Parthemise33
Biographie

J'aime la lecture. Depuis plus de deux ans j'ai pris beau-coup de plaisir à picorer dans MBS et à échanger avec les auteurs. A rester commentatrice, je ne prenais pas de risque. J'ai donc voulu passer de l'autre côté du miroir.

Parthemise33 a noté ces livres

5
Bonjour @VictoireSentenac J'ai aimé toutes les couleurs de votre livre. "Je voudrais changer les couleurs du temps Changer les couleurs du monde" chantait Guy Béart. Je sais, ma référence n'est pas toute jeune, tant pis. Vos camaïeux de roses, bleus et gris font une tapisserie de vies très agréable, très touchante au gré des pages. Merci Bisous Merci
Publié le 01 Juillet 2020
5
Chère Michèle @lamish Quoi dire sur votre nouvelle tendre et humaniste? Je vais donc paraphraser : le silence après du lamish, c’est toujours du lamish. Silence , indifférence. Si l’un peut créer l’autre, ils ne sont pas identiques et vous en apportez la démonstration. J’avais lu, il y a longtemps ,un conte polonais dans lequel la jeune Swatawa apprenait l’indifférence qui est « l’apanage des dieux ». Sa mère, Jyvia, horrifiée par cette attitude était descendue sur terre, s’était intéressée aux hommes et leur enseigna le bonheur. Le silence peut être salutaire. Pas l’indifférence qui est une fuite en avant. Ou une carapace. Allez donc savoir... Merci Bisous Merci
Publié le 24 Juin 2020
5
Cher@Fernand Fallou j’ai lu cette nuit votre poème à une Dame Lisa fort célèbre. Il m’a touché par sa sincérité même s’il s’agissait d’un exercice imposé. I casi sono tanti, comme dirait Leo, j’ai lu la nouvelle de @jean marie rousset « Ultime requête ». Vous êtes intéressés, pour ne pas dire fascinés, par ce sujet mais avec des regards différents. Pour en revenir à vous, vous m’épatez par votre palette de thèmes tellement variée (és). Je suis curieuse de connaître vos prochaines productions. Merci Bisous Merci
Publié le 22 Juin 2020
5
Chère @Delpopolo Antonia J’ai ouvert votre nouvelle et tiré sur votre fil d’Ariane. Je ne me suis pas arrêtée avant que toute la pelote soit dévidée. J’ai (comme beaucoup de personnes) rêvé d’être enfermée une nuit dans un musée, un château et pourquoi pas Herculanum. Sans les problèmes existentiels de votre protagoniste(ils n’appartiennent qu’à lui) et avec des statues plus aimables. Ce fut une belle promenade. Bisous Merci Bisous
Publié le 07 Juin 2020
5
« Les victimes à peine au bord de l’ouverture disparaissaient comme une goutte d’eau sur une plaque rougie,et une fumée montait dans la grande couleur écarlate. Cependant l’appétit du Dieu ne s’apaisait pas. Il en voulait toujours. Afin de lui en fournir davantage , on les empila sur ses mains avec une grosse chaîne par-dessus ,qui les retenait. Cela dura longtemps, indéfiniment jusqu’au soir. Puis les parois prirent un éclat plus sombre. Alors on aperçut des chairs qui brûlaient. Quelques uns même croyaient reconnaître des cheveux, des membres, des corps entiers. (...) Le bûcher, sans flamme à présent,faisait une pyramide de charbons jusqu’à ses genoux ; complètement rouge comme un géant tout couvert de sang , il semblait,avec sa tête qui se renversait,chanceler sous le poids de son ivresse. » Salammbô Moloch ch 13 Cher@Fernand Fallou Je ne saurais dire pourquoi, mais la lecture de votre roman m’a immédiatement remis en mémoire ces quelques lignes de Flaubert. Difficile en effet de parler de l’horreur des Camps. Vous y arrivez à la fois avec puissance et délicatesse. Votre compassion pour toutes les victimes de cette folie lucide et organisée se ressent à chaque instant. Comme d’habitude, votre récit m’attrape dès les premières lignes et je le suis, toujours curieuse de savoir jusqu’où il va m’emmener. Mêler alchimie et histoire comme si cela était évident, fallait oser ! Tous vos mots sont importants et les actions s’enchaînent parfaitement. Vos personnages sont humains dans leur force, leur faiblesse et leurs paradoxes.Je vous offre ces cinq étoiles. Je sais que vous aurez à cœur de les partager avec ceux qui furent abandonnés par leur bonne étoile dans la nuit et le brouillard. Merci Bisous Merci
Publié le 01 Juin 2020

Pages