton étonnement. Jeter de l'huile sur le feu en multipliant les tribunes qui ont toutes les chances de déraper m'interpelle sur le but des gestionnaires de MBS. @Annie Pic Vos suggestions sont excellentes pour deux raisons : vous avez géré un site pour autoédités qui a connu des dérives similaires qui vous ont contrainte à le fermer – Je regrette d’ailleurs que les gestionnaires de MBS n’aient pas saisi l’occasion d’échanger avec vous sur ce point – et vos qualités sont ce qu’elles sont, humaines et bienveillantes. Pour répondre à votre petit 1 : les CGU de ce site prévoient de renseigner des coordonnées exactes, lors de l’inscription, ce qui, majoritairement, n’est pas respecté (sauf lorsque l’auteur opte pour l’achat d’un pack qui permet un traçage via son paiement). Un système de contrôle de type SMS api me semble la seule option pour contrer les dérives issues de cette facilité. Concernant le petit deux qui me fait redouter de devenir gâteuse à force de le répéter ;-) : le système de classement a été mis en place pour essayer de faire émerger les œuvres « qui sortent du lot ». Mais du fait que les compteurs de lecture ne s’incrémentent pas en fonction du nombre de lectures mais en fonction du nombre de connexions sur la page, tout cela est faussé. C’est ce qui explique l’efficacité des packs de mise en avant, puisqu’ils incitent les lecteurs à se rendre sur les pages des auteurs qui les ont payés et incrémentent du même coup leur compteur. Ce petit 2 répond à votre petit 3 : le site n’ayant pas opté pour un financement via des bannières publicitaires (et il en faut bien un, de financement), ce sont les ventes de packs qui sont sensées couvrir ses frais de fonctionnement… Le système ne peut donc fonctionner que s’il garantit un « retour sur investissement » aux auteurs qui ont décidé de mettre la main au porte-monnaie pour promouvoir leur œuvre. Concernant les autres thèmes développés, ils sont conditionnés par tout ce qui précède, à part l’intervention de modérateurs qui serait plus que souhaitable. @Tous En cinq ans, j’ai lu et commenté de multiples tribunes sans que rien ne change, quel que soit le thème et quelle que soit l’issue de débats qui, occasionnellement, ralliaient de nombreux suffrages. Les mêmes sujets ont tendance à revenir en boucle et à enflammer les esprits, mais les gestionnaires restent muets. Pourtant, en dehors de quelques egos hypertrophiés, nous semblons tous tendre vers le même but : mettre nos œuvres gratuitement en ligne afin de nous rapprocher d’un lectorat qui nous ferait des retours sincères qui nous permettraient de situer notre œuvre, de recevoir des critiques constructives et de progresser, dans le calme et le respect mutuel… alors ? Bonne soirée à tous. Amicalement, Michèle

Publié le 13 Septembre 2020

@Luluberon ,
À bien y penser Lulu, les commentaires sur les pages personnelles ne servent pas à grand chose puisque la publication d'un livre se fait qu'à partir des critères et sélections des juges et éditeurs. Ils leur faut lire le livre au complet quand même et les commentaires ne sont pas tellement de bons indicateurs pour eux. Ton questionnement Lulu vaut la peine qu'on s'y arrête pour réfléchir un peu, au moins.
.
Les commentaires positifs sur l'ouvrage d'un auteur ne sert qu'à flatter l'égo dans le sens du poils pour un retour d'ascenseur. L'auteur sait si son ouvrage est de bon goût ou pas et il n'a pas besoin qu'on lui dise. Si le livre plaît au lecteur, grand bien lui fasse, et c'est tout. Et si l'ouvrage d'un auteur est comparable à une tartine de foutre, alors on passe outre. Personnellement, le seul fait de présenter son ouvrage ici que pour consultation ou lecture me suffirait. Un ouvrage hébergé ici sur monBS est un don de soi sans condition.
Qu'on se le dise !
.

Publié le 13 Septembre 2020

Les réactions diverses dans ce débat démontrent le problème actuel sur la plateforme.
Beaucoup se plaignent des interventions intempestives, du fiel versé depuis des années, des règlements de compte et j’en passe.
Et quand on suggère un moyen simple d’éviter ces dérives, on se heurte à une levée de boucliers même des habitués qui se plaignaient, se plaignent et se plaindront encore demain. J’ai du mal à les suivre.
Précision : Non, ajouter une ou deux fonctionnalités ne nécessiterait pas une refonte coûteuse du site. Pas plus que cocher ou décocher aujourd’hui, à l’inscription, la demande pour s’abonner à la Newsletter.
Cette simple fonctionnalité d’empêcher tout commentaire permettrait de combattre ce qui est considéré, à tort, comme une fatalité : La troisième, la violence, verbale ou physique. Là encore, c'est pratiquement inévitable.
Il est vrai qu’on n’est pas 24/24 sur le site. Donc, supprimer un commentaire désobligeant après parution aurait lieu trop tard, en effet. Au moins, cela éviterait le ping-pong de réponses sur réponses, comme c’est le cas sur cette tribune. Au fait, jusqu’à présent, combien de commentaires concernent l’essentiel du débat : les filtres proposés ?
(Parenthèse). Et cette manie de dévier du sujet principal avec des questions oiseuses sur l’anonymat, la lâcheté, … Ça change quoi un nom ? Je m’appelle Lucie Béron, vous êtes moins angoissés maintenant que vous savez ou vous voulez aussi mon CV ? De toute façon, qui sont les autres ? Même avec nom et prénom, personnellement, je ne connais personne. (Fin de parenthèse).
C’est pourquoi, il y a la troisième proposition : que l’auteur QUI LE SOUHAITE puisse empêcher tout commentaire sur sa page – ce n’est PAS OBLIGATOIRE, c’est une FACULTÉ. Libre à ceux qui veulent prendre des coups de laisser les mal embouchés les tabasser. Puis ils se lamenteront et le cycle infernal recommencera. Mais dans ce cas, qu’ils m’expliquent pourquoi ils ont déjà eu recours au retrait de leur livre, suivi d’une reparution, si ce n’est que pour faire disparaître toutes les dérives verbales préalables. Soyons logiques.
J’aime bien la vision idyllique : un lieu d’échange ; un site de dialogue où partager nos expériences comme nos aspirations, corriger nos petits défauts afin de les amender. Tout le monde rêve de ça. C’est bien beau la théorie, mais est-ce ce qui se passe dans la majorité des cas ?
J’aimerai bien que le panel des personnes qui s’expriment s’élargisse. Que pensent d’autres auteurs des possibilités de filtre proposées ? On reviendrait sur le vrai sujet par la même occasion.

Publié le 13 Septembre 2020

Comment ne pas partager les questionnements du camarade @Kroussar, tant sur ce qui motive chez M. Monbestseller la parution de cette rubrique (inconscience ? sottise ? plaisir pervers de jeter de l'huile sur le feu ?) que sur les galéjades de @Luluberon qui prétend se fiche comme d'une guigne de l'avis des lecteurs (dans ce cas, que vient-elle déposer, sous un autre nom, son ou ses pensums par ici ?) ? Vu de Sirius, tout ceci à l'aspect d'une franche rigolade, aidé en cela par l'humour si subtil qu'il en devient imperceptible de Monsieur le Conseiller littéraire @Boris Phillips, fort occupé d'autre part à chasser à courre les Polonaises ... Brèfle, quoi qu'il en soit, je garde une tendresse particulière pour @lamish, laquelle paraît avoir atteint une certaine sagesse, celle de ne plus prendre la piqure d'une puce pour l'assaut d'un éléphant. Mes salutations, chère Mimish.
PS : Cher et estimé Boris, si je choisis d'offrir cinq étoiles à tous les auteurs que je lis, c'est pour une raison que je n'ai nulle intention de discuter avec vous. Votre esprit mortellement sérieux vous empêcherait de toute façon de goûter le sel de la chose.

Publié le 13 Septembre 2020

@Michel CANAL @Boris Phillips @TOUS Merci pour vos interventions, votre soutien pour certains. Le troll (pardonnez ce raccourci, mais la multiplication de ses pseudos m’y contraint), je ne le chasse plus. S’il vient me chercher sur une de mes pages, je me défends. Normal. Mais j’essaie d’aborder tous ses commentaires avec un œil neuf, ce qui nous donne même l’occasion d’échanger en nous amusant. De même, je ne vole plus au secours des auteurs en détresse. J’en ai eu marre de me prendre des volées de bois vert tandis qu’une fois secourus, des auteurs ayant apprécié mes interventions me disaient sans vergogne de prendre du recul, puisqu’ils n’étaient plus inquiétés. Le troll est reconnaissable, comme tu le sais, Michel, à son humour décapant, son goût pour le dadaïsme, sa prose irréprochable. Or, certains petits malins ont profité de sa mauvaise réputation pour régler leurs comptes en essayant maladroitement de se faire passer pour lui. Assez maladroitement pour les deviner… Et là, je réagis. Normal encore. Mais tout comme toi, tout comme Philippe (Boris), mon vœu le plus cher est de pouvoir m’éditer ici dans le calme et d’échanger dans le respect mutuel. Bon dimanche à tous. Michèle

Publié le 13 Septembre 2020

Bonjour à tous, @monBestSeller
Permettez-moi d'ajouter quelques remarques à ce débat qui n'ouvre sur aucune perspective.
L'expérience m'a appris deux trois petites choses dont je souhaiterais vous faire part.
La première, de tout temps, l'être humain dans sa grande arrogance a besoin de dévaloriser l'autre pour exister.
La deuxième, dans n'importe quel domaine - ici c'est une vitrine pour auteurs plus ou moins affirmés - la jalousie s'impose.
La troisième, la violence, verbale ou physique. Là encore, c'est pratiquement inévitable.
Dans ce contexte, le site devrait peut-être changer son fusil d'épaule. Pour éviter les écueils présents et à venir.
Pour ce faire :
1) À l'inscription, exiger nom patronymique et prénom usuel, avant le nom d'utilisateur.
2) Supprimer les classements et les notations, plus ou moins faussés, qui ne justifient rien.
3) Mettre en place (page d'accueil,) une mise en avant aléatoire, pour donner une bonne visibilité à tous les auteurs du site.
4) Les auteurs, ne devraient pas influer sur le choix des livres à plébisciter. Seuls les véritables lecteurs devraient être agréés pour leur sélection d'auteurs, et envoyer directement un avis détaillé et constructif sur tel ou tel ouvrage.
5) Mettre épisodiquement à la une, un seul genre de littérature à l'honneur, afin que tous les auteurs soient à égalité sur le site.
6) Les critiques bonnes ou moins bonnes devront être acceptées par l'auteur avec humilité. Dans le cas d'un débordement, injurieux, etc, le modérateur devra immédiatement le supprimer, et bloquer son auteur pour un certain temps.
Il y aurait encore beaucoup à ajouter, j'espère que parmi ces quelques suggestions, monBestSeller y verra une bonne intention.

Publié le 13 Septembre 2020

@Boris Phillips, merci pour ton appréciation et bravo pour l’intervention signant ton retour. Quelle belle plaidoirie pour souhaiter "redevenir – comme cela n’aurait jamais dû cesser de l’être –, un lieu d’échange ; un site de dialogue où partager nos expériences comme nos aspirations, corriger nos petits défauts afin de les amender ; nous conseiller mutuellement..." Admiratif de l’historien qui sommeille en toi, même si tu n’enseignes plus. Du Zola plaidant la cause du capitaine Dreyfus en accusant les responsables de ce complot. Amicalement et avec humour.
@Luluberon, (re)merci pour vos interventions.
@lamish, laisse tomber. Tu vas t’épuiser à combattre des moulins à vent, des Gaulois isolés qui n’ont pas vu que le monde a changé en presque vingt siècles, depuis la défaite de leur chef.
@Benoît Otis, merci pour vos sages pensées philosophiques.
@Christian Vial, merci pour être allé sur la page de Virginie_M., auteure débutante que nous nous devons d’accueillir avec bienveillance.
Et si on retrouvait la raison sur cette plateforme ? Si les auteurs débutants pouvaient, sans crainte de quolibets pointant leurs lacunes, être aidés par les plus anciens pour s’améliorer ! Et si... Et si... Et si...
MC

Publié le 13 Septembre 2020

Bonjour à tous et toutes,

J'ai plusieurs remarques et questions:
/n
La première, je l'adresse à l’équipe monBestSeller, qui reste désespéramment muette sur une tribune qui a été publié sous son égide. Quel est l’intérêt de publier une énième tribune sur un sujet qui, immanquablement, fait polémique et ravive de nombreux contentieux ? Mais aussi, des blessures inguérissables pour beaucoup d'auteurs de ce site. Allez, répondez-moi, S.V.P.
/n
La seconde, je suis étonné que "Lulu du Béron" qui est également auteur, et laisse croire du contraire, se cache sous un autre pseudo pour signer cette tribune provocatrice. "Le courage des lâches" que cette tribune est censée dénoncer me semble bafoué.
/n
Enfin, pourquoi vouloir nous faire croire que l'équipe monBetSeller est prête à modifier les fonctionnalités de la plate-forme ? Alors que cela nécessiterait une refonte en profondeur, un budget conséquent, et n'empêcherait pas les notations et commentaires désobligeants de faire leurs ravages. Puisqu'un auteur n'est pas rivé sur son clavier 24h/24h. Et comme le rappelle cette tribune "le mal serait déjà fait..."

Publié le 13 Septembre 2020

@Boris Phillips , vous êtes un sage.
Votre intervention pourrait avoir pour effet de remettre les pendules à l'heure.
Mais, les humains étant ce qu'ils sont, il serait illusoire de penser tous les mettre au pas.
La nature elle-même s'exprime de multiples façons, et nous émergeons de cette nature.
Philosophiquement vôtre, Benoit

Publié le 13 Septembre 2020

@monBestSeller, c’est avec une grande tristesse que je constate que les "vieux démons" n’étaient pas morts mais seulement endormis.
@luluberon, je tiens à vous remercier de votre initiative comme des rappels à l’ordre que vous faites régulièrement sur cette page depuis sa récente parution. Votre idée de replacer le débat sur le terrain strictement littéraire comme les solutions que vous proposez aux interventions intempestives étaient à la fois courageuse, porteuse de réflexion et innovante… malheureusement !
Mon cher ami @Michel CANAL, je ne peux qu’apprécier ton intervention. Suivant tes bonnes habitudes elle est ouverte, pédagogique, surtout pleine de tolérance et de bon sens.
@lamish, je salue ta pugnacité… comment fais-tu pour encore trouver l’énergie de combattre les "moulins à vent" qui te poursuivent de leurs malsaines assiduités depuis des années ? Ta combativité mérite mon admiration !
Je me dois maintenant à une mise au point : effectivement, j’ai été absent de nos tribunes pendant un certain temps. N’y voyez pas un dédain et, le fait que je revienne n’a rien d’un retour en force visant à affirmer ma "vision faussée et rétrograde" de l’acte d’écrire. J’ai simplement été occupé à un travail de conseiller littéraire auprès d’une consœur polonaise. Ce labeur tire à sa fin et j’ai bien l’intention, dorénavant, de venir saupoudrer de mon petit grain de sel, et ce le plus souvent possible, nos colonnes.
Quant aux autres, vous qui vous camouflez derrière de multiples pseudonymes… mais dont le "style" ampoulé est toujours reconnaissable. Vous qui profitez de communications sur les pages de vos ouvrages pour agonir de propos disgracieux ceux qui sont supposés être vos pairs. Vous qui brandissez le spectre de la censure dès qu’une de vos insanités est supprimée par les modérateurs. Vous qui menacez à tour de bras de porter plainte sans que cela soit jamais suivi d’effet. Vous qui sous le couvert de cinq étoiles décernées pour un texte, osez assortir cette "récompense" de mots fielleux ôtant à toute personne les consultant l’envie de le lire. Vous qui vous targuez d’être victime de diffamation alors que vous usiez de calomnie à l’égard d’autres ; au point que l’on vous demande ce que vous avez voulu exprimer… Vous qui… Vous qui… Oh, je n’ai aucune envie de tenir une liste exhaustive des ravages engendrés par vos malfaisances ! Peut-être vais-je vous poser une question maligne quoi que innocente : que cherchez-vous au juste ? La reconnaissance de vos talents… personne n’a jamais cherché à contester que vous fussiez d’excellents polémistes ! Peut-être "créer le buzz" ? Pourquoi, dans ce cas, n’allez-vous pas ratisser le plus largement possible sur les réseaux sociaux ; ou mieux, poser vos candidatures pour participer aux divers "talk show" qui occupent l’actuel paysage audio-visuel des heures de grande écoute ? Ah, comme je suis sot : cette éventualité vous obligerait à abandonner "l’écriture sous x" qui semble être votre cheval de bataille pour vous présenter à visage et plume découverts !
Le chapitre de ce que je considère comme des plaisanteries étant clos, je suis tenté de vous demander si vous n’avez pas honte ! Avez-vous conscience que vos propos néfastes offrent une bien piètre image de notre plate-forme de diffusion ? Qu’elle ne doit plus sembler – aux yeux de celles et ceux qui débutent dans notre vocation – qu’un lieu d’affrontements entre coteries s’excommuniant les unes les autres ?
Sans doute vais-je exprimer un vœu pieux… tant pis ! Pourrions-nous redevenir – comme cela n’aurait jamais dû cesser de l’être –un lieu d’échange ? Un site de dialogue où partager nos expériences comme nos aspirations ; corriger nos petits défauts afin de les amender ; nous conseiller mutuellement pour que la paille ne devienne pas poutre ?
Dans ma grande naïveté, j’ai envie d’y croire !
Amicalement et en essayant de garder un peu d’humour.
Philippe.

Publié le 13 Septembre 2020

@lamish
Merci lamish, ça me rassure de savoir que j'ai visé juste, précisément. :~)

Publié le 12 Septembre 2020

@Benoît Otis Bien observé :-).

Publié le 12 Septembre 2020

En relisant quelques intervenants ici, j'ai fini par comprendre de quoi il s'agit : Un FACE à FACE !

Publié le 12 Septembre 2020

@FANNY DUMOND Et en 2017, c'était quoi ? Cela fait des mois que je supporte tes propos désobligeants, et je n'en fais pas tout un flan, alors pour la dernière fois, lâche-moi...
@Luluberon, pour ma part, je trouve plutôt sympa d'avoir des retours, lorsque je partage mes écrits. Je réitère mes excuses pour cette lamentable démonstration.J'enlèverai ces interventions qui n'ont rien à faire ici le 30 septembre. Bonne soirée, Michèle

Publié le 12 Septembre 2020

Je me demande si vous savez lire. Si je remets sur le tapis les diffamations de mars 2018, c'est parce que je suis outrée de voir qu'elles ont recommencé en août de cette année de la même infâme manière et que oui, CA SUFFIT !!!! J'en ai assez de voir des auteurs pris d'un tel désespoir !!!! au bord du précipice après des attaques immondes et NON FONDEES suite à la recherche de ce troll qui n'en finira jamais. A qui le tour ?

Publié le 12 Septembre 2020

Voilà. Je crois que l'utilité pour un auteur de pouvoir décider lui-même de ce qu'il veut voir ou ne pas voir sur sa page (ni montrer autres membres) n'est plus à démontrer.
Ce dérapage classique (trop fréquent) n'a rien à voir avec une quelconque liberté d'expression qu'il faut garantir. C'est mon humble opinion.
Il s'agit ici d'un débat qui, une fois de plus, dégénère en déballage de rancœurs qui datent d'il y a pas mal de temps et dont la plupart des gens se fichent royalement. Malheureusement, ce même phénomène se produit après avoir publié un roman ou une nouvelle...
J'encourage donc de revenir au plus vite à la question débattue : un auteur devrait avoir la possibilité technique de supprimer dès qu'il en prend connaissance des dérives de ce genre.
Personnellement, si j'étais auteur, j'opterai pour la 3e possibilité : publier et empêcher TOUTE intrusion sur ma page. Ce que pense les autres de mon livre ne m'intéresse absolument pas.

Publié le 12 Septembre 2020

@Luluberon et tous les intervenants, désolée pour ce spectacle minable et bon week-end. Michèle

Publié le 12 Septembre 2020

@FANNY DUMOND Bon, cette fois-ci, ça suffit.
/ J’ai écrit à Laurent, la semaine passée. Lui-même a repris contact avec un ami commun qui n’avait pas été tendre avec lui. Guère moins tendre que Laurent, lorsqu’il s’en est pris lui-même à un ami auteur, d'ailleurs… Mais avec ces vieux contentieux qui n’intéressent plus personne à part toi, on ne s’en sort plus… Il ne m’a pas répondu, et je n’en prends pas ombrage. Libre à lui de reprendre contact ou non, mais je pense qu’il est assez grand pour s’exprimer par lui-même.
/ Quant à ma nouvelle, nouvelle qui visait à expliquer les coulisses d'une période plutôt chahutée, voici l’extrait dévoilé d’une de nos correspondances. Un passage qui visait à expliquer l’ouragan Jezzabel et ses conséquences, tant sur le site que sur moi. Tu pourras le joindre à ta plainte, pas de problème ;-) :
/ Extrait de « 30 mois écoulés et toujours chez monBestSeller » :
/ Il y a aussi eu un courrier de Fanny, une amie auteur dont j’adore la franchise et la spontanéité. En m’écrivant, elle m’a fait réaliser que me voir faire la chasse à Jezzabel n’avait rien de cohérent, après avoir lu nos premiers échanges :
/ « Je vous dirais, très franchement, que je n'avais pas compris vos positions vis-à-vis de l'autre folle (pas si folle finalement). J'ai été plus que déboussolée de lire plusieurs commentaires de vous et d'autres talents que j'apprécie qui semblaient l'aduler. Et que je te bisouille par ci, et que je te bisouille pas là… »
/ Dès sa parution, tu m’as sauté sur le rab. Avec une telle véhémence qu’il m’a fallu un moment avant de faire le lien entre Fanny, qui m’avait écrit pour me féliciter d’avoir osé affronter Jezzabel, et celle qui me menaçait de me dénoncer à la CNIL.
J’ai aussitôt rectifié, mais la ruminante en chef que tu es ne me lâche plus depuis. L’allusion précédente s’est muée en :
/ « Il y a aussi eu ce courrier d’une amie auteur qui m’écrivait n’avoir pas plus compris notre altercation que le fait que nous sympathisions. »
Depuis, j’ai appris que tu me pistes de longue date. La raison ? Aucune idée, puisqu’en 2017, me semble-t-il, il n’y en avait pas… Alors, jalousie maladive ? A lire ton allusion au classement, et me trouvant dans le top 10 depuis quelque temps, je commence à me demander si ce ne serait pas le cas.
/ Bref, je n’aurais jamais imaginé t’écrire cela un jour, mais maintenant, Patricia, Fanny, Trisha : lâche-moi pour de bon.
Michèle

Publié le 12 Septembre 2020

@FANNY DUMOND
Ah ! Merci Patricia pour ce message clair et intelligent et tant pis pour ceux qui ont loupé un épisode.
Philippe
PS : Mais qu'est-ce qu'il dit, lui?

Publié le 12 Septembre 2020

Mais, qu'est-ce qu'elle dit ????

Publié le 12 Septembre 2020

Votre énième tribune sur le thème des commentaires, qui devraient être comme ci, comme ça, devient une scie lassante. Je vais donc élargir le débat, si débat il y a et vous donner mon ressenti. Tout d’abord, quelqu’un s’est-il déjà penché sur le sujet des classements qui étonne plus d’un lecteur qui se sent floué par le mur d’accueil. Ensuite, je suis très étonnée et je m’interroge de constater que la tribune du 10 août 2020, camouflée un temps au 10 août 2019, soit revenue depuis, tronquée de plusieurs commentaires ???? Ensuite bis. Bien sûr ! Vais-je m’expliquer en privé par mail, car cela ne se fait pas de déballer notre linge sale en public, quand je sais l’usage fait en mars 2018 de certains mails, dont l’un des miens, sur une nouvelle disparue depuis. Et pour cause, cette pratique de divulgation de correspondances privées étant sévèrement punie par la loi. Ensuite ter. Je conseille à certains.aines, non anonymes, d’aller s’examiner au Palais des glaces du château de Versailles, car ils ne donnent pas leur part au chien pour diffamer, pour salir le nom et l’honneur de certains.aines auteur(e)s. Je maintiens et j’assume mes propos : ce sont des monstres (qui, plus est, s’étonnent de notre rancœur), des pleutres qui n’ont même pas une once de courage pour s’excuser, ni en 2018 ni cette année auprès de cet écrivain diffamé par trois personnes. Mon Dieu ! Quelle journée du 3 août j’ai passée à m’inquiéter et à me trouver totalement impuissante pour lui porter assistance à plus de 400 kms de chez moi, après qu’il m’a écrit une ligne pour me dire qu’il n’allait vraiment pas bien, qu’il était dans l’impossibilité de se lever tant il était malade de chagrin et de totale incompréhension sur ce qui venait de lui tomber dessus. Littéralement KO après cet ignoble coup de matraque venu par-derrière. Naguère, cette diffamation se serait réglée sur le pré, entre personnes d’honneur ! Pour finir, je constate que l’on en revient toujours au même, à savoir : constater les effets et non pas chercher les causes qui ont fait que ce site n’a plus du tout le même attrait que lorsque je l’ai découvert voici plus de 5 ans. Pourtant, il est si aisé de les identifier les causes par ceux qui sont censés être sensés. Désolée si j’use ici de ma liberté d’expression, vu qu’il n’y a aucun autre moyen de se faire ni entendre ni comprendre. Patricia

Publié le 12 Septembre 2020

@De Vos Philippe
De serpette, êtes-vous sûr ? Pour ma part, je parlerais plutôt de bulldozer...

Publié le 12 Septembre 2020

@la miss
La censure !
Elle se fait à coup de serpette, quelques fois.
De serpe ! trop souvent.
Parfois, on envoie même à l'échafaud !
C'est qu'il faut un masque, aujourd'hui, pour exprimer un sentiment ! Et bien se laver les mains avant.

Publié le 12 Septembre 2020

@De Vos Philippe
Les grands ciseaux de M. Monbestseller ont encore frappé... Pour quelle obscure raison ?... Mystère et boule de gomme... Je crois qu'à l'instar de celles du Seigneur, les voies de M. Monbestseller sont impénétrables... En tout cas, si vous, vous y comprenez quelque chose, n'hésitez pas à me l'expliquer. Je suis intéressée depuis toujours par la psychologie des profondeurs... Et sans aucune rancune, ça va de soi.
PS : Ceci dit, je ne comprends rien à votre dernier message...

Publié le 12 Septembre 2020

@la miss
Si je puis me permettre de faire le lien entre deux tribunes :
J'ai donc une solution, qui vaut ce qu'elle vaut mais qui a néanmoins le mérite d'exister : que ce soit l'auteur lui-même qui écrive les critiques qu'il veut lire...
La virgule est tout un art, effectivement, pour qui entend l'écriture !
J'ai donc une solution qui vaut ce qu'elle vaut, mais qui a néanmoins le mérite d'exister : que ce soit l'auteur lui-même qui écrive les critiques qu'il veut lire...
Sans rancune !

Publié le 12 Septembre 2020

« Qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L'essentiel, c'est qu'on parle de moi ! »
[ Léon Zitrone ]

À bas l'hypocrisie, sinon pourquoi croyez-vous que je m'enquiquinerai à publier dans ce fil de commentaires... (-‿◦☀) Je me demande si Zitrone n'a pas piqué cette tirade à Victor d'Arpitan, le héros un peu spécial de STRAPONTINS, vous savez mon roman qui est ici en ligne ( ͡~ ͜ʖ ͡°)

Publié le 12 Septembre 2020

@Luluberon Plus que d'accord avec vous ;-). Je suis bien placée pour savoir qu'il faut parfois "les avoir bien accrochées", pour s'éditer ici. Pour lire et commenter aussi :-). La solution passera par la volonté des gestionnaires du site. J'espère de tout coeur que cette tribune les interpellera. Bon week-end, Michèle

Publié le 12 Septembre 2020

On peut revenir à la question de départ : pourquoi un auteur ne pourrait-il pas vouloir qu'on lui fiche la paix ? Je suis certaine que pas mal d'auteurs hésitent à publier, craignant des dérives insupportables. J'en suis.
J'ai déjà souligné que vomir sur la page d'un auteur n'a rien à voir avec la liberté d'expression. Je trouverais malsain de laisser des commentaires déplacés, de bas étages et grossiers à la vue de ceux qui en sont friands. Il y a une presse spécialisée pour eux.
Je défends l'idée que publier sur mBS ne doit pas impliquer de devenir une cible sur laquelle chacun a le droit de lancer des projectiles ni des fleurs multi-étoilées au gré de sa fantaisie.

Publié le 12 Septembre 2020

@Luluberon Rien de comparable puisque vous parlez de situations en contact direct, que les acteurs sont contraints d'assumer, à leur risques et périls, selon leur degré de bienveillance ou de respect, de malveillance ou d'irrespect. Des situations qui sont sans équivoque. Qui offrent un droit de réponse ou une intervention plus musclée, selon les circonstances et les témoins du moment. La bonne question, me semble-t-il, serait plutôt : comment se débarrasser des mauvais coucheurs qui bouffent de l'auteur avec d'autant plus de voracité et de facilité qu'ils ne risquent rien, planqués comme ils ont la possibilité de l'être, ici ? Bon week-end, Michèle

Publié le 12 Septembre 2020

La question sur laquelle on peut s'interroger est celle de l'utilité d'un commentaire, quel qu'il soit.

Imaginons un autre contexte : une personne sort dans la rue et celles qui la croisent émettent un jugement sur sa coiffure, sa tenue vestimentaire, ses chaussures...
ou encore
Un musicien des rues interprète une chanson. Les passants le conseillent sur la manière de porter sa guitare, de placer sa voix ou encore, émettent un jugement de valeur qui va de la piqûre de moustique au coup de massue à lui défoncer la tête. D'autres vont le complimenter alors qu'il ne le mérite pas.

Que penser de cette manière de se comporter ?

Publié le 12 Septembre 2020

@Christian Vial Je crains que ce soit sans espoir :-)... Merci pour le compliment et bon week-end. Amicalement, Michèle

Publié le 12 Septembre 2020

Ce qui pèche dans ce débat, c'est qu'un commentateur est AUTOMATIQUEMENT accusé des pires turpitudes s'il ne couvre pas l'auteur de tombereaux de fleurs pas toujours méritées. J'ai donc une solution, qui vaut ce qu'elle vaut mais qui a néanmoins le mérite d'exister : que ce soit l'auteur lui-même qui écrive les critiques qu'il veut lire...
Merci de votre attention.

Publié le 12 Septembre 2020

La solution pour ne pas brimer la liberté d'expression, l'auteur devrait pouvoir déplacer dans un dossier qui porterait le nom de «Appréciations autres», tous les commentaires qu'il jugerait indésirables. Un dossier quand même accessible pour des curieux qui adorent lire les critiques non constructives de l'ouvrage. Ce faisant, la section des commentaires offrirait des analyses sincères de lecteurs qui savent reconnaître la valeur d'une œuvre. Tout en respectant la liberté d'opinions de tous les autres intervenants moins bien intentionnés.

Publié le 12 Septembre 2020

Bonsoir, Michel CANAL, du coup j’ai mis « Virginie_M. » dans ma bibliothèque. Son synopsis m’a accroché. Bonne soirée ;)

Publié le 11 Septembre 2020

Bonsoir, @Luluberon, bien évidemment qu’un auteur est aussi un lecteur. Mais, c’est comme dans beaucoup de domaines professionnels lorsque l’on est juge et partie prenante, ce n’est pas l’idéal pour être objectif… Cependant, je suis très content d’avoir reçu des avis d’auteurs et j’espère en recevoir d’autres. Ségrégation ! le mot est, je pense, un peu fort. Bonne soirée.

Publié le 11 Septembre 2020

@Christian Vial
Etant juriste de formation, je peux vous assurer que masquer, filtrer ou bloquer des propos comme proposé ne relève pas de la censure au terme de la loi.

Ici, l'idée est de garder privé ce qui doit le rester. Si deux personnes veulent en découdre, libre à elles de le faire, mais ailleurs que sur la page de l'auteur, via le courrier électronique, par exemple. Leur différend n'intéresse pas le reste de la communauté.

Je m'interroge sur l'intérêt de ne permettre qu'aux lecteurs de s'exprimer. Un auteur est également un lecteur. Cette ségrégation n'a pas lieu d'être, à mon sens.

Publié le 11 Septembre 2020

Bonsoir, @lamish, heureux de vous avoir fait sourire et même rire ;) Concernant les personnes qui agressent sous pseudos il y a un bon moyen de leur claquer le bec en leur faisant remarquer que justement ils sont sous pseudos… S’ils ne comprennent pas, c’est sans espoir… Pour eux. Bonne soirée à vous et merci pour votre joli sourire ;)

Publié le 11 Septembre 2020

@luluberon Terrain décidément très glissant, désolée. Pourtant, depuis le temps, je devrais admettre que je ne suis pas très douée pour le patinage artistique :-). J'espère que votre pseudo va très vite être activé afin de casser cette désagréable impression de parler dans le vide ;-). Bonne soirée. Michèle

Publié le 11 Septembre 2020

Ha, ha, @Christian Vial, vous m’avez fait sourire, merci ! Aurais-je trouvé plus candide que moi ;-) ? La plupart des lecteurs de cette plateforme sont des auteurs (en dehors d’une poignée de vrais lecteurs et de ceux qui boostent occasionnellement leurs connaissances), mais peu lisent et commentent sous leur nom de publié, à part dans le sens du poil. D’où une profusion de pseudos qui leur permet de régler leurs comptes tout en montrant patte blanche sur celle de leurs écrits ou de celles de leurs « amis ». J’ajouterai qu’ici, chez MBS, il n’ y a aucun moyen de vérifier si un lecteur est également auteur, puisqu’il est permis de créer autant de pseudos que l’on souhaite sans aucun contrôle qui permettrait de responsabiliser le nouvel inscrit. Car en fait, le nœud du problème est là : il est tellement aisé de dépasser les bornes, d’insulter, de ridiculiser, sous couvert d’anonymat… La fameuse nature humaine, comme vous l’écrivez si justement ;-). Pour conclure, toute censure est néfaste, vous avez mille fois raison, mais tout laminage récurrent et lâche, parce que masqué, ne vaut pas mieux. Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 11 Septembre 2020

La nature humaine, rien de nouveau… Toute censure, quelle qu’elle soit est néfaste. Pour mon goût, la plateforme idéale ne devrait permettre qu’aux – lecteurs – de poster des commentaires. Bien sûr, il y aurait des contournements, mais minimes, vite repérés. Voilà, je pense qu’en retour je vais recevoir une pluie de commentaires virulents, d’autant que de nos jours il y a bientôt plus d’auteurs que de lecteurs. Zut, je n’aurais pas dû écrire ça. Trop tard, trop précoce. :) :) :)

Publié le 11 Septembre 2020

Quelle initiative intéressante, cet article !
On peut voir la réalité actuelle sous différents angles.
1 - Un auteur qui s'auto-publie sur mBS le fait pour aller à la rencontre de lecteurs potentiels.
Deux options s'offrent aux lecteurs : Soit passer et ne rien faire connaître de leur opinion ; c'est hélas le cas le plus fréquent, y compris par des lecteurs ayant mis l'écrit en bibliothèque. Soit faire part à l'auteur de leur opinion, objectivement et avec courtoisie, ce qui devrait être la règle, surtout envers les auteurs débutants qui se lancent dans l'arène sans méfiance, en confiance, dans l'attente de retours constructifs car ils sont conscients qu'ils ne publient pas le best-seller de l'année.
2 - L'expérience de plusieurs années sur la plateforme permet de faire un constat : les "seulement lecteurs" sont moins nombreux à faire part de leur opinion que les "auteurs". Faut-il le regretter ? Bien sûr ! On peut observer le même phénomène sur d'autres plateformes.
3 - Est-ce si difficile de faire preuve de tolérance, de solidarité, de compassion, lorsque l'on est un auteur à qui l'ancienneté permet la connaissance des rouages, des possibilités, des usages, pour aider les auteurs débutants, les conseiller ? Est-ce si difficile, surtout pour un auteur, de rédiger un commentaire constructif, sensé, cohérent, utile ?
Cet article tombe à point nommé pour citer un cas concret me concernant envers une auteure (Virginie_M.) qui a publié son premier roman le 3 septembre. Si vous allez sur sa page, vous y verrez, outre des quolibets, des échanges "solidaires" lui ayant permis de rectifier des défauts de présentation qui auraient compromis la lecture, riches aussi en conseils... et pour terminer, le commentaire tout récent (quelques minutes) faisant part de mon opinion, commentaire assorti de la note qui lui permet d'être encouragée.
4 - Oui, hélas, certaines personnes, parfois lecteurs, parfois auteurs, selon leurs pseudos, se font une spécialité de décourager des auteurs débutants, parfois avec humour acceptable, parfois avec une méchanceté malvenue, de railler des auteurs plus anciens pour des motifs que l'article définit ainsi : "Des rapaces descendent en piqué sur certaines œuvres pour les tailler en pièces par méchanceté, par lâcheté, par jalousie ou par simple stupidité".
Alors, quelle solution la moins mauvaise ? J'en vois au moins deux, envisageables. J'en connais une autre, appliquée sur une autre plateforme ; pourrait-elle être appliquée à mBS ? La réponse ne m'appartient pas.
Solution 1 : un auteur attaqué méchamment, de manière irrespectueuse, devrait pouvoir signaler le commentaire méprisant, moqueur, insultant, à mBS. Et mBS, en qualité de modérateur, devrait après constat supprimer le commentaire, voire aussi le compte du commentateur.
Solution 2 : pour la renommée de la plateforme, mBS en qualité de modérateur pourrait (devrait ?) révoquer les auteurs de commentaires néfastes, délirants, dont la présence récurrente (sous différents pseudos pas impossibles à identifier) fait beaucoup de tort à sa notoriété.
Solution pratiquée à Edition999 : tout écrit ou tout avis est au préalable analysé avant publication. Naturellement, ce système n'offre pas la souplesse que mBS. Entre autres, un seul écrit est publié quotidiennement (à 16 heures). L'auteur est informé que son écrit sera publié tel jour. Les lecteurs sont informés des publications à venir.
Merci @Luluberon, d'avoir lancé ce débat, lequel (combien voudrais-je en douter) risque de relancer la guerre des clans ainsi définie supra : "la même poignée d’ennemis jurés, au contentieux très lourd, s’invective ad libitum depuis des années, laissant largement de côté le sujet même du débat."
Merci @mBS, d'exister pour nous, auteurs auto-publiés, malgré les couleuvres que certains vous font avaler. Je salue votre mérite.
Très cordialement. MC

Publié le 11 Septembre 2020

Puissiez-vous être entendu(e), @luluberon, car je ne doute pas que vous connaissez MBS de longue date ;-). Le parallèle avec certaines plateformes, parallèle qui pourrait également se faire avec les blogs, met en évidence une forme d'aberration : ici, les auteurs qui mettent gratuitement leur oeuvre en lecture ne peuvent pas se prémunir face à des interventions partisanes qui n'ont rien à voir avec une critique objective et constructive de leurs écrits. Lorsque cela dérape trop, que leur seule alternative soit de supprimer leur page n'est pas normal. Et quand bien même les gestionnaires interviennent, c'est à retardement, alors que, comme vous le précisez, le mal est fait. Par contre, n'offrir aux auteurs que deux choix me semble arbitraire, tandis qu'il serait si simple de leur permettre de gérer leur page, comme ils géreraient un blog, avec un droit de réponse et la possibilité de supprimer ce qui est irréfutablement irrespectueux... Restent les interventions sur les tribunes ou les mises en avant, mais ça, c'est une autre histoire ;-). Bonne fin de journée. Michèle

Publié le 11 Septembre 2020