Catarina Viti
Biographie

Mes critères de lecture mis à jour :
-Présentation
-Style & qualité d'écriture
-Originalité
-Enrichissement intellectuel
-Stimulation émotionnelle
-Densité de l’écriture

Auteur de
"Femme au bord du monde" (amazon)
"Quelqu'un de son sang", "Calibre 12", "Noir animal" (amazon)
"Trois Blues du Sud" (Bookelis)
"Adieu Amériques" (Les Presses Littéraires)
"Tribulations de krill en rupture de ban" (amazon)

https://catarinaviti.com/

Catarina Viti a noté ces livres

5
Bonjour. Par manque de temps, je n'aurai pas la possibilité d'aller jusqu'au bout de votre texte. Ce n'est donc pas sur le fond que je vous laisse un commentaire. D'autres le feront. Vous avez opté pour un style soutenu, des phrases élégantes qui signent votre désir de proposer une belle prose à vos lecteurs. J'ai senti, à travers les 20 pages que j'ai lues, un souci de l'exactitude, de la précision. C'est la raison pour laquelle je me permets de vous encourager à une relecture, notamment pour retravailler votre ponctuation, qui pêche assez souvent, rend votre rythme rugueux et quelques phrases floues. Si vous le souhaitez, vous pouvez m'envoyer quelques pages en format Word ou Open, en utilisant le lien sur ma page : https://www.monbestseller.com/membre/catarina-viti. Je vous signalerai quelques endroits qui méritent une intervention. Je ne pourrai guère faire plus actuellement. Je souhaite une belle réception à votre nouvelle, dont je recommande chaudement la lecture. Amicalement
Publié le 25 Avril 2019
5
Il y a plusieurs stades dans l'écriture et de très nombreuses étapes à franchir avant d'aboutir à un texte qui soit lumineux pour n'importe quel lecteur. Par lumineux, j'entends un texte dont le fond soit limpide (quand on réalise que l'auteur traite d'un thème, c'est que, trop tard ! on est pris au "piège". On ne voit jamais arriver les grands auteurs), un texte dont la forme soit si bien tournée qu'on n'entende pas l'auteur respirer, qu'on ne le voit pas transpirer, à l'instar des danseurs étoiles qui pourtant torturent chaque infime part de leur corps). Pourquoi je vous dis tout cela ? Parce que j'ai trouvé de très belles intentions et pas mal de qualités à votre texte. Je suis persuadée qu'il y a matière à le faire grandir : de l'énergie pour la forme, de la sincérité pour le fond, probablement de l'expérience ou un imaginaire fertile. Pour l'instant je considère que vous écrivez encore trop pour vous-même et pour un cercle restreint de personnes qui, vous connaissant, peuvent adhérer sans restriction à ce que vous écrivez. Bref, on sent trop la présence de l'auteur. Mais avec un peu de travail votre histoire peut aller loin. Aussi, c'est très amicalement que je vous souhaite le courage, indispensable compagnon de route des écrivains.
Publié le 20 Avril 2019
5
Mais où sont passés vos autres textes ? Je ne les ai pas tous lus, seulement deux ou trois d'entre eux. J'espère qu'ils vont revenir bientôt tenir compagnie à celui-ci, car ils me semblent liés, indissociables. (mais peut-être sont-ils seulement en train de se faire une beauté ? Une beauté supplémentaire, un ornement littéraire pour arrondir la vivacité de votre inspiration première.) Je trouve votre texte très beau et j'en apprécie la brièveté qui lui donne l'air fragile des choses éphémères, celles qu'on regarde juste avant qu'elles s'effacent. Je trouve quelque chose d'asiatique et plus précisément de japonais dans votre manière de dire sans insister, en soulignant juste le point d'équilibre et d'harmonie passagère, l'instant de sérénité coincé entre deux chaos. Bref, voilà, j'ai aimé votre petit machin. Amicalement.
Publié le 16 Avril 2019
5
Bien que je n'aies plus l'âge pour adhérer à ce genre d'histoire, j'en ai apprécié l'écriture tonique et punchy. Le scénario me semble bien exploiter les craintes du temps présent : apocalypse, complotisme, etc. Je trouve qu'Ethan jouit d'un "coup de stylo" très sûr, il sait dessiner des images nettes, son style est enlevé. De plus, l'architecture du récit est bonne. Un travail plein de potentiel, un auteur audacieux, à suivre.
Publié le 09 Avril 2019
5
J'aimerais être un enfant : je pourrais alors te dire les émotions que tes textes suscitent. Mais voilà, quelques années sont passées. Aussi, je ne pourrai te parler que de l'écriture de tes textes. Ce qui est, convenons-en, bien moins poétique. Malgré tout, cela peut t'intéresser ? Oui ? Non ? Bon... eh bien, ça continue, on dirait. Et ça continue dans le bon sens. Ta prose est limpide et tu prends le temps nécessaire pour faire passer tes images et tes messages. Me trompe-je ou avons-nous là un conte qui parle (entre autre) du harcèlement chez les enfants ? J'aime bien ton petit personnage (satyre, es-tu sûr ou veux-tu dire faune ? D'un coup, j'ai comme qui dirait une interrogance majuscule), je sais qu'il va s'en tirer parce que même si cela prend un temps considérable, même si l'on se sent parfois les bras bien lourds, l'intelligence finit toujours par vaincre la connerie. Enfin... c'est ce qu'on dit. Bon, maintenant que tu as bien "chauffé ta plume" je pense que tu vas nous le pondre ce super long, genre more than 1000 pages ! Bonne suite et bravo pour tout ce que tu réalises.
Publié le 26 Février 2019

Pages

monBlog

Suivez-moi sur ...

Retrouver mon actualité

La satisfaction… ce n’est pas en principe le sentiment qu’un auteur-écrivain éprouve facilement. S’il ne marche pas à côté de ses pompes, il voit plutôt les points noirs de son « œuvre », ses abcès, ses furoncles ; il en mesure l’approximation, les creux, le vide… En règle générale, elle est plutôt là, sa destinée : mariner dans l’insatisfaction. Mais peut-être que je ne parle ici que de moi-même, et de ma soif de toujours faire aujourd’hui mieux qu’hier… Eh bien, le croirez-vous, pour une fois me voici satisfaite.

En savoir plus
A lire dans les actualités