Monique Louicellier

Biographie

Je remplirai ma biographie plus tard, quand j'aurai aussi ma date de décès...
Ah une chose cependant, si vous ne voulez pas hâter l'achèvement de ma bio, voilà : j'ai d'adorables chats de sauvetage, certains déjà depuis longtemps avec moi, qui ont besoin d'un humain très attentionné pour eux seuls.
Stérilisés, tatoués, deux femelles, un couple de mâles et un binôme fraternel.
Je les placerais en priorité en Bourgogne, entre Autun et Nevers...
NB : J'ai d'énormes dettes de lecture et je réponds avec du retard, pardonnez-moi...
NB bis : Naissance en 66, négligence familiale doublée de harcèlement scolaire, mise à la rue après mon bac, reprise d'études à Genève en travaillant à côté, hypersensible...

Monique Louicellier a noté ces livres

5
@Alix Verne Bonjour, Alix (féminin ou masculin ?), Hélas, je ne sais pas quelle note apposer ici... J'hésite entre un 2 et un 5. Bon, je me décide, je mets un 4... Le 5 étant pour la communication d'un Alien, qui nous ferait l'honneur de la poster ici, même si on n'y aurait rien compris ! Et puis le but et parfois le parcours de notre existence terrestre semble bien absurde, puisque le néant, la perte totale et infinie, précédé d'agonie et de souffrance en est l'aboutissement, mais on a heureusement des repères très raisonnables pour nous accrocher à la vie, en attendant son dénouement, plutôt que de devenir fou ! Déroutée, donc... Pas l'habitude de lire de tels textes, ni habituée aux émotions qui en naissent. Emotions plus fortes que celles générées par pas mal de romans, y compris en SF, où la composante est plus chaude et ancrée à la réalité des mondes décrits qui ressemblent furieusement aux nôtres... Avec votre texte, mes émotions sont étrangères à ce que j'ai toujours connu. L'impression que le narrateur est un initié à des cercles malfaisants futuristes, qui en parle en mode poétique mais totalement schizophrènique (ce que vous n'êtes pas, à en voir vos commentaires), trop de mots et d'images qui arrivent sans aucun tri. Paresse ou pas, je ne sais, ou alors à nous d'en faire le tri avec des émotions et bribes de réalité perçues, pour en faire une histoire. Et peut-être n'y a-t-il pas d'histoire, pas compréhensible en tous cas... Du coup, franchement, même rêveur, un esprit cartésien a du mal à s'y retrouver. Et c'est aussi que votre univers me fait peur, oui, c'est plutôt cela, les émotions ressenties sont cahotiques et dérangeantes... Compliqué de noter dans ces cas-là ! Il n'y aura pas de pot de bienvenue pour les Aliens, ha, ha ! Le cocon humain, voire divin est plus confortable... Pardon pour cela... PS : Après relecture, je n'ai plus les mêmes émotions négatives (toujours mon diablotin sur l'épaule, qui me balance parfois un filtre par dessus mes lunettes et qu'il faut que je fasse tomber de force...). Donc après vos explications, je mets un 5 pour encourager votre originalité certaine, votre manière d'écrire qui tient du rêve et de la boxe et pour vous encourager à écrire les 3 romans ou les 3 scenari de ces 3 films, en me réjouissant d'entendre parler de vous bientôt ! Les illustrations, c'est aussi vous ?
Publié le 22 Décembre 2022
5
@Parthemise33 Ah, oh, que se passe-t-il donc ? Le 8iéme jour, Dieu dit : - Que le jeu soit ! Et le jeu fût dans la cervelle de Parthémise... Comme elle avait aussi été récipiendaire de la parole et de l'écrit, nous voici ici, sur sa page, remontant le fil de sa recette donnée aux écrivains-mirlitons qui a failli nous étouffer de rire avant même que de pouvoir rire. Moi-même je n'ai son élégance ni sa panoplie avec les mots, façon hold up réussi à toys R Us, mais de plus noirs desseins encore et je pense mettre en ligne la recette de ma mère qui a tout de la roulette russe, un gâteau universellement conçu par les mamans en grève, sobrement appelé étouffe-chrétien, en le revisitant un peu pour qu'on s'étrangle avec, bien entendu.. Non, je plaisante, je suis une gentille... Bon, déjà je vais revoir votre recette trop O et je sens que j'aurai de la lecture ici ! Merci !
Publié le 20 Décembre 2022
5
@Zoé Florent J'ai adoré ! Votre illustration de couverture est très belle au fait... J'ai donc lu pour de vrai, en me débarassant du diablotin posé sur mon épaule et ce fût une juste appréciation cette fois (je l'espère en tous cas...). Ce conte de Noël m'a enchantée ! J'ai beaucoup aimé l'enchaînement des séquences par l'expérience qu'en avait chaque personne et tous ces gens qui se croisent et se retrouvent pour faire une conclusion si douce, mais au fond encore réaliste. Beaucoup d'humilité, de tendresse, d'empathie. Une très douce et belle écriture. J'ai encore les personnages gravés en tête ! Merci !
Publié le 20 Décembre 2022
5
@Damian Jade Super nouvelle ! J'ai adoré son écriture, suggestive, stylée et légère, ainsi que l'extrême dextérité de jeu avec les mots, surtout en première partie de cette nouvelle. Somme toute une belle petite histoire mêlant l'affection, la psychologie et le suspens. Rien de scabreux là-dedans, à mon sens. Un grand bravo !
Publié le 16 Décembre 2022
5
@Yvar Bregeant Bonjour Yvar, Je m'arrête à la page 43 pour cette nuit et je n'ai pas lu les préambules que j'ai trouvés soit trop longs, soit prétentieux, alors que le corps du récit ne l'est pas du tout par contre... Magnifique ! Je n'ai jamais, je crois, eu l'occasion de lire une pareille écriture aussi divine, c'est le cas de le dire et c'est le sujet du livre d'ailleurs, oui, elle est parfaite, poétique et se chargeant de tous les sens qu'on souhaiterait trouver dans notre vie, la nôtre ou celle autour de nous... Sujet au plus haut point captivant. Mon esprit critique m'a juste fait relever quelques coquilles, des verbes en doublons ou mal accordés, suite à une correction des temps certainement ou suite à un repositionnement dans la phrase. Bien sûr, je finirai avec une grande envie ce récit et compléterai mon commentaire. Chapeau très très bas ! Un Ange a dû effectivement vous souffler les mots...
Publié le 16 Décembre 2022

Pages