Parthemise33
Biographie

J'aime la lecture. Depuis plus de deux ans j'ai pris beaucoup de plaisir à picorer dans MBS et à échanger avec les auteurs. A rester commentatrice, je ne prenais pas de risque. J'ai donc voulu passer de l'autre côté du miroir.

Parthemise33 a noté ces livres

5
Cher Monsieur Voyer, Ce sont les mères des hiboux Qui désiraient chercher les poux De leurs enfants, leurs petits choux, En les tenant sur les genoux. Leurs yeux d’or valent des bijoux Leur bec est dur comme cailloux, Ils sont doux comme des joujoux, Mais aux hiboux point de genoux ! Eh, non, ce n’est pas de moi ! Ce poème de Robert Desnos m’a accompagnée durant toute mon enfance et m’a bien aidée. Vous avez rédigé une mine d’astuces amusantes. C’est un travail remarquable. Vous méritez plus que cinq étoiles.Je vais vous le « voler » pour le mettre en pratique avec les enfants de la famille, et un peu pour moi aussi. Quelque fois, une remise à niveau s’impose. Merci Bisous Merci pour rendre l’ortograf mouin rébarbative.
Publié le 12 Décembre 2020
5
Bonsoir @Thomas E. Woodruff Bravo pour cette histoire originale bourrée de rebondissements et d’originalité. Vos personnages principaux sont attachants. Merci Bisous Merci pour cette lecture à la fin inattendue.
Publié le 01 Décembre 2020
5
Cher@Philippe Clausels Vos nouvelles sont comme de petits cailloux déposés par le Petit Poucet. Je me suis retournée, la forêt s’était évanouie. J’ai regardé devant moi, la chaumière avait relevé ses jupons et quitté la lisière du bois pour s’installer en banlieue. Mais il restait vos histoires goûteuses comme des berlingots. Merci Bisous Merci pour cette découverte.
Publié le 12 Novembre 2020
5
Cher conteur@ Fernand Fallou Une nouvelle histoire de vous. Quelle joie ! Vous réussissez toujours à camper des personnages attachants. Et puis je vais vous dire que ce n’est pas si invraisemblable. Nous sommes entre nous. Je peux donc vous raconter une anecdote. J’étais enceinte de ma fille et en stage à Orléans. Le dîner au restaurant s’éternisait et je fatiguais. J’ai décidé de rentrer seule à l’hôtel. À peine avais-je quitté la place du Martroi pour m’engager dans une rue déserte qu’un très grand chien (un mélange de danois et de berger des Pyrénées) s’est matérialisé à côté de moi . Pas familier mais pas agressif non plus. Plutôt une force tranquille de garde du corps. Il m’a accompagné pendant dix minutes, jusqu’à ce que j’arrive à l’hôtel. Durant le chemin, un débat cornélien m’agitait. Quoi faire de ce chien s’il insistait pour rester ? J’imaginais la réaction de mon mari me voyant descendre du train avec un toutou gigantesque. Je n’ai pas eu à décider puisque arrivés devant la porte cochère, il a juste continué son chemin et disparu au coin de la rue. J’ai toujours pensé qu’il avait simplement voulu me protéger. Une sorte de sixième sens qui nous échappe. Stupendous, n’est il pas ? Bravo pour votre soliloque. C’est un exercice de style pas si évident. Merci Bisous Merci
Publié le 06 Novembre 2020

Pages