Michel CANAL
Biographie

Ariégeois passé par le lycée Ozenne à Toulouse, l'Ecole polytechnique de ventes, l'EMA et la faculté de droit de Montpellier, l'Institut Appert de Paris, la faculté de droit de Clermont-Ferrand, Michel Canal a fait une carrière militaire ponctuée de mutations ou séjours en France, Outre-mer, Afrique et Balkans.
Modestement auteur comme il se définit, il est venu à l'écriture pour relater une histoire sentimentale en deux tomes :
— L'éveil de Claire - Ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage (294 pages)
— L'éveil de Claire - Journal intime (331 pages)
suivis beaucoup plus tard du petit troisième :
— L'éveil de Claire - Courrier "très intime" (30 pages)

Michel CANAL a noté ces livres

5
@Monique di Sposino, un extrait que j'ai apprécié pour sa finesse et son élégance, dans lequel je retrouve la "patte" d'une littéraire. On peut supposer que les aventures manquantes sont de la même veine. J'ai vu que vous avez fait un passage sur la page d'@Alfred_Anchetain avec qui j'ai beaucoup échangé ces dernières semaines. Peut-être aurez-vous le plaisir de lire prochainement la discussion que nous avons eue sur un thème qu'il a choisi « Écrire un livre érotique », car nos motivations étaient très différentes pour nous lancer dans l'écriture érotique... et nos conceptions opposées. Comme j'ai l'occasion de le dire souvent, le genre "érotique" est très difficile à exprimer. Chère Monique, continuez à vous faire plaisir pour nous le faire partager. Merci pour ce moment de lecture !
Publié le 27 Avril 2021
5
@Alfred_Anchetain, que ça fait drôle de retrouver mes personnages dans une histoire si différente avec le même scénario d'approche initiale : une femme prénommée Claire appelle Eric et entretient une relation par téléphone interposé. J'ai beaucoup aimé l'incursion dans les services secrets et les révélations que nous sommes peu à connaître, en particulier les zones d'ombre sur ce sujet que nous avons traité tous les deux : la pandémie de Covid-19. J'ai beaucoup aimé aussi la progression, menée très finement, de l'opération (pour rester dans le milieu du renseignement et du "Secret Service") de séduction menée par la belle Morane. Vous avez très bien exprimé l'intelligence et la malice des femmes, à opposer à la faiblesse des hommes... quand ils sont approchés par le sexe "dit faible". Il fallait pour cela faire preuve d'une grande sensibilité, tout le contraire d'un comportement macho. Vous avez su éviter l'écueil de la vulgarité. L'ensemble se lit bien, et au fil des pages, on est impatient de savoir qui mène la barque, comment Eric se sortira de son dilemme. Bravo !
Publié le 17 Avril 2021
5
@galodarsac, j'ai eu plaisir à lire vos hommages au beau sexe dont je suis un ardent défenseur. Je serais par contre incapable de traduire en vers ce que j'ai réussi (je crois) à faire en prose, hormis la toute petite approche lorsque Claire a sollicité Eric de manière codée comme George Sand dans ses billets à son amant Alfred de Musset. Bien peu donc ! Cher Léon, vous maniez divinement la rime dans sa diversité de compositions. C'est un mode d'écriture qui disparaît peu à peu. Le 20ème siècle retiendra Prévert dont le nom restera attaché au "Chant des partisans" et à l'interprétation de "La chanson de Prévert" par Juliette Gréco, puis par Isabelle Aubret, Serge Gainsbourg et Marc Lavoine. Peut-être aurez-vous la même renommée si un compositeur ou une compositrice de nos jeunes nombreux talents adapte les paroles de l'une de vos "odes à Mme de P." ou "Butinages", en rappel de Ronsard pour son poème "Mignonne, allons voir si la rose…" à Cassandre Salviati.
Publié le 05 Avril 2021
5
Une nouvelle que je découvre avec plaisir. Chère @Marie Gallicher, le récit choisi pour répondre au thème "Je ne me suis pas reconnu(e)" était une excellente idée. Quand en plus, c'est bien écrit et agréable à lire, c'est un bon moment de lecture. Ce qui caractérise une nouvelle est la chute... et la vôtre laisse supposer tellement de choses que chacun peut l'imaginer à sa manière. Moralité, s'il devait y en avoir une : on peut fantasmer à tout âge avec une sexualité joyeuse et sans tabous. Bravo, et merci pour ce partage. Avec toute ma sympathie. MC
Publié le 06 Février 2021
5
@objectif_epectase, certains trouveront curieux que je vous aie lue, et encore plus surprenant de vous avoir gratifiée des cinq étoiles de l'excellence, moi qui ai toujours veillé à rester dans l'érotisme en évitant la pornographie. Si je le fais, c'est pour vous dire que malgré l'absence totale d'érotisme (au sens que l'on s'accorde à lui donner pour rester dans la suggestion) dans votre nouvelle, votre écriture ne souffre d'aucune vulgarité. Vous vous êtes exprimée librement, en bon français, appelant un chat, un chat (la remarque pourrait prêter à rire, mais il faut bien mettre un terme sur chaque chose) et êtes allée au bout de votre fantasme. Peut-être est-ce courageux. Sans doute serez-vous critiquée pour cela (et moi avec pour avoir validé votre écriture). Il fallait que ce fût dit... c'est dit ! Sachez toutefois que ce qui serait reproché à un homme passe mieux lorsque l'auteur est une femme... c'est ainsi ! Je ferai juste une remarque : ce que vous avez choisi comme pseudo aurait plutôt mérité de figurer comme titre, au moins pour "épectase" (avec l'accent)... tout en se réjouissant que votre héroïne ait survécu à sa prestation de "soumise". Car dans le déroulement de l'action, c'est une scène de soumission que vous avez décrit, avec juste un poil de SM. Pour la présentation, encore un conseil : vous auriez intérêt à justifier votre texte. C'est toujours plus agréable à l'oeil.
Publié le 25 Janvier 2021

Pages

monBlog

Suivez-moi sur ...

Retrouver mon actualité

2ème salon des auteurs indépendants 2 & 3 octobre 2021 à Sète (34) de 9 h à 18 h Salle Tarbouriech - Promenade du Maréchal Leclerc

En savoir plus
A lire dans les actualités