Michel CANAL
Biographie

Ariégeois passé par le lycée Ozenne à Toulouse, l'Ecole polytechnique de ventes, l'EMA et la faculté de droit de Montpellier, l'Institut Appert de Paris, la faculté de droit de Clermont-Ferrand, Michel Canal a fait une carrière militaire ponctuée de mutations ou séjours en France, Outre-mer, Afrique et Balkans.
Modestement auteur comme il se définit, il est venu à l'écriture pour relater une histoire sentimentale en deux tomes :
— L'éveil de Claire - Ou l'émancipation d'une jeune femme trop sage (294 pages)
— L'éveil de Claire - Journal intime (331 pages)
suivis beaucoup plus tard du petit troisième :
— L'éveil de Claire - Courrier "très intime" (30 pages)

Michel CANAL a noté ces livres

5
@Izabella Hourd, votre profil ne nous dit pas qui vous êtes, mais soyez assurée que le lecteur "lambda" (non spécialiste de la création monétaire) de ce "cours" comme vous le définissez, y aura appris tout ce qu’il fallait savoir sur l’argent « la nature de cet objet qui régit nos vies nous est paradoxalement totalement inconnue » et sur les réponses aux questions essentielles qui influent sur l’économie, conduisant parfois à la crise, comme en 2008 : « Quel est le rôle des banques commerciales dans les mécanismes actuels de création monétaire ? Quelles sont les alternatives crédibles au système monétaire actuel ? » Celles et ceux qui m’ont précédé dans leurs avis ont déjà tout dit : pédagogique, instructif, plein d’humour, bien documenté… tour d’horizon accessible à tous, clair, concis, documenté, étayé, argumenté, et qui plus est, drôle… un point de départ intelligent pour toute réflexion… Je partage tous ces compliments. Merci pour ce partage qui m’a permis de m’instruire. Par contre, chère Izabella, il faut dire aussi (cela a été signalé par d’autres commentateurs), surtout parce que vous vous êtes publiée hors plate-forme monBestSeller, vous devriez soumettre votre ouvrage à un correcteur professionnel. Il est dommage qu’un ouvrage aussi bien argumenté, documenté, présenté, illustré, souffre de ces nombreuses fautes parfois énormes que le lecteur "littéraire" ne peut feindre d’ignorer.
Publié le 13 Février 2019
5
La note suivant le commentaire n’était pas un oubli, chère @Cathy Bonidan, seulement un choix tactique pour que le commentaire soit moins compact qu’il ne l’aurait été sans les retours à la ligne (ce que ne permet pas "Je note ce livre"). Après mon commentaire très explicite, vous ne serez pas surprise que je vous décerne les cinq étoiles... et toute ma gratitude pour ce partage. MC
Publié le 11 Février 2019
5
La note n’était pas un oubli @Lys Jean-Luc, mais un choix pour poster un commentaire incluant des retours à la ligne afin d'éviter l’aspect compact (ce que ne permet pas la rubrique "Je note ce livre"). Toutes mes félicitations pour ce travail de recherche des us et coutumes dans les différents pays où ont étudié les personnages... et pour l’intrigue, très bien menée. MC
Publié le 03 Février 2019
5
@Laure Avedian, il ne s'agissait pas d'un oubli pour la note. Seul le commentaire permet les retours à la ligne (pour éviter l'effet "pavé compact"). Votre histoire, racontée par Marie, est agréable à lire, crédible, bien écrite, bien présentée (format A5, espacement aéré, justification du texte, ponctuation maîtrisée). Le sujet des rêves qui peuvent avoir une incidence future est intéressant et bien traité. Comme tous les auteurs débutants, je sais que vous reviendrez cent fois sur l'ouvrage et que votre roman aujourd'hui pépite en devenir, sera l'oeuvre dont vous pourrez être fière à juste titre. Pour tout cela, chère Laure, je vous attribue la note maximale et vous dis : "bravo". Avec toute ma considération pour votre talent. MC
Publié le 28 Janvier 2019
5
Cher @Didier Leuenberger, encore une pépite que j’ai eu plaisir à savourer. Elle pourrait se satisfaire de plusieurs titres, chacun faisant l’éloge de tout ce qui fait les plaisirs de la vie et d’une existence réussie. Le premier mot donne le ton : « Séduire ». Quel beau mot que celui-ci ! écrivez-vous, englobant tout ce dont votre héroïne avoue avoir le plus besoin : amour, joie, excitation, désir, gourmandise…, ajoutant à bon escient « Ce à quoi devraient ressembler nos vies en quelque sorte. » Prénommée Aline, votre héroïne, gallinacé le plus convoité de la journée le 7ème jour de la semaine que d’aucuns appellent « Le jour du Seigneur », paradant avec son chapeau à fleurs du plus bel effet et sa longue robe mauve, est alerte et goûteuse à souhait pour qui sait apprécier les bonnes choses. Et les bonnes choses, elle avoue avoir su les apprécier — combien le titre est-il approprié ! —, tout comme elle sait vanter ses rondeurs, courbes agréables à l’oeil, d’un ensemble harmonieux, oeuvre de Dieu ayant si souvent inspiré les plus grands sculpteurs d’antan. Quand elle énumère les bonnes choses, c’est de choix et de plaisirs qu’il s’agit : délices, douceurs, veloutés, croquant et appétissant. Tout le contraire de l’énumération, par le diable (qui avait pris ce soir-là la face ronde et les traits indécis du jeune sacristain), des bonnes choses servies dans la salle à manger du château après la messe de Noël, pour induire en tentation le révérend dom Balaguère, chapelain des sires de Trinquelage, dans le conte de Noël d’Alphonse Daudet « Les trois messes basses ». La dernière phrase, faisant allusion à madame de Pompadour : « J’aime le champagne parce qu’il me rend belle » est la plus pétillante des chutes, justifiant les choix d’Aline et le titre. Cher Didier, j’ai beaucoup apprécié la finesse de cette nouvelle, autant que la "classe" d’Aline, de ses rondeurs et de son humour.
Publié le 05 Janvier 2019

Pages

monBlog

Suivez-moi sur ...

Retrouver mon actualité

2ème salon des auteurs indépendants 2 & 3 octobre 2021 à Sète (34) de 9 h à 18 h Salle Tarbouriech - Promenade du Maréchal Leclerc

En savoir plus
A lire dans les actualités